Arvède Barine

autrice et critique française, pseudonyme de Louise-Cécile Bouffé

Louise-Cécile Bouffé, dite Arvède Barine (ou encore Mme Charles Ernest Vincens)[1], née à Paris[2] le et morte à Paris le , est une historienne et critique littéraire française.

Arvède Barine
Image dans Infobox.
Arvède Barine
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Louise-Cécile BoufféVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
Arvède BarineVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Religion
Membre de
Distinctions

BiographieModifier

Elle publie des ouvrages historiques et des biographies littéraires, dont certains font date et sont traduits en anglais, notamment ses études sur la Grande Mademoiselle et sur Alfred de Musset et George Sand. Elle écrit des articles d'histoire et de critique littéraire, contribue à de nombreuses revues, dont la Revue bleue, la Revue des deux Mondes, la Revue politique et littéraire, la Nouvelle Revue, le Journal des débats, le Figaro et la Revue de Paris.

Elle fait partie du premier jury du prix Femina en 1905[3].

Proche pendant longtemps de la pédagogue Marie Souvestre, leur amitié ne résiste pas à l'affaire Dreyfus, Arvède Barine étant du parti des anti-dreyfusards et en opposition totale avec les convictions de Marie.

Elle épouse Charles Vincens, directeur au ministère de l'Intérieur, d'une famille de banquiers rochelais, neveu du banquier Théophile Babut, adjoint au maire de La Rochelle, conseiller général et président de la Chambre de commerce de La Rochelle.

Hommages et distinctionsModifier

Elle est chevalier de la Légion d'honneur (décret du )[4] et lauréate du prix Botta en 1888, du prix d'éloquence en 1890, du prix Vitet en 1894 et du prix Estrade-Delcros en 1901 de l'Académie française[5].

Une rue Arvède-Barine à La Rochelle en Charente-Maritime, d'où son mari est originaire lui rend hommage[6], ainsi qu'à Louveciennes dans les Yvelines.

PublicationsModifier

Traductions

RéférencesModifier

  1. Son mari, Charles Ernest Vincens (1836-1908), était sous-directeur au ministère de l'Intérieur.
  2. Une partie de sa famille maternelle était de descendance huguenote et originaire de l'Agenais. Revue de l'Agenais, janvier-février 1908, p. 558-560.
  3. Source : Recherches féministes, vol. 16, n° 1, 2003 (www.erudit.org)
  4. Base Léonore [1]
  5. Source : Revue des études historiques, 1909, p. 107.
  6. « Annuaire du tout Sud-Ouest illustré : comprenant les grandes familles et les notabilités de Bordeaux et des départements de la Gironde, de la Charente-Inférieure, de la Charente, de la Dordogne, du Lot-et-Garonne, des Landes et des Basses-Pyrénées / par Édouard Feret ; ill. par Marcel de Fonrémis », sur Gallica, (consulté le ).

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Florence Leftwich Ravanel, Women and the French Tradition, Macmillan, New York, 1918
  • Isabelle Ernot, « Une historienne au tournant du siècle : Arvède Barine » in Mil neuf cent, no 16, 1998, p. 93-131, [lire en ligne]
  • Patrick Cabanel, « Arvède Barine (Cécile Louise Bouffé, Mme Charles Vincens, dite) », in Patrick Cabanel et André Encrevé (dir.), Dictionnaire biographique des protestants français de 1787 à nos jours, tome 1 : A-C, Les Éditions de Paris Max Chaleil, Paris, 2015, p. 159-160 (ISBN 978-2846211901)

Liens externesModifier