Ouvrir le menu principal
Combat de Djebok

Informations générales
Date
Lieu Près de Gao
Issue Victoire franco-malienne
Belligérants
Drapeau de la France France
Drapeau du Mali Mali
ShababFlag.svg Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans
Forces en présence
inconnuesinconnues
Pertes
aucune10 à 12 morts[1]
1 prisonnier[1]
2 pick-up détruits[1]

Guerre du Mali

Coordonnées 16° 39′ 13″ nord, 0° 43′ 38,8″ est

Géolocalisation sur la carte : Monde

(Voir situation sur carte : Monde)
Combat de Djebok

Géolocalisation sur la carte : Afrique

(Voir situation sur carte : Afrique)
Combat de Djebok

Géolocalisation sur la carte : Mali

(Voir situation sur carte : Mali)
Combat de Djebok

Le combat de Djebok a lieu le , lors de la guerre du Mali.

DéroulementModifier

Le 10 juillet, à 90 kilomètres au nord-est de Gao, un véhicule transportant des hommes armés est repéré par deux hélicoptères français en train d'effectuer une mission de reconnaissance[1],[2],[3]. Selon l'armée malienne, l'opération a eu lieu dans la région de Djebok[4]. Les djihadistes ouvrent le feu sur les appareils, ce qui provoque une riposte de la force Barkhane[1],[2]. Quatre groupes de commandos sont héliportés sur la zone et passent à l'attaque avec l'appui d'hélicoptères, d'avions de chasse et de drones[1],[2]. L'armée malienne assure également la couverture de la zone en appui des forces de Barkhane[2].

Les pertesModifier

Selon l'armée française, « deux pick-up lourdement armés » ont été détruits lors du combats ; des armes, des munitions et du matériel ont été saisis et « plusieurs terroristes » ont été « mis hors de combat »[1].

L'armée malienne annonce le 13 juillet dans un communiqué qu'« une douzaine de terroristes » ont été « mis hors d’état de nuire et un autre a été fait prisonnier » dans des opérations menées avec l'armée française du 10 au 12 juillet[1],[2]. Elle évoque notamment une autre action menée contre deux poseurs de bombes surpris à Talataye, près d'Ansongo le 12 juillet ; un des « terroristes » est alors mis «  hors de combat », l'autre parvient à s'enfuir[1],[2].

RéférencesModifier