Alexis Ier de Moscou

Alexis Ier (nom de religion de Sergueï Vladimirovitch Simanski, en russe : Сергей Владимирович Симанский), né le (grégorien : ) à Moscou et mort le , est le 13e patriarche de l'Église orthodoxe russe de 1945 à 1970.

Alexis Ier de Moscou
Патриарх Алексий I.jpg
Alexis Ier
Fonctions
Patriarche de Moscou et de toutes les Russies
-
Archevêque
Métropolite
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 92 ans)
PeredelkinoVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalités
Formation
Faculté de droit de l'université d'État de Moscou (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Famille
Simanski (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religion
Consécrateur
Parti politique
Conflit
Distinctions
Liste détaillée

BiographieModifier

Sergueï Simanski poursuit ses études secondaires au lycée Tsarévitch-Nicolas de Moscou à partir de 1891. Il rejoint à cette époque le mouvement conservateur et monarchiste et en 1908, est élu président de la section du Gouvernement de Toula de l'Union du peuple russe.

Diplômé en 1891, il poursuit se études à la faculté juridique de l'Université Impériale de Moscou. En 1899-1900, il effectue son service militaire dans le 7e régiment des grenadiers de Samogitie (Самогитский 7-й гренадерский полк).

En 1900, il entame les études à l'Académie théologique de Moscou dont il est diplômé en 1904. Le , a lieu son rituel de tonsure monastique. Le de la même année, il devient hiérodiacre, puis, hiéromoine le .

En 1904-1906 , il occupe le poste d'inspecteur au séminaire de Pskov.

Métropolite de Staraïa Roussa (Évêché de Novgorod) depuis le , il est nommé métropolite de Novgorod en .

Le , il remplace Séraphin (Tchitchagov) au siège de métropolite de Léningrad. Il s'y rend le et s'installe au monastère de Novodievitchi. Expulsé de ce logement par le pouvoir soviétique, il déménage dans la cathédrale Saint-Vladimir de Saint-Pétersbourg en 1937, puis dans la Cathédrale Saint-Nicolas-des-Marins de Saint-Pétersbourg en 1940. Lors de la Seconde Guerre mondiale, il reste dans la ville assiégée. Il sera décoré de la médaille pour la Défense de Léningrad.

Le , avec Serge Ier de Moscou et Nikolaï (Yarouchevitch), il est reçu par Joseph Staline au Kremlin. Ils réussissent à négocier la réouverture de 1 084 églises et de huit séminaires, l’exemption du service militaire pour les prêtres, l’autorisation d’activité caritative et de publication religieuse, l’allégement des impôts, la libération d’un certain nombre de prêtres condamnés et déportés durant la décennie précédant la guerre[1].

Quand le patriarche Serge meurt le , le métropolite Alexis le remplace comme locum tenens. Dans sa première déclaration après avoir pris le contrôle de l'Église, il assure Staline de sa « profonde affection et gratitude » et s'engagé à « protéger l'Église contre les erreurs et les faux pas »[2].

Le , avec l'approbation de Staline, il est élu patriarche de Moscou et intronisé deux jours plus tard sous le nom d'Alexis Ier.

Après vingt-cinq ans de patriarcat, il meurt à Peredelkino d'une insuffisance cardiaque ayant subi peu avant un infarctus du myocarde. Il est inhumé à la laure de la Trinité Saint-Serge.

Notes et référencesModifier

  1. Alena Lapatniova, Cahiers du Monde russe., EHESS, , 304 p. (ISBN 978-2-7132-2098-2, lire en ligne), Administrer la religion en URSS. Pages 749 - 780
  2. (en) Walter Kolarz, Religion in the Soviet Union, St. Martin's Press, New York, 1966 page 55.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier