Coup d'État de 2020 au Mali

renversement militaire du gouvernement malien
Coup d'État militaire de 2020
Description de cette image, également commentée ci-après
Soldats maliens acclamés par la foule à Bamako le 18 ou le 19 août
Informations générales
Date
Lieu Drapeau du Mali Mali
Issue
Belligérants
Drapeau du Mali Gouvernement malien

Soutien diplomatique :
Drapeau de la France France
Drapeau de l’Union européenne Union européenne
Drapeau de l'Union africaine Union africaine
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau de la Russie Russie
Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau des Nations unies Nations unies
Drapeau du Mali Comité national pour le salut du peuple
Commandants
Drapeau du Mali Ibrahim Boubacar Keïta
Drapeau du Mali Boubou Cissé
Drapeau du Mali Assimi Goïta
Drapeau du Mali Malick Diaw
Drapeau du Mali Ismaël Wagué
Drapeau du Mali Sadio Camara
Pertes
AucuneAucune
Civils : 4 morts[1]

Guerre du Mali

Coordonnées 12° 44′ 48″ nord, 8° 04′ 17″ ouest
Géolocalisation sur la carte : Mali
(Voir situation sur carte : Mali)
Coup d'État militaire de 2020
Géolocalisation sur la carte : Afrique
(Voir situation sur carte : Afrique)
Coup d'État militaire de 2020

Le coup d'État de 2020 au Mali est perpétré par les forces armées maliennes le . Il démarre au camp militaire Soundiata-Keïta situé à Kati, une ville située à 15 kilomètres au nord de Bamako, la capitale du Mali. Il aboutit au renversement du président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta, au pouvoir depuis 2013.

ContexteModifier

Le coup d’État a lieu alors que le Mali est embourbé dans une guerre, avec de très nombreuses violences terroristes et interethniques, depuis 2012. La base de Kati est le lieu de départ du coup d'État de 2012[2] et de celui de 1968. Des tensions entre le président Ibrahim Boubacar Keïta et l'armée étaient apparues fin 2019, après une série de combats et d'attaques contre l'armée faisant de très nombreuses victimes militaires, notamment l'attaque d'Indelimane où 49 soldats maliens sont morts[3]. La réaction du président Keïta, qui s'était contenté de quelques déclarations, avait alors été jugée insuffisante par les militaires[3]. La publication à la mi-août d'un rapport de l'ONU accusant le général Kéba Sangaré, le commandant de la région du centre, de n'avoir rien fait pour empêcher un massacre de civils peuls par des miliciens dogons en février 2020 à Ogossagou, provoque également des tensions[4],[5]. De plus, les soldats du rang, notamment les jeunes recrues[5], se plaignaient fréquemment de la corruption de certains officiers et de la mauvaise gestion de l'armement par ceux-ci — dont certains seront arrêtés durant le coup d'État[3]. La diffusion fin juillet de vidéos du député et fils du président Keïta, Karim Boubacar Keïta (en), en compagnie de femmes dénudées sur un yacht en Espagne avait de plus choqué l'opinion publique civile et militaire, confrontée aux difficultés quotidiennes, économiques et militaires[3]. Le limogeage du chef de la sécurité présidentielle le 17 août semble avoir été l'élément déclencheur du putsch[5].

La mutinerie a lieu dans un contexte de manifestations et de contestations du pouvoir depuis , menées par le Mouvement du 5 Juin - Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP)[6], à cause de la guerre et d'irrégularités supposées lors des élections législatives maliennes de 2020. Les 10 et 11 juillet, ces manifestations avaient dégénéré à Bamako, provoquant 23 morts et plus de 150 blessés selon l'opposition[7], et donné lieu à des affrontements entre policiers et manifestants les jours suivants. Six hommes politiques d'opposition avaient été arrêtés avant d'être relâchés quelques jours plus tard[8],[9],[10],[11],[12]. Au moment du coup d’État, le calme était revenu à Bamako pour fêter la Tabaski. La Cour constitutionnelle, accusée d'avoir provoqué les irrégularités électorales, avait été complètement renouvelée[13] et une médiation de plusieurs chefs d’État et de la Cédéao était en cours pour tenter d'apaiser les tensions politiques[14]. Cependant, d'autres manifestations de plusieurs milliers d'individus avaient eu lieu les 12 et 17 août (la veille du putsch) pour exiger la démission du président Keïta[7], et de nouvelles manifestations étaient prévues pour les 20 et [15].

DéroulementModifier

Le au matin, un groupe de soldats, ultérieurement dénommé Comité national pour le salut du peuple, prend possession de la base militaire de Soundiata Keïta à Kati[6]. Dans la journée, le Premier ministre Boubou Cissé demande un dialogue avec les mutins[6]. La mutinerie est menée dans un premier temps par les officiers Malick Diaw et Sadio Camara[2]. Au début de la mutinerie, le journaliste Olivier Dubois, correspondant de Libération au Mali, se rend sur la base pour la couvrir, mais il y est insulté, frappé, menacé avec une arme à feu et jeté à terre, sans être blessé[16].

 
Habitants de Bamako emportant un climatiseur du domicile de Boubou Cissé pendant le coup d'état.

Par la suite, dans la même journée, le groupe de militaires se dirige vers Bamako, acclamé par des manifestants[17], et arrête le président Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) ainsi que le Premier ministre Boubou Cissé, dans la résidence présidentielle vers 16 h 30[17]. Des responsables politiques et des membres du gouvernement, parmi lesquels les ministres de la Défense, de la Sécurité, le chef d'état-major et le président de l'Assemblée nationale[18], sont arrêtés dans la foulée[6]. Des tirs en l'air sont entendus, mais pas d'affrontements, ni de blessés lors des arrestations[13]. En apprenant les arrestations, des manifestants incendient le cabinet d'avocats du ministre de la Justice, Kassoum Tapo[13]. Durant l'arrestation de Cissé, des documents (et un climatiseur) sont volés à son domicile[19]. D'autres manifestants entrent dans la maison du député et fils d'IBK, Karim Boubacar Keïta (en), pour voler les meubles dont son coffre-fort, de l'argent liquide et du champagne, payé selon eux avec de l'argent public[19] ; d'autres en ont profité en entrant dans son jardin pour s'offrir une partie de piscine[19],[20].

Le porte-parole du M5-RFP approuve l'arrestation d'IBK en disant que « ce n'est pas un coup d'État militaire mais une insurrection populaire »[13].

La nuit suivant son arrestation, le président de la République, détenu par l'armée dans un camp militaire proche de Bamako, annonce la dissolution du parlement et du gouvernement et sa démission de ses fonctions de chef de l'État[21]. La foule célèbre alors le putsch sur la place de l'indépendance[22].

SuitesModifier

Installation du CNSPModifier

 
Soldats maliens escortant un convoi officiel pendant le coup d'État.

Le au matin, les militaires putschistes annoncent la création du Comité national pour le salut du peuple (CNSP). Le colonel Assimi Goïta annonce être à la tête de ce comité, peu de temps après avoir fait une annonce télévisée[23]. La junte annonce un couvre-feu de 21 heures à 5 heures ainsi que la fermeture des frontières[24]. La junte décide ensuite de rouvrir les frontières le 21 août[25].

L'opposition appelle à une manifestation en soutien au putsch pour le 21 août[26]. Celle-ci rassemble des milliers de personnes, ce qui en fait un record depuis la première marche du 5 Juin. Par ailleurs, des slogans anti-Cédéao sont entendus[27]. La coalition d'opposition M5-RFP se dit prête à participer à l'élaboration d'une transition[28].

Mise en place du gouvernement et de la présidence de transitionModifier

Le 20 août, la junte annonce la nomination prochaine d'un président de transition, qui pourra être civil ou militaire[29]. Le jour même, l'ancien ministre de l’Économie et des Finances, Abdoulaye Daffé, et Sabane Mahalmoudou, chargé de mission à la présidence, sont libérés par les putschistes[30]. Le 21 août, la junte met en place un dialogue avec la classe politique, dont les partis de l'ancienne majorité présidentielle[31]. Le 26 août, les opposants du M5 sont reçus par la junte[32].

Le 22 août, une délégation de la Cédéao se rend dans le pays[33]. Le 23 août, à l’issue du deuxième jour de négociations entre la nouvelle équipe au pouvoir et la délégation de la Cédéao, la junte propose une transition de trois ans dirigée par un militaire avec un gouvernement majoritairement militaire et accepte de libérer le président déchu Ibrahim Boubacar Keïta, qu’elle détenait[34]. Ce dernier déclare ne pas vouloir revenir au pouvoir[35]. Par la suite, les putschistes proposent une transition de deux ans[36]. Le 24 août, la junte et les émissaires de la Cédéao se séparent après trois jours de négociations sans parvenir à un accord sur les conditions d’un transfert du pouvoir aux civils[37]. De son côté, la mission de médiation de la Cédéao propose une transition dirigée par un civil ou un officier de l'armée à la retraite pour une durée maximale de 12 mois[38].

Le 24 août, l'acte fondamental adopté par le CNSP fait de Goïta le chef de l'État du Mali[39].

Le 27 août, la junte annonce avoir libéré Ibrahim Boubacar Keïta. Au même moment, une source annonce que le député Karim Keïta (en), fils du président déchu, a quitté le pays depuis deux jours[40]. Le lendemain, l'ancien Premier ministre Boubou Cissé et l'ancien président de l'Assemblée nationale, Moussa Timbine, sont libérés[41].

Le 28 août, la Cédéao exige une transition d'un an maximum dirigée par un civil[42], ainsi qu'un Premier ministre civil[43].

Le 29 août, sous la pression du Mouvement du 5 Juin, qui voulait être reçu à titre individuel plutôt que dans le cadre des concertations avec la classe politique[44], la junte reporte la réunion sur une transition[45], qui était prévue avec les partis politiques de l'opposition, de l'ancienne majorité, et des groupes armés[46]. Les leaders de la junte et du M5J, se sont ainsi rencontrés dans la base de Kati, près de Bamako[47]. La réunion est ensuite fixée pour se tenir du 10 au 12 septembre. Elle doit permettre d'élaborer la feuille de route et la charte de la transition[48]. Avant cela, des concertations ont lieu les 5 et 6 septembre à Bamako et dans les capitales régionales[49]. Un comité d'experts rend ses conclusions à la junte le 9 septembre[50]. La concertation s'ouvre en l'absence de la Coordination des mouvements de l'Azawad[51].

Le 7 septembre, la Cédéao exige la nomination d'un président et d'un Premier ministre civils d'ici le 15 septembre[52].

Le 8 septembre, des centaines de personnes manifestent en faveur de l'armée[53].

Les concertations politiques ont ainsi lieu du 10 au 12 septembre. Le comité d'experts propose une période de transition de deux ans avec un président et un vice-président de transition nommés par la junte, le président pouvant être un militaire, et doit être âgé de 35 à 70 ans[54]. Celui-ci doit nommer un Premier ministre (choisi par la junte et la classe politique) et un gouvernement de 25 membres au maximum. Pour le pouvoir législatif, un Conseil national de transition de 121 membres dirigé par un militaire doit être mis en place[55],[56],[57]. À l'issue des travaux, la durée de la transition est fixée à 18 mois[58]. La charte est rejetée par le M5[59].

Le 16 septembre, malgré l'opposition de la Cédéao, la junte prône une transition militaire[60]. Pour sa part, la Cédéao accepte une transition de 18 mois[61].

 
Vue générale de la cérémonie d'investiture du président Bah N'Daw (en blanc à droite) et du vice-président Assimi Goïta (assis à droite en treillis), à Bamako le .

Un collège désigné par la junte doit se réunir le 21 septembre pour nommer le nouvel exécutif[62], qui est préalablement nominé par la junte[63]. Bah N'Daw est désigné président de transition et Assimi Goïta vice-président[64]. Ceux-ci prêtent serment le 25 septembre[65],[66]. Le 27 septembre, Moctar Ouane est nommé Premier ministre. Il prend ses fonctions le lendemain[67],[68].

La charte de la transition, datée du 12 septembre, est publiée le 1er octobre au journal officiel. Elle prévoit que le vice-président ne puisse pas succéder au président en cas de vacance du poste[69]. La Charte de transition prévoit notamment que ni le président ni le vice-président de la période de transition ne peuvent se présenter à l’élection présidentielle devant y mettre fin[70].

La Cédéao lève les sanctions le 7 octobre[71].

Mise en place du Conseil national de la transition et dissolution du CNSPModifier

Le 5 décembre, le Conseil national de la transition est lancé.

Le 13 janvier 2021, la Cédéao appelle à la dissolution du CNSP[72] et celle-ci est prononcée par décret le 18 janvier suivant[73].

Coup d'État de 2021Modifier

Le 24 mai 2021, peu après l'annonce du gouvernement Moctar Ouane (2) qui se caractérise par la mise à l'écart des colonels Modibo Koné et Sadio Camara, membres de l'ex-CNSP, Bah N’Daw et le Premier ministre[74], Moctar Ouane, sont interpelés par des militaires proches du vice-président Goïta et conduits sous escorte militaire à Kati[75].

L'armée annonce le 25 mai à l'ORTM que le vice-président a mis « hors de leurs prérogatives » le président de la Transition et le Premier ministre de transition — qu'il accuse du « sabotage [de la transition] »[76] —, pour ne pas l'avoir consulté lors de la formation du gouvernement mais que les élections sont toujours prévues pour 2022[77].

Réactions internationalesModifier

Dès le , la Cédéao appelle à l'arrêt de la mutinerie et s'oppose à tout coup d'État[6]. La mutinerie est condamnée dans des termes similaires par l'Union africaine, les États-Unis — qui suspendent leur aide à l'armée malienne[78] —, la France et la Russie[6],[2]. Tous les pays de la Cédéao ferment leurs frontières avec le Mali et suspendent leurs échanges financiers avec le pays[79],[80], à l'exception des aliments de première nécessité, des médicaments et du carburant[81]. La Cédéao annonce la suspension du pays de ses rangs et la fermeture des frontières avec le Mali. Elle appelle également à la libération des personnalités arrêtées[82]. Le 20 août, l'organisation annonce l'envoi d'une délégation dans le pays et réclame le rétablissement du président démissionnaire[83]. Une note du ministère français des Affaires étrangères juge un tel retour « surréaliste » et « dangereux »[84].

Le , le Conseil de sécurité de l'ONU se réunit en urgence au sujet de cette crise malienne[85]. La même journée, l'Union africaine suspend l'adhésion du Mali[86] et le président français, Emmanuel Macron, demande que le pouvoir soit rendu aux civils[87].

Le 25 août, l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) suspend le Mali de ses instances[88].

Notes et référencesModifier

  1. Coup d’État au Mali: 4 morts civils dans la nuit selon l’hôpital de Bamako, RFI, 19 août 2020.
  2. a b et c « Soldiers seize Mali President Ibrahim Boubacar Keïta », sur BBC, .
  3. a b c et d « Crise au Mali : qui sont les putschistes et pourquoi ont-ils renversé le président Ibrahim Boubacar Keïta ? », sur francetvinfo.fr, (consulté le )
  4. Massacre d'Ogossagou au Mali: le rapport de l'ONU met en cause de hauts responsables, RFI, 15 août 2020.
  5. a b et c Léa Masseguin, Olivier Dubois, « Du soulèvement à la démission du Président : récit d’un putsch au Mali », sur liberation.fr, (consulté le )
  6. a b c d e et f « Mali : des mutins affirment avoir arrêté le président Keïta et le Premier ministre », sur France 24, .
  7. a et b Henrique VALADARES, « Mali : de la crise politique au coup d’État militaire », sur france24.com, (consulté le )
  8. « Bamako sous le choc au lendemain d'attaques contre les symboles du pouvoir », sur france24.com, (consulté le ).
  9. « Mali : interventions policières contre l'opposition, fortes tensions à Bamako », sur france24.com, (consulté le ).
  10. Matteo Maillard, « Onze morts et plus de cent blessés au Mali dans des manifestations contre le pouvoir », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  11. « La colère couve à Bamako malgré les appels au calme de l'imam Dicko », sur france24.com, (consulté le ).
  12. « Crise politique au Mali : les leaders de la contestation relâchés », sur france24.com, (consulté le ).
  13. a b c et d « Au Mali, le président Keïta et le Premier ministre arrêtés par des mutins », sur france24.com, (consulté le ).
  14. « Au Mali, la contestation va observer une "trêve" avant une nouvelle médiation africaine », sur france24.com, (consulté le ).
  15. « Au Mali, l’opposition annonce de nouvelles manifestations contre le président Keïta », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le ).
  16. Frédéric Autran, « Mali : le correspondant de «Libé» sain et sauf », sur liberation.fr, (consulté le )
  17. a et b « Le président du Mali, Ibrahim Boubacar Keïta, arrêté avec son premier ministre par des militaires en révolte », sur Le Monde, .
  18. « Coup d’État au Mali : les pays voisins réclament le rétablissement d’IBK et envoient une délégation ».
  19. a b et c « Au Mali, des symboles du pouvoir pris pour cible par les manifestants », sur observers.france24.com, (consulté le )
  20. Mali Tribune, « Mutinerie à Bamako : La maison de Karim Keita mise à sac | maliweb.net » (consulté le )
  21. « Mali-Démission du président Keita après la mutinerie militaire », sur www.zonebourse.com, (consulté le ).
  22. « Au Mali, les putschistes ont fait chuter le président IBK «comme un fruit mûr» », sur Le Figaro.fr, lefigaro, (ISSN 0182-5852, consulté le ).
  23. « Coup d'État au Mali: le colonel Assimi Goita déclare être à la tête de la junte », sur Le Figaro,
  24. « Tout comprendre sur la situation au Mali », sur CNEWS (consulté le )
  25. « Mali: la junte annonce la réouverture vendredi des frontières aériennes et terrestres », sur Le Figaro.fr, lefigaro, (ISSN 0182-5852, consulté le ).
  26. « Mali : l'opposition «fêtera la victoire du peuple malien» lors de rassemblements vendredi », sur Libération.fr, Libération (consulté le ).
  27. AFP, « Coup d'Etat au Mali: les putschistes acclamés par la foule à Bamako », sur Challenges, (consulté le ).
  28. « Coup d’État au Mali : la solution démocratique promise par l’armée suscite des inquiétudes », sur France 24, FRANCE24, (consulté le ).
  29. « Mali : la junte qui a renversé Keïta promet un président de transition, « un militaire ou un civil » », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le ).
  30. « Mali: libération d'Abdoulaye Daffé et de Sabane Mahalmoudou », sur RFI, RFI, (consulté le ).
  31. « Mali : La junte ouvre le dialogue avec la classe politique proche d'IBK », sur Africanews, (consulté le ).
  32. « Mali: reçu par la junte, le M5 se dit « disposé » à accompagner le processus de transition », sur rfi.fr, (consulté le ).
  33. « Mali : arrivée de la délégation de la Cédéao à Bamako », sur Africanews, (consulté le ).
  34. « Mali : la junte propose une transition de trois ans », sur Le Monde.fr, (consulté le ).
  35. « Au Mali, les négociations entre la junte et les médiateurs achoppent sur la transition », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le ).
  36. « Politique. Au Mali, le coup d’État contre IBK était inévitable », sur Courrier international, (consulté le ).
  37. « Mali: pas d’accord entre la junte et la Cédéao sur un retour des civils au pouvoir (négociateurs) », sur rfi.fr, (consulté le ).
  38. « Coup d'Etat au Mali : les médiateurs de la CEDEAO proposent 12 mois de transition », sur bbc.com, (consulté le ).
  39. « Mali : Assimi Goïta devient « chef de l’État », la Cedeao exige une « transition civile immédiate » – Jeune Afrique », sur JeuneAfrique.com, (consulté le )
  40. « Au Mali, la junte annonce avoir libéré l’ex-président renversé Ibrahim Boubacar Keïta », sur Le Monde.fr, (consulté le ).
  41. « Revue de presse Afrique - À la Une: l’ex-PM et l’ex-PAN libérés au Mali, après IBK », sur RFI, RFI, (consulté le ).
  42. « Au Mali, militaires, politiques et société civile cherchent une voie pour le pays », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le ).
  43. « Au Mali, la Cédéao appelle à la désignation d’une « personnalité civile » pour conduire la transition », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le ).
  44. « Mali: des échanges riches et concrets entre la junte et le M5-RFP », sur RFI, RFI, (consulté le ).
  45. « Mali: la junte militaire reporte la réunion sur la future transition », sur RFI, RFI, (consulté le ).
  46. « Mali: la junte militaire reporte la réunion sur la future transition », sur RFI, RFI, (consulté le ).
  47. « Mali : après un premier couac, la junte et le M5-RFP « dissipent » tout malentendu », sur JeuneAfrique.com, Jeune afrique, (consulté le ).
  48. Le Point Afrique, « Mali : la junte presse le pas vers la transition », sur Le Point, lepoint.fr, (consulté le ).
  49. « La junte lance des concertations nationales sur la transition au Mali, l’ex-président quitte le pays », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le ).
  50. « Transition au Mali: le comité d’experts a remis ses travaux à la junte », sur RFI, RFI, (consulté le ).
  51. « Mali: à Bamako, les concertations s‘ouvrent malgré des absences remarquées », sur RFI, RFI, (consulté le ).
  52. https://www.facebook.com/RFI, « Mali: la Cédéao demande la désignation d’un président civil d’ici le 15 septembre », sur RFI, RFI, (consulté le ).
  53. http://www.slateafrique.com/auteur/104480, « Mali: des centaines de Maliens manifestent leur soutien », sur Slate Afrique (consulté le ).
  54. « Au Mali, la transition avance sous le contrôle des militaires », sur Libération.fr, Libération, (consulté le ).
  55. Reuters, « Mali: Des experts proposent une transition de deux ans », sur Challenges, (consulté le ).
  56. « Mali: les concertations nationales examinent le projet de charte de transition », sur RFI, RFI, (consulté le ).
  57. « Mali : une transition de 2 ans est envisagée », sur TV5MONDE, (consulté le ).
  58. « Au Mali, la junte s'engage à une transition de 18 mois », sur France 24, FRANCE24, (consulté le ).
  59. Le Point Afrique, « Mali : rejet du projet de charte de transition par la coalition d'opposition M5 », sur Le Point, lepoint.fr, (consulté le ).
  60. « Mali: la junte se dit favorable à une transition menée par un militaire », sur RFI, RFI, (consulté le ).
  61. « Mali : la Cédéao exhorte la junte à mettre en place sans délai un gouvernement de transition », sur France 24, FRANCE24, (consulté le ).
  62. « Au Mali, réunion du collège qui nommera un président de transition », sur Le Figaro.fr, lefigaro, (ISSN 0182-5852, consulté le ).
  63. « Mali », sur La Presse, LaPresseFB, (consulté le ).
  64. « Mali: l'ex-ministre de la Défense Bah N’Daw désigné président de transition », sur RFI, RFI, (consulté le ).
  65. « Mali: le président de la transition, Bah N'Daw, a prêté serment », sur RFI, RFI, (consulté le ).
  66. « Mali: un ancien ministre de la Défense désigné président de transition du Mali », sur french.china.org.cn, (consulté le ).
  67. « Prise de fonctions du Premier ministre de transition Moctar Ouane », sur VOA, VOAAfrique (consulté le ).
  68. « Mali: l'ex-ministre Moctar Ouane nommé premier ministre de transition », lefigaro, (ISSN 0182-5852, consulté le ).
  69. « Transition au Mali: la junte renonce à une prérogative capitale pour son chef », sur Le Figaro.fr, lefigaro, (ISSN 0182-5852, consulté le ).
  70. Charte de transition, « s01.pdf », sur sgg-mali.ml, (consulté le ).
  71. « Levée des sanctions économiques contre le Mali », sur Les Echos, (consulté le ).
  72. AfricaNews, « La CEDEAO appelle au respect des délais de la transition au Mali », sur Africanews, (consulté le ).
  73. Mali : la junte officiellement dissoute cinq mois après le putsch, Le Figaro, 26 janvier 2021.
  74. « Mali: situation tendue après l’annonce du nouveau gouvernement », sur RFI, RFI, (consulté le ).
  75. « Mali : Bah N’Daw et Moctar Ouane arrêtés », sur jeuneafrique.com, (consulté le ).
  76. « Mali : la junte accuse le président et le Premier ministre de "sabotage" de la transition », sur TV5MONDE, (consulté le ).
  77. « Mali: l'homme fort de la junte Assimi Goïta affirme avoir placé le président et le Premier ministre «hors de leurs prérogatives» », sur RFI, (consulté le )
  78. « Washington suspend son aide militaire au Mali après le coup d’État ».
  79. « Les pays d'Afrique de l'Ouest ferment leurs frontières avec le Mali », sur france24.com, (consulté le )
  80. (en) Reuters Staff, « Russia says has information about arrests of Mali's president and PM : RIA », sur reuters.com, (consulté le ).
  81. « Mali. La junte libère deux détenus, une délégation a pu voir le président Keïta ».
  82. « Mali : ce que l'on sait du coup d'État qui a abouti à la démission du président », sur RTL.fr (consulté le ).
  83. « Coup d'État au Mali : la Cédéao réclame le "rétablissement" du président Keita », sur France 24, FRANCE24, (consulté le ).
  84. « Mali : la note dans laquelle Paris a lâché Ibrahim Boubacar Keïta – Jeune Afrique », sur JeuneAfrique.com, jeuneafrique1, (consulté le ).
  85. « Mali: réunion d'urgence mercredi du Conseil de sécurité de l'ONU », sur rfi, .
  86. « L'Union africaine suspend le Mali, les putschistes sous pression internationale », sur France 24, (consulté le )
  87. Coup d’Etat militaire au Mali : Macron demande que le pouvoir soit «rendu aux civils» sur leparisien.fr (consulté le 2O août 2020)
  88. « La francophonie suspend le Mali après le coup d'État », sur France 24, FRANCE24, (consulté le ).