Arno (chanteur)

chanteur, musicien, compositeur et acteur belge
Arno
Description de cette image, également commentée ci-après
Arno au Suikerrock en 2005.
Informations générales
Nom de naissance Arnold Charles Ernest Hintjens
Naissance (72 ans)
Ostende (Belgique)
Activité principale Chanteur, acteur
Genre musical Rock
Années actives Depuis 1970
Site officiel www.arno.be

Arno, nom de scène d'Arnold Charles Ernest Hintjens, est un chanteur et acteur belge né le à Ostende.

Trilingue, il a d'abord surtout chanté en anglais avant de privilégier le français et parfois le flamand[1]. Il est souvent surnommé « le Higelin belge »[2] ou encore « le Tom Waits belge »[3].

BiographieModifier

 
Arno en 2005.

Arno a des racines anglaises et françaises, dont des réfugiés fuyant le nazisme ; il a expliqué que le père de sa grand-mère était anglais et le père de son autre grand-mère était français[4].

En 1970, à 21 ans, il forme son premier groupe, Tjens Couter. Il est à l'origine du groupe TC Matic (d'abord appelé TC Band de 1977 à 1980). Le groupe se sépare en 1986 et Arno se lance dans une carrière solo, d'abord sur le label Virgin, il signe ensuite sur Delabel. En 1991 avec le bluesman belge Roland Van Campenhout, il forme le groupe Charles et les Lulus[5] qui ne dure pas longtemps. L'unique album de ce projet, enregistré en une semaine et en prise directe, est un disque de blues, sur lequel se retrouvent quelques reprises. Il a également été acteur en 1996 dans Camping Cosmos de Jan Bucquoy[6], en 1997 dans Alors voilà de Michel Piccoli. Il a reçu cinq fois l'Humo's Pop Poll Award du meilleur chanteur belge[7].

Il a été cuisinier pour Marvin Gaye lorsque celui-ci a résidé à Ostende en 1981 avec son fils[8].

Il se fait connaître en France du grand public à la suite de sa participation à la bande originale du film Merci la vie (1990) de Bertrand Blier.

 
Arno (2014) par le peintre belge Willy Bosschem.

Chantant en français, en anglais et en flamand, il est connu pour sa voix brisée à la Tom Waits[3] et ses textes touchants, parfois empreints de naïveté. Ses chansons ont souvent été des succès, généralement limités toutefois à un public d'initiés, malgré une presse spécialisée souvent enthousiaste (Putain putain, Bathroom Singer, Elle adore le noir, Les Yeux de ma mère, Je veux nager, Chic et pas cher). Il s'est fait une spécialité de reprises originales et décalées qui lui ont ouvert un public plus large. Des standards francophones : Les Filles du bord de mer d'Adamo, Le Bon Dieu de Jacques Brel, Comme à Ostende de Jean-Roger Caussimon et Léo Ferré, Elisa de Serge Gainsbourg, Sarah de Georges Moustaki, Pauvres Diables (Vous les femmes) de Julio Iglesias (dans la B.O. du film Les Garçons et Guillaume, à table ! de Guillaume Gallienne). D'autres anglophones : Mother's Little Helper des Rolling Stones, Knowing Me, Knowing You d'ABBA, Get Up, Stand Up de Bob Marley et Peter Tosh (toutes les trois jouées de façon beaucoup plus lente), Roadhouse Blues de The Doors en concert). Voire les deux : le medley Jean Baltazaarrr, La Fille du Père Noël/Jean Genie de Jacques Dutronc/David Bowie, avec Beverly Jo Scott). Il abandonne un peu l'anglais au cours du temps, mais sa musique reste un vaste mélange, l'accordéon y côtoyant la guitare électrique.

C'est sur scène qu'il prend sa vraie dimension, comme en témoignent ses albums en concert À la française, sorti en 1997, et Live in Brussels, en 2005, où l'on trouve des interprétations des Yeux de ma mère.

En 2006, il tient le rôle principal de Komma, un film de Martine Doyen[9]. Il enregistre un nouvel album, Jus de box, qui sort en janvier 2007. En 2008, il est à l'affiche du film J'ai toujours rêvé d'être un gangster de Samuel Benchetrit, où il joue une scène avec Alain Bashung[10]. Il sort également Covers Cocktail, une compilation de ses reprises, plus un inédit, I Want to Break Free de Queen.

SantéModifier

En , Arno annonce reporter une série de concerts en France, Suisse et Pays-Bas en raison d'un cancer du pancréas diagnostiqué en novembre 2019[11],[12].
Il reprend la scène en juillet 2020[13].
En , le site web de la salle de concert parisienne Le Trianon, où Arno devait se produire le , annonce que ce dernier annule tous ses concerts jusqu’à la fin de l’année. « Sur recommandation de ses médecins, il prend une pause de plusieurs mois pour se reposer et retrouver la forme. » explique le communiqué[14].

DiscographieModifier

Albums StudioModifier

Classement dans les hit-paradesModifier

Année Album Position
     
1986 Arno - - -
1988 Charlatan - - -
1990 Ratata - - -
1993 Idiots savants - - -
1995 À la française - 24 -
1999 À poil commercial 71 27 -
1999 European Cowboy - 26 -
2002 Arno Charles Ernest 26 3 90
2004 French Bazaar 16 4 60
2007 Jus de box[17] 22 3 48
2010 Brussld 31 6 62
2012 Future Vintage 35 4 -
2016 Human Incognito 29 6 -

Compilations et albums en publicModifier

Année Album Position
     
1992 Tracks From the Story - - -
1997 En concert (à la française) - - -
1997 Give Me the Gift - - -
2000 Le Best of Arno - 6 -
2005 Live in Brussels 109 13 -
2008 Covers Cocktail 46 30 -
2009 Best of 3 cd - 34 -

Autres projetsModifier

Depuis les débuts en soloModifier

Avec FrecklefaceModifier

Avec Tjens CouterModifier

  • 1975 : Who Cares
  • 1978 : Plat du jour
  • 1978 : Singles 1975-1980
  • 1991 : If It Blows (Let It Blow) - A Complication

Avec TC MaticModifier

  • 1981 : TC Matic
  • 1982 : L'Apache
  • 1983 : Choco
  • 1985 : Yé Yé
  • 2000 : Compil Complet ! - double-CD
  • 2003 : The Essential

Avec les SubrovniksModifier

  • 1994 : Arno & the Subrovniks - Water.

Avec Sofiane PamartModifier

  • 2021 : Vivre (reprises du répertoire d'Arno, version piano/voix).

SinglesModifier

VHS/DVDModifier

  • 1999 : Arno comme les hommes Portrait intimiste réalisé par Marc Dixon VHS/DVD
  • 2005 : Live in Brussels en DVD.

Autres collaborationsModifier

Sur le premier album, les parties vocales féminines sont assurées par Reggie, qui avait chanté Last Night a DJ Saved my Life avec le groupe Indeep. Arno et ses musiciens lui ont par ailleurs écrit et interprété deux titres à cette époque, sortis sur maxi single : I don't Play the Game Your Way et Time it Was[19].

FilmographieModifier

 
Arno en 2005 sur le tournage de Komma.

Notes et référencesModifier

  1. France Inter , « la bande originale » le 15 janvier 2016.
  2. http://www.letelegramme.com/local/finistere-nord/brest/ville/l-higelin-belge-fait-chavirer-le-bord-de-mer-30-11-2010-1132102.php.
  3. a et b « Encyclopédie Larousse en ligne - Arno Hintjens dit Arno », sur Larousse.fr (consulté le ).
  4. On n'est pas couché du 30 janvier 2016.
  5. Charles est son 2e prénom, Lulu est une référence à sa mère, dont c'était le surnom.
  6. « De Gaulle disait qu'il avait qu'un rival international, Tintin. Moi j'ai un rival belge, le chanteur Arno. » (Jan Bucquoy, La vie est belge, [détail des éditions], p. 151).
  7. (nl) « 'Human Incognito', de nieuwe van Arno: 'Ik heb voorlopig geen viagra nodig' », sur Humo (consulté le ).
  8. Olivier Horner, « Arno, la dérision faite rock’n’roll », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne).
  9. Olivier Nuc et Olivier Nuc, « KOMMA », sur Le Figaro.fr, (consulté le ).
  10. « "J'ai toujours rêvé d'être un gangster" : Samuel Benchetrit aime les truands d'antan », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  11. « Atteint d'un cancer, le chanteur Arno reporte des concerts en France », sur dna.fr, (consulté le ).
  12. « Le chanteur belge Arno annonce être malade d’un cancer du pancréas », sur 20minutes.fr, (consulté le ).
  13. « Sur scène à Werchter, Arno va aussi tourner un film et songe au théâtre », sur RTBF Info, (consulté le ).
  14. rtbf.be.
  15. Produit par John Parish.
  16. « 'Santeboutique', un nouvel album pour Arno, comme une nouvelle touche à son autoportrait », sur Franceinter.fr, (consulté le ).
  17. « Sur cet album, vous utilisez l'anglais, le français, et même l'ostendais, c'est important pour vous de mélanger les langues ? — Rien n'est important. Je fais seulement des chansons. Je suis pas Jésus-Christ, j'écris pas la Bible. Je suis pas Karl Marx, je suis pas un intello. » (« Je fais des chansons avec une larme et un sourire », publié le samedi 24 mars 2007 dans Victoire, p. 20-25 et le mardi 20 mars 2007 dans Soir en Ligne).
  18. Reggie – I Don't Play The Game Your Way / Time It Was.
  19. http://www.arnohintjens.be/fr/cinema?page=2.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier