Objet 675
Image illustrative de l’article BMP-2
Un BMP-2 sorti fraîchement de l'usine, en 1989.
Caractéristiques de service
Service (40 ans)
Utilisateurs plus de 16 pays
Conflits Invasion soviétique de l'Afghanistan, Guerre du Golfe, Première guerre de Tchétchénie, Seconde guerre de Tchétchénie, Seconde guerre du Golfe, Guerre civile syrienne, Guerre du Donbass, Guerre civile yéménite, Seconde guerre du Haut-Karabagh
Première intifada
Production
Concepteur A.A. Blagonravov
Année de conception 19741980
Constructeur Kurganmashzavod
Production 14 000 exemplaires
Caractéristiques générales
Équipage 3 + 7 fantassins
Longueur 6,735 m
Largeur 3,15 m
Hauteur 2,45 m
Masse au combat 14,3 t à 14,7 t
Blindage (épaisseur/inclinaison)
Blindage de 6 mm à 23 mm d'acier haute dureté
Armement
Armement principal un canon mitrailleur 2A42 de 30 mm (500 obus)
un lance-missiles antichar 9M113 Konkurs (4 missiles)
Armement secondaire une mitrailleuse coaxiale PKTM de 7,62 mm (2 000 cartouches)
Mobilité
Moteur V6 diesel atmosphérique UTD-20S1
Puissance 300 ch (225 kW) 2 600 tr/min)
Suspension barres de torsion
Vitesse sur route 65 km/h sur route, 35 km/h en tout terrain, 7 km/h dans l'eau
Puissance massique 20,3 à 21,74 ch/tonne suivant le modèle
Réservoir 460 l
Autonomie 550 km à 600 km

Le BMP-2 (appellation d'usine «Objet 675») est un véhicule de combat d'infanterie soviétique BMP (qui signifie en russe Boyevaya Mashina Pekhoty - Боевая Машина Пехоты, littéralement « véhicule de combat de l’infanterie »). Le BMP-2 peut être considéré comme une version corrigée et lourdement modifiée du BMP-1 ; construit dans un nouvel alliage d'acier à blindage de haute dureté et utilisant une nouvelle tourelle biplace.

HistoireModifier

Le BMP-2est une évolution du BMP-1. Depuis longtemps, les Soviétiques voulaient changer leurs BMP-1 dont le canon se révéla inefficace à cause de son manque de précision et de sa portée extrêmement limitée et le système de chargement automatique se déréglait souvent. Un autre inconvénient était la hausse du canon limitée à -3° à +33°, défaut connu de tous les véhicules russes.

Spécifications techniquesModifier

 
La tourelle du BMP-2 au parc à thème Patriot Park.

ArmementModifier

Le BMP-2 est armé d'un canon mitrailleur Gryazev-Shipunov 2A42 d'un calibre de 30 mm, il fonctionne par emprunt de gaz et tir à culasse ouverte. Le canon dispose d'une double alimentation, 500 coups sont prêts à l'emploi, ils sont répartis dans deux bandes de cartouches (340 explosifs et 160 perforants).

 
Le canon mitrailleur ukrainien LVG-30 est visuellement identique au 2A42 russe.

Deux cadences de tir sont disponibles ; faible (250 coups/minute) et élevé (500 à 800 coups/minute). Le canon est stabilisé sur les deux plans par un système de stabilisation 2E36, 2E36-1 ou 2E36-4 permettant le tir en marche jusqu'à une vitesse de 35 km/h. Le pointage en site est de -4° à +30° en utilisant le viseur BPK-1-42 du tireur. L'élévation maximale du canon peut être portée à 74° en utilisant le viseur anti-aérien 1PZ-3 du chef d'engin[1], ce qui confère au BMP-2 un rôle anti-aérien tout en lui permettant d'engager des cibles retranchées dans des immeubles, en hauteur.

Une mitrailleuse coaxiale PKT de 7,62 × 54 mm R est montée à gauche du canon mitrailleur de 30 mm, elle est alimentée à raison de 2 000 cartouches.

Un lance-missiles 9P56M est monté sur le toit de la tourelle, quatre missiles antichar 9M113 Konkurs (nom de code OTAN : AT-5 Spandrel) sont embarqués. Le guidage du missile repose sur le système de guidage par TéléCommande semi-Automatique (TCA). Le rechargement du poste de tir s'effectue en ouvrant une trappe dans le toit de la tourelle, le missile est présenté verticalement avant d'être glissé sur son rail de lancement qui rebascule ensuite à l'horizontal.

Structure et blindageModifier

Le châssis du BMP-2 est visuellement similaire à son prédécesseur, le BMP-1, mais l'acier utilisé dans la construction du BMP-2 possède une dureté Brinell de 534. Cet acier THD (Très Haute Dureté) est fait à base d'un alliage chrome-nickel-molybdène appelé BT-70Sh.

Le glacis au-dessus de la transmission est recouvert de sept nervures en acier de 12 mm d'épaisseur conçu pour pulvériser les projectiles à l'impact.

L'avant de l'engin est capable d'encaisser des obus perforants-incendiaires de 23 mm tirés à une distance de 500 m tandis que l'arrière et les flancs de la caisse sont à l'épreuve de balles perforantes de 7,62 OTAN[1].

Les flancs du BMP-2D sont recouvert de plaques de surblindage en acier haute dureté d'une épaisseur de 6 mm ainsi que de nouvelles jupes latérales descendant plus bas et présentant la même épaisseur.

MobilitéModifier

MotorisationModifier

 
Le V6 diesel du BMP-2 exposé au musée des blindés de Munster, en Allemagne.

Le BMP-2 possède un moteur diesel Barnaultransmash UTD-20S1 comportant 6 cylindres disposés en V pour une cylindrée de 15,9 l. Il possède une puissance nominale de 300 chevaux à un régime de 2 600 tr/min pour un couple maximal de 981 N m ou 1 030 N m atteint à 1 500 tr/min-1 600 tr/min. Sa consommation spécifique de carburant est de 175 à 178 g/kWh.

La boîte de mécanismes (transmission) comprenant la boîte de vitesses et la direction est accouplée au moteur à la matière d'un groupe motopropulseur, ce qui facilite son remplacement[1].

SuspensionModifier

Le BMP-2 reprend le train de roulement du BMP-1 à quelques détails près, les barres de torsion des première et sixième paires de galets de roulements sont renforcées pour supporter le poids de la tourelle biplace, plus lourde. Certains lots de BMP-2 ont également reçu des amortisseurs télescopiques hydrauliques supplémentaires montés au niveau de la seconde paire de galets de roulement, portant leur nombre total à six[1].

VariantesModifier

Pays utilisateursModifier

 
Un BMP-2 irakien endommagé lors de l'opération liberté irakienne en 2003.
 
BMP-2 de la 58e armée russe du District militaire du Nord-Caucase lors de la Deuxième Guerre d'Ossétie du Sud.

Sur les autres projets Wikimedia :

La liste en est moins longue que celle du BMP-1 et comprend : Abkhazie, Afghanistan, Algérie, Angola, Arménie, Azerbadjian, Biélorussie, Bulgarie, Congo, Finlande, Inde, Iran, Irak, Jordanie, Kazakhstan, Koweït, Slovaquie, Syrie, Ukraine, Ouzbékistan, Yémen, Togo. [réf. nécessaire]

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d (en) Iron Drapes, « BMP-2 », sur thesovietarmourblog.blogspot.com, (consulté le 15 octobre 2020)