Ouvrir le menu principal
Arabes israéliens
(ar) عرب إسرائيل
(he) ערביי ישראל
Description de cette image, également commentée ci-après
Dignitaires druzes célébrant lors d'un festival.

Populations significatives par région
Population totale 1 808 000 (278 000 à Jérusalem-Est et dans le plateau du Golan)
20,8 % de la population totale d'Israël (2017)
Autres
Langues Arabe palestinien, Arabe bédouin et hébreu
Religions Islam 84,7 % (principalement sunnisme), druzes 7,8 %, christianisme 7,4 % (2016)
Ethnies liées Arabes
Description de cette image, également commentée ci-après
Carte de répartition
Les panneaux routiers israéliens sont aussi bien écrits en hébreu qu'en arabe.

Les Arabes israéliens sont les Arabes détenteurs de la citoyenneté israélienne vivant en Israël. Ils s’identifient comme « Palestiniens » ou « Arabes d'Israël »[1]. Ils sont aussi parfois désignés par les Arabes des autres pays comme « Arabes de 48 ». Les réfugiés juifs des pays arabes ne sont pas comptés parmi les Arabes israéliens.

Lors da la guerre israélo-arabe de 1948, environ 27 %, soit environ 150 000 des 900 000 Arabes de la population de la Palestine mandataire restèrent chez eux, d'autres furent déplacés à l'intérieur d'Israël. Ils reçurent la citoyenneté israélienne.

Les Arabes israéliens représentent en avril 2017 environ 20,8 % de la population d’Israël, soit environ 1 808 000 personnes[2]. Selon les principes fondamentaux de la démocratie israélienne, ces citoyens ont les mêmes droits que les autres Israéliens. Toutefois, des discriminations sont dénoncées contre ces populations, soupçonnées par leurs concitoyens de soutenir la cause palestinienne ennemie aux dépens de l'existence de l'État d'Israël[réf. nécessaire]. La majorité des Arabes israéliens n'effectue pas de service militaire au sein de l'armée de défense israélienne, Tsahal[3] : seuls les Druzes qui furent alliés de la jeune armée israélienne dès 1948, sont tenus de faire leur service. Pour les autres Arabes israéliens (chrétiens ou non), le service armé fait suite à un acte de volontariat.

Sommaire

OrigineModifier

La majorité des Arabes israéliens (incluant 170 000 Bédouins) sont des descendants des 250 000 Arabes qui restèrent dans les frontières de l'État d’Israël après le Conflit judéo-arabe de 1947-1949 ainsi que des arabes Palestiniens de la région de Wadi-Ara lorsque cette région fut donnée à Israël dans le cadre des accords d'armistice israélo-jordaniens de 1949. 200 000 Arabes supplémentaires de la bande de Gaza et de Cisjordanie furent autorisés à immigrer en Israël dans le cadre de regroupements familiaux et obtinrent la citoyenneté israélienne.[réf. nécessaire]

Enfin, le nombre de Palestiniens vivant illégalement en Israël était estimé autour de 170 000 en 2004[4].

Évolution de la population arabeModifier

Article détaillé : Démographie d'Israël.

La population arabe israélienne s'élève à 1 838 782 en 2018, ce qui représente 20,9 % de la population totale qui est de 8 798 000 habitants[5]. Selon un rapport du Bureau central des statistiques israélien publié en mai 2017, le pourcentage d'Arabes dans la population israélienne devrait rester constant aux alentours de 21 % jusqu'en 2065, puis commencer à diminuer.[6]

Evolution de la population arabe en Israël
1948 1949 1950 1951 1952 1953 1954 1955 1956
156 000160 000167 100173 400179 300185 800191 800198 600204 900
1957 1958 1959 1960 1961 1962 1963 1964 1965
213 200221 500229 900239 100252 500262 900274 500286 400299 300
1966 1967 1968 1969 1970 1971 1972 1973 1974
312 500392 700406 300422 700440 100458 700477 200493 200514 700
1975 1976 1977 1978 1979 1980 1981 1982 1983
533 700554 900575 900596 300617 800638 900657 500690 400706 100
1984 1985 1986 1987 1988 1989 1990 1991 1992
727 900749 000769 900793 600817 700842 500875 000914 200953 400
1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001
992 5001 030 5001 004 9001 037 7001 069 4001 105 4001 143 9001 377 1001 227 500
2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010
1 263 9001 301 6001 340 2001 377 1001 413 3001 450 0001 499 9001 535 8001 573 100
2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 -
1 609 8001 647 2001 683 2001 720 3001 757 8001 797 3001 808 0001 838 782-
Le 8 novembre 1948, puis au 31 décembre de chaque année.
(Sources : Bureau central de Statistiques d'Israël (en)[7],[8])
 

FéconditéModifier

Le taux de fécondité représente la moyenne du nombre d'enfants par femme en âge de procréer (en général 15-49 ans).

Le tableau ci-dessous indique qu'en soixante ans (1955-2015), l'élévation du niveau de vie l'y accompagnant, le taux de fécondité des arabes israéliennes s'est rapproché très sensiblement de celui des juives israéliennes.

Taux de fécondité en Israël (selon les sources)
Selon le Bureau

central des Statistiques

d'Israël

Selon la Banque

mondiale

Selon le Bureau

du Recensement

des États-Unis

Selon la CIA

World Factbook

Profil 1955 2015 Différence 2016 2018
Femme musulmane 8,0 3,3 - 4,7 nc nc nc
Femme juive 3,6 3,1 - 0,5 nc nc nc
Population féminine

en Israël

4,0 3,1 - 0,9 3,1 3,1 2,63

Sources[9],[10],[11],[12]

Taux de fécondité (selon le profil)
Population 2014 2015 2016 2017
Juive 3,11 3,13 3,16 3,16
Musulmane 3,35 3,32 3,29 3,37
Chrétienne 2,27 2,12 2,05 1,93
Druze 2,20 2,19 2,21 2,10
Autres 1,72 1,72 1,64 1,58
Total 3,08 3,09 3,11 3,11

Source[13]

Diversité religieuseModifier

D'un point de vue religieux, les Arabes israéliens sont à 84,7 % musulmans (incluant les Bédouins), 7,8 % druzes et 7,4 % chrétiens, d'après le Bureau des statistiques israélien (chiffres de 2016)[14].

Répartition religieuse dans la population totale
Année Juifs Musulmans Chrétiens Druzes Autres
1950 87,8 % 8,5 % 2,6 % 1,1 % -
1960 88,9 % 7,7 % 2,3 % 1,1 % -
1970 85,4 % 10,9 % 2,5 % 1,2 % -
1980 83,7 % 12,7 % 2,3 % 1,3 % -
1990 81,9 % 14,1 % 2,4 % 1,7 % -
2000 77,8 % 15,2 % 2,1 % 1,6 % 3,2 %
2010 75,4 % 17,2 % 2,0 % 1,7 % 3,8 %
2016 74,7 % 17,7 % 2,0 % 1,6 % 4,0 %
2017 74,5 % 17,8 % 2,0 % 1,6 % 4,1 %

Source[15]

Arabes musulmansModifier

Les Arabes musulmans non bédouins constituent environ 70 % de la population arabe israélienne. Ils vivent en majorité dans le nord du pays et à Jérusalem-Est, même s'ils sont aussi présents dans des villes du sud d'Israël. Ils ne sont pas obligés de servir l'armée nationale mais peuvent se porter volontaires.

Les Musulmans israéliens dans leur ensemble ont le taux de natalité le plus élevé des populations israéliennes : 3,3 enfants par femme en 2016 contre 3,2 pour les Juifs israéliens (voir l'article Démographie d'Israël). En 2004, un enfant sur 4 qui nait en Israël est musulman et cette population est très jeune (42 % ont moins de 15 ans, à comparer au chiffre de 26 % dans la population juive). L'âge moyen des musulmans israéliens est 18 ans, contre 30 ans pour les juifs israéliens. 3 % des musulmans ont plus de 65 ans, contre 12 % pour les juifs israéliens.

Les projections estiment que la population musulmane représentera plus de 2 millions de citoyens israéliens, soit 24-26 % dans les 15 prochaines années. Elle représentera alors 85 % des Arabes israéliens vers 2020, soit 3 points de plus qu'en 2005[16].

Cependant, depuis 2000, la démographie musulmane israélienne connaît un net fléchissement. L'indice de fécondité, stable à 4,7 pendant toutes les années 1990, est tombé à 4,3 en 2004, 4 en 2005[17] puis 3,3 en 2015. Le même phénomène a touché Druzes et Arabes chrétiens dans les années 1990 et leur indice de fécondité est maintenant inférieur à celui des Juifs. Cela devrait conduire à réviser les projections démographiques. Le changement est essentiellement la conséquence du plus haut niveau d'éducation des jeunes femmes musulmanes, qui sont aussi de plus en plus nombreuses à travailler.

La croissance démographique de cette population musulmane n'est pas sans poser des débats dans la vie politique israélienne. Dr Wahid Abd Al-Magid, éditeur de Al-Ahram's Arab Strategic Report estime que « …Les Arabes de 1948 (i.e. les Arabes israéliens) pourrait devenir majoritaires en Israël vers 2035 et le seront certainement en 2048 ». Ce type d'analyse et de projection a amené certains politiciens israéliens[Qui ?] à proposer un échange de territoires avec la Cisjordanie [Quand ?] pour garantir que la majorité de la population reste juive en Israël[réf. nécessaire]. L'un de ces plans propose d'associer les populations arabes du Wadi-Ara (à l'ouest de la ligne verte) à un futur État arabe palestinien, en échange des principaux blocs d'implantation juive de Cisjordanie[18],,[19]. Toutefois, certains critiquent ces propositions jugées insuffisantes car elles ne feraient diminuer que de 2 % environ le pourcentage d'Arabes israéliens dans la population totale[réf. nécessaire]. En réalité, aucune étude ne permet d'affirmer que les Arabes israéliens seront majoritaires en 2048. Déjà Youssef Courbage parlait de « L’étonnant renversement des démographies israélienne et palestinienne 1948-2008 ».

 
Armes de la ville de Rahat

BédouinsModifier

Le terme de « Bédouins » ou « Badaoui » en arabe désigne un ensemble de groupes ethniques, originellement nomades, vivant dans les zones désertiques du Sahara de l'Ouest au Moyen-Orient. Certains (les fellahin) se sont sédentarisés et travaillent la terre. La plus grande localité de Bédouins en Israël est la ville de Rahat, au nord de Ber-Sheva. Le gouvernement israélien encourage les Bédouins à se sédentariser dans certaines villes en particulier, mais beaucoup vivent dans des villages non reconnus, malgré les vœux des autorités officielles et la moindre disponibilité de services sociaux[20].

Les Bédouins sont admis dans l'armée israélienne sur le principe du volontariat, mais seulement 4 % de ces citoyens se portent volontaires.

DruzesModifier

Les Druzes sont un groupe religieux présent principalement en Israël, en Syrie et au Liban. Les Druzes israéliens vivent essentiellement dans le nord du pays, notamment à Daliat el Karmel près de Haifa. Des villes druzes existent également dans les hauteurs du Golan, territoire revendiqué par la Syrie.

Outre l'hébreu, les Druzes possèdent un dialecte, l'arabe druze (ב ערבית : اللهجة الدرزية ), qui est une façon de prononcer l'arabe (prononciation de toutes les lettres) proche de celle de l'arabe littéraire mais qui les distingue du reste de la population arabophone du pays.

La majorité des Druzes se définissent comme israéliens et doivent faire leur service militaire, à la demande de leurs dirigeants communautaires. Les Druzes israéliens, contrairement à leurs coreligionnaires syriens, refusent d'être qualifiés de musulmans mais plutôt d'ismaélites. Certains d'entre eux refusent même d'être identifiés à des Arabes, revendiquant qu'ils ne partagent avec eux que la langue arabe. Toutefois, des personnalités druzes comme Salman Natur et Jamal Mu'addi se définissent comme des Arabes palestiniens.

De nos jours, les Druzes sont mieux intégrés que les Arabes israéliens sunnites ou chrétiens dans les institutions israéliennes : « 30 % des hommes druzes israéliens travaillent dans la défense nationale », « des emplois leur sont également réservés dans la police et dans l’administration pénitentiaire et sur les 120 députés élus à la Knesset, quatre sont druzes »[21]. D'autres comme Naïm Araidi sont diplomates[22].

Arabes chrétiensModifier

Les chrétiens arabes de citoyenneté (mais pas de nationalité) israélienne sont environ 7 % de la population arabe israélienne et résident en grande partie dans le nord du pays, Nazareth étant la plus grande ville arabe chrétienne en Israël. Ils sont majoritairement de rite melkite (églises byzantines grecque-orthodoxe et grecque-catholique) avec une minorité qui est de rite latin (église romaine). Les chrétiens sont actifs dans la vie économique israélienne mais également dans la vie politique et civile. Un juge de la Cour suprême d'Israël est chrétien.

Terminologie israélienneModifier

L'État d'Israël fait la distinction entre citoyenneté (אזרחות) (israélienne ou étrangère pour les résidents non israéliens) et nationalité (לאום) (juive, arabe, druze, circassienne, bédouine)[23].

Article détaillé : Carte d’identité israélienne.

NationalitésModifier

Les nationalités Juifs et Arabes, présentées en Israël comme deux catégories distinctes, ne sont pas sans poser problème, dans la mesure où des centaines de milliers de Juifs israéliens sont originaires des pays arabes, et peuvent être considérés comme des juifs arabes ; à leur arrivée en Israël ils étaient tous arabophones et de culture arabe. Aujourd'hui encore certains de leur descendants refusent d'effacer cette part de leur héritage : "en Israël des intellectuels juifs d’origine marocaine revendiquent la reconnaissance de leur culture arabo-mizrahi et leur identité arabe qui, pour eux, représente un patrimoine à part entière pour tous les juifs[24]" peut-on lire dans Tribune juive en 2016. Le journaliste Gil Anidjar, lui-même de famille d'origine marocaine, souligne le fait qu'en Israël, "juif" et "arabe" sont des nationalités distinctes parce que cela sert de nombreux intérêts ; selon lui "ces noms gravent dans la loi la séparation qui fournit une "solution" au conflit[25]".

Nationalité bédouineModifier

En Israël "la catégorie Bédouin apparaît très vite dans certains formulaires officiels aux côtés de celle de musulmans, druzes, chrétiens et circassiens", alors même que les Bédouins sont musulmans, bien que certains d'entre eux refusent même d'être identifiés à des Arabes. "Les autorités n’ont jamais caché leur désir de les dissocier des autres Palestiniens de citoyenneté israélienne[26]". "Cette différenciation est présente au niveau institutionnel puisque la formulation « Bédouins dans l’État d’Israël » est une expression à part entière recensée dans le lexique de la Knesset, le Parlement israélien[27]". On trouve également, jusque dans les documents des organisations internationales, qui reprennent la terminologique israélienne, la distinction entre Arabes (c'est-à-dire Palestiniens) et Bédouins, alors que les Bédouins sont des Arabes : "Depuis 1994 le Gouvernement met en œuvre des mesures de discrimination positive pour favoriser l’intégration des populations arabe, bédouine, druze et circassienne dans la fonction publique", dit un rapport des Nations unies[28]. Les Bédouins en sont arrivés à ne plus oser formuler leurs revendications en tant qu’« Arabes » ou en tant que « Palestiniens », de peur de s’attirer les foudres des autorités. "Dans de nombreux contextes, les Bédouins n’utilisent plus l’ethnonyme `arab (litt. Arabe) pour se présenter, comme c’était encore le cas dans les années cinquante. Aujourd’hui, ils ont recours au terme bedû (Bédouins), un terme qu’utilisaient surtout leurs voisins[26]".

Nationalité druzeModifier

"Le gouvernement israélien a officiellement retiré les Druzes de la liste des « minorités arabes » en leur créant une catégorie « nationale religieuse » distincte[29]", dans la poursuite du « Pacte de sang », une alliance de soutien mutuel (Druzes et Juifs) datant de 1948, bien que l'anthropologue Bouba Nouhou Alhadji affirme que "les druzes sont arabes et de culture arabe. Ils se définissent comme arabes de nationalité et druzes de religion à l’instar de ce que peuvent affirmer aussi les Arabes musulmans ou chrétiens. Mais l’État hébreu va distinguer les druzes des « Palestiniens musulmans ou chrétiens », prétextant que « religieusement » et socialement » les druzes ne sont pas « arabes » parce qu’ils sont druzes[29]". Israël s'appuie surtout sur le fait que nombre d'entre eux refusent d'être assimilés aux musulmans (ils se disent « Ismaélites » ou « Unitaires, muwahhidûn »), sur leur sentiment de ne pas être foncièrement liés au récit national palestinien[30] et sur leur patriotisme sioniste : un sondage israélien montre que 46 % des Druzes ne se considèrent pas arabes et 99 % des soldats druzes préfèreraient intégrer le reste de l’armée israélienne plutôt que de rester dans l'unité druze (Herev) qui leur est propre[31]. Les media israéliens les appellent « nos frères de sang »[21] et d'ailleurs, le soutien apportée par la communauté druze au sionisme est considérée comme une trahison par le reste des Arabes à l'égard desquels les Druzes restent méfiants, ce qui accentue le clivage.

Orientation identitaireModifier

De manière générale, les catégorisations imposées par le système juridique israélien, répétées dans les formulaires administratifs finissent par orienter le contenu des représentations chez les habitants du pays. "Le cadre juridique et sa complexité ne génèrent pas simplement des inégalités statutaires entre les membres de la population israélienne, en fonction de leur appartenance à tel ou tel groupe. Mais, en imputant des termes qui figent et soulignent les différences culturelles entre ces groupes, ils en font des entités ethniques - entités qui sont pourtant loin de correspondre à des groupes cohérents et pertinents", selon Cédric Parizot[26]. Ces identités différenciées risquent à l'avenir de faire surgir un sentiment d'exclusion, particulièrement depuis le vote de la loi définissant Israël comme « État nation du peuple juif ».

Répartition géographiqueModifier

 
Proportion de la population arabe sur le territoire dont Jérusalem-Est et le plateau du Golan, en 2000

71 % de la population arabe vit dans 116 localités d'Israël, généralement à grande majorité arabe. Seules neuf de ces localités ont le statut de villes. 40 % des musulmans israéliens (soit 400 000 personnes) vivent dans des communautés du nord du pays, à forte majorité arabe. 24 % des Arabes vivent dans des villes à majorité juive, essentiellement Jérusalem, Haifa, Tel Aviv-Jaffa, Acre, Lod, Ramla, Ma'alot-Tarshiha, et Nazareth Illit. 4 % des Arabes vivent dans des communautés de Bédouins du Néguev et 1 % vivent dans des zones qui sont habitées quasi-intégralement par des Juifs.

Vie économiqueModifier

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Le pourcentage des personnes actives parmi les Arabes israéliens est évalué à 39 %, contre 57 % pour le reste de la population. Il présente des disparités entre la participation des actifs hommes (60 % mais caractérisé par une entrée jeune dans le monde du travail et peu d'emploi après 45 ans) et des actives femmes qui sont beaucoup moins présentes sur le marché du travail (17 % contre 55 % pour les Juives israéliennes). Les disparités selon les groupes ethniques, les sexes et les tranches d'âge, s'expliquent par des préférences personnelles, des pressions sociales, un manque d'opportunités et des différences d'éducation (surtout pour les plus âgés). Les Arabes ont été plus durement frappés par la récente récession vécue par le pays. En 1989, 68 % des hommes arabes étaient actifs (contre 62 % pour les hommes juifs) alors que le taux d'actifs est maintenant de 60 % pour les deux communautés. Les principaux secteurs d'activité des Arabes sont le bâtiment pour les hommes (25 %) et l'éducation pour les femmes (38 %).

Les Arabes israéliens (comme les Juifs ultra-orthodoxes, haredis) étant exemptés du service militaire et donc des périodes annuelles de réserve, ils sont dans un sens favorisés par rapport au reste de la population israélienne comprise en 18 et 40 ans environ mais cela les prive aussi d’une série d’avantages, de formations et d’aides, dans le secteur de l'éducation notamment et en conséquence sur le marché du travail, qui leur auraient servi même après 40 ans. Cette exclusion de facto a une incidence non négligeable et explique en partie un taux d’activité et des salaires moindres pour ces populations[32].

Ainsi, les Arabes gagnent en moyenne 69 % de ce que gagnent les Juifs israéliens. Le revenu horaire moyen des Arabes israéliens étaient de 29,5 shekels en 2003. Le revenu horaire moyen des femmes (30,3 shekels) était supérieur à celui des hommes (29,3 shekels), ce qui est particulièrement remarquable mais s'explique par le fait que les femmes sont principalement présentes dans des fonctions publiques comme l'éducation.

Les revenus des Arabes israéliens sont répartis en moyenne entre leurs salaires (76 % contre 77 % pour les Juifs) et des allocations (20 % contre 11 % pour les Juifs). Leurs dépenses principales sont alimentaires (le logement est la principale dépense des foyers juifs). Ces différences s'expliquent par des revenus plus faibles et par le fait que les Arabes soient plus souvent propriétaires de leurs logements (à 87 % contre 68 % chez les Juifs).

La principale donnée sur le développement économique des Arabes israéliens depuis 1949 est sa transformation d'une population agricole en une population plus ouvrière dans l'industrie. Plusieurs étapes ont marqué l'évolution économique de ces populations. Jusqu'en 1967, les Arabes sont prolétarisés. À partir de 1967, le développement économique est encouragé et une bourgeoisie arabe apparaît. Depuis les années 1980, les communautés arabes ont développé plus particulièrement leur potentiel industriel.

AlimentationModifier

Le Bureau central des statistiques indique des disparités dans le choix des dépenses alimentaires du pays selon le groupe religieux, la taille de la famille et les revenus du foyer[33],[34].

Dépenses alimentaires
Israéliens Viandes et

volailles

Fruits et

légumes

Produits laitiers Total nourriture

/budget

Arabes 974 NIS - 12 % 23,9 %
Juifs 650 NIS 770 NIS 15,9 %
Laïques - - 15,6 %

Les disparités alimentaires se marquent aussi dans le choix du pain consommé : seulement 15% des Arabes israéliens consomment du pain à base de blé entier de haute qualité quand les Juifs israéliens sont 55% à le préférer[35].

Ces choix alimentaires différenciés ajoutés au mode de vie ont pour conséquence certains types de maladie (obésité, diabète, maladies cardio-vasculaires...) et donc une incidence sur l'espérance de vie et le taux de mortalité parmi ces populations.

SantéModifier

Des améliorations des conditions de vie, de l'éducation et des soins ont permis de diminuer le taux de mortalité infantile des Arabes israéliens qui est passé de 32 pour mille naissances en 1970 à 8,6 pour mille en 2000. Parmi les Arabes, les populations musulmanes ont le taux de mortalité infantile le plus élevé, 9,1 pour 1 000 contre 46,1 pour mille en 1961[36]. Chez les chrétiens, le taux est passé de 42,1 en 1961 à 6,7 en 1996. Chez les Druzes, il est passé de 50,4 à 8,9 décès pour mille naissances.

En 2017, les statistiques de l'hôpital anglais de Nazareth montrent que les Arabes israéliens sont hospitalisés 1,4 fois plus que les Juifs et consultent les médecins des centres médicaux (koupot ‘holim) 1,15 fois plus souvent que leurs concitoyens juifs[35].

L'espérance de vie de ces populations a progressé de 27 ans depuis 1948. Les causes principales de décès sont les maladies cardiaques et le cancer. Près de la moitié des hommes arabes fument, et environ 14 % ont été diagnostiqués avec du diabète en 2000[36]. En 2017, il reste un écart de quatre ans dans l’espérance de vie entre les populations arabes et juives[35].

Dans le budget 2002, le ministre israélien de la santé a alloué 1,6 million de shekels aux communautés arabes, parmi les 277 millions du budget alloué au développement des services de santé[37]. Le Comité mixte pour l’emploi arabe et l’égalité sociale indique en 2017 qu'un nouveau budget et un plan de santé ambitieux sont nécessaires pour promouvoir une meilleure éducation à un mode de vie sain chez les Arabes israéliens afin de réduire les écarts[35].

Obésité et sous-poidsModifier

Le rapport du ministère de la Santé israélien de 2013, confirmé par celui de l'OCDE de 2017, indique que plus de 50 % de la population adulte en Israël souffre de surpoids ou d'obésité[38]. En 2017 et selon l'étude du Dr Bishara Basharat, directeur de l’hôpital anglais de Nazareth et président de la Société pour l’avancement de la santé dans la population arabe, 11% des diabétiques juifs sont définis comme ayant un mauvais équilibre de leur glycémie, comparativement à un taux beaucoup plus élevé de 19% chez les diabétiques arabes[35].

En revanche, les enfants issus de famille bédouines et ultra-orthodoxes juives (haredi) seraient en sous poids et présenteraient même des problèmes de croissance. Les explications se trouvent dans la plus grande pauvreté de ces deux populations par rapport au reste des Israéliens, le grand nombre d'enfants par famille et leur mobilité notamment par des déplacements à pieds plutôt qu'en transports[39].

ÉducationModifier

Le nombre d'années de scolarisation des enfants arabes israéliens a augmenté entre 1961 et 1996, passant de 1,2 à 10,4 années. Le niveau d'éducation des Arabes israéliens est relativement plus faible que celui des Juifs israéliens, ce qui a un impact sur les niveaux de salaires.

Human Rights Watch pointait, dans un rapport datant de 2001[40], les inégalités entre les écoles publiques arabes et juives et l'investissement gouvernemental plus faible dans l'éducation des enfants arabes. Les classes étaient en moyenne, toujours d'après ce rapport, 20 % plus chargées chez les Arabes[41],[42].

Statut légal et politiqueModifier

Les Arabes israéliens sont des citoyens à part entière de l'État d'Israël, avec une protection égale devant la loi et les mêmes droits que leurs concitoyens. Si l'arabe a été une des langues officielles de l'État, il est depuis la loi Israël, État-nation adoptée en 2018, une langue à statut spécial.

IntégrationModifier

Sur le plan des principes, tous les citoyens israéliens sont égaux en droit. La déclaration d’Indépendance du 14 mai 1948 est sans ambiguïté. Elle proclame « une égalité absolue entre tous ses citoyens, sans distinction de religion, de race ou de sexe ». Les citoyens arabes musulmans et chrétiens, comme les citoyens juifs, peuvent voter à la Knesset. Plusieurs partis politiques arabes sont représentés à la Knesset depuis 1984[43].

La radio publique a un canal diffusant en arabe 24 h sur 24, la télévision publique présente des programmes en arabe et il existe une quinzaine de quotidiens et d’hebdomadaires[43].

La liberté de conscience et de culte est inscrite dans la déclaration d’Indépendance du 14 mai 1948 et selon C. Dupeyron, les différences religieuses sont respectées[43].

Des réussites personnelles sont des signes ponctuels d'intégration des Arabes israéliens :

D'autres positions anti-israéliennes se font également entendre :

  • En , un parlementaire arabe à la Knesset, Azmi Bishara, qui depuis a pris la fuite après avoir été accusé de trahison pour collaboration avec le Hezbollah, déclara à une assemblée au Liban que les Arabes israéliens étaient « comme tous les Arabes, mais avec une nationalité israélienne qui leur a été imposée… Rendez-nous la Palestine et emportez la démocratie avec vous. Elle ne nous intéresse pas(en) »[48]. Bishara a été critique par rapport à la démocratie israélienne qui, selon lui, n'est pas faite pour tous les citoyens mais pour certains groupes privilégiés.
  • En , un autre parlementaire arabe à la Knesset, Ibrahim Sarsur, a appelé à l'établissement d'un califat islamique sur ce qu'il appela « une terre arabe et musulmane » et a rejeté l'« israélisation » des Arabes d'Israël[49].
  • Le , les services du renseignement intérieur israélien ont démantelé une cellule de l'organisation État islamique sur le territoire israélien. Il s'agit de sept Arabes israéliens dont un avocat originaire de Nazareth. Ils ont été arrêtés en novembre et en décembre 2014. Ils ont reconnu avoir réuni des armes et des fonds pour mener des attentats en Israël[50].

Par ailleurs, des témoignages existent sur la difficulté d'intégration des Arabes israéliens et si, devant la loi, tous les citoyens israéliens sont égaux, dans les faits des discriminations existent notamment dans la possibilité de vivre dans une communauté juive.[réf. nécessaire]

 
Soldats de Tsahal servant dans le Bedouin Desert Reconnaissance, un bataillon d'infanterie en grande partie composé d'Arabes bédouins, 2011

Service militaireModifier

Selon la loi israélienne, tous les citoyens israéliens sont soumis à la conscription. Cependant une politique de longue date exempte les Arabes israéliens de faire leur service militaire ; toutefois les membres de certaines tribus bédouines servent dans Tsahal[51] ainsi que des citoyens arabes musulmans et chrétiens, sur la base d'un engagement volontaire[52].

Alternativement, les jeunes Arabes israéliens ont la possibilité de faire un service civil, ce qui leur accorde des avantages similaires à ceux dont bénéficient les soldats démobilisés et qui les intègre d'autant mieux dans la société israélienne en améliorant leur niveau de vie[53].

Article détaillé : Armée de défense d'Israël.

Organisation politiqueModifier

La Liste unifiée est la coalition représentant les Arabes israélien. Elle est composée de 4 partis : la liste arabe unie, le Ta'al, le Balad et l' Hadash.C'est la 3e force politique du pays. Parmi ces 13 députés, 12 sont arabes :

Le Parti communiste israélien, sous ses différents noms, a été ouvert dès le départ aux deux communautés.

Ghaleb Majadleh, membre du Parti travailliste et ministre de la Science et de la Culture et du Sport de 2007 à 2009, a repris en 2010 le siège laissé vacant par la démission de Yuli Tamir.

Shachiv Shnaan, un Druze, ancien membre du Parti travailliste et membre du Parti Indépendance créé en 2011 par Ehud Barak, a repris en 2012 le poste laissé vacant par la nomination de Matan Vilnai comme ambassadeur en Chine.

Cinq autres députés, majoritairement druzes, occupent des sièges d'autres partis :

Il y a eu des députés arabes dans toute l’histoire de la Knesset. Parmi eux, l’écrivain Émile Habibi, Tawfik Toubi (élu pendant plus de 41 ans entre la 1re et la 12e Knesset) et Taoufik Ziyad.

DiscriminationModifier

Le service militaire étant facultatif pour les Arabes musulmans et chrétiens (sauf pour les Arabes druzes), cette exemption, dont ils bénéficient sans doute à certains égards, a toutefois un effet discriminant indirect et majeur dans la mesure où de nombreuses offres d’emploi exigent l’accomplissement du service militaire. Si dans certains secteurs « sensibles », liés à la Sécurité, ce critère d’embauche est compréhensible, il reste que dans bien des cas il n’a qu’une seule raison d’être : éliminer les candidats arabes aux postes à pourvoir, selon Catherine Dupeyron[43].

Les principales inégalités sont de nature économique et sociale et suscitent l’amertume des Arabes israéliens[56].

Le développement urbain semble être conçu pour limiter l’essor des localités arabes musulmanes et chrétiennes, et favoriser celui des localités juives. Celles-ci sont nettement privilégiées en termes de ressources budgétaires, de superficie municipale et d’attribution de zones industrielles génératrices de recettes fiscales. « La conséquence principale de la politique officielle de développement urbain est la pénurie de terrains à bâtir et de surfaces à cultiver dans le secteur arabe », remarque l’économiste israélien Jacques Bendelac, secteur où la densité de population est devenue beaucoup plus forte dans les localités juives israéliennes[43].

Loi de la citoyennetéModifier

Comme il est expliqué dans le documentaire Love during wartime, le conjoint palestinien d'un citoyen israélien n'a pas le droit de vivre en Israël, officiellement pour des questions de sécurité mais aussi par crainte d'un afflux de Palestiniens en Israël.

En janvier 2012, la loi sur la citoyenneté et l’entrée en Israël a été confirmée par la Cour suprême d'Israël, elle interdit aux Palestiniens mariés à des Israéliens d’obtenir la nationalité israélienne, et aurait empêché des milliers de couple mariés de vivre ensemble[59].

Adoptée en 2003 pendant la seconde Intifada, elle pointait un objectif de sécurité, mais aussi la volonté de garder le caractère majoritairement juif d’Israël. Amendée en 2005, elle permet aux femmes de plus de 25 ans et aux hommes de plus de 35 ans de demander des permis de séjour temporaires, mais non d’acquérir la nationalité, à de très rares exceptions près. En 2007, elle est étendue pour s’appliquer aux conjoints originaires d’Iran, d’Irak, de Syrie et du Liban[59].

Implications dans le conflit israélo-palestinienModifier

Parmi la population arabe israélienne, les citoyens se définissent de façons très différentes selon leurs sensibilités aux nationalismes arabes, palestinien, leur rapport au territoire de la Palestine avant la création de l’État d’Israël, à la citoyenneté israélienne et à leurs liens avec l'État[60].

En , au début de la seconde Intifada, 12 Arabes israéliens sont tués par des policiers israéliens lors de la répression de divers manifestations.

Le , le procureur général de l'État d'Israël annonce l'abandon définitif des poursuites à l'encontre des policiers qui avaient tué les manifestants arabes en 2000[61]. Ahmed Tibi, un député arabe israélien, déclare par la suite à la radio militaire : « Il est inadmissible que des policiers assassins tirent en toute impunité sur des citoyens sans qu'ils soient poursuivis. C'est une preuve supplémentaire de la discrimination que subit la population arabe ».

Dans son rapport rendu public en , après deux ans et demi de travaux, la commission, présidée par le juge Théodore Orr, avait infligé un blâme sévère à la police israélienne, sans réclamer des poursuites judiciaires spécifiques[61]. Elle avait lié les violences d' en solidarité avec les Palestiniens à « l'incapacité des différents gouvernements israéliens à traiter de façon équitable la minorité arabe ».

Début , au cœur de l'opération Pluie d'été dans la Bande de Gaza, le député arabe israélien Wasil Taha (Balad) conseille aux Palestiniens sur le site Islamoline de « kidnapper un soldat et de cesser les attaques contre les civils ». Il confirme cette affirmation à la presse israélienne et provoque des réprobations des autres députés de la Knesset. Le député Yoel Hasson dépose même une plainte contre Taha. D'autres proposent de retirer sa nationalité israélienne au député arabe voire de l'échanger contre Gilad Shalit.

Au moment de son investiture à la Knesset en février 2009, la députée arabe du parti Balad (al-Tajamu), Haneen Zoabi quitte le plenum avant que retentisse l'Hatikva (l'Espérance), l'hymne national israélien au motif que « L'Hatikva ne (la) représente pas »[62]. En 2010, elle participe à la flotille pour Gaza afin de violer le blocus de Gaza, en considérant qu'il s'agit d'une « action humanitaire »[63]. En novembre 2011, lors de la cession au Cap du Tribunal Russel pour la Palestine, elle affirme qu'« Israël est un État d'apartheid »[64]. L'année suivante, elle déclare qu'« Israël n'est pas une victime, pas même lorsque des civils (israéliens) sont tués ». S'exprimant dans le cadre démocratique israélien qui l'a élue au Parlement, elle ajoute qu'« Israël est un projet colonialiste raciste » et qu'il « déteste la démocratie »[65]. En 2014, après l'enlèvement (suivi du meurtre) de trois adolescents Israéliens par des Palestiniens, elle soutient que ces derniers ne sont « pas des terroristes »[66]. Ses déclarations à travers les années ont souvent été suivies de dépôts de plainte ou de menaces de mort. Zoabi quitte la Knesset en 2015 et écrit depuis des articles pour l'ensemble des journaux arabes ; elle voyage aussi à l'étranger pour obtenir un appui international dans sa lutte pour les droits des Palestiniens et « contre le racisme et l'apartheid en Israël »[67].

Depuis la guerre de Gaza de 2008-2009 (opération Plomb durci), un fossé s’est creusé entre la population juive, majoritairement favorable à l’intervention, et la population arabe, qui avait souvent de la famille dans la bande de Gaza et a condamné son bilan humain[68].

Associations et sites web dédiés aux Arabes israéliensModifier

  • Adalah (de l’arabe عدالة (ʕadāla(t)) : « justice » ; en hébreu, עדאלה (ʕadālah)), est une association à but non lucratif basée à Haïfa, qui se définit comme « centre juridique des droits de la minorité arabe en Israël »[69].
  • Mossawa (de l’arabe مساواة (musāwā(t)) : « égalité » ; titre complet : Mossawa, The Advocacy Center for Arab Citizens of Israel), est une autre association à but juridique basée à Haïfa[70].
  • Le magazine en ligne Qadita.net, fondé par Ala Hlehel, est consacré à la littérature arabe et réserve une rubrique aux auteurs homosexuels, une exception dans le monde arabe[71],[72].
  • The Galilee Society (titre complet : The Galilee Society: The Arab National Society for Health Research and Services) est une association basée à Shefa Amr qui, au-delà de sa vocation première sur les questions de santé, se consacre à des questions environnementales et sociales[73].

Le collectif Ittijah (en) (de l’arabe إتجاه (‘ittijāh) : « direction, orientation » ; en anglais, Union of Arab Community-Based Associations), créé en 1995 à Haïfa, est un réseau d’associations de défense des droits des Arabes israéliens[74]. Il semble ne plus être actif en septembre 2012.

CultureModifier

ThéâtreModifier

MusiqueModifier

CinémaModifier

Depuis les années 2000, un nombre croissant de réalisateurs et d’acteurs arabes israéliens sont sortis des formations universitaires artistiques ou d’écoles des arts de la scène telles que Beit Zvi près de Tel Aviv.

Tawfik Abu Wael et Sameh Zoabi (installé aux États-Unis) font partie de la jeune génération des réalisateurs arabes israéliens. Leur aînée, l’actrice Hiam Abbass, installée en France de longue date, a tourné dans sa Galilée natale son premier long métrage, Héritage (Inheritance), sorti le .

Parmi les actrices, on trouve, outre Hiam Abbass, Raida Adon (également artiste plasticienne, de père juif et de mère musulmane[82]), Mira Awad (également chanteuse et compositrice), Ruba Blal, Khawlah Hag-Debsy, Clara Khoury, Salwa Nakkara, Ula Tabari (également réalisatrice, installée en France) et Lana Zreik.

Parmi les acteurs figurent Gassan Abbas, Yussuf Abu-Warda, Johnny Arbid, Mohammed Bakri et ses fils Saleh Bakri et Ziad Bakri, Ashraf Barhom, Salim Daw, Suhel Haddad, Amer Hlehel, Norman Issa, Imad Jabarin, Shredy Jabarin, Jamil Khoury et son père Makram Khoury, Tarik Kopty, Doraid Liddawi, Hussein Yassin Mahajne, Juliano Mer-Khamis (de mère juive, assassiné en 2011 à Jénine), Ayman Nahas, Kais Nashef, Khalifa Natour, Loai Nofi, Mahmoud Shalaby (également musicien), Razi Shawahdeh (installé au Canada), Ali Suliman, Yousef Sweid et Akram Tillawi (installé en Italie). Plusieurs d’entre eux sont également réalisateurs ou metteurs en scène.

LittératureModifier

 
Journaux israéliens en arabe, au Moshe Dayan Center for Middle Eastern and African Studies

Parmi les auteurs contemporains figurent Ala Hlehel et Sayed Kashua.

Ala Hlehel, écrivain, journaliste et scénariste, est aussi le fondateur du magazine en ligne littéraire Qadita.net cité plus haut.

Sayed Kashua écrit des éditoriaux satiriques en hébreu pour le journal Haaretz. Dans un style humoristique et ironique, il traite des problèmes que rencontrent les Arabes d’Israël, pris entre deux mondes. Il a créé la série télévisée Arab Labor, qui traite du même sujet, interprété entre autres par Norman Issa, Clara Khoury, Salim Daw, Salwa Nakkara et Mira Awad. En 2014, pendant l'opération Bordure protectrice dans la bande de Gaza, il annonce son départ pour les États-Unis[83].

Mariages mixtesModifier

Les mariages entre juifs et Arabes en Israël sont un sujet peu documenté, tabou au regard des traditions religieuses et communautaires et peu favorisé par les tensions entre les deux communautés et l’éternisation du conflit israélo-palestinien. Pourtant, ils existent. Le mariage civil n’existant pas en Israël doit être effectué à l’étranger (en général, Chypre) avant d’être validé en Israël.

 
Sculpture (Israël-Palestine) sur le mur du Freedom Theatre, 2011

Juliano Mer-Khamis (1958-2011), acteur, réalisateur, directeur de théâtre et militant politique, est l’un des enfants de mariages mixtes les plus connus ; sa mère Arna Mer-Khamis était juive, son père Saliba Khamis, Arabe chrétien. Pendant des décennies, il souffrira d'un problème identitaire, ne sachant ni qui il est, ni où est sa place dans le monde[84]. Engagé en faveur des enfants palestiniens via son Théâtre de la Liberté (Freedom Theatre) à Jénine, il est cependant assassiné dans cette ville par un Palestinien radical[85],[86].

L’actrice et plasticienne Raida Adon est de père juif et de mère musulmane[82].

C’est parmi les artistes qu’on trouve le plus de couples mixtes connus, tels l’acteur Yousef Sweid et la dramaturge Yaeli Ronen (divorcés en 2015), l'acteur Norman Issa et la dramaturge Gidona Raz, ou encore le dramaturge Amir Nizar Zuabi et l’actrice Sivan Sasson. On connaît aussi le couple formé par Evi Guggenheim Shbeta et Eyas Shbeta, qui habitent le village mixte de Neve Shalom - Wahat as Salam avec leurs filles.

Dans son documentaire Would you have sex with an Arab? sorti en 2012, outre Juliano Mer-Khamis auquel le film est dédié, Yolande Zauberman interviewe un jeune homme issu d’une famille mixte remontant aux grands-parents, qui espéraient déjà la conclusion du processus de paix.

Le cinéaste palestinien Michel Khleifi, né à Nazareth, a réalisé en 1996 un documentaire sur le sujet, Mariages mixtes en Terre sainte[87].

Sur un sujet proche, un documentaire suédois de Gabriella Bier, Love during wartime, explique le difficile combat contre la bureaucratie et les préjugés d’un couple marié, une danseuse juive et un sculpteur musulman de Cisjordanie ayant travaillé à Tel Aviv et parlant couramment hébreu, qui ont dû s’exiler en Allemagne puis en Autriche pour mener une vie normale[88].

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

SourcesModifier

  • Féron, Valerie, Palestine(s) : Les déchirures, Paris, Éditions du Felin, 2001 (ISBN 2866453913)
  • Kodmani-Darwish, Bassma, La Diaspora Palestinienne, Paris : Presses Universitaires de France, 1997 (ISBN 2130484867)
  • Schenk, Bernadette Druze Identity in the Middle East, in Salibi, Kamal, ed, The Druze: Realities and Perceptions, London, Druze Heritage Foundation, 2005
  • Orgad, Liav(PhD), IDC, Hertzlia, Internationalizing the issue of Israeli Arabs, Maariv, 19 mars 2006, page 7.
  • Dembik, Christopher et Marteu, Elisabeth, Sciences-Po Paris, La communauté arabe d'Israël, entre intégration et reconnaissance, Revue Averroès, Printemps 2009

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Dossier sur les Arabes israéliens » (consulté le 12 mars 2012)
  2. Central Bureau of Statistics, Media Release, infos, avril 2017
  3. (en) Lecture delivered by Professor (Emeritus) Shimon Shamir, September 19, 2005 at Tel Aviv University
  4. (en) WorldNetDaily: Illegal immigrationa crisis – in Israel
  5. (en) Central Bureau of Statistics, « Israel in Figures (selected data from the Statistical Abstract of Israel 2018) »,
  6. Sue Surkers, « Avec une population qui va doubler d'ici 30 ans, comment Israël va se loger ? », timesofisrael.com, 5 juillet 2019.
  7. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées CBS
  8. (en) Bureau central de Statistiques d'Israël (en), « Population, by Population Group », sur cbs.gov.il, (consulté le 23 décembre 2016).
  9. (en-US) « On the Eve of Israel's 69th Independence Day – 8.7 Million Residents in the State of Israel », sur www.cbs.gov.il (consulté le 31 mars 2019)
  10. « Fertility rate, total (births per woman) | Data », sur data.worldbank.org (consulté le 31 mars 2019)
  11. (en-US) « 2018 World Population Data Sheet With Focus on Changing Age Structures – Population Reference Bureau » (consulté le 31 mars 2019)
  12. « Country Comparison :: Total fertility rate — The World Factbook - Central Intelligence Agency », sur www.cia.gov (consulté le 31 mars 2019)
  13. (en) Statistical Abstract of Israel 2018, « Number 69, Subject 3 », sur www.cbs.gov.il, (consulté le 31 mars 2019)
  14. 2.3 Population, by Population Group, Religion, Sex and Age
  15. (en) Statistical Abstract of Israel 2018, « Number 69 - Subject 2 », sur www.cbs.gov.il (consulté le 31 mars 2019)
  16. (en)(he) PROJECTIONS OF POPULATION(1) IN ISRAEL FOR 2010-2025, BY SEX, AGE AND POPULATION GROUP[PDF]
  17. (en) Muslim women having fewer children, ynetnews.com, 29 août 2006
  18. (en) Trading Places
  19. (en)« Article de Haaretz évoquant l’échange de populations », (consulté le 18 septembre 2012)
  20. (en) The Association of Forty - Home Page
  21. a et b Sophia Marchesin, « Irréductibles Druzes du Golan, En Israël, une place à part », Le Monde Diplomatique, octobre 2016, lire en ligne
  22. FRIEDMAN Andrew, « Israël va-t-il perdre les Druzes ? » Jérusalem Post, 11 février 2015, lire en ligne
  23. Philippe Lemarchand et Lamia Radi, Israël/Palestine demain: atlas prospectif, Éditions Complexe, (lire en ligne)
  24. http://www.tribunejuive.info/israel/les-ministres-israeliens-dorigine-marocaine-et-la-reconnaissance-de-la-culture-mizrahi
  25. Gil Anidjer, Sémites. Religion, race et politique en Occident chrétien, Le Bord de l'eau, 2016, p. 134.
  26. a b et c Cédric Parizot, « Gaza, Beer Sheva, Dahriyya », Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem [En ligne], 9 | 2001, mis en ligne le 25 février 2008, Consulté le 18 juin 2017. URL : http://bcrfj.revues.org/1712
  27. Ivan Sand, « Le sort des Bédouins du Néguev : quels enseignements pour la construction politique et idéologique de l’État d’Israël ? », Études arméniennes contemporaines [En ligne], 3 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 18 juin 2017. URL : http://eac.revues.org/528 ; DOI : 10.4000/eac.528
  28. https://www.upr-info.org/sites/default/files/document/israel/session_17_-_october_2013/a_hrc_wg.6_17_isr_1_f.pdf
  29. a et b Bouba Nouhou Alhadji, « Druzes israéliens : entre allégeance et rébellion », Confluences Méditerranée, 2009/3 (N°70), p. 165-180. DOI : 10.3917/come.070.0165. URL : http://www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2009-3-page-165.htm
  30. Nisan Mordechai, « The druze in Israel : Questions of identity, Citizenship and Patriotism », Middle East Journal, Vol. 64, no 4, 2010
  31. ZITUN Yoav, « IDF to disband all Druze Bataillon », Ynetnews, 19 mai 2015, lire en ligne
  32. « Profil de l'économie israélienne - Observateur OCDE », sur observateurocde.org, (consulté le 5 avril 2019)
  33. (en-US) « Supermarket Trends and Spends in Israel | Israel - Between The Lines » (consulté le 31 mars 2019)
  34. (en-US) Groupe Israel-Suisse (GIS), « Israeli Economy Grows and Need for Inclusivity Does Too | Economy | GIS » (consulté le 31 mars 2019)
  35. a b c d et e Israelvalley Desk, « Promouvoir la santé au sein des arabes en Israël. », sur IsraelValley, (consulté le 31 mars 2019)
  36. a et b (en) Statistics Regarding Israeli Arabs
  37. (en) Worlds apart — Israel and the Middle East — Guardian Unlimited
  38. « Plus de la moitié des Israéliens sont en surpoids - OCDE », sur The Times of Israël, (consulté le 31 mars 2019)
  39. Dr Patrick Buenos, « obesite en israel | obesite-en-reseau », sur www.obesite-en-reseau.fr, (consulté le 31 mars 2019)
  40. (en) Israeli Schools Separate, Not Equal (Human Rights Watch, 5-12-2001)
  41. (en) Human Rights Watch: Second Class: Discrimination Against Palestinian Arab Children in Israel's Schools - Summary
  42. (en)« Rapport 2001 de Human Right Watch sur l’éducation des Arabes israéliens » (consulté le 18 septembre 2012)
  43. a b c d et e Dupeyron Catherine, « Réflexions sur la question non juive », Les Temps Modernes, 2008/5 (no 651), p. 134-153. DOI : 10.3917/ltm.651.0134. Lire en ligne
  44. (he) אל אל, ניראל
  45. (he) רכילות NRG - ניראל לקחה
  46. (en) EURO 2008 News: Israeli Nassar appointed Palestine national coach
  47. Un Arabe président d'Israël pour la première fois, Proche-Orient
  48. (en) Ronny Shaked, « Arab MK: Israel ‘robbery of century’ », sur Ynetnews, (consulté le 11 avril 2019)
  49. (en) Arab party: We'll fight Israel's 'Zionization', ynetnews.com, 15 février 2006
  50. http://www.7sur7.be/7s7/fr/31902/La-menace-EI/article/detail/2186940/2015/01/19/Une-cellule-de-l-EI-demantelee-en-Israel.dhtml
  51. (en)http://news.bbc.co.uk/2/hi/8303634.stm
  52. (en)http://www.jewishvirtuallibrary.org/jsource/Society_&_Culture/arabstat.html
  53. (en)http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-3974580,00.html
  54. (en)http://www.haaretz.com/news/islamic-movement-head-charged-with-incitement-to-racism-violence-1.238209
  55. (en)http://www.nbcnews.com/id/40628999/ns/world_news-mideast_n_africa/t/israel-frees-radical-muslim-leader/#.Ueg10G22_0c
  56. Dupeyron Catherine, « Réflexions sur la question non juive », Les Temps Modernes, 2008/5 (no 651), p. 134-153. DOI : 10.3917/ltm.651.0134. URL : http://www.cairn.info/revue-les-temps-modernes-2008-5-page-134.htm. Les indicateurs du développement humain calculés par un organisme des Nations Unies montrent que la situation économique des Arabes israéliens est inférieure à celle des Israéliens juifs, mais comparativement meilleure que celles des Arabes dans les pays voisins d’Israël.
  57. Joel Greenberg, (en) Israeli Court Rules Arab Couple Can Live in Jewish Area, New York Times, 9 mars 2000.
  58. (en) « Human Rights Watch : Off the Map - Land and Housing Rights Violations in Israel’s Unrecognized Bedouin Villages (2008) »
  59. a et b (en)« Article de BBC News en date du 12/01/2012 confirmant l’interdiction pour les Palestiniens mariés à des Israéliens d’obtenir la nationalité israélienne » (consulté le 20 novembre 2012)
  60. H. Adan, V. Ashkenazi, B. Alperson, To Be Citizens in Israel - A Jewish and Democratic State - Civics Textbook for Upper Grades in General and Religious Schools, 2000
  61. a et b Arabes israéliens tués en 2000 : abandon des poursuites contre les policiers | Le Monde
  62. « Israel News | The Jerusalem post », sur www.jpost.com (consulté le 30 mars 2019)
  63. (en) Lahav Harkov, « Zoabi: Kidnappers are not terrorists, they're fighting occupation - Operation Protective Edge - Jerusalem Post », sur www.jpost.com, Jerusalem Post, (consulté le 30 mars 2019)
  64. « Russell Tribunal - Subsequent Tribunals - Russell Tribunal On Palestine | Russell Tribunal Palestine », sur www.liquisearch.com (consulté le 30 mars 2019)
  65. « Zoabi’s incitement - Opinion - Jerusalem Post », sur www.jpost.com (consulté le 30 mars 2019)
  66. (en) Lahav Harkov, « Zoabi: Kidnappers are not terrorists, they're fighting occupation - Operation Protective Edge - Jerusalem Post », sur www.jpost.com, (consulté le 4 avril 2019)
  67. (en) Jason Koutsoukis Jerusalem, « Voice of equality », sur The Age, (consulté le 30 mars 2019)
  68. « Article de Libération daté du 6 février 2009 sur le fossé judéo-arabe en Israël suite à l’opération Plomb durci » (consulté le 21 septembre 2012)
  69. (en) « Page d’accueil d’Adalah » (consulté le 18 septembre 2012)
  70. (en)« Page d’accueil de Mossawa » (consulté le 18 septembre 2012)
  71. « Article sur Qadita.net » (consulté le 13 septembre 2012)
  72. (ar) « Site Qadita.net » (consulté le 13 septembre 2012)
  73. (en)« Page d'accueil de The Galilee Society: The Arab National Society for Health Research and Services » (consulté le 18 septembre 2012)
  74. « Liste des associations regroupées par Ittijah » (consulté le 13 septembre 2012)
  75. (en) « Site officiel de l’Arab-Hebrew Theatre » (consulté le 18 septembre 2012)
  76. (en)« Page de Gassan Abbas sur le site du théâtre Diwan el Lajun » (consulté le 18 septembre 2012)
  77. (en)« Page de présentation de ShiberHur » (consulté le 18 septembre 2012)
  78. Tribune juive, 13 avril 2015, http://www.tribunejuive.info/musique-2/musique-mizrahi-nasrine-qadri-arabe-disrael-en-vedette-par-kalman-schnur ; pour entendre une de ses chansons en hébreu, voir ici https://www.youtube.com/watch?v=qVYpCDOPU7E
  79. Pour entendre une de ses chansons en arabe, voir ici https://www.youtube.com/watch?v=xFQ7bxY5Ayg
  80. Pour entendre une de ses chansons bilingues, voir ici https://www.youtube.com/watch?v=dtupVbyicKc
  81. Duo Nasrin Qadri (en) et l'Israélien Ziv Yehezkel (en arabe) : https://www.youtube.com/watch?v=HanWuCLONuo
  82. a et b « Page sur Raida Adon mentionnant ses origines mixtes » (consulté le 10 novembre 2012)
  83. Sayed Kashua, « Toutes les raisons pour lesquelles je quitte Israël », Libération,‎ (lire en ligne)
  84. (en) David K. Shipler, Arab and Jew: Wounded Spirits in a Promised Land, Crown/Archetype, (ISBN 9781101903049, lire en ligne)
  85. (en-GB) Rachel Shabi, « Juliano Mer-Khamis obituary », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 4 avril 2019)
  86. Adam Shatz, « The Life and Death of Juliano Mer-Khamis », London Review of Books,‎ , p. 3–11 (ISSN 0260-9592, lire en ligne, consulté le 4 avril 2019)
  87. « Article du Monde Diplomatique sur Mariages mixtes en Terre sainte » (consulté le 21 septembre 2012)
  88. « Article sur Love during wartime » (consulté le 21 septembre 2012)