Ouvrir le menu principal

Aulnay (Vienne)

commune française du département de la Vienne
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aulnay.

Aulnay
Aulnay (Vienne)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Vienne
Arrondissement Châtellerault
Canton Loudun
Intercommunalité Communauté de communes du Pays loudunais
Maire
Mandat
Jacky Guignard
2018-2020
Code postal 86330
Code commune 86013
Démographie
Gentilé Aulnois
Population
municipale
99 hab. (2016 en diminution de 3,88 % par rapport à 2011)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 54′ 23″ nord, 0° 05′ 34″ est
Altitude Min. 66 m
Max. 87 m
Superficie 8,01 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine

Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Aulnay

Géolocalisation sur la carte : Vienne

Voir sur la carte topographique de la Vienne
City locator 14.svg
Aulnay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Aulnay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Aulnay

Aulnay (à prononcer [ɔnɛ], le 'l' étant muet[réf. nécessaire]) est une Commune du Centre-Ouest de la France, située dans le département de la Vienne en région Nouvelle-Aquitaine.

Ses habitants sont appelés les Aulnois[1].

GéographieModifier

Géologie et reliefModifier

La région d'Aulnay présente un paysage de plaines de champs ouverts. Le terroir se compose de[2] :

  • d'argilo (pour 45 %) sur les Terres de Doucins (c’est une terre argilo-limoneuse propre à la région) et les landes de la bordure Aquitaine ;
  • de sables verts (pour 29 %) et de buttes sableuses (pour 4 %) sur les collines et les dépressions des bordures du Bassin parisien ;
  • de groies moyennement profondes (pour 22 %) dans les plaines. Les groies sont des terres du Sud-Ouest de la France, argilo-calcaires, peu profondes - en général de moins de 50 cm d’épaisseur – et plus ou moins riches en cailloux. Elles sont fertiles et saines et donc, propices à la polyculture céréalière mais elles s’assèchent vite.

La lande est, ici, de type atlantique : elle est souvent dominée par la bruyère arborescente et l’ajonc d’Europe qui constituent un couvert difficilement pénétrable pouvant atteindre 3 m de hauteur. Dans ce cas, la lande prend le nom régional de « brandes ». C’est un espace issu de la dégradation et de l’exploitation intensive de la forêt originelle. La lande couvrait jusqu’à la fin du XIXe siècle plusieurs dizaines de milliers d’hectares (90 000 hectares pour le département de la Vienne vers 1877). Cette terre a été largement mise en culture à la suite de défrichements ou boisée avec du pin maritime. Il s’agit maintenant d’espaces marginaux et menacés car considérés comme « improductifs ». Pourtant, la lande joue un rôle majeur pour une biodiversité qui s’est adaptée et a survécu en leur sein et il s’agit également d’un espace refuge pour de nombreuses espèces de mammifères.

En 2006, 77 % de la superficie de la commune était occupée par l'agriculture, 19 % par des forêts et des milieux semi-naturels et 4 % par des zones construites et aménagées par l'homme [3]. La présence de milieux naturels et semi-naturels riches et diversifiés sur le territoire communal permet d’offrir des conditions favorables à l’accueil de nombreuses espèces pour l'accomplissement de leur cycle vital (reproduction, alimentation, déplacement, refuge). Forêts, landes, prairies et pelouses, cours d’eau et zones humides… constituent ainsi des cœurs de biodiversité et/ou de véritables corridors biologiques.

La forêt privée représente, en 2007, 157 hectares soit 20 % du territoire communal[4]. Les espaces boisés (la moyenne sur la région Poitou-Charentes est de 15 %, et 29,2 % pour la France) sur le territoire communal contribuent à assurer des fonctions de production (bois d’œuvre mais aussi bois énergie), de protection (espèces, qualité des eaux) et sociales (accueil du public). Les forêts les plus anciennes ou implantées dans des conditions écologiques particulières (pentes, bords de cours d'eau,...) abritent en général la biodiversité la plus forte. Mais, au cours de l’histoire, pour répondre aux besoins d'une population rurale importante, la forêt poitevine a été intensément défrichée et sur-exploitée jusqu’à la révolution industrielle. Environ la moitié des forêts actuelles du Poitou n'existait pas il y a 200 ans[5].

ClimatModifier

Le climat est océanique avec des étés tempérés.

ToponymieModifier

Le nom de la commune dériverait de la forme Aunaium que l'on trouve vers 1231 pour devenir à partir de 1239 Aunay puis Aulnay[6]. L'aulnaie, lieu où poussent des aulnes. L'aulne est un arbre des lieux humides. Le terme « aulne » est assez récent : l'arbre s'appelait auparavant verne ou vergne et cette appellation a subsisté au sud de la Loire.[Mal dit]

HistoireModifier

Politique et administrationModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs[7]
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2018 Gérard Hérault    

Instances judiciaires et administrativesModifier

La commune relève du tribunal d'instance de Poitiers, du tribunal de grande instance de Poitiers, de la cour d'appel de Poitiers, du tribunal pour enfants de Poitiers, du conseil de prud'hommes de Poitiers, du tribunal de commerce de Poitiers, du tribunal administratif de Poitiers et de la cour administrative d'appel de Bordeaux, du tribunal des pensions de Poitiers, du tribunal des affaires de la Sécurité sociale de la Vienne, de la cour d’assises de la Vienne.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[9].

En 2016, la commune comptait 99 habitants[Note 1], en diminution de 3,88 % par rapport à 2011 (Vienne : +1,78 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
174221192223219197205206205
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
213203193187207221209212201
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
184197194183189195204202202
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
181158148145151133112109106
2013 2016 - - - - - - -
10199-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

En 2008, la densité de population de la commune était de 13 hab./km2, 61 hab./km2 pour le département, 68 hab./km2 pour la région Poitou-Charentes et 115 hab./km2 pour la France.

ÉconomieModifier

Selon la direction régionale de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt de Poitou-Charentes, il n'y a plus que 5 exploitations agricoles en 2010 contre 7 en 2000[12].

Les surfaces agricoles utilisées ont augmenté et sont passées de 790 hectares en 2000 à 949 hectares en 2010[12]. Ces chiffres indiquent une concentration des terres sur un nombre plus faible d’exploitations. Cette tendance est conforme à l’évolution constatée sur tout le département de la Vienne puisque de 2000 à 2007, chaque exploitation a gagné en moyenne 20 hectares.

52 % des surfaces agricoles sont destinées à la culture des céréales (blé tendre essentiellement mais aussi orges et maïs), 25 % pour les oléagineux (colza et tournesol) , 10 % pour le fourrage[12].

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Patrimoine religieuxModifier

  • L'église Saint-Sulpice d'Aulnay date en partie du XIIIe siècle . L'église possède une seule nef et une petite chapelle privée. Elle conserve une abside romane. Elle est renforcée par des contreforts. La majeure partie de l'édifice, toutefois, a été reconstruit au XIXe siècle. Les cloches ont été fondues en 1913. Saint Sulpice est un saint qui est invoqué pour lutter contre la goutte, les zonas, les brulures...

Patrimoine naturelModifier

La commune contient trois zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF)[13] qui couvrent 100 % de la surface communale :

  • la plaine de Saint-Jean-de-Sauves ;
  • la forêt de Scevolles ;
  • les plaines du Mirebalais et du Neuvillois où s'applique la Directive oiseaux qui protège les oiseaux sauvages et leur biotope[14].

Plaines du Mirebalais et du NeuvilloisModifier

Personnalités liées à la communeModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Gentilé sur le site habitants.fr Consulté le 27/09/2008.
  2. Chambre Régionale d'agriculture de Poitou-Charente - 2007
  3. Observatoire Régional de l'Environnement de Poitou-Charente[réf. non conforme]
  4. Centre Régional de la Propriété Forestière de Poitou-Charente - 2007[réf. non conforme]
  5. IFEN-BD CORINE Land Cover® 2006, toutes couches « Forêt », hors espace vert artificialisé non agricole[réf. non conforme]
  6. Le Patrimoine des communes de la Vienne, Flohic, (ISBN 2-84234-128-7).
  7. Site de la préfecture de la Vienne, consulté le 10 mai 2008
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  12. a b et c « http://draf.poitou-charentes.agriculture.gouv.fr/statistique-agricole/spip.php?article666 Fiches communales 2000 - 2010 de la Vienne »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  13. Secrétariat scientifique de l'inventaire des ZNIEFF, DREAL Poitou-Charentes , 2011[réf. non conforme]
  14. DREAL Poitou-Charentes / MNHN, 2013[réf. non conforme]