Auguste Guillou

Auguste Guillou
Naissance
Botsorhel (Finistère)
Décès (à 27 ans)
Crète
Mort au combat
Origine Drapeau de la France France
Allégeance Drapeau français République française
Royal Air Force Royal Air Force
Drapeau de la France Forces françaises libres
Arme Armée de l'air
Grade French Air Force-adjudant-chef.svg Adjudant-chef
Années de service 19331941
Conflits Seconde Guerre mondiale
Distinctions Chevalier de la Légion d'honneur
Compagnon de la Libération
Médaille militaire
Croix de Guerre 1939-1945

Auguste Guillou (Botsorhel, - Mort pour la France[1] en Crète le ) est un militaire français, Compagnon de la Libération à titre posthume par décret du 23 juin 1941. Pilote déjà expérimenté au début de la Seconde Guerre mondiale, il combat lors de la bataille de France au cours de laquelle il est fait prisonnier. Une fois libre, il rejoint les rangs des forces aériennes françaises libres avec lesquelles il est engagé en Afrique du nord et en Méditerranée mais il disparaît au cours d'une mission au-dessus de la Crète.

BiographieModifier

Avant-guerreModifier

Auguste Guillou voit le jour à Botsorhel dans le Finistère le [2]. Engagé dans l'armée de l'air française dès novembre 1933, il est affecté à la Base aérienne 122 Chartres-Champhol[3]. En 1934, il entre en école de pilotage à Angers et en ressort breveté en novembre 1936, ayant entre-temps été promu sergent en 1935[4]. Il est ensuite affecté à la 62e escadre de bombardement.

Seconde Guerre mondialeModifier

Engagé dans l'aviation d'assaut pendant la bataille de France, il refuse ensuite de se soumettre au régime de Vichy et tente une première fois de s'évader le mais est fait prisonnier[2]. Une seconde tentative lui permet de parvenir à Londres le 29 juillet et de s'engager dans la Royal Air Force. Après avoir été promu adjudant, il suit un stage sur les appareils anglais à Odiham (en) et est affecté au no 73 Squadron[3]. En avril 1941, il est versé dans les forces aériennes françaises libres et est muté au Moyen-Orient au sein du no 274 Squadron avec lequel il combat au-dessus de l'Égypte[3]. Le mois suivant, il est affecté à l'Escadrille Française de Chasse no 1[4]. Le 2 juin 1941, l'escadrille s'envole pour une mission dans le ciel de la Crète. Au retour de la patrouille, l'avion d'Auguste Guillou manque à l'appel[2]. Il ne reviendra jamais à la base et son corps n'a pas été retrouvé[2].

DécorationsModifier

     
     
Chevalier de la Légion d'Honneur Compagnon de la Libération Médaille militaire
Croix de Guerre 1939-1945 Médaille de la Résistance française Médaille coloniale
Agrafe "Libye"

RéférencesModifier

  1. « Fiche sur le site "Mémoire des Hommes" »
  2. a b c et d « Biographie - Ordre National de la Libération »
  3. a b et c Jean-Christophe Notin, 1061 Compagnons : histoire des Compagnons de la Libération, Paris, Éditions Perrin, , 822 p. (ISBN 978-2-262-01606-7, notice BnF no FRBNF37105035)
  4. a et b Vladimir Trouplin, Dictionnaire des Compagnons de la Libération, Elytis, (ISBN 978-2-35639-033-2)

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • Henry Lafont, Aviateurs de la liberté : Mémorial des Forces Aériennes Françaises Libres, Vincennes, SHAA, , 320 p. (ISBN 978-2-904521-46-1, notice BnF no FRBNF38898116).
  • Vital Ferry, Croix de Lorraine et Croix du Sud 1940-1942 : Aviateurs belges et de la France libre en Afrique, Paris, Editions du Gerfaut, , 286 p. (ISBN 978-2-914622-92-9, notice BnF no FRBNF40050213).
  • Mémorial des Compagnons - 1940-1945 : Compagnons morts en le 18 juin 1940 et le 8 mai 1945, Paris, Imprimerie nationale, .
  • Jean-Christophe Notin, 1061 compagnons : Histoire des Compagnons de la Libération, Paris, Éditions Perrin, , 822 p. (ISBN 978-2-262-01606-7, notice BnF no FRBNF37105035).
  • Vladimir Trouplin, Dictionnaire des Compagnons de la Libération, Elytis, , 1230 p. (ISBN 978-2-35639-033-2).
  • « Les Forces Aériennes Françaises Libres. Juin 1940 : naissance des FAFL au Moyen-Orient », Icare (revue), no 128,‎ .
  • Yves Morieult, « Les French Flight des escadrilles françaises au sein de la RAF », Aéro Journal, no 33,‎ .
  • Dominique Breffort, « Les Forces Aériennes Françaises Libres et la reconstitution de l'armée de l'air (1940-1945) », Wing Masters, no HS n°3,‎ .

Liens externesModifier