Élections régionales de 2021 en Mecklembourg-Poméranie-Occidentale

page de liste de Wikimedia
Élections régionales de 2021 en Mecklembourg-Poméranie-Occidentale
79 sièges du Landtag
(Majorité absolue : 40 sièges)
Type d’élection Élections législatives régionales
Corps électoral et résultats
Inscrits 1 311 710
Votants 929 118
70,83 % en augmentation 9,2

Votes exprimés 913 729
Votes nuls 15 389
2017-06-25 Manuela Schwesig SPD Bundesparteitag by Olaf Kosinsky-16.jpg SPD – Manuela Schwesig
Voix 361 761
39,59 %
en augmentation 9
Députés élus 34 en augmentation 8
2019-03-14 Nikolaus Kramer Landtag Mecklenburg-Vorpommern 6345.jpg AfD – Nikolaus Kramer (de)
Voix 152 747
16,72 %
en diminution 4,1
Députés élus 14 en diminution 4
Portrait Michael Sack.jpg CDU – Michael Sack (de)
Voix 121 566
13,30 %
en diminution 5,7
Députés élus 12 en diminution 4
18-05-2017-Simone Oldenburg-JonasR.jpg Linke – Simone Oldenburg (de)
Voix 90 865
9,94 %
en diminution 3,2
Députés élus 9 en diminution 2
Terpe, Harald-1893.jpg Grünen – Anne Shepley et Harald Terpe (de)
Voix 57 548
6,30 %
en augmentation 1,5
Députés élus 5 en augmentation 5
René Domke.jpg FDP – René Domke (de)
Voix 52 945
5,79 %
en augmentation 2,8
Députés élus 5 en augmentation 5
Circonscriptions uninominales
Carte
Ministre-président
Sortante
Manuela Schwesig
SPD

Les élections régionales de 2021 en Mecklembourg-Poméranie-Occidentale (en allemand : Landtagswahl in Mecklenburg-Vorpommern 2021) se tiennent le , afin d'élire les 71 députés de la 8e législature du Landtag, pour un mandat de cinq ans. En vertu de la loi électorale, 79 députés sont finalement élus. Les élections régionales à Berlin, un référendum d'initiative populaire berlinois et les élections fédérales sont organisées le même jour.

Le scrutin, marqué par une hausse de la participation électorale, voit la victoire du Parti social-démocrate de la ministre-présidente Manuela Schwesig, qui conforte sa majorité relative, et le retour au Landtag des Verts et du Parti libéral.

ContexteModifier

Le ministre-président Erwin Sellering — au pouvoir depuis  — annonce le qu'il compte démissionner après avoir indiqué souffrir d'un cancer[1]. Un congrès extraordinaire du Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD) rassemblé à Dobbin-Linstow le lui désigne officiellement comme successeure Manuela Schwesig, jusqu'à très récemment ministre fédérale de la Famille[2]. Elle est effectivement investie ministre-présidente par le Landtag deux jours après, par 40 voix pour sur 70 après avoir confirmé la « grande coalition » avec l'Union chrétienne-démocrate d'Allemagne (CDU)[3].

Manuela Schwesig fait savoir en qu'elle est victime d'un cancer du sein ; bien qu'elle renonce à ses responsabilités au sein du SPD au niveau national, elle conserve ses fonctions au sein du gouvernement de Mecklembourg-Poméranie-Occidentale[4]. Elle indique huit mois plus tard, le , avoir vaincu la maladie[5].

Le , le conseil des ministres approuve la proposition formulée par le ministère de l'Intérieur du Land de convoquer les élections régionales pour le suivant. Elles coïncident ainsi avec les élections fédérales, à l'instar des scrutins des années , et [6].

Mode de scrutinModifier

Le Landtag est constitué de 71 députés (en allemand : Mitglied des Landtags, MdL), élus pour une législature de cinq ans au suffrage universel direct et suivant le scrutin proportionnel de Hare/Niemayer[7].

Chaque électeur dispose de deux voix : la première (Erststimme) lui permet de voter pour un candidat de sa circonscription selon les modalités du scrutin uninominal majoritaire à un tour, le Land comptant un total de 36 circonscriptions ; la seconde voix (Zweitstimme) lui permet de voter en faveur d'une liste de candidats présentée par un parti au niveau du Land.

Lors du dépouillement, l'intégralité des 71 sièges est répartie proportionnellement aux secondes voix entre les partis ayant remporté au moins 5 % des suffrages exprimés au niveau du Land. Si un parti a remporté des mandats au scrutin uninominal, ses sièges sont d'abord pourvus par ceux-ci.

Dans le cas où un parti obtient plus de mandats au scrutin uninominal que la proportionnelle ne lui en attribue, il conserve ces mandats supplémentaires et la taille du Landtag est augmentée par des mandats complémentaires distribués aux autres partis pour rétablir une composition proportionnelle aux secondes voix.

CampagneModifier

La conférence régionale de l'Alliance 90 / Les Verts (Grünen) élit le à Güstrow son binôme de candidats pour les élections régionales, à raison d'une femme et d'un homme. L'ancienne élue du conseil de l'arrondissement du Mecklembourg-du-Nord-Ouest Anne Shepley prend la première place de la liste régionale, au détriment des anciennes présidentes régionales du parti, Claudia Schulz (de) et Ulrike Berger (de). L'ex-député fédéral au Bundestag Harald Terpe (de) est pour sa part placé en deuxième position, tous deux ayant remporté la majorité absolue dès le premier tour de vote[8].

Lors d'une réunion du comité régional de Die Linke le , la présidente du groupe parlementaire au Landtag Simone Oldenburg (de) est proposée comme cheffe de file aux élections régionales, un choix évident au sein du parti étant donné ses responsabilités au Parlement du Land[9]. Sa candidature est ratifiée six semaines plus tard lors d'un congrès réuni à Demmin, avec le soutien de 93,7 % des suffrages exprimés par les délégués[10].

Le , le congrès régional de l'Union chrétienne-démocrate d'Allemagne (CDU) convoqué à Güstrow choisit Michael Sack (de), préfet de l'arrondissement de Poméranie-Occidentale-Greifswald, pour conduire sa campagne électorale. Michael Sack avait été élu sept mois auparavant président de la CDU du Land[11].

À Ulrichshusen le suivant, le congrès du Parti libéral-démocrate (FDP) fait de René Domke (de), déjà président de la fédération régionale du FDP, le chef de file électoral du parti, avec environ 80 % des voix. À part entre et , jamais les libéraux ne sont parvenus à franchir le seuil électoral de 5 % leur garantissant un groupe parlementaire[12].

Réunie le à Kemnitz, la convention électorale régionale de l'Alternative pour l'Allemagne (AfD) désigne le président du groupe parlementaire au Landtag Nikolaus Kramer (de) en qualité de chef de file. Il est élu par 133 voix favorables, devançant le député régional Ralph Weber (de) de 32 suffrages[13].

La ministre-présidente Manuela Schwesig est désignée cheffe de file du Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD) le lors d'un congrès organisé à Wismar. Cela constitue sa première candidature en première position, puisqu'elle a accédé au pouvoir en , en cours de législature, afin de remplacer Erwin Sellering. À cette occasion, elle recueille le soutien de 96,4 % des délégués, contre 91,2 % lors de sa désignation pour le poste de ministre-président, quatre ans auparavant[14].

Principaux partisModifier

Parti Positionnement Chef de file Résultat de 2016
Parti social-démocrate d'Allemagne
Sozialdemokratische Partei Deutschlands
Centre gauche
Social-démocratie, troisième voie, progressisme
Manuela Schwesig
(Ministre-présidente)
30,6 % des voix
26 députés
Alternative pour l'Allemagne
Alternative für Deutschland
Droite à extrême droite
Euroscepticisme, national-conservatisme, populisme
Nikolaus Kramer (de) 20,8 % des voix
18 députés
Union chrétienne-démocrate d'Allemagne
Christlich Demokratische Union Deutschlands
Centre droit
Démocratie chrétienne, libéral-conservatisme
Michael Sack (de)
(Préfet de Poméranie-Occidentale-Greifswald)
19,0 % des voix
16 députés
Die Linke
La Gauche
Extrême gauche à gauche
Socialisme démocratique, anticapitalisme, populisme
Simone Oldenburg (de) 13,2 % des voix
11 députés
Alliance 90 / Les Verts
Bündnis 90/Die Grünen
Centre gauche
Écologie politique, progressisme
Anne Shepley et
Harald Terpe (de)
4,8 % des voix
0 député
Parti libéral-démocrate
Freie Demokratische Partei
Centre droit à droite
Libéralisme, libéralisme économique
René Domke (de) 3,0 % des voix
0 député
Parti national-démocrate d'Allemagne
Nationaldemokratische Partei Deutschlands
Extrême droite
Ultranationalisme, néonazisme, populisme de droite
3,0 % des voix
0 député

SondagesModifier

Sondages en vue des élections régionales de 2021 en Mecklembourg-Poméranie-Occidentale[15],[16]
Institut Date CDU SPD Grünen FDP Linke AfD
INSA 24/09/2021 13 % 40 % 7 % 5 % 11 % 17 %
Forschungsgruppe Wahlen 17/09/2021 14 % 39 % 7 % 5,5 % 11 % 16 %
Infratest dimap 17/09/2021 15 % 40 % 6 % 5 % 10 % 15 %
INSA 17/09/2021 12 % 40 % 7 % 6 % 11 % 18 %
Forschungsgruppe Wahlen 17/09/2021 15 % 38 % 6 % 6 % 11 % 17 %
Wahlkreisprognose.de 10/09/2021 13 % 39 % 5,5 % 6 % 11 % 18 %
Infratest dimap 09/09/2021 14 % 39 % 6 % 7 % 10 % 17 %
Infratest dimap 26/08/2021 15 % 36 % 6 % 8 % 11 % 17 %
INSA 15/08/2021 18 % 28 % 8 % 7 % 14 % 17 %
INSA 25/07/2021 20 % 26 % 9 % 7 % 13 % 19 %
Infratest dimap 15/07/2021 23 % 27 % 7 % 7 % 12 % 16 %
INSA 01/07/2021 20 % 26 % 8 % 6 % 13 % 19 %
Infratest dimap 20/05/2021 21 % 23 % 14 % 6 % 11 % 17 %
Forsa 21/01/2021 24 % 26 % 10 % 3 % 16 % 14 %
Infratest dimap 25/11/2020 27 % 27 % 10 % 3 % 12 % 15 %
Infratest dimap 09/06/2020 29 % 24 % 10 % 4 % 13 % 15 %
Forsa 16/01/2020 20 % 19 % 13 % 5 % 14 % 19 %
Forsa 27/09/2019 21 % 22 % 12 % 5 % 12 % 20 %
Forsa 17/01/2019 22 % 22 % 10 % 4 % 16 % 18 %
Forsa 30/06/2018 18 % 25 % 8 % 4 % 16 % 22 %
Forsa 18/01/2018 20 % 28 % 5 % 5 % 15 % 19 %
Dernières élections 04/09/2016 19,0 % 30,6 % 4,8 % 3,0 % 13,2 % 20,8 %

RésultatsModifier

Voix et siègesModifier

Résultats des élections régionales de 2021 en Mecklembourg-Poméranie-Occidentale[17]
 
Partis Circonscriptions Liste Total
sièges
+/-
Votes % Sièges +/- Votes % +/- Sièges
Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD) 313 218 34,42 34   8 361 761 39,59   9,04 0 34   8
Alternative pour l'Allemagne (AfD) 163 931 18,01 1   2 152 747 16,72   4,09 13 14   4
Union chrétienne-démocrate d'Allemagne (CDU) 157 363 17,29 1   6 913 729 13,30   5,69 11 12   4
Die Linke (Linke) 106 177 11,67 0   90 865 9,94   3,24 9 9   2
Alliance 90 / Les Verts (Grünen) 59 538 6,54 0   57 548 6,30   1,48 5 5   5
Parti libéral-démocrate (FDP) 56 934 6,26 0   52 945 5,79   2,75 5 5   5
Parti de protection des animaux (Tierschutz) 6 903 0,76 0   15 188 1,66   0,46 0 0  
Parti des bases démocratiques d'Allemagne (dieBasis) 16 316 1,79 0   15 165 1,66 Nv 0 0  
Électeurs libres (FW) 18 320 2,01 0   10 064 1,10   0,51 0 0  
Parti national-démocrate d'Allemagne (NPD) 7 074 0,77   2,25 0 0  
Die PARTEI 1 827 0,20 0   7 024 0,77   0,15 0 0  
Autres 9 527 1,05 0 21 782 2,38 0 0
Votes valides 910 054 97,95 913 729 98,34
Votes blancs et nuls 19 064 2,05 15 389 1,66
Total 929 118 100 36   929 118 100 43 79   8
Abstentions 382 592 29,17 382 592 29,17
Inscrits / participation 1 311 710 70,83 1 311 710 70,83

AnalyseModifier

Les résultats du scrutin sont marqués par une claire victoire du Parti social-démocrate, qui bénéficie à la fois de la popularité de la ministre-présidente Manuela Schwesig — due à son action pendant la crise sanitaire — et de la bonne perception du parti dans la campagne électorale fédérale. Ce score permet à la cheffe du gouvernement régional d'envisager soit la reconduction de sa coalition avec l'Union chrétienne-démocrate, soit une alliance avec les Verts et le Parti libéral[18].

ConséquencesModifier

Notes et référencesModifier

  1. (de) « SPD-Landesspitze für Schwesig als Sellering-Nachfolgerin », Der Tagesspiegel,‎ (lire en ligne, consulté le )
  2. (de) « Schwesig ist neue SPD-Chefin in MV », Schweriner Volkszeitung,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. (de) « Manuela Schwesig ist neue Ministerpräsidentin in Schwerin », Deutsche Welle,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. (en) « Germany: Acting SPD chief steps down after breast cancer diagnosis », Deutsche Welle,‎ (lire en ligne, consulté le )
  5. (en) « SPD politician Manuela Schwesig defeats breast cancer », Law and lawyer journals,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. (de) « Termin für MV-Landtagswahl steht endgültig fest », Nordkurier,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  7. (de) « Wahlsystem Mecklenburg-Vorpommern », sur wahlrecht.de (consulté le ).
  8. (de) « Grünes Spitzenteam gewählt: Anne Shepley und Harald Terpe », Norddeutscher Rundfunk,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  9. (de) Stefan Ludmann, « Oldenburg soll Spitzenkandidatin der Linken werden », Norddeutscher Rundfunk,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  10. (de) Natalie Meinert, « MV-Linke bestimmt Spitzenkandidatin für Landtagswahl », Nordkurier,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  11. (de) « Landes-CDU kürt Michael Sack zum Spitzenkandidaten », Norddeutscher Rundfunk,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  12. (de) « René Domke führt die FDP in MV in den Landtagswahlkampf », Norddeutscher Rundfunk,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  13. (de) « Nikolaus Kramer führt AfD in Landtagswahl in MV », Norddeutscher Rundfunk,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  14. (de) « SPD wählt Schwesig zur Spitzenkandidatin für die Landtagswahl », Norddeutscher Rundfunk,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  15. (de) « Umfragen Mecklenburg-Vorpommern (#ltwmv) », sur wahlrecht.de (consulté le ).
  16. (de) « Neueste Wahlumfragen im Wahltrend zur Landtagswahl in Mecklenburg-Vorpommern », sur dawum.de (consulté le ).
  17. (de) Landeswahlleiterin, « Landtagswahl am 26. September 2021 in Mecklenburg-Vorpommern », sur wahlen.mvnet.de, (consulté le ).
  18. Johanna Schleyer, « Résultats des élections au parlement de Mecklembourg-Poméranie-Occidentale », Le Grand continent,‎ (lire en ligne, consulté le ).

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier