Coupe du monde de rugby à XIII 1954

Coupe du monde 1954
Généralités
Sport Rugby à XIII
Organisateur(s) RLIF
Édition Première
Lieu(x) Drapeau de la France France
Date 30 octobre au
Nations 4
Matchs joués 7 rencontres
Affluence 137 329 spectateurs
(moyenne 19 618)
Site(s) 6 stades

Palmarès
Vainqueur Drapeau : Royaume-Uni Grande-Bretagne
Finaliste Drapeau : France France
Meilleur(s) marqueur(s) Drapeau : Royaume-Uni Gordon Brown (6 essais)
Meilleur(s) réalisateur(s) Drapeau : Royaume-Uni Jimmy Ledgard (29 goals)

Navigation

La première édition de la Coupe du monde de rugby à XIII de la Fédération internationale de rugby à XIII (RLIF) se déroule en France du au et voit la victoire de la Grande-Bretagne en finale contre la France.

Sous l'impulsion du président de la Fédération française de rugby à XIII, le Français Paul Barrière qui garantit un plan financier et organisationnel de l'événement face à la frilosité des Australiens, la RLIF décide de l'organisation d'une Coupe du monde qui se déroule donc en France. Celle-ci couvre donc les frais de transport des équipes. Trois équipes affiliées à la RLIF sont invitées : l'Australie, la Grande-Bretagne et la Nouvelle-Zélande qui s'ajoutent à la France nation hôte.

Six sites accueillent la compétition à travers la France : Paris, Lyon, Marseille, Toulouse, Nantes et Bordeaux. Pour le tout premier match, la France bat la Nouvelle-Zélande 22 à 13 au Parc des Princes de Paris. Bien que nation forte, l'Australie ne parvient pas à se qualifier pour la finale (unique fois dans son histoire). La finale, non prévue avant le tournoi mais qui a été programmée à la suite de l'égalité de points entre la Grande-Bretagne et la France, oppose les deux nations européennes devant 30 368 spectateurs et c'est la première qui s'impose 16 à 12 contre la France.

Cette Coupe du monde est considérée comme une grande réussite sportive et populaire, avec près de 20 000 spectateurs par match sur les sept rencontres de la compétition. Il est vite décidé de récidiver trois ans plus tard, en 1957, en Australie.

Préparation de l'événementModifier

ContexteModifier

Cette compétition se déroule à l'occasion du vingtième anniversaire de la Fédération française de rugby à XIII[1].

Désignation du pays organisateurModifier

Ainsi qu'il est précisé dans l’introduction, c'est à partir d'une idée française, portée et financée par la Fédération française de rugby à XIII que ce nouveau tournoi est mis sur pied. Devant les réticences des autres grandes nations du monde du rugby à XIII, la France de Paul Barrière s'est en quelque sorte « auto-désignée » pour organiser la première Coupe du monde de rugby à XIII.

Après le football, le rugby à XIII est le deuxième sport mondial « à avoir créé ce type de compétition planétaire »[2].

Villes retenues et stadesModifier

Pour cette première édition, les organisateurs désirent que la compétition ait le plus fort impact possible. Dans cette optique, les six stades retenus sont situés dans six grandes villes françaises : Paris, Marseille, Lyon, Nantes, Toulouse et Bordeaux. Cela permet de concerner au maximum le territoire français.

Bordeaux Lyon Marseille Nantes Paris Toulouse
Stade municipal Stade Gerland Stade Vélodrome Stade Malakoff Parc des Princes Stadium municipal
25 000 places 50 000 places 35 000 places 13 500 places 40 000 places 40 000 places

ActeursModifier

 
Maillots des sélections participant à la Coupe du monde 1954.

AustralieModifier

Le sélectionneur est Vic Hey.

Nom Âge Matches et (pts)
pendant l'édition
Club
Bob Banks 24 2 (0) 0   Toowoomba Newtown
Roy Bull 25 3 (3) 0   Manly-Warringah
Clive Churchill 27 3 (0) 0   South Sydney
Harold Crocker 26 2 (0) 0   Parramatta
Brian Davies 24 3 (0) 0   Booval Swifts
Peter Deversi 22 3 (3) 0   North Sydney
Dennis Flannery 26 2 (0) 0   Ipswich Brothers
Duncan Hall 29 1 (0) 0   Brisbane Western Suburbs
Greg Hawick 22 2 (3) 0   South Sydney
Keith Holman 27 2 (0) 0   Western Suburbs
Ken Kearney 30 3 (6) 0   St. George
Ken McCaffery 24 1 (0) 0   Toowoomba Souths
Ian Moir 22 1 (0) 0   South Sydney
Kel O'Shea 21 2 (6) 0   Ayr
Noel Pidding 27 3 (16) 0   Maitland
Norm Provan 21 1 (0) 0   St. George
Alex Watson 23 3 (9) 0   Brisbane Western Suburbs
Harry Wells 22 2 (6) 0   Wollongong

FranceModifier

Les sélectionneurs sont Jean Duhau et René Duffort.

Nom Âge Matches et (pts)
pendant l'édition
Club
Jean Audoubert 30 4 (3) 0   Lyon
Gilbert Benausse 22 2 (0) 0   Carcassonne
Vincent Cantoni 27 4 (6) 0   Toulouse
André Carrère 30 0 (0) 0   Villeneuve-sur-Lot
Raymond Contrastin 29 4 (15) 0   Bordeaux
Joseph Crespo 29 4 (3) 0   Lyon
Guy Delaye 25 2 (3) 0   Avignon
Roger Guilhem 28 1 (0) 0   Carcassonne
Antoine Jimenez 25 4 (0) 0   Villeneuve-sur-Lot
Joseph Krawzyck 4 (3) 0   Lyon
Jacques Merquey 25 4 (3) 0   Avignon
Jean Pambrun 24 1 (0) 0   Marseille
François Rinaldi 30 4 (0) 0   Marseille
Puig-Aubert 29 4 (26) 0   XIII Catalan
Armand Save 23 2 (0) 0   Bordeaux
Claude Teisseire 23 3 (0) 0   Carcassonne
Gilbert Verdié 26 2 (0) 0   Albi
Maurice Voron 26 0 (0) 0   Lyon

ÉquipesModifier

JoueursModifier

ArbitresModifier

CompétitionModifier

FormatModifier

Premier tourModifier

Groupe A
0 Équipe J V N D PP PC Δ Pts
1   Grande-Bretagne 3 2 1 0 67 32 +35 5
2   France 3 2 1 0 50 31 +19 5
3   Australie 3 1 0 2 52 58 -6 2
4   Nlle-Zélande 3 0 0 3 34 82 -48 0
J : matchs joués
V : victoires ; N : matchs nuls ; D : défaites
PP : points marqués ; PC : points concédés
Δ : différence de points
Pts : points de classement
30 octobre France   22 - 13   Nlle-Zélande Parc des Princes,
Paris
31 octobre Grande-Bretagne   28 - 13   Australie Stade Gerland,
Lyon
7 novembre France   13 - 13   Grande-Bretagne Stadium municipal
Toulouse
7 novembre Australie  34 - 15   Nlle-Zélande Stade Vélodrome
Marseille
11 novembre France   15 - 5   Australie Stade Malakoff
Nantes
11 novembre Grande-Bretagne   26 - 6   Nlle-Zélande Stade municipal
Bordeaux

Détails des matchesModifier






Rencontre de classement (Finale)Modifier

Feuille de match
  France 12 – 16 Grande-Bretagne  

(mt : 4 - 8)

au Parc des Princes, Paris

Points marqués :

Évolution du score : 2-0, 2-3, 2-8, 4-8 (mi-temps), 9-8, 9-13, 9-16, 12-16

Arbitre : Cyril Appleton  

Spectateurs : 30 368

La «rencontre de classement »[1], autrement dit la finale, entre la France et la Grande-Bretagne attire 30 368 spectateurs[1] au Parc des Princes à Paris. Dans un match serré, Puig-Aubert permet à la France d'ouvrir le score mais c'est la Grande-Bretagne qui domine la première mi-temps grâce aux essais de Gordon Brown et de David Rose, James Ledgard se chargeant de convertir le second, avant que Puig-Aubert ajoute une nouvelle pénalité. Le score est alors de 8 à 4 à la mi-temps en faveur des Britanniques.

Au retour des vestiaires, Cantoni marque un essai converti par Puig-Aubert permettant à la France de mener 9 à 8. Les Anglais enfoncent alors le clou grâce à deux autres essais de Gerry Helme (converti par Ledgard) et de Brown (9-16). Côté français, Contrastin permet à la France de revenir dans la partie. La pression est alors intense sur les épaules des Anglais mais contre tout pronostic, ceux-ci parviennent à tenir et deviennent ainsi les premiers champions du monde de l'histoire du rugby à XIII.

BilanModifier

Bilan de la compétitionModifier

L'après Coupe du mondeModifier

StatistiquesModifier

Statistiques généralesModifier

Au cours des sept matches joués, 41 essais sont marqués soit une moyenne de 5,8 essais par rencontre. De même 45 goals sont marqués. Au total, 231 points sont inscrits au cours du tournoi soit 33 points par rencontre. La Grande-Bretagne est la meilleure attaque au cours du premier tour et du tournoi, tandis que la France est la meilleure défense au cours du premier tour.

ScoreursModifier

EssaisModifier

Le Britannique Gordon Brown est le meilleur marqueur d'essais du tournoi avec six essais en quatre matches disputés. Il devance le Français Raymond Contrastin, auteur de cinq essais, et son coéquipier David Rose, auteur de quatre essais. Brown et Contrastin ont la particularité d'avoir inscrit au moins un essai dans chacune de leurs rencontres.

Meilleurs marqueurs d'essais du tournoi
Rang Joueur Sélection Essais Matches
  Gordon Brown   Grande-Bretagne 6 4
2 Raymond Contrastin   France 5 4
3 David Rose   Grande-Bretagne 4 4
4 Franck Kitchen   Grande-Bretagne 3 2
Phil Jackson   Grande-Bretagne 3 4
Alex Watson   Australie 3 3

2 essais :

1 essai :

GoalsModifier

Le Français Puig-Aubert et le Britannique James Ledgard partagent la première place de meilleur réalisateur de la compétition avec treize goals.

Meilleurs réalisateurs de la compétition
Place Joueur Sélection Goals Matches
  James Ledgard   Grande-Bretagne 13 4
Puig-Aubert   France 13 4
3 Ron McKay   Nouvelle-Zélande 9 3
4 Noel Pidding   Australie 8 3
5 John Bond   Nouvelle-Zélande 2 2

AffluencesModifier

Cette Coupe du monde est un succès populaire, avec 137 329 spectateurs soit une moyenne de 19 618 spectateurs par match. L'affluence la plus importante est celle de la rencontre entre les deux nations européennes au Stadium de Toulouse avec 37 471 spectateurs. La plus faible affluence est la rencontre entre la Grande-Bretagne et l'Australie disputée au Stade Gerland de Lyon devant 10 250 spectateurs.

Classement des affluences
Rang Match Lieu Phase Affluence
1 France    Grande-Bretagne Toulouse 1er tour 37 471[3]
2 France    Grande-Bretagne Paris Finale 30 368
3 Australie    Nouvelle-Zélande Marseille 1er tour 20 000
4 Grande-Bretagne    Nouvelle-Zélande Bordeaux 1er tour 14 000
5 France    Nouvelle-Zélande Paris 1er tour 13 240
6 France    Australie Nantes 1er tour 13 000
7 Grande-Bretagne    Australie Lyon 1er tour 10 250

PremièresModifier

  • C'est bien évidemment la toute première Coupe du monde de rugby à XIII, dont la Grande-Bretagne est le premier vainqueur.
  • La Parc des Princes de Paris accueille le match d'ouverture ainsi que la finale. Il est donc le premier stade du globe à accueillir deux matches de Coupe du monde.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

RéférencesModifier

  1. a b et c Louis Bonnery, Le rugby à XIII le plus français du monde, Limoux, Cano & Franck, , 489 p. (ASIN B000X3Z932), chap. 3 (« Les Coupes et Championnats du monde »), p. 338-339.
  2. Aimé Mouret, Le Who's who du rugby à XIII, Toulouse, Éditions de l'Ixcea, , 291 p. (ISBN 978-2-84918-118-8), « Coupe du monde », p. 74.
  3. André Passamar, L'encyclopédie de Treize Magazine, Toulouse, Sud-Ouest Presse impression, 2ème trimestre 1984, 169 p. (ASIN B0014I5GK6), « Monde (Championnat du) », p. 113-120.

BibliographieModifier

  • (en) The Rugby League World Cup : An illustrated history of rugby's oldest global tournament, League Publication Ltd, , 238 p. (ISBN 9781901347203).