Ouvrir le menu principal
Auguste Maillard
Auguste Maillard 1922.jpg
Auguste Maillard en 1922,
photographie de l'Agence de presse Meurisse, Bibliothèque nationale de France.
Naissance
Décès
Nom de naissance
Achille Auguste MaillardVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Formation
Maître
Élève
Distinction
Œuvres principales
Monument au maréchal Joffre à Rivesaltes, La Chute d’Icare à Sidi Bel Abbes.

Achille Auguste Maillard, né dans le 11e arrondissement de Paris le [1] et mort à Neuilly-sur-Seine le , est un sculpteur français.

Sommaire

BiographieModifier

Auguste Maillard suit une formation de sculpture à l'École des beaux-arts de Paris dans l'atelier d'Alexandre Falguière. Par la suite, il devient à son tour professeur à l’École des beaux-arts. Il réalise de nombreux monuments commémoratifs pour des villes françaises, des monuments aux morts et des bustes de personnalités.

Il expose au Salon de la Société des artistes français à partir de 1885. Il obtient une médaille à l'Exposition universelle de 1900 à Paris où il présente le marbre de La Chute d’Icare[2]. Il participe à l'Exposition universelle de 1904 à Saint-Louis, à l'Exposition universelle de Liège de 1905[2] et expose au Salon d'hiver en 1942, 1943 et 1944.

Son élégant buste de La République[3], commandé par le conseil général de la Seine en 1902, est devenu l'une des effigies officielle de Marianne[2].

Il meurt durant les combats de la Libération en 1944, atteint par une balle perdue alors qu'il était sur le seuil de sa maison de Neuilly-sur-Seine[réf. nécessaire]. Il est inhumé à Paris au cimetière du Père-Lachaise (62e division).

Œuvres dans les collections publiquesModifier

En Algérie
  • Sidi Bel Abbes, place du petit Vichy : La Chute d’Icare, statue en marbre, présentée à Paris à l'Exposition universelle de 1900, inaugurée à Sidi Bel Abbes en 1929, déposée en février 2005 au service des travaux de la municipalité, disparue depuis 2009[4],[5].
En France
En Iran


ÉlèvesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Archives numérisées de l'état civil de Paris, acte de naissance no 11/2121/1864 (consulté le 19 juin 2012).
  2. a b et c « Dossier n° 19800035/554/63262 », base Léonore.
  3. a et b Claude Carême, « Marianne, allégorie de la République, sa présence dans le patrimoine laonnois », sur histoireaisne.fr, p.52, ill. p. 56 ([PDF] en ligne).
  4. Talha Djelloul, « La sculpture a disparu depuis 2006 : mais ou est donc passé La Chute d’Icare ? », bel-abbes.info, 18 janvier 2015 (en ligne).
  5. La Chute d’Icare, carte postale ancienne, sur bel-abbes.info.
  6. « J. Brunel de Pérard : Témoin de 20 ans du 43e RAC », sur http://www.verney-grandeguerre.com, .
  7. Déplacé en juillet 2006 pour être installé contre le flanc gauche de l'hôtel de ville.
  8. Notice sur e-monumen.net.
  9. « Monument à Jean Guyot-Dessaigne – Billom », notice sur e-monumen.net.
  10. « Fontaine Médicis, ou Monument à Pierre de Bourdeille – Brantôme », notice sur e-monumen.net.
  11. Notice sur e-monumen.net.
  12. « Monument aux soldats et marins bretons – Brest (détruit) », notice sur e-monumen.net.
  13. « Monument à Maurice Berteaux – Chatou », notice sur e-monumen.net.
  14. « Moulage du portrait d’Hilaire Lambert », La Lettre Blanche, n° 25, mai 2006, p. 4 et 10 ([PDF] en ligne).
  15. Notice sur e-monumen.net.
  16. Notice sur e-monumen.net.
  17. Philippe Landru, « Pantin (93) : cimetière parisien » Site landrucimetieres.fr (16 février 2008).
  18. « Sépulture de la famille Fulde – Cimetière du Père-Lachaise – Paris (75020) », notice sur e-monumen.net.
  19. Notice sur e-monumen.net.
  20. « Monument à Jean-Henri Fabre – Sérignan », notice sur e-monumen.net.
  21. Philippe Landru, « Suresnes (92) : nouveau cimetière », sur landrucimetieres.fr, (consulté le 17 septembre 2018).
  22. « Monument à Augusta Holmès – Versailles », notice sur e-monumen.net, avec une mention « bronze » erronée.
  23. Notice et photographie du monument sur landrucimetieres.fr.
  24. « La Révolution française (1789-1799), La première république (septembre 1792 à mai 1804), IV : Le Directoire (octobre 1795 à novembre 1799) », sur histoire-fr.com.

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier