Serge Ier de Moscou

Serge (en russe : Сергий, né Ivan Nikolaïevitch Stragorodski, en russe : Иван Николаевич Страгородский, le 11 janvier 1867 ( dans le calendrier grégorien), Arzamas - mort le , Moscou) fut primat de l'Église orthodoxe russe de décembre 1925 à 1944, d'abord comme remplaçant du locum tenens Pierre de Kroutitsy de 1925 à 1936[1], puis comme locum tenens de 1936 à 1943, puis comme Patriarche de Moscou et de toute la Russie du à sa mort. Le mot « sergianisme » fait allusion à la soumission du patriarcat face à l'État soviétique.

Serge Ier de Moscou
Митрополит Сергий (ЖМП).jpg
Fonctions
Député de l'Assemblée constituante russe de 1918
Métropolite orthodoxe de Moscou (d)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 77 ans)
MoscouVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalités
Formation
Académie théologique de Saint-Pétersbourg (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Statut
Autres informations
Religion
Consécrateur
Antoni (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions

BiographieModifier

Au séminaire théologique de Nijni Novgorod de 1880 à 1886, il entre ensuite à l’Académie de théologie de Saint-Pétersbourg. La science théologique et la prière liturgique sont ses seules préoccupations.

Le , au monastère de Valaam, il prononce ses vœux de moine sous le nom Serge en l'honneur de saint Serge de Valaam. Ordonné prêtre le , il s’intéresse aux problèmes de la pensée occidentale et produit sa thèse de licence : les rapports de la foi et des œuvres («Православное учение о вере и добрых делах») où il expose les thèses romaines et protestantes en face de l’orthodoxie. Tout au long de sa carrière ecclésiastique, il cherchera à vivre dans les espaces universitaires.

Il part pour la mission orthodoxe à Tokyo en , revient à Saint-Pétersbourg en 1893, où il professe l’Écriture Sainte à l’Académie dont il deviendra d’ailleurs le Recteur en 1901.

Le , Serge est consacré évêque de Jamburg, le vicaire du diocèse de Saint-Pétersbourg.

En 1905, il est promu archevêque de l’Église orthodoxe de Finlande et s’occupe activement de la commission préparatoire du Concile de l’Église Russe, dont il est devenu le président en 1912.

Après la révolutionModifier

Le , 1917, il est nommé archevêque de Vladimir et Chouïa et le de la même année le patriarche Tikhon est élevé au rang de métropolite.

Le , Serge reçoit du synode (rassemblant 21 archevêques) le titre de Sa Béatitude, « le métropolite de Moscou et de Kolomna ».

En 1936, fidèle à son intérêt pour les problèmes universels, il comprend l’aspiration occidentale vers l’orthodoxie et promulgue le célèbre « décret de 1936 » ouvrant la porte à « l’Orthodoxie Occidentale ».

Le , le conseil des évêques l’élit à l’unanimité Patriarche de Moscou et de toutes les Russies (12e patriarche en titre).

Le patriarche Serge décède le .

RéferencesModifier

  1. Les résistances spirituelles (lire en ligne), p. 294.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier