Attaque au couteau à Turku

attentat à Turku, Finlande le 18 août 2017

Attaque au couteau à Turku le 18 août 2017
Image illustrative de l’article Attaque au couteau à Turku
Place du marché de Turku

Localisation Place du marché et puutori, Turku, Drapeau de la Finlande Finlande
Cible Civils[1]
Coordonnées 60° 16′ 15″ nord, 22° 09′ 21″ est
Date
16 h (UTC+3)
Type Attaque au couteau
Armes couteau
Morts 2
Blessés 8 (+ 1 terroriste)
Auteurs Abderrahmane Bouanane[2],[3]
Organisations Drapeau de l'État islamique État islamique (allégeance)
Mouvance Terrorisme islamiste
Géolocalisation sur la carte : Finlande
(Voir situation sur carte : Finlande)
Attaque au couteau à Turku

Le à 16 heures (UTC+3) sur la place du marché de Turku, dans le sud de la Finlande, un individu a poignardé dix personnes faisant deux morts et huit blessés. Il s'agit, pour la police d'un acte à caractère terroriste[4],[5] islamique[6], le plus grave dans le pays depuis la Seconde Guerre mondiale[7].

DéroulementModifier

 
Le cheminement de l'auteur.

Aux alentours de 16 h (UTC+3), sur la place du marché de Turku, un individu poignarde une femme qui mourra de ses blessure et un homme venu aider la femme. L'auteur continue et poignarde une femme qui poussait un enfant de six mois dans une poussette[8] ainsi qu'un passant venu au secours de la jeune femme. L'auteur s'échappe de la place du marché et dans la rue Kauppiaskatu il poignarde une passante. Il prend alors la rue Maariankatu et y poignarde deux passantes. Dans la rue Brahenkatu, l'individu croise un couple et un enfant dans une poussette sans les attaquer, mais il poignarde trois femmes. Après cela, la police arrive sur les lieux et immobilise l'homme en lui tirant dans la cuisse[9],[10],[11]. L'auteur a utilisé deux poignards lors de ses attaques[12].

La police finlandaise indique dans un communiqué[13] avoir été alertée à 16 h 2, à 16 h 5, à Puutori, la police ordonne au suspect de s'immobiliser, celui-ci n'obéissant pas, les policiers lui tirent dans les cuisses[14],[15],[13].

VictimesModifier

Les victimes sont principalement des femmes (deux mortes et six blessées), les deux hommes qui ont été blessés tentaient de s'interposer[16],[17],[18].

La plus jeune des victimes a 15 ans et la plus âgée 67 ans[19]. Les deux personnes mortes sont des femmes[19],[20],[21],[22],[23],[24].

Toutes les victimes ont été hospitalisées[16]. Après deux opérations chirurgicales, la dernière victime est sortie de l'hôpital le 6 septembre 2017[25]

Nationalités Blessés Morts
  Finlande 5[26] 2[27]
  Grande-Bretagne 1[28]
  Italie 1[28],[29]
  Suède 1[28]
  Maroc 1 (agresseur)

EnquêteModifier

La police finlandaise confirme que l'auteur est un demandeur d'asile marocain de 18 ans arrivé en Finlande en 2016[30] et dont la demande d'asile a été rejetée en novembre 2016[31]. Depuis son arrivée en 2016, l'auteur a affirmé se nommer Abderrahman Mechkah[32], mais le 28 août la police a annoncé qu'il s'appelle Abderrahman Bouanane né le 25 octobre 1994[2].

Les cibles de l'attaque préméditée étaient les femmes[30].

La police arrête par la suite trois autres Marocains[31],[33]. Deux sont libérés le 29 août, les soupçons à leur égard étant levés[34],[35]. Le , la police libère un troisième suspect et il ne reste que Bouanane en prison[36].

MotivationsModifier

Avant son acte, Bouanane a écrit un manifeste en arabe se référant au Coran et lu son texte dans une vidéo filmée à proximité de la cathédrale de Turku[37],[38]. Il adhérait aux thèses de l'organisation État islamique[39].

Aucune revendication n'a été émise, notamment par l'organisation État islamique dans le contexte des attentats de Catalogne[40]. Selon la police, aucune organisation n'a revendiqué l'attentat car son auteur est en vie[41],[42],[43],[44].

D'après le bureau national d'investigation finlandais, le terroriste était un loup solitaire prêt à mourir lors de l'attaque et se considérait comme un soldat de l'État islamique et désirait que celui-ci revendique l'attaque. Sa radicalisation a eu lieu dans les trois mois précédant l'attaque et il a fait cette attaque à la suite des actions de la coalition occidentale à la bataille de Raqqa en Syrie[6].

L'auteurModifier

Au Maroc et en EuropeModifier

Selon des sources de Yleisradio, Bouanane, quand il était dans le centre d'accueil, a raconté avoir tué une personne au Maroc et qu'il a parcouru l'Europe avant d'arriver en Finlande et qu'il a, entre autres vendu de la cocaïne en Italie[45].

Selon le Ministère allemand de l'intérieur et la Deutsche Welle, Bouanane est arrivé en Finlande par l'Allemagne. Il y a été enregistré bien qu'il n'ait pas demandé l'asile durant son séjour en Allemagne. Le Deutsche Welle écrit que Bouanane est arrivé en Allemagne fin 2015. On lui a alors fait des prélèvements d'ADN et des mesures biométriques pour s’assurer des son identité[46],[47]. On l'a aussi pris en photographie[48]. Selon le Ministère allemand de l'intérieur, il résidait illégalement en Allemagne[47]. Il est alors libéré et on lui demande de s'inscrire au registre des étrangers dans les jours suivants, ce qu'il n'a jamais fait[48],[49]. Il n'a donc pas demandé l'asile en Allemagne conformément à l'accord de Dublin même si Allemagne est son premier pays en Europe vent du Maroc[50]. Le porte-parole de la police de Hambourg, Ulf Wundrack dit qu'à l'époque il arrivait toutes sortes de réfugiés à la gare de Hambourg qui continuaient ensuite leur chemin vers la Scandinavie[48].

Selon l'agence de presse DPA citant des sources officielles des services de renseignement Bouanane a utilisé plusieurs identités en Allemagne[30]. En Allemagne il a été à Hambourg et en Basse-Saxe[48],[51]. Bouanane continue alors son voyage par la Rhénanie-du-Nord-Westphalie où il habite de janvier à avril 2016[48],[49]. Il utilise des noms différents à Hambourg et en Rhénanie-du-Nord-Westphalie[48]. Dans ce Land Bouanane est accusé de coups et blessures dans la ville de Neuss[51]. Deux semaines plus tard il est accusé de coups et blessures dans la ville de Kerpen à proximité de Cologne[52].

En FinlandeModifier

Des sources de Yleisradio indiquent que Bouanane a menti en disant avoir 17 ans à son arrivée en Finlande, il a ainsi obtenu le droit de vivre six mois dans une unité pour mineurs demandeurs d'asile[45]. Quand il a eu 18 ans selon ses dires en novembre 2016, il est transféré dans l'unité des majeurs[45].

Bouanane n'est pas dans la liste des 350 personnes suspectés d'avoir des connexions terroristes de la suojelupoliisi[53]. Dans le sud-ouest de la Finlande il y a, en août 2017, une centaine de jeunes hommes en demande d'asile qui font l'objet d'enquêtes de la Suojelupoliisi ou du Bureau national d'enquête[54]. Selon Yleisradio, une personne d'origine étrangère aurait cependant donné des informations à la police au début 2017, selon lesquelles l'homme insultait les finlandais, semblait radicalisé et intéressé par les idées extrémistes[45],[55]. Il demandait aussi comment il pouvait rejoindre l'organisation l'État Islamique, se montrait menaçant et consommait de la drogue[56].

Bouanane disait que l'on devrait tuer les chrétiens et considérait que les chiites sont des mécréants[57].

Il allait à la piscine et à des cours de finnois. Il utilisait des suppléments protéinés et fréquentait une salle de gymnastique[45]. Selon ces sources, il est grand et en bonne forme[45]. Ceux qui connaissent Bouanane ne le pensent pas déséquilibré ni dépressif, mais intelligent, bien qu'ayant un comportement clairement inhabituel[45]. L'année scolaire 2016–2017, il commence à suivre des cours d'enseignement primaire à destination des migrants dans une école primaire de Turku[58]. Il n'a cependant pas continué et n'a obtenu aucun certificat[59],[60].

Le 18 août, à l'heure de la prière, Bouanane se rend dans une mosquée de la rue Yliopistonkatu de Turku[61]. La prière commence vers 13.30 et se termine environ une heure plus tard vers 14:30 soit environ 1,5 heures avant son attaque[61].

ConséquencesModifier

Lors de l'émission A-studio d'Yle 1 du 21 août 2017, le Ministre de l'Intérieur de Finlande Paula Risikko a indiqué que les reconduites de demandeurs d'asile seront renforcées à l'automne, y compris les expulsions. Selon Paula Risikko, la liste des personnes à reconduire compte 1 400 individus[62].

Les services de sécurité finlandais ont annoncé après l'attaque que cette dernière n'avait pas de lien avec les événements de Barcelone et que le niveau d'alerte élevé demeurait inchangé[63]. Le 24 août, Kari Puolitaival, responsable de la police de la région sud-ouest de la Finlande affirme que les agressions envers les immigrants ont augmenté depuis le 18 août. Une personne d'origine somalienne a été blessée à Espoo et une pizzeria appartenant à un immigrant a été vandalisée à Parainen[64].

RéactionsModifier

NationaleModifier

Le premier ministre finlandais Juha Sipilä a réagi le jour même de l'attaque en adressant ses condoléances aux familles des victimes. Il insiste sur le fait que la Finlande n'est plus à prendre comme une exception mais que le pays peut tout autant être victime d'attaques terroristes : « Nous avions craint cela. La veille à Barcelone et maintenant à Turku, nous ne sommes plus une île[65]. » La population s'est rassemblée les jours suivants sur les lieux de l'attaque afin de rendre hommage aux victimes.

InternationaleModifier

  •   Union européenne : Jean-Claude Juncker a condamné l'attaque tout en apportant ses condoléances et son soutien familles des victimes[66].
  •   ONU : Le porte parole des Nations-Unies apporte son soutien aux familles des victimes et au gouvernement finlandais[67].

GalerieModifier

RéférencesModifier

  1. (fi) « Finnish police: Main suspect in Turku attack is 18-year-old Moroccan », Yle, (consulté le )
  2. a et b (fi) « Turun epäilty puukottaja on oikealta nimeltään Abderrahman Bouanane », Iltalehti,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. Le Monde avec AFP, « Finlande : la justice révèle l’identité du principal suspect de l’attaque de Turku », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  4. « Finlande: l'assaillant de Turku était un demandeur d'asile qui visait des femmes », RTBF Info,‎ (lire en ligne, consulté le )
  5. « Finlande : ce que l'on sait de l'attaque au couteau de Turku », Franceinfo,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. a et b KRP: Turku knifeman saw himself as a soldier of Isis, Helsinki Times, 8/2/2018
  7. (en) international terrorism in Finland (lire en ligne)
  8. (fi) « Lehti: Lastenrattaita työntänyt Turun uhri oli juuri tullut Italiasta vauvansa kastejuhlasta », Ilta-Sanomat, (consulté le )
  9. (fi) « Grafiikka: Näin Turun isku tapahtui – silminnäkijät kertovat », Ilta-Sanomat, (consulté le )
  10. (fi) « Turun puukottajan silmitön juoksu kesti 3 minuuttia – tätä reittiä epäilty hyökkääjä kulki », Ilta-Sanomat, (consulté le )
  11. (fi) « Tämän tiedämme Turun puukotuksista nyt », Yle Uutiset, (consulté le )
  12. (fi) « Yle: Turun puukotusten pääepäilty kyseli neuvoja, miten voisi liittyä Isisiin », Ilta-Sanomat, (consulté le )
  13. a et b (fi) « Puukotus Turussa 18.8.2017 (communiqué de la Police) », Poliisi, (consulté le )
  14. (fi) « Suorana klo 19 alkaen: Poliisi pitää tiedotustilaisuuden Turun puukotuksista », Yle Uutiset, Yleisradio Oy, (consulté le )
  15. (fi) « Kaikki uhrit ovat ylilääkärin mukaan aikuisia – Yle seuraa hetki hetkeltä » (consulté le )
  16. a et b (en) « Finnish police: Main suspect in Turku attack is 18-year-old Moroccan », Yle Uutiset,‎ (lire en ligne, consulté le )
  17. (en) Alexis, « Turku knife attack assailant confirmed as asylum seeker », Helsinki Times,‎ (lire en ligne, consulté le )
  18. (fi) « Poliisi vahvistaa: Turun puukottajalla kymmenen uhria – Poliisioperaatioita ympäri Suomen, useita otettu kiinni », Yle Uutiset (consulté le )
  19. a et b (fi) « Katso suorana Ylen erikoislähetys kello 14 alkaen: Krp:n, Supon ja pääministerin tiedotustilaisuudet », Yle Uutiset, (consulté le )
  20. (fi) « Poliisi Turun puukotuksista: "Tulkitsemme, että uhreiksi on valikoitu naisia" – loukkaantuneet miehet yrittivät auttaa uhreja », Yle Uutiset, (consulté le )
  21. (fi) « KRP: Uhreiksi valikoitui naisia – molemmat kuolleet suomalaisia naisia, loukkaantuneista kuusi naista ja kaksi miestä », Ilta-Sanomat, (consulté le )
  22. (fi) « Tiedottaja: Toinen puukottajan uhreista oli lehtisiä jakanut Jehovan todistaja », Ilta-Sanomat, (consulté le )
  23. (fi) « Turun iskussa kuolleen 31-vuotiaan naisen pikkuveli: "Ei pysty sanoin kuvailemaan miltä tämä tuntuu" », MTV Uutiset, 19.82017 (consulté le )
  24. (fi) « Kaksi naista kuollut, kolme sairaalaan tuoduista tehohoidossa – tämä Turun puukotusten uhreista tiedetään éditeur=Iltalehti » (consulté le )
  25. (fi) « Viimeinen Turun puukotuksessa loukkaantunut pääsi sairaalasta - kävi läpi kaksi leikkausta éditeur=Iltalehti » (consulté le )
  26. (fi) « Yksi puukotuksen uhreista on alle 18-vuotias – Neljä loukkaantunutta yhä sairaalahoidossa Tyksissä », Yle Uutiset, Yleisradio Oy, (consulté le )
  27. (fi) « Turun puukotuksia tutkitaan terroristisina murhina – epäilty 18-vuotias Marokon kansalainen », Ilta-Sanomat (consulté le )
  28. a b et c (fi) « Krp: Uutta tietoa Turusta – yksi uhreista onkin britti », Ilta-Sanomat, (consulté le )
  29. (fi) « Italialaislehti: Turussa haavoittui 30-vuotias nainen – toimii tutkijana Turussa », Ilta-Sanomat, (consulté le )
  30. a b et c (fi) « Süddeutsche Zeitung: Turun puukotusten pääepäilyllä oli useita identiteettejä Saksassa », Yle Uutiset (consulté le )
  31. a et b (fi) Toni Lehtinen, Susanna Reinboth, Vesa Mäkinen, Paavo Teittinen, « Turun puukotusten pääepäilty vangittiin, vapautettu mies sanoo tunteneensa Mechkahin ”urheiluharrastuksen kautta” – Mechkah sai kielteisen turvapaikkapäätöksen marraskuussa 2016 », Helsingin Sanomat,‎ (lire en ligne, consulté le )
  32. (en) Samuel Osborne, « Finland names Turku knife attack suspect as Abderrahman Mechkah, Police say country's first terror attack deliberately targeted women », The Independent,‎ (lire en ligne, consulté le )
  33. (fi) « Turun joukkopuukotus: Yksi epäilty vapautettu, neljä vangittu », Turkulainen, (consulté le )
  34. (fi) « KRP: Viidettä marokkolaismiestä ei ole syytä epäillä rikoksesta », Ilta-Sanomat, (consulté le )
  35. (fi) « Kaksi Turun iskun vuoksi vangittuna ollutta miestä vapautettu - ei epäillä enää rikoksista », Iltalehti, (consulté le )
  36. (fi) « Turun puukotuksista vangittuna ollut mies vapautettu – vain pääepäilty enää vangittuna », MTV Uutiset, (consulté le )
  37. (fi) « Turun puukottaja teki myös videon - sisältö vastaa manifestia », Iltalehti (consulté le )
  38. (fi) « Turun puukkoiskusta epäilty kirjoitti manifestin », Iltalehti (consulté le )
  39. (fi) « KRP: Turun puukottajalla oli suunnitelmissa myös kaksi vaihtoehtoista kohdetta », Yle Uutiset (consulté le )
  40. (en-GB) « Finland names knife attack terror suspect », The Independent,‎ (lire en ligne, consulté le )
  41. (fi) « KRP Turun puukottajalla oli suunnitelmissa myös kaksi vaihtoehtoista kohdetta », Yle Uutiset (consulté le )
  42. (fi) « Krp: Turun puukotusiskun pääepäilty haki marttyyrikuolemaa », ts.fi (consulté le )
  43. (fi) « Turun puukottaja luki manifestin videolle ennen tekoa - Poliisiylijohtaja: Teoriassa isku olisi voitu estää », Iltalehti (consulté le )
  44. (fi) « Turun veitsimies halusi liittyä Isisiin ja kutsui suomalaisia vääräuskoisiksi – Vastaanottokeskuksen lähteet: "Varoitimme viranomaisia, mutta meitä ei uskottu" », Yle Uutiset (consulté le )
  45. a b c d e f et g (fi) « Turun veitsimies halusi liittyä Isisiin ja kutsui suomalaisia vääräuskoisiksi – Vastaanottokeskuksen lähteet: "Varoitimme viranomaisia, mutta meitä ei uskottu" », Yle Uutiset (consulté le )
  46. (fi) « Deutsche Welle: Puukkoiskusta epäilty turvapaikanhakija tuli Suomeen Saksan kautta » (consulté le )
  47. a et b (fi) « Saksan sisäministeriö: Turun puukkohyökkäyksestä epäilty oleskeli aiemmin Saksassa laittomasti », Ilta-Sanomat (consulté le )
  48. a b c d e et f (fi) « Hampurin poliisin rekisteristä löytyy kolme Turun epäillyistä – Pääepäilty jäi kiinni pummilla matkustamisesta », Yle Uutiset (consulté le )
  49. a et b (fi) « Yle et HS: Hampurin poliisilla tiedot kolmesta Turun puukotuksen epäillystä », Ilta-Sanomat, (consulté le )
  50. (fi) « Näkökulma: Mitä tapahtui Turun iskun pääepäillyn sormenjäljille? » (consulté le )
  51. a et b (fi) « Turun iskusta epäiltyä Mechkahia syytettiin pahoinpitelystä Saksassa – kaksi muuta miestä poliisin kirjoissa ryöstöstä ja varkaudesta », Ilta-Sanomat, (consulté le )
  52. (fi) « Turun iskun pääepäilty käytti Saksassa useita henkilöllisyyksiä ja oleskeli useilla eri paikkakunnilla », mtv.fi (consulté le )
  53. (fi) « Supo: Turun puukotuksista epäilty ei ole ollut terrorismintorjunnan erityisseurannassa », Yle Uutiset, (consulté le )
  54. (fi) « Poliisitutkinta: Turun epäilty puukottaja radikalisoitui tässä kuussa », Yle Uutiset (consulté le )
  55. (fi) « Turun puukottajasta vihjattiin poliisille etukäteen – vaikutti radikalisoituneelta, oli kiinnostunut ääriajattelusta », Yle Uutiset (consulté le )
  56. (fi) « Yle: Turun puukotusten pääepäilty kyseli neuvoja, miten voisi liittyä Isisiin », Ilta-Sanomat, (consulté le )
  57. (fi) « Turun iskun pääepäillyn tiedettiin olevan kiinnostunut ääriajattelusta - Supo ei tarttunut vihjeeseen: "Ei poikennut valtavirrasta" », Iltalehti (consulté le )
  58. (fi) « Turun iskusta epäilty kävi lukuvuoden turkulaista peruskoulua - 14-vuotias tyttö: » (consulté le )
  59. (fi) « Turun puukkoiskun pääepäilty opiskeli kristillisessä opistossa – todistus jäi saamatta poissaolojen vuoksi », Ilta-Sanomat, (consulté le )
  60. (fi) « Turun uusia kiinniotettuja epäillään lievemmistä terrorismirikoksista », Yle Uutiset (consulté le )
  61. a et b (fi) « Pääepäillyn kielletyt tatuoinnit herättivät huomiota moskeijassa – ”Hän ei vaikuttanut kovin uskonnolliselta” », Ilta-Sanomat, (consulté le )
  62. (fi) Minna Karkkola, « Pakkopalautuksia tehostetaan syksyllä – Risikko Ylelle: Jonossa jopa 1400 henkeä », Uusi Suomi,‎ (lire en ligne, consulté le )
  63. (en-GB) « Finland stabbings: Police 'do not rule out terrorism' after knife rampage leaves two dead », The Telegraph,‎ (lire en ligne, consulté le )
  64. (en-GB) Aleksi Teivainen, « HS: Immigrants face increased hostility after stabbings in Turku », Helsinki Times,‎ (lire en ligne, consulté le )
  65. (en) Jon Rogers, « ‘We have feared this’ Finnish Prime Minister speaks out over Turku suspected terror attack », Daily Express,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  66. (en) « Press corner », sur European Commission - European Commission (consulté le ).
  67. (en) « Statement attributable to the Spokesman for the Secretary-General on the terrorist attack in Finland », sur United Nations Secretary-General, (consulté le ).

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Lien externeModifier

Sur les autres projets Wikimedia :