Aéroport international de Yogyakarta

Aéroport international de Yogyakarta
Bandar Udara Internasional Yogyakarta (id)
Aéroport international de Yogyakarta : l'aérogare
Aéroport international de Yogyakarta : l'aérogare
Localisation
Coordonnées 7° 54′ 27″ sud, 110° 03′ 16″ est
Informations aéronautiques
Code AITA YIA
Code OACI WAHI
Gestionnaire Angkasa PuraVoir et modifier les données sur Wikidata

L'aéroport international de Yogyakarta ou aéroport international de Kulon Progo (code AITA : YIA • code OACI : WAHI), est un aéroport dans le district de Temon, kabupaten de Kulon Progo, qui dessert le territoire spécial de Yogyakarta à Java, en Indonésie. L’aéroport est exploité par Angkasa Pura I. Il doit remplacer l'actuel aéroport international Adisutjipto, qui est aujourd'hui saturé et dont la piste ne fait que 2 200 mètres. L'aéroport a été inauguré le avec un vol Citilink en provenance de l'aéroport Halim Perdanakusuma de Jakarta.

SituationModifier

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

DéveloppementModifier

 
L'aérogare en construction ().

En raison de difficultés pour l'acquisition de terrains, les travaux de construction de l'aéroport avaient été retardés. En , la construction de l'aérogare était achevée à 40 % et celle de la piste à 19 %, tandis que la construction d'autres installations était toujours en cours. Au début, le nouvel aéroport devrait accueillir 15 millions de passagers par an. Il sera développé en deux phases,

  • Dans une première phase, l’aéroport aura une aérogare de 130 000 m2 avec une capacité maximale de 15 millions de passagers par an et une piste de 3 250 mètres sur 60 mètres. La superficie totale de l'aéroport est d'environ 645 hectares.
  • Dans une deuxième phase, l’aérogare sera agrandie à 195 000 m2 et pourra accueillir 20 millions de passagers par an. La longueur de la piste sera prolongée à 3 600 mètres et large de 45 mètres, avec une aire de stationnement pouvant accueillir jusqu'à 45 avions.

Un plan futur comprend également la transformation de l'aéroport en une ville aéroportuaire intégrée à une zone industrielle et touristique. L’aéroport a été conçu pour résister aux séismes d’une magnitude de 8,8 sur l’échelle de Richter, car il a été construit dans une zone sujette aux tremblements de terre et sera doté d’installations d’atténuation des effets du tsunami[1].

Compagnies aériennes et destinationsModifier

CompagniesDestinations
  AirAsia Kuala Lumpur [2]
  Batik Air Jakarta-Halim-Perdanakusuma, Djakarta-S.-Hatta, Palangkaraya, Samarinda
  CitilinkBalikpapan-Sultan-A.-M.-Sulaiman, Banjarmasin-Syamsudin Noor, Denpasar-Bali, Jakarta-Halim-Perdanakusuma, Djakarta-S.-Hatta, Makassar-Sultan-HasanuddinMedan-KualanamuPalembang-M. Badaruddin II, Pekanbaru (Simpang Tiga)
  Garuda IndonesiaBalikpapan-Sultan-A.-M.-Sulaiman, Denpasar-Bali, Djakarta-S.-Hatta, Makassar-Sultan-Hasanuddin
  Indonesia AirAsiaDenpasar-Bali, Djakarta-S.-Hatta, Lombok, Medan-Kualanamu, Singapour-Changi
  Lion AirBalikpapan-Sultan-A.-M.-Sulaiman, Banjarmasin-Syamsudin Noor, Batam-Hang Nadim, Denpasar-Bali, Djakarta-S.-Hatta, Makassar-Sultan-HasanuddinLombok, Padang-Tabing, Palembang-M. Badaruddin II, Pekanbaru (Simpang Tiga),Pontianak (Supadio), Samarinda
  Sriwijaya AirBalikpapan-Sultan-A.-M.-Sulaiman, Bandar Lampung-Radin-Inten-II, Djakarta-S.-Hatta, Makassar-Sultan-Hasanuddin

Édité le 30/03/2020

ControverseModifier

40 % des terrains qui sont utilisés pour l'aéroport appartiennent à la principauté du Pakualaman, le reste appartenant aux communautés locales. L'emplacement se trouve dans le district de Temon, entre les plages de Congot et Glagah (qui couvre le village de Palihan, le village de Sindutan, le village de Jangkaran et le village de Glagah)[3],[4].

Les habitants concernés sont venus s'informer sur la construction de l'aéroport en 2011. Le gouvernement régional et les bureaux connexes, PT Angkasa Pura I, et l’Agence foncière nationale (BPN) de Kulon Progo Regency ont assuré la diffusion du développement de l'aéroport en 2014. Le rejet des personnes touchées est apparu dans les médias depuis la manifestation lors de la socialisation. La raison pour laquelle les gens rejettent l'aéroport est que sa construction absorbera les terres qui constituent leur gagne-pain en tant qu’agriculteurs. Ils ont également évoqué des problèmes environnementaux liés au site proposé ainsi que des problèmes de sécurité, en raison du risque élevé de tsunamis et d'autres catastrophes naturelles dans la région[5]. En outre, il y a peu d'endroits historiques et effrayants pour la communauté locale avec la zone de développement de l'aéroport. Le rejet du développement de l'aéroport a commencé avec la création du Wahana Tri Tunggal (WTT). Plus tard, certains de ses membres ont formé l'Association communautaire pour le refus des expulsions de Kulonporogo (PWPP-KP). Initialement, l’attitude de refuser inconditionnellement est devenue le principe du WTT vis-à-vis de l'aéroport, jusqu’à ce qu’elle accepte finalement la construction à condition qu’il y ait une réévaluation des actifs des bâtiments, des usines et des autres installations auxiliaires. En attendant, depuis la formation du PWPP-KP jusqu'à maintenant, l'attitude de refuser inconditionnellement persiste[6]. En , 86 familles avaient toujours refusé de vendre leurs terres pour le développement de l'aéroport[7].

Le , le président de l'ombudsman indonésien a demandé un délai pour vider les terres des résidents, car ils menaient une enquête sur la possibilité d'une mauvaise administration dans le processus. La Commission nationale indonésienne des droits de l'homme (Komnas HAM) a déclaré que le traitement des citoyens dans la zone de conflit de l'aéroport est relativement bon par rapport aux conflits de nombreuses autres zones caractérisées par des niveaux de conflit plus complexes[8]. Dans le même temps, la Commission des droits de l'homme estime que des violations des droits de l'homme ont été commises et qu'il n'est pas nécessaire de procéder à la suppression des terres occupées par les résidents[9].

Transport terrestreModifier

 
La gare de Wojo.
 
La gare de Kedundang.

L’aéroport sera relié au centre-ville de Yogyakarta par une route à péage et une ligne de chemin de fer[10]. Pour l'instant, il n'y a pas de ligne de chemin de fer directe. Depuis la gare de Wojo dans le Kabupaten de Purworejo, la plus proche pour l'instant, les passagers utiliseront un service de navette. L'ancienne gare de Kedundang, située à 6 km de l'aéroport, va être rénovée[11].

Voir égalementModifier

RéférencesModifier

  1. (en) « Yogya’s airport equipped with tsunami mitigation, quake resistance », The Jakarta Post,‎ (lire en ligne, consulté le 25 mars 2018)
  2. (en) « AirAsia to move its operations in Yogyakarta to Yogyakarta International Airport, Kulon Progo starting 29 March 2020 », sur AirAsia (consulté le 19 mars 2020)
  3. « Yogyakarta bakal Miliki Bandara Baru Seluas 637 Hektare » (consulté le 14 décembre 2018)
  4. « Bandara Kulon Progo Siap Tiang Pancang » (consulté le 14 décembre 2018)
  5. (id) « Sosialisasi Bandara Kulonprogo Yogya Mulai Senin 8 September », Liputan6,‎ (lire en ligne, consulté le 14 décembre 2018)
  6. « Manajemen konflik sosial pembangunan NYIA », jogja.antaranews.com (consulté le 14 décembre 2018)
  7. (en) Bambang Muryanto, « Last 86 families still fighting against Yogyakarta airport development to keep land », The Jakarta Post,‎ (lire en ligne, consulté le 14 décembre 2018)
  8. (id) Dani Julius Zebua, « Warga yang Tergusur dari Lahan Bandara NYIA Sulit Diprediksi », Kompas,‎ (lire en ligne, consulté le 14 décembre 2018)
  9. (id) « Komnas Ungkap Catatan Buruk Pelanggaran HAM di Proyek NYIA Kulonprogo », Harianjogja,‎ (lire en ligne, consulté le 14 décembre 2018)
  10. (en) « Angkasa Pura I to provide Rp 8T for new Yogyakarta airport », The Jakarta Post,‎ (lire en ligne, consulté le 20 août 2017)
  11. "Railway and new airport to come on line the same day", Tempo, 26 décembre 2018