Ouvrir le menu principal

Abbaye de Chalivoy

abbaye située dans le Cher, en France

Abbaye de Chalivoy
image de l'abbaye
Vue générale de l'édifice

Nom local Chalivois
Diocèse Bourges
Numéro d'ordre (selon Janauschek) CXXVIII (128)[1]
Fondation 1133 ou 1138
Dissolution 1791
Abbaye-mère Abbaye de Bourras
Lignée de Abbaye de Pontigny
Période ou style Roman

Coordonnées 47° 14′ 04″ nord, 2° 55′ 44″ est[2]
Pays Drapeau de la France France
Province Berry
Département Cher
Commune Herry

Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire

(Voir situation sur carte : Centre-Val de Loire)
Abbaye de Chalivoy

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Abbaye de Chalivoy

Géolocalisation sur la carte : Cher

(Voir situation sur carte : Cher)
Abbaye de Chalivoy

L’abbaye de Chalivoy ou de Chalivois est une ancienne abbaye cistercienne située dans le Cher, à Herry.

Sommaire

HistoireModifier

FondationModifier

L'abbaye de Chalivoy est fondée en 1133 ou 1138 par des religieux venus de l'abbaye de Bourras, dans le Nivernais.

 « L'an mil cent trente-quatre ou trois,
Régnant Louis, duc d'Aquitaine,
Prince souverain, roi des François,
Et Innocent, en cour romaine ;
L'illustre seigneur Hugues d'Aveine,
Baron de Saint-Vérin des bois,
Terre en fief, cesns et domaine,
Des plus nobles du pays Auxerrois,
Alla en l'abbaye Pontinienne
Située entre Auxerre et Troyes,
D'où dix religieux il emmena,
En ces déserts et dedans ces bois,
Pour chacun jour de la semaine,
Servir à Dieu le grand roi des rois,
Dans ces roches, près de Mienne.
Le premier abbé fut Godefroy,
Sorti de la maison ancienne
Des comtes et marquis de Puisaye,
Qui pour la gloire souveraine,
Quitta ce monde sans nul effroy,
Persévérant ici sans peine,
D'un ferme cœur et de vive foy. »



Récit de la fondation de Chalivois, par le père Viole[3]

Le poème n'est pas à prendre au pied de la lettre : les religieux que le père Viole fait venir « de Pontigny » étaient plus probablement des cisterciens de Bourras, toutes les chroniques cisterciennes postérieures plaçant Chalivoy dans la filiation de cette dernière abbaye.

Il semble que l'abbaye ait été enrichie dès ses débuts par la donation d'un ermite nommé Julien : lui et ses religieux auraient donné tous leurs biens à l'abbaye naissante, en échange de leur incorporation à l'ordre de Cîteaux et à l'abbaye. Cela permit aux religieux d'élever une grande et belle église, particulièrement vantée[3],[4].

Destructions durant les guerres de ReligionModifier

Durant les guerres de religion, l'abbaye est détruite une première fois en 1544, puis entièrement brûlée en 1562 par Wolfgang de Bavière, duc des Deux-Ponts, qui avait déjà précédemment détruit l'abbaye-mère de Bourras.

Reconstruction partielle et fin de l'abbayeModifier

Durant les siècles suivants, quelques éléments sont peu à peu reconstruits. Notamment, l'église est rebâtie jusqu'en 1777[4]

RéférencesModifier

  1. (la) Leopold Janauschek, Originum Cisterciensium : in quo, praemissis congregationum domiciliis adjectisque tabulis chronologico-genealogicis, veterum abbatiarum a monachis habitatarum fundationes ad fidem antiquissimorum fontium primus descripsit, t. I, Vienne, Puthod, , 491 p. (lire en ligne), p. 145.
  2. « Chalivoy », sur http://www.cistercensi.info, Cistercensi (consulté le 18 mai 2013).
  3. a et b Waast B. Henry, Histoire de l'Abbaye de Pontigny, Ordre de Citeaux, Département de l'Yonne : Suivie de quelques notices historiques sur les communes des environs et des principales pièces justificatives : Ornée des deux plans de l'Abbaye, et d'une vue du tombeau de Saint Edme, .Auxerre, Maillefer, , 411 p. (lire en ligne), p. 246-247.
  4. a et b « Abbaye de Chalivoy », sur http://catholique-bourges.cef.fr, Archidiocèse de Bourges (consulté le 18 mai 2013).

Voir aussiModifier