Alhazen

savant arabe
Alhazen
Ibn al-Haytham
Description de cette image, également commentée ci-après
Portrait d'Alhazen (extrait du frontispice de la Selenographia
de l'astronome Hevelius publiée en 1647).
Nom de naissance Abu Ali al-Hasan ibn al-Hasan ibn al-Haytham
(ar) أبو علي، الحسن بن الحسن بن الهيثم
Naissance c.965
Bassora (Protectorat des Bouyides au sein du
Black flag.svg[Note 1] califat abbasside)
Décès c.1040 (74-75 ans)
Le Caire (Égypte au sein du White flag 3 to 2.svg[Note 1] califat fatimide)
Domicile Bassora, Bagdad, Le Caire
Domaines Mathématiques, optique, astronomie, physiologie, philosophie.
Influencé par Aristote, Euclide, Ptolémée, Galien, Al-Kindi, les Frères Banou Moussa, Thābit ibn Qurra, Ibn Sahl, Abū Sahl al-Qūhī.
A influencé Omar Khayyam, Al-Khazini, Averroes, Roger Bacon[1], John Peckham, Robert Grossetête, Vitellion, Kamāl al-Dīn al-Fārisī, Taqi al-Din, Johannes Kepler.
Renommé pour Méthode scientifique, méthode expérimentale, Traité d'optique, théorie de l'intromission, vision humaine, chambre noire, problème d'Alhazen, travaux de catoptrique, illusion lunaire, psychologie comparée.

Alhazen, plus rarement Alhacen, de son vrai nom Ibn al-Haytham ou de son nom complet Abu Ali al-Hasan ibn al-Hasan ibn al-Haytham[Note 2] (Bassora, c.965Le Caire, c.1040)[2],[3],[4],[5] est un mathématicien, philosophe, physiologiste et physicien du monde médiéval arabo-musulman[6].

Considéré comme un pionnier de la méthode scientifique et le fondateur de l'optique moderne[7], il s'illustre par ses travaux novateurs dans toutes les branches de l'optique[8], principalement en optique géométrique et physiologique[9].

Il a également apporté des contributions notables dans le domaine des mathématiques qui représentent près de la moitié de ses travaux et en astronomie[10]. Il a contribué à l'introduction du langage mathématique dans les sciences physiques[11].

BiographieModifier

Alhazen est né vers 965 à Bassora dans l'actuel Irak où il reçut une éducation qu’il compléta cependant dans la ville de Bagdad. À l’époque, Bassora était sous le contrôle de la dynastie des Buwayhides qui régnèrent sur la Perse. C’est pourquoi il est parfois mentionné sous le nom d’al-Bassri, bien que cette version ne soit pas acceptée par tous.

Alhazen commença sa carrière de scientifique dans sa ville natale de Bassorah. Il fut cependant convoqué par le calife Hakim qui voulait maîtriser les inondations du Nil qui frappaient l’Égypte année après année. Après avoir mené une expédition en plein désert pour remonter jusqu’à la source du fameux fleuve, Alhazen se rendit compte que ce projet était pratiquement impossible. De retour au Caire, il craignait que le calife qui était furieux de son échec ne se vengeât et décida donc de feindre la folie. Il est alors assigné à résidence[12].

Il profita de ce loisir forcé pour écrire plusieurs livres sur des sujets variés comme l’astronomie, la médecine, les mathématiques, la méthode scientifique et l’optique. Près de 200 ouvrages ont été attribués par les biographes mais une soixantaine nous est parvenue[13]. Peu de ces ouvrages, en effet, ont survécu jusqu’à nos jours. Quelques-uns d'entre eux, ceux sur la cosmologie et ses traités sur l’optique notamment, n’ont survécu que grâce à leur traduction latine.

Après la mort du calife Hakim, en 1021, Alhazen cessa de feindre sa folie et put sortir de sa résidence. Il en profita donc pour entreprendre quelques voyages, notamment en Al-Andalus (nom donné, à l'époque, à l'Espagne musulmane)[14].

Il meurt au Caire en Égypte au sein du califat fatimide vers 1040.

Dans l'introduction de ses ouvrages (Traité d'optique et Doutes sur Ptolémée) il expose ce qui représente pour lui la démarche scientifique faite d'expérimentations et de doutes.

Truth is sought for its own sake...It is not the person who studies the books of his predecessors and gives a free rein to his natural disposition to regard them favourably, who is the seeker after truth. But rather the person who is thinking about them [and] is filled with doubts(...) who follows proof and demonstration rather than the assertion of a man whose natural disposition is characterised by all kind of defects and shortcomings. A person who studies scientific books with a view to knowing the truth, ought to turn himself into a hostile critic of everything that he studies ...He should criticize it from every point of view and in all its aspects. And while thus engaged in criticisme he should also be suspicious of himself and not allow himself to be easygoing and indulgent with regard to the object of his criticism. If he takes this course, the truth will be revealed to him and the flaws ... in the writings of his predecessors will stand out clearly

— Doutes sur Ptolémée - Introduction [15]

« La vérité est recherchée pour elle-même...Ce n'est pas celui qui étudie les livres de ses prédécesseurs et laisse libre cours à sa disposition naturelle à les considérer favorablement, qui est le chercheur de vérité. Mais plutôt celui qui pense à eux et est rempli de doutes, celui qui suit la preuve et la démonstration plutôt que l'affirmation d'un homme dont la disposition naturelle est caractérisée par toutes sortes de défauts et de lacunes. Une personne qui étudie les livres scientifiques en vue de connaître la vérité, devrait se transformer en un critique hostile de tout ce qu'il étudie... Il devrait le critiquer à tous les points de vue et sous tous ses aspects. Et engagé ainsi dans l'esprit critique, il devrait ausi se méfier de lui-même et ne pas se permettre d'être laxiste et indulgent envers l'objet de sa critique. S'il s'engage dans cette voie, la vérité lui sera révélée et les failles... dans les écrits de ses prédécesseurs ressortiront clairement. »

TravauxModifier

Les travaux d'Alhazen sont multiples, ils touchent l'optique, mais également les mathématiques et l'astronomie. Savant ayant assis sa réputation dans le monde arabe médiéval, il est également connu en Europe à travers les traductions en latin, hébreu et italien de ses travaux en optique et astronomie[10].

OptiqueModifier

Alhazen a réalisé une profonde réforme dans le domaine de l'optique, en en faisant un sujet relevant de plusieurs sciences (physique, mathématiques, physiologie, psychologie)[16].

Dans son Traité d'optique, il étudie autant les conditions de propagation de la lumière que les conditions de la vision des objets[16].

  • La lumière se déplace en ligne droite, à vitesse variable selon les milieux traversés, et s'affaiblit avec la distance. Elle irradie à sa source et un objet éclairé irradie aussi de la lumière dans toutes les directions (lumière seconde). Il définit avec précision les lois de la réflexion et tente de faire de même pour celles de la réfraction mais sans reprendre les résultats obtenus par Ibn Sahl[17].
  • La couleur est une propriété interne d'un objet qui est activée quand il est éclairé et elle se déplace alors selon les même lois que la lumière[18]. Cette conception de la couleur explique son échec relatif à traiter correctement de l'arc-en-ciel, étude qui sera réalisée avec succès par son commentateur Kamāl al-Dīn al-Fārisī[19]
  • La vision est produite par des rayons pénétrant dans l'oeil (théorie de l'intromission). L’œil est seulement un instrument d'optique chargé de reproduire l'image selon les lois de l'optique géométrique. Mais l'interprétation de l'image est une activité cérébrale faisant intervenir reconnaissance, comparaison, discernement, jugement et inférence[20] conduisant parfois à des erreurs d'interprétation.

Ces études l'amènent à s'intéresser à l'illusion lunaire: pour lui, le fait que la lune semble plus grosse à l'horizon est principalement due à une erreur d'interprétation du cerveau[21].

Dans le cadre de la réfraction, il s'intéresse principalement aux lentilles sphériques dont il remarque le pouvoir grossissant. Il met également en évidence le phénomène d'aberration sphérique[22].

Il valide presque systématiquement ses hypothèses à l'aide d'expériences ce qui en fait un précurseur dans la mise en pratique de la méthode scientifique. À cet occasion, il fait un usage fréquent de la chambre noire. Dans son traité sur La forme de l'éclipse, il en reconnait les propriétés de reproduction d'images et l'utilise alors comme un sténopé[23].

Mais, le traité Sur le Crépuscule et l'Aube dans lequel il est établi que l'aube et le crépuscule correspondent à un passage du soleil à 19° sous l'horizon et où est fixé l'épaisseur de l'atmosphère terrestre à 52 000 pas, attribué jusqu'en 1967 à Alhazen, est en réalité l'œuvre d'un mathématicien andalous du XIe siècle, Abū ʿAbd Allāh Muḥammad Ibn Muʿādh[24].

Sélection d'ouvrages

  • Kitāb al-manāẓir (Traité d'optique, De Aspectibus)
  • Fī al-ḍawʾ (Discours sur la lumière)
  • Fī al-marāyā al-muḥriqa bi-al-dawāʾir (Les miroirs ardents sphériques)
  • Fī al-marāyā al-muḥriqa bi-al-quṭūʿ (Les miroirs ardents paraboliques, De Speculis comburantibus)
  • Fī al-kura al-muḥriqa (La sphère ardente)
  • Fī al-hāla wa qaws quzaḥ (Le halo et l'arc-en-ciel)
  • Fī kayfiyyar al-aẓlāl (La formation des ombres)

MathématiquesModifier

Son champ d'étude est principalement la géométrie et non l'algèbre. Il se situe dans l'héritage des frères Banou Moussa et Thābit ibn Qurra, il s'intéresse aux transformations géométriques et à la projection[10]. Concernant les fondements de la géométrie, il s'interroge sur l'existence des objets manipulés[25] et tente de démontrer le cinquième postulat d'Euclide, utilisant pour ce faire un quadrilatère à trois angles droits (quadrilatère de Lambert)[26].

Exploitant le système de calcul d'aires et de volumes mis en place par Thābit ibn Qurra et s'appuyant sur ce qui deviendra les sommes de Riemann, il reprend le calcul du volume du paraboloïde de révolution déjà trouvé par Thabit ibn Qurra puis s'intéresse au solide engendré par la rotation d'un segment de parabole autour de son ordonnée (droite perpendiculaire à l'axe de la parabole et passant par l'extrémité de l'arc de parabole) et démontre que son volume est égal à 815 du volume du cylindre circonscrit[27] . Il s'intéresse également au calcul d'aire des lunules [28].

Travaillant sur la sphère, il s'attaque aux problèmes d'isopérimétrie et d'isosurface, faisant dans ces domaines des avancées qui ne seront pas égalées durant plusieurs siècles[16]. Il met en place à cet effet une notion d'angle solide[29] et travaille sur les figures géométriques dessinées sur une sphère[30].

Concernant les coniques, il reprend les travaux d'Apollonius et use d'intersections de coniques pour résoudre des problèmes non constructibles à la règle et au compas (construction de l'heptagone régulier, problème d'Alhazen). Il discute des conditions d'existence de ces intersections[16].

En théorie des nombres, il travaille sur le théorème de Wilson, l'utilisant dans la résolution d'un problème des restes chinois[31] faisant intervenir un système de congruences:

 

p est premier et ni inférieur à p. Sur les nombres parfaits, il tente de démontrer la forme des nombres parfaits pairs[16]. Il connait également la méthode de Ruffini-Horner de recherche de racine, méthode héritée des mathématiques indiennes et pour laquelle il cherche à fournir une justification mathématique[32].

Sélection d'ouvrages:

  • Maqāla fī’l-taḥlīl wa‘l-tarkīb (Analyse et synthèse)
  • Kitāb fī al-ma ‘lūmāt (Sur les choses connues)
  • Sharḥ Uṣūl Uqlīdis fī ‘l-handasa wa ‘lʿadad wa talkhīṣuhu (Commentaires sur les Éléments d'Euclide)
  • Kitāb fī Ḥall shukūk Kitāb Uqlīdis fi ‘l-uṣūl wa-sharḥmaʿānīh (Résolution des doutes sur Euclide)
  • Tarbīʿ al-dāʾira (Sur la quadrature du cercle)
  • Fī al-hilāliyyāt (Sur les lunules)
  • Maqāla mustaqṣāt (Figure des lunules)
  • Misāḥat al-mujassam al-mukāfiʾ (Mesure du paraboloïde)
  • Misāḥat al-kura (Mesure de la sphère)
  • Maqāla fī al-musabbaʿ al-mutasāwī fī al-dāʾira (Livre sur la construction de l'heptagone régulier inscrit dans un cercle)
  • Qawl fī birkār al-dawāʾir al-ʿiẓām (Livre des compas pour les grands cercles)

AstronomieModifier

Ses travaux en astronomie sont également notables, en particulier son livre Doutes sur Ptolémée dans lequel il remet en question son modèle astronomique mais aussi sa théorie sur l'optique[33]. Il corrige les travaux de Ptolémée sur le diamètre apparent du soleil[34], remet en question la position de la Terre par rapport à un centre supposé de l'univers, la méthode de calcul de Ptolémée sur l'inclinaison, son modèle lunaire qui lui semble s'appuyer sur des prémisses contradictoires. C'est la même objection qu'il fait sur le modèle ptolémaïque des planètes extérieures et le problème de l'équant, dans lequel Ptolémée utilise une rotation uniforme d'une sphère autour d'un axe qui n'est pas un diamètre, mouvement qui semble à Ibn al-Haytham en contradiction avec le monde physique réel[35]. Ce sont donc les contradictions internes du modèle de Ptolémée qui poussent Ibn al-Haytham à mettre en doute sa validité :

« Ptolémée fait l'hypothèse d’un ordre qui ne peut exister, et le fait que cet ordre reconstitue pour son imagination des mouvements qui sont ceux des planètes ne l’exonère pas de l'erreur qu’il a commise en faisant l’hypothèse de cet ordre ; car les mouvements réels des planètes ne peuvent résulter d’un ordre qui n'existe pas[36]. »

Cette remise en question va ouvrir le champ aux études postérieures de l'école de Maragha et à la proposition de modèles alternatifs[37]. Un des fondateurs de cette école, al-Urdi (en), reconnait d'ailleurs la dette qu'il a envers l'ouvrage d'Ibn al-Haytham[38].

Au début du XXIe siècle, un ouvrage récemment découvert (traité sur Le Modèle des Mouvements) permet de cerner sa vision de la cinématique céleste[39]. Il y présente un des premiers modèles planétaires non ptolémaïque. Il s'agit d'une proposition étrangère aux préoccupations cosmologiques de son temps , car elle présente une cinématique céleste purement géométrique ; mais elle suscite diverses innovations de géométrie infinitésimale[40]. Ce nouveau modèle rejette équants[41] et cercles déférents[42], extrait l’astronomie de la philosophie naturelle, délivre la cinématique céleste de la cosmologie, et abstrait les entités physiques en entités géométriques. Il fait aussi intervenir une rotation de la Terre autour de l'axe des pôles[43] et considère les centres des orbites comme des points géométriques sans signification matérielle particulière, comme le fera des siècles plus tard Johannes Kepler[44]. Alhazen développe également une version primitive du « rasoir d'Ockham », en tâchant de faire le minimum d'hypothèses sur les propriétés caractéristiques des mouvements astraux, dans la mesure où il essaye d’éliminer de son modèle planétaire les hypothèses cosmologiques qu'on ne peut observer de la Terre[45].

Il a écrit également un ouvrage d'astronomie et de trigonométrie sphérique[46] sur la détermination de la qibla (direction de la Mecque).

Mais l'attribution à Alhazen de l'ouvrage Sur la configuration du monde qui proposait un nouveau modèle planétaire est mise en doute. Des études de la fin du XXe siècle semblent prouver qu'il est l’œuvre d'un homonyme Muhamad Ibn al-Haytham[47], [48].

En relation avec l'optique et l'étude de la lumière, Alhazen a rédigé un traité intitulé Maqala fi daw al-qamar (Sur l’éclat de la Lune) certainement avant 1021. Il y dément l'opinion, jusqu'alors reçue, selon laquelle la Lune réfléchirait la lumière du Soleil comme un miroir et conclut qu'elle émet plutôt « de la lumière par les portions de sa surface que la lumière du Soleil frappe. » Pour démontrer que « la lumière est émise depuis chaque point de la surface illuminée de la Lune », il fabrique un « ingénieux dispositif expérimental ». Alhazen a « formulé une conception claire des rapports entre un modèle mathématique idéalisé et la complexité des phénomènes observables». En particulier, pour montrer que l’intensité de la tache de lumière projetée sur un écran par la clarté lunaire à travers deux petits diaphragmes diminue constamment lorsque l'on referme régulièrement l'un des deux diaphragmes, il conçoit une expérience dans laquelle il fait varier de façon uniforme et reproductible les conditions expérimentales[49].

Alhazen a aussi réfuté les idées d’Aristote concernant la nature de la Voie lactée[50]. Aristote croyait qu'elle résultait de « l’ignition d'exhalaisons violentes de nombreuses étoiles de grande taille serrées les unes contre les autres » et que « l’ignition a lieu dans la partie supérieure de l’atmosphère, dans la sphère sublunaire, une région de l'univers qui touche à la sphère céleste des fixes[51]. » Alhazen réfute cette opinion en entreprenant de mesurer la parallaxe de la Voie lactée[52] et peut ainsi établir que, « puisque la Voie lactée ne présente aucune parallaxe, elle est extrêmement éloignée de la Terre et ne peut donc appartenir à l’atmosphère »[53].

Il restait encore, à la fin du XXe siècle, de nombreux ouvrages d'Alhazen en astronomie qui n'avaient pas encore fait l'objet de traduction ni d'étude[38].

Sélection d'ouvrages

  • Al-Shukūk ʿalā Baṭlamyūs (Doute sur Ptolémée)
  • Samt al-qibla bi-al-ḥisāb (Détermination de la direction de la Mecque par le calcul)
  • Fī ḍawʾ al-qamar (La lumière de la lune)
  • Fī ruʾya al-kawākib (La visibilité des astres)
  • Fī ṣūrat al-kusūf (La forme de l'éclipse)
  • (...) (Le modèle des mouvements)

HéritageModifier

Alhazen a devancé de quelques siècles plusieurs découvertes faites par des scientifiques européens pendant la Renaissance[réf. souhaitée]. Il fut un des premiers à se servir d’une méthode d’analyse scientifique et influença grandement des scientifiques comme Roger Bacon et Kepler.

Sa doctrine fut diffusée en Europe par les écrits de Roger Bacon et le De perspectiva de Vitellion[54].

Alhazen est très estimé de la communauté scientifique. Son portrait figure également sur le billet iraquien de 10 000 dinars. Un autre hommage que l’on fit à Alhazen, fut de nommer l’astéroïde (59239) Alhazen en son honneur, ainsi que de baptiser de son nom un cratère de la Lune. De plus, l'Année internationale de la lumière et des techniques utilisant la lumière 2015 permet la commémoration de plusieurs grands événements scientifiques du domaine de l'optique, notamment l'anniversaire du millénaire des grandes découvertes des scientifiques arabes du Xe siècle, dont les travaux faits par Alhazen en 1015.

Il est cité par le docteur Pierre Amalric, chercheur en ophtalmologie, pour avoir noté que toute lumière directe blesse l'œil, prouvant ainsi qu'elle est étrangère à l'individu, et donné du crédit à la vieille croyance populaire selon laquelle on ne peut regarder Dieu et le Soleil en face[55].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. a et b (en) Jane Hathaway, A Tale of Two Factions : Myth, Memory and Identity in Ottoman Egypt and Yemen [« Un conte de deux factions : Mythe, Mémoire & Identité en Egypte ottomane et au Yémen »] (Analyse socio-économique de l'histoire du Moyen-Orient médiéval), New York (États-Unis), SUNY Press (State University of New York Press), coll. « Suny Series in the Social and Economic History of the Middle East », (réimpr. 2012), 1re éd., 311 p., 23 × 15 cm, noir & blanc, illustré, relié ou broché (ISBN 978-0-7914-5883-9, 978-0-7914-5884-6 et 978-0-7914-8610-8, ASIN 0791458849, A Tale of Two Factions: Myth, Memory and Identity in Ottoman Egypt and Yemen sur Google Livres), chap. 5 (« The Colors of the Factions Banners [Les couleurs des bannières des factions] »), p. 96-97.

    It seems to have been under the influence of the Fatimid proselytizing mission (...) that white became [its dynastic] color, in deliberate opposition to the black of the Abbasid establishment.

    « C'est apparemment sous l'influence de la mission de prosélytisme fatimide (...) que le blanc est devenu [sa] couleur [dynastique], en opposition délibérée au noir de l'établissement abbasside. »

  2. Abū ʿAlī al-Ḥassan ibn al-Ḥassan ibn al-Haytham (en persan ابن هیثم, en arabe ابو علي، الحسن بن الحسن بن الهيثم), aussi connu parfois sous le nom d'Al-Hassan et, sous forme latinisée, d'Alhazen.

RéférencesModifier

  1. (en) A. Mark Smith, Ptolemy's Theory of Visual Perception : An English Translation of the Optics [« Théorie de la perception visuelle de Ptolémée »], Philadelphie (États-Unis), American Philosophical Society, (réimpr. 2000), 300 p. (ISBN 978-0-87169-862-9, Ptolemy's Theory of Visual Perception sur Google Livres), partie 1, « The Latin Context », p. 58.
  2. (en) Richard Lorch (Chercheur à l'université de Munich, Auteur de Arabic Mathematical Sciences.), « Ibn al-Haytham : Arab astronomer and mathematician » [« Alhazen, astronome & mathématicien arabe »], Article biographique d'Alhazen de l'Encyclopédie Britannica, sur Britannica.com, Chicago, États-Unis, Encyclopædia Britannica, Inc., (ISBN 1-59339-292-3, consulté le ).
  3. (en) 1001 Inventions and the World of Ibn Al-Haytham (1001 Inventions & King Abdulaziz Center for World Culture), « Who was Ibn al-Haytham? » [« Qui était Alhazen ? »], Campagne mondiale de promotion à l'occasion de l'année internationale de la lumière en 2015, sur Ibnalhaytham.com, Manchester (Royaume-Uni), 1001 Inventions Ltd. (Rédacteur en chef : Salim Al-Hassani, Directeur : Ahmed Salim), (consulté le ).
  4. (en) Doug Stewart (The Doc) (Docteur ès sciences), « Alhazen : Biography, Facts and Pictures » [« Alhazen : Biographie, Réalisations & Images »], Site de biographies de célèbres scientifiques, sur FamousScientists.org, (consulté le ).
  5. (en) Alex Christopher Bickle, « Ibn al-Haytham (c.965-c.1040) : Genealogy », sur Geni.com, Or Yehuda (Israël), MyHeritage Ltd., (consulté le ).
  6. « from the the ‘Golden Age’ of Muslim civilization » selon ibnalhaytham.net, « physicien du monde arabe » chez A. Dahan-Dalmedico et J. Peiffer, Une histoire des mathématiques : Routes et dédales, [détail des éditions], p. 22
  7. David Aubin, Nestor Herran, Santiago Aragon, Hélène Gaget, Christophe Lécuyer et Alexandre Guilbaud, Chronologie de l'histoire des sciences des origines à nos jours, Hatier, coll. « Bescherelle », (présentation en ligne), p. 68
  8. (en) Roshdi Rashed, « Ibn al-Haytham (Alhazen) », dans Helaine Selin (dir.), Encyclopaedia of the History of Science, Technology, and Medicine in Non-Western cultures, Springer, , p. 1090-1092, p. 1091.
  9. Roshdi Rashed (dir.) et Régis Morelon, Histoire des sciences arabes : mathématiques et physique, t. 2, Seuil, , pp 309-316 et 334-354.
  10. a b et c Rashed 2008, p. 1090.
  11. Ahmed Djebbar, Une histoire de la science arabe, Seuil, , p. 245
  12. Anne Blanchard et Emmanuel Cerisier, Le grand livre des sciences et inventions arabes, Bayard Jeunesse, , 69 p. (ISBN 978-2-7470-2007-7 et 274702007X), p. 36.
  13. Ahmed Djebbar (préf. Bernard Maitte), L'algèbre arabe, genèse d'un art, Vuibert/Adapt, , 214 p. (ISBN 2711753816) — Tour d'horizon de l'algèbre arabe, des origines au XVe siècle.
  14. Hanan Ben Rhouma (Rédactrice en chef de Saphirnews) et Mohammed Colin (dir.), « Ibn Al-Haytham, le père de l’optique moderne célébré par l'Unesco : Les sciences modernes lui doivent énormément », Biographie d'Ibn Al-Haytham rédigée à l'occasion de l'année internationale de la lumière (en 2015, décrétée par l'Unesco)., sur SaphirNews.com, Saint-Denis, Saphir Médiation, (ISSN 2497-3432, consulté le ) : « Il entreprit alors [en 1021] de nombreux voyages qui le menèrent notamment en Espagne musulmane (Al-Andalus) en plein âge d’or. »
  15. (en) Shlomo Pinès, Collected works of Shlomo Pines: Studies in Arabic Versions of Greek texts and in Medieval Science, vol. 2, Brill, (présentation en ligne), p.547-548
  16. a b c d et e Rashed 2008, p. 1091.
  17. Roshdi Rashed, « L'Optique géométrique » dans Rashed et Morelon 1997, pp 313-314
  18. Rashed 1997, p. 312.
  19. Roshdi Rashed, « L'Optique géométrique » dans Rashed et Morelon 1997, pp 316-318
  20. (en) Abdelhamid I. Sabra, « Ibn al Haytham Revolutionary project in optic, the achievement and the obstacle », dans Abdelhamid I. Sabra (dir.), Jan P. Hogendijk et Dibner Institute Studies in the History of Science and Technology, The Enterprise of Science in Islam : New Perspectives, MIT Press, (ISBN 978-0-262-19482-2 et 0-262-19482-1, présentation en ligne), p. 85-118, p. 140
  21. (en) Vasudevan Lakshminarayanan, « Ibn al-Haytham, founder of physiological optics? », dans Azzedine Boudrioua, Roshdi Rashed et Vasudevan Lakshminarayanan, Light-Based Science : Technologie and Sustainable Developpement (The Legacy of Ibn al-Haytham), Taylor&Francis Group - CRC press, , p. 88-91
  22. Roshdi Rashed, « L'Optique géométrique » dans Rashed et Morelon 1997, p. 315.
  23. Gül A. Russel, « La naissance de l'optique physiologique » dans Rashed et Morelon 1997, pp. 334;336-337
  24. (en) A. I. Sabra, « The Authorship of the Liber de crepusculis, an Eleventh-Century Work on Atmospheric Refraction », Isis, vol. 58, no 1,‎ , p. 77-85 (lire en ligne)
  25. Boris A. Rosenfeld et Adolf P. Youschkevitch, « Géométrie », dans Roshdi Rashed (dir.) et Régis Morelon, Histoire des sciences arabes : mathématiques et physique, t. 2, Seuil, , p.135
  26. Rosenfeld et Youschkevitch 1997, p. 138.
  27. Roshdi Rashed, « Déterminations infinitésimales, quadratures de lunules et problèmes isopérimétriques », dans Roshdi Rashed (dir.) et Régis Morelon, Histoire des sciences arabes : mathématiques et physique, t. 2, Seuil, , p. 102-106
  28. Rashed 1997-Calcul infinitésimal, p. 106-112.
  29. Rashed 1997-Calcul infinitésimal, p. 115-119.
  30. Rosenfeld et Youschkevitch 1997, p. 153.
  31. Roshdi Rashed, « Analyse combinatoire, analyse numérique, analyse diophantienne et théorie des nombres », dans Roshdi Rashed (dir.) et Régis Morelon, Histoire des sciences arabes : mathématiques et physique, t. 2, Seuil, , p. 91
  32. Rashed 1997-Théorie des nombres, p. 62-64.
  33. George Saliba, « Les théories planétaires en astronomie arabe après le XIe siècle », dans Roshdi Rashed (dir.) et Régis Morelon, Histoire des sciences arabes : astronomie théorique et appliquée, t. 1, Seuil, , p. 87
  34. Saliba 1997, p. 87.
  35. Saliba 1997, p. 87-96.
  36. Stanford Encyclopedia of Philosophy, (lire en ligne), « Nicolaus Copernicus »
  37. Saliba 1997, p. 71.
  38. a et b Rashed 2008, p. 1092.
  39. Rashed 2007.
  40. (Rashed 2007)
  41. (Rashed 2007)
  42. (Rashed 2007)
  43. (Rashed 2007)
  44. (Rashed 2007)
  45. (Rashed 2007)
  46. David A. King, « Astronomie et société musulmane », dans Roshdi Rashed (dir.) et Régis Morelon, Histoire des sciences arabes : astronomie théorique et appliquée, t. 1, Seuil, , p. 183 note 3
  47. Henri Hugonnard-Roche, « L'Astronomie arabe en Occident », dans Roshdi Rashed (dir.) et Régis Morelon, Histoire des sciences arabes : astronomie théorique et appliquée, t. 1, Seuil, , p. 320 note 25
  48. (en) Roshdi Rashed, « The Configuration of the universe : A book by al-Ḥasan ibn al-Haytham ? », Revue d'histoire des sciences, vol. 60, no 1,‎ (lire en ligne)
  49. G. J. Toomer, « Review: Ibn al-Haythams Weg zur Physik by Matthias Schramm », Isis, vol. 55, no 4,‎ , p. 463–465 [463–4] (DOI 10.1086/349914)
  50. (en) Andreas Eckart, « The early great debat : a comment on Ibn al-Haytham's work on the location of the mily way with the respect to the earth », Arabic Sciences and Philosophy, vol. 28, no 1,‎ , p. 1-30 (présentation en ligne)
  51. Josep Puig Montada, « Ibn Bajja », Stanford Encyclopedia of Philosophy, (consulté le )
  52. Mohaini Mohamed, Great Muslim Mathematicians, Penerbit UTM, , 49–50 p. (ISBN 9835201579)
  53. Hamid-Eddine Bouali, Mourad Zghal, Zohra Ben Lakhdar, « Popularisation of Optical Phenomena: Establishing the First Ibn Al-Haytham Workshop on Photography » [PDF], The Education and Training in Optics and Photonics Conference, (consulté le )
  54. (en) David C. Lindberg (dir.) et al., Science in the Middle Ages, Chicago, University of Chicago Press, coll. « The Chicago Hist. of Sc. and Medicine », , 550 p., 15×22.5 cm (ISBN 978-0-226-48232-3), chap. 10 (« The science of Optics »), p. 354
    Le traité d'optique de Vitellion fut imprimé en 1535, réimprimé en 1551 ; une traduction latine de l'optique d'Alhazen parut sous le titre De aspectibus en 1572. Roger Bacon et Vitellion avaient fait connaître les idées d'Alhazen dès le XIIIe siècle, sans traduire exactement son livre.
  55. Pierre Amalric 1991, p. 132.

BibliographieModifier

TraductionsModifier

  • La construction d'un heptagone dans un cercle, trad. R. Rashed, Journal for the History
  • R. Rashed, « Le « Discours de la lumière » d'Ibn al-Haytham (Alhazen) : Traduction française critique », Revue d'histoire des sciences et de leurs applications, t. 21, no 3,‎ , p. 197-223 (DOI 10.3406/rhs.1968.2560, lire en ligne)
  • Le livre sur l'analyse, trad. A. Djebbar et K. Jaouiche, Berlin, Birkhaüser, 2001.
  • Perspective, trad. partielle en an. A. Mark Smith, Alhacen's Theory of Visual Perception, Philadelphie, 2001, 2 t.
  • Épître sur les miroirs ardents, trad. an. R. M. Ehsan Elahie, in H. M. Said, Ibn al-Haitham: Proceedings of the Celebration of 1000th Anniversary, Karachi, 1970.
  • Les configurations coniques, trad. an. J. P. Hogendijck, Ibn al-Haytham's Completion of the Conics, New York, Springer Verlag, 1985.

ÉtudesModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier