Ouvrir le menu principal
Héraclès étouffant Antée, cratère à figures rouges d'Euphronios, 515-510 av. J.-C., musée du Louvre (G 103).

Dans la mythologie grecque et libyque, Antée (en grec ancien Ανταίος / Antaíos) était le fils de Gaïa (la Terre) qu'elle engendre seule ou avec Poséidon.

Il vivait en Libye (ou en était roi) et défiait à la lutte tous les voyageurs ; il utilisait ensuite leurs dépouilles pour couvrir le toit du temple de son père. Son palais était situé à Lixus (parfois nommée par les Anciens Lix ou Lynx) et on lui doit la fondation de Tingi. D'après les Libyens[1], c'est à Tingi que serait enterré Antée. Selon Pline et Plutarque, son tombeau était situé à Tingi et mesurait soixante coudées de long (environ 27 mètres). Plutarque rapporte une anecdote selon laquelle le général romain Quintus Sertorius, doutant de la plausibilité de la légende, profita d'une expédition menée à Tingi pour faire ouvrir son tombeau. Il y aurait trouvé un corps mesurant effectivement soixante coudées de haut et, très étonné, fit immoler des victimes en respect pour le défunt et referma religieusement le tombeau. On assimile aujourd'hui ce tombeau au Cromlech de M'zora.

Il fut vaincu par Héraclès, alors que celui-ci était à la recherche des pommes d'or du jardin des Hespérides : le héros le souleva de terre puis l'étouffa.

Notes et référencesModifier

  1. Camps, G., « Antée », Encyclopédie berbère, no 5,‎ (ISSN 1015-7344, lire en ligne, consulté le 11 mars 2018)

SourcesModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :