Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dubois et Alphée.
Alphée Dubois
Photographie D'alphée Dubois.jpg
Portrait présumé d'Alphée Dubois,
photographie anonyme non sourcée.
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 74 ans)
ClamartVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Maîtres
Père
Enfant
Distinctions

Alphée Dubois est un médailleur et dessinateur de timbre-poste, né le à Paris et mort en à Clamart.

Sommaire

BiographieModifier

Fils du graveur Joseph Eugène Dubois et d'Uranie Virginie Béthune, Alphée Dubois se marie à Rose Marie Catherine Novelli en 1860 à Rome. Il est le père d'Henri Alfred Auguste Dubois (1859-1943) qui devint également médailleur et sculpteur, et de Virginie Dubois, belle-mère du parfumeur François Coty.

Alphée Dubois est l'élève de Francisque Duret et de Jacques-Jean Barre à l'École des beaux-arts de Paris. Il obtient le premier grand prix de Rome en gravure de médaille et pierre fine en 1855 sur le thème Guerrier mourant sur l'autel de la patrie. Il étudie les modèles de l'Antiquité et se perfectionnant dans la pratique de son art à la villa Médicis à Rome de 1855 à 1860.

Après son séjour fructueux plein de rencontres et de découvertes précieuses, il exécuta successivement deux médailles : Le Pape Pie IX bénissant le prince impérial, et La Réception des ambassadeurs siamois de Fontainebleau, et reçoit de nombreuses commandes officielles de la direction des Beaux-arts.

Il a gravé en 1865 sur une sardonix les portraits de Napoléon III et de l'impératrice Eugénie.

Alphée Dubois exposa dans divers Salons[1] et obtint des médailles en 1868 et 1869, et une médaille d'argent en 1889.

Il est nommé chevalier de la Légion d'honneur en 1883.

En 1900, il est conservateur du musée des beaux-arts et d'archéologie de Besançon.

Il est membre du jury et hors-concours à l'Exposition universelle de 1900.

On lui doit aussi de nombreuses sculptures, dont le bas-relief L'Industrie et le Commerce ornant le fronton de la salle des Prévôts de l'hôtel de ville de Paris, et des portraits en médaillons de personnalités.

À la fin de sa vie, Alphée Dubois habitait au no 19 rue Chef-de-Ville à Clamart, où il est enterré au cimetière communal, no 26 rue du Bois-Tardieu. Son tombeau est orné d'une de ses œuvres, Les Bergers d'Arcadie, une plaque d'après Nicolas Poussin, avec l'inscription : « Et Ament Meminisse Periti » (« Que ceux qui savent, se souviennent »). Dans la même tombe repose son gendre, le graveur Alphonse Lamotte[2].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

ŒuvresModifier

En tant que dessinateur de timbre-poste, Alphée Dubois a créé le type Alphée Dubois, dernier timbre des colonies générales destiné aux colonies françaises[3].

Œuvres dans les collections publiquesModifier

MédailleModifier

  • Le Pape Pie IX bénissant le Prince Impérial.
  • La Réception des ambassadeurs siamois à Fontainebleau.
  • Médaille commémorative de la fondation de la manufacture nationale des Gobelins.
  • Médaille de récompense pour les Conservatoires des départements, Salon de 1894[7].
  • Louis Pasteur de l'Académie des sciences, 1882.
  • U.J.J. Le Verrier 1811-1877. Fondateur de la Météorologie, 1884.
  • Apollon, nu jouant du violon, paysage boisé, temple antique.
  • République Française, femme au chignon et couronne de lauriers.
  • Eugène Chevreul. Membre de L'Académie des sciences.
  • Marie de Brignolles, duchesse Galliera, fondatrice du musée Galliera.
  • Chambre de commerce de Marseille. 1599, après 1880[8].
  • Pour la Société Astronomique de France : Médaille de la Société “la Nuit étoilée” (1887)[9], Médaille des Prix des Dames (1896), Médaille des Prix Janssen (1896)[10], et la Médaille commemorative de la Société[11].


  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier