Élections régionales de 2017 en Sicile

Élections régionales siciliennes de 2017
70 sièges de l'Assemblée régionale
(Majorité absolue : 36 sièges)
Corps électoral et résultats
Votants 2 085 075
46,76 % en diminution 0,7
Nello Musumeci stampa estera.jpg Nello Musumeci – Centre-droit
Voix 830 821
39,85 %
en augmentation 14,1
Sièges obtenus 36 en augmentation 15
Giancarlo Cancelleri.jpg Giancarlo Cancelleri – Mouvement 5 étoiles
Voix 722 555
34,65 %
en augmentation 16,5
Sièges obtenus 20 en augmentation 5
Fabrizio Micari crop.jpg Fabrizio Micari – Centre-gauche
Voix 388 886
18,65 %
en diminution 11,8
Sièges obtenus 13 en diminution 17
Président de la région
Sortant Élu
Rosario Crocetta
Parti démocrate
Nello Musumeci
Diventerà Bellissima
Président de l'Assemblée régionale sicilienne
Gianfranco Miccichè (FI)

Les élections régionales siciliennes de 2017 se déroulent le dimanche selon les dispositions de l'article 3 du Statut spécial de la région de Sicile afin d'élire les 70 députés de l'Assemblée régionale de Sicile et le président de la région.

Elles sont remportées par la coalition de centre-droit, dont la tête de liste Nello Musumeci, chef de file du mouvement Diventerà Bellissima (Elle deviendra très belle), est élu président de la région.

Système électoralModifier

62 des 70 députés siciliens sont élus à la proportionnelle sur la base des résultats obtenus par des listes qui obtiennent au moins 5 % des voix au niveau régional. Les 8 sièges de députés restants sont attribués à la liste du président (qui obtient donc sept de ces huit députés, le président de région compris) tandis que le dernier siège est attribué au meilleur concurrent perdant pour le poste de président).

Répartition des siègesModifier

Provinces Sièges +/-
Agrigente 6   1
Caltanissetta 3   1
Catane 13   4
Enna 2   1
Messine 8   3
Palerme 16   4
Raguse 4   1
Syracuse 5   1
Trapani 5   2
Candidats à la présidence
et prime majoritaire
8   2
Total 70   20

SondagesModifier

Date Institut Micari Musumeci Cancelleri Fava Autres Avance
20 Oct 2017 Piepoli 25.0 42.0 25.0 8.0 0.0 17.0
20 Oct 2017 Demos&Pi 15.7 35.5 33.2 13.8 1.8 2.3
20 Oct 2017 Demopolis 21.0 36.0 35.0 7.0 1.0 1.0
19 Oct 2017 Tecnè 16.0 42.0 33.0 9.0 0.0 9.0
18 Oct 2017 Keix 24.2 33.0 33.2 7.6 1.6 0.2
12 Ott 2017 Demopolis 22.0 35.0 33.0 9.0 1.0 2.0
11 Oct 2017 Piepoli 16.0 42.0 33.0 9.0 1.0 9.0
5 Oct 2017 Index research 20.0 37.0 30.0 10.0 3.0 7.0
4 Oct 2017 Demopolis 22.5 34.5 32.0 9.0 2.0 2.5
3 Oct 2017 Tecnè 15.0 37.0 31.0 11.0 6.0 6.0
24 Sep 2017 Ipsos 13.0 38.0 31.0 10.0 8.0 7.0
21 Sep 2017 Index Research 15.0 36.0 30.0 16.0 3.0 6.0
5 Sep 2017 Demopolis 22.0 34.0 35.0 6.0 3.0 1.0
29– Euromedia 16.0 36.1 33.0 9.5 7.5 3.1
26– Lorien 21.3 40.5 38.2 NC 0.0 2.3

CampagneModifier

Nello Musumeci, candidat de la coalition de centre droit, est crédité de plus de 35 % des intentions de vote lors de la campagne électorale, contre 32 % à son principal adversaire Giancarlo Cancelleri, du Mouvement 5 étoiles. Par la bouche de Silvio Berlusconi, la droite promet l'aboutissement du pont sur le détroit de Messine, l’ouverture d’un casino à Taormine et l'exonération fiscale pour les Siciliens vivant à l'étranger qui se réinstalleraient dans l'île[1]. Le candidat de la majorité sortante de centre gauche, Fabrizio Micari, recteur de l’université de Palerme, est crédité de 20 % des intentions de vote, handicapé par la liste autonome de Claudio Fava, soutenu par les dissidents de gauche[1].

RésultatsModifier

Résultats provisoires des régionales siciliennes de 2017[2]
Présidence Conseil Total
Candidats Votes % Élus Partis Votes % +/- Sièges +/-
Nello Musumeci 830 821 39,85 7[a] Forza Italia (FI)[b] 315 056 16,37   3,5 12  
Populaires et Autonomistes (CP-MpA)[c] 136 520 7,09   1,2 5   1
Union de centre-Réseau démocratique-Sicilia Vera 134 124 6,97   3,8 5   6
Diventerà Bellissima-Énergies pour la Sicile[d] 114 708 5,96 Nv. 4   4
Frères d'Italie-Nous avec Salvini 108 713 5,65 Nv. 3   3
Total Centre-droit 809 121 42,04   17,4 29   9 36
Giancarlo Cancelleri 722 555 34,65 1 Mouvement 5 étoiles 513 359 26,67   11,8 19   4 20
Fabrizio Micari 388 886 18,65 0 Parti démocrate (PD) 250 633 13,02   0,4 11   3
Sicile du futur-Parti socialiste 115 751 6,01   6,0 2   2
Alternative populaire-Centristes pour Micari 80 366 4,18 Nv. 0  
Arcipelago Sicilia[e] 42 189 2,19 Nv. 0  
Total Coalition de centre-gauche 488 939 25,41   5,0 13   17 13
Claudio Fava 128 157 6,14 0 Cent pas pour la Sicile [f] 100 583 5,23 Nv. 1   1 1
Roberto La Rosa 14 656 0,70 0 Siciliens libres 12 600 0,66 Nv. 0   0
Suffrages exprimés 2 085 075 95,68 Suffrages exprimés 1 924 602 88,32
Votes blancs et nuls 94 110 4,32 Votes blancs et nuls 254 583 11,68
Total candidats 2 179 185 100 8 Total partis 2 179 185 100 - 62   18 70
Abstentions 2 481 926 53,25
Inscrits / participation 4 661 111 46,75

Vote populaireModifier

Par provincesModifier

Analyse et conséquencesModifier

Nello Musumeci est élu avec un peu moins de 40 % des voix exprimées et une abstention supérieure à 53 % (Participation de 46,76 %, soit 1,9 million de votants sur 4,6 millions d'électeurs inscrits). Les listes qui le soutiennent obtiennent 36 députés (avec le bonus de 7), dont 12 appartiennent à Forza Italia. Le Mouvement 5 étoiles confirme son implantation électorale sur l'île avec près de 35 % des suffrages pour son candidat, même si les listes obtiennent un score de 8 points inférieur à lui, se traduisant par 20 députés (avec un bonus de 1). Divisée, la gauche n'est pas parvenu à renouveler sa victoire de 2012, ne pouvant profiter ni des divisions de la droite comme au précédent scrutin, ni du bilan de la majorité sortante, jugé décevant, ni d'une dynamique de campagne qui n'a pas décollée, ni même de l'alliance entre le Parti démocrate de Matteo Renzi et les centristes d'Angelino Alfano. Le centre-gauche obtient 13 sièges (dont 11 du Parti démocrate) et la gauche de Claudio Fava en obtient 1[3].

Notes et référencesModifier

  1. a et b « Nello Musumeci, candidat des gens « comme il faut » à la présidence de la Sicile », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  2. (it) Risultati Provvisori Degli Scrutini
  3. « Après la Sicile, la droite veut reconquérir l’Italie », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )

NotesModifier

  1. 2 sièges pour Forza Italia, 1 siège pour Populaires et autonomistes, 1 siège pour l'UdC, 2 sièges pour DB et 1 siège pour FdI-NcS.
  2. Cette liste est appuyée par Choix civique pour l'Italie, Révolution chrétienne, le Parti libéral italien et l'Union des Siciliens indignés.
  3. Cette liste est appuyée par Idea Sicilia et le Nouveau Parti socialiste.
  4. Cette liste est appuyée par le Mouvement national pour la Souveraineté, et le Nouveau CDU.
  5. Alliance constituée de la Gauche sicilienne, Le Mégaphone, et Génération Next.
  6. Alliance constituée de Articolo Uno, la Gauche italienne, la Fédération des Verts, du Parti de la refondation communiste et des Socialistes siciliens.