Ouvrir le menu principal

Attaque d'Indelimane

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bataille d'Indelimane.
Attaque d'Indelimane

Informations générales
Date
Lieu Indelimane
Issue Victoire des djihadistes
Belligérants
Drapeau du Mali MaliDrapeau de l'État islamique État islamique dans le Grand Sahara
Forces en présence
80 hommes[1]100 hommes[2]
Pertes
49 morts[3]
3 blessés[3]
inconnues
Civils : 1 mort[3]

Guerre du Mali

Coordonnées 15° 52′ 00″ nord, 1° 31′ 00″ est

Géolocalisation sur la carte : Monde

(Voir situation sur carte : Monde)
Attaque d'Indelimane

Géolocalisation sur la carte : Afrique

(Voir situation sur carte : Afrique)
Attaque d'Indelimane

Géolocalisation sur la carte : Mali

(Voir situation sur carte : Mali)
Attaque d'Indelimane

L'attaque d'Indelimane a lieu le pendant la guerre du Mali.

DéroulementModifier

Le , le camp militaire d'Indelimane, dans le cercle d'Ansongo, est attaqué par les djihadistes[4]. Le poste est défendu par une compagnie de 80 soldats maliens[1],[5]. Du côté des djihadistes, une centaine d'hommes divisés en trois groupes prennent part au combat selon des sources sécuritaires du journal Le Monde[2]. Le camp avait été établi en 2018, avec l'aide de la MINUSMA et de la forces Barkhane[2],[5].

Les combats débutent peu avant midi par des tirs de mortier[6],[5]. Un véhicule piégé explose ensuite afin d'ouvrir la voie aux fantassins[5]. Les djihadistes lancent l'assaut par petits groupes, certains combattants se déplaçant à bord de motos[6]. Ils s'emparent du camp, puis se retirent en direction du Niger[2].

Les renforts arrivent en fin d'après-midi[6]. Des opérations de ratissage sont ensuite menées[6].

RevendicationModifier

L'attaque est revendiquée le 2 novembre par l'État islamique dans un communiqué signé «Province Afrique de l'Ouest» publié sur Telegram[7],[8].

PertesModifier

Le soir du combat, Yaya Sangaré, le ministre malien de la Communication, annonce que les corps de 53 militaires et d'un civil ont été retrouvés par les renforts lors de la reprise du camp[4]. Il fait également état de « dix rescapés », de quatre véhicules détruits et de trois autres emportés par les assaillants[4],[1]. Le lendemain, l'armée malienne revoit le bilan légèrement à la baisse, annonçant que 49 militaires et un civil ont été tués, trois militaires blessés et qu'une vingtaine de rescapés ont été retrouvés[3].

D'autres militaires sont encore portés disparus[4],[9].

RéactionsModifier

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta décrète trois jours de deuil national à compter du 4 novembre[5]. Il déclare : « Dans ces circonstances particulièrement graves où la stabilité et l’existence de notre pays sont en jeu, notre seule réponse doit être l’union nationale, l’union sacrée autour de notre armée nationale »[10].

Le 5 novembre, l'armée malienne abandonne le camp d'Andéramboukane et se replie sur Ménaka[11]. Des combattants du MSA se déploient alors dans la zone[11].

VidéographieModifier

RéférencesModifier