Élections législatives arméniennes de 2021

Élections en Arménie
Élections législatives arméniennes de 2021
105 députés de l'Assemblée nationale
(Majorité absolue : 53 sièges)
Corps électoral et résultats
Inscrits 2 583 823
Besuch des Ministerpräsidenten von Armenien, Nikol Pashinyan, im Kölner Rathaus-2162.jpg Contrat civil – Nikol Pachinian
Sièges en 2018 82
48th Armenian Olympics 2016-09-13 17 (cropped).jpg Arménie prospère – Gagik Tsaroukian (en)
Sièges en 2018 26
E.Marukyan.jpg Arménie lumineuse – Edmon Marukian (en)
Sièges en 2018 18
Premier ministre
Sortant Élu
Nikol Pachinian
KP
Nikol Pachinian
KP

Les élections législatives arméniennes de 2021 ont lieu le afin de renouveler les membres de l'Assemblée nationale.

Initialement prévues pour 2023, elles sont convoquées de manière anticipée à la suite des tensions causées par la défaite arménienne dans la guerre de 2020 au Haut-Karabagh, qui voit le gouvernement du Premier ministre Nikol Pachinian fortement remis en cause. Donnée favorite du scrutin, Alliance arménienne arrive finalement derrière le Contrat civil qui remporte la majorité absolue.

Malgré toute attente, le parti Contrat civil de Pachinian, bien qu'en recul en termes de suffrages, remporte largement les élections.

ContexteModifier

 
Nikol Pashinian en 2018

Les élections législatives de décembre 2018 ont lieu de manière anticipée à la suite de la révolution arménienne de 2018 ayant provoqué la chute du Premier ministre Serge Sarkissian le .

Le scrutin a pour résultat une large victoire de l'Alliance « Mon pas » du meneur de la révolution et nouveau Premier ministre Nikol Pachinian, qui réunit à elle seule plus des deux tiers des suffrages[1],[2]. Le succès du mouvement « Mon pas » est tel qu'il déclenche la mise en application pour la première fois d'une clause de la loi électorale empêchant l'hégémonie d'un seul parti au parlement. L'alliance ayant obtenu plus de deux tiers des voix, le poids de ses 88 sièges est en effet contrebalancé par l'attribution de sièges supplémentaires aux autres partis, de telle sorte que sa part en sièges est abaissée aux deux tiers du total ainsi obtenus, qui passe de 105 à 132 sièges[3].

 
Complexe d'habitation en République d'Artsakh, détruit par les bombardements de l'Azerbaïdjan.
 
  • L'Azerbaïdjan hors de la zone concernée.
  • L'Arménie.
  • Zones conquises par l'Azerbaïdjan restant sous son contrôle.
  • Zones évacuées par l'Artsakh et l'Arménie en novembre et décembre 2020.
  • Artsakh qui reste sous contrôle arménien.
  • Couloir de Latchin, sous surveillance russe.
  • Frontières d'Artsakh avant le conflit.

Nikol Pachinian réussit de fait son pari d'une organisation anticipée du scrutin[3]. En plus de légitimer son accession au pouvoir neuf mois après la révolution dont il avait pris la tête, les élections dotent le Premier ministre de centre gauche d'une solide majorité au parlement, qu'il qualifie de « majorité révolutionnaire », et qu'il entend utiliser pour mettre en œuvre son programme de lutte contre la corruption et de réforme de l'économie[4].

En septembre 2020, cependant, une guerre éclate entre l'Azerbaïdjan et la République d'Artsakh, ou Haut-Karabagh, une république non reconnue soutenue par l'Arménie, réveillant un conflit gelé depuis la chute de l'URSS. La cuisante défaite de l'allié historique amène à des appels de plus en plus pressant à la démission de Pachinian et l'organisation d'élections anticipées[5]. Conjuguée aux effets de la pandémie de Covid-19, la défaite voit l’économie arménienne connaitre une récession de 7,6 % en 2020, tandis que la poussée du chômage et de l'inflation accélèrent l’émigration vers la Russie[6] Le Premier ministre réagit en proposant en retour la formation d'un gouvernement d'unité nationale dont il garderait la tête avant la tenue d'élections en 2021. Bien qu'ayant une fonction essentiellement honorifique, le président Armen Sarkissian, hospitalisé pour cause de Covid-19, se déclare également en faveur d'un scrutin anticipé[7]. Courant février, les réticences du parti au pouvoir ralentissent néanmoins la tenue d'un tel scrutin[8], le gouvernement essayant en parallèle d'amender la Constitution de façon à permettre la dissolution du Parlement sans que le Premier ministre ne soit contraint à démissionner et à se cantonner aux affaires courantes, comme l'exige la constitution en vigueur. La défection de cinq députés lui fait cependant perdre la majorité des deux tiers nécessaire pour une révision de la constitution, rendant caduc le projet[9].

Le , le chef d'état-major de l'armée Onik Gasparian et plusieurs généraux se joignent aux appels à la démission de Pachinian. Celui-ci réagit en appelant ses partisans à se rassembler dans les rues de la capitale pour afficher leur soutien, avant de limoger Gasparian et de condamner ce qu'il qualifie de « tentative de coup d’État militaire »[10],[11]. Le gouvernement russe — allié traditionnel de l'Arménie — annonce suivre la situation « avec préoccupation » et invite les parties au calme[12]. Les États-Unis, indiquant également « [suivre] la situation de près », appellent à « [la] retenue et à s’abstenir de tout acte de violence ou qui favoriserait une escalade »[13]. Malgré le soutien affiché de l'armée à l'opposition, cette dernière peine à mobiliser, Pachinian prenant la tête d'un cortège de 20 000 personnes dans les rues de la capitale, tandis que l'opposition en rassemble entre 10 000 et 13 000 personnes le même jour, puis ceux suivants[14],[15],[16]. La démission du chef d'état-major est cependant refusée deux jours plus tard par le président Armen Sarkissian dans ce qui est alors perçu comme un soutien symbolique aux appels à un scrutin anticipé, les pouvoirs du président arménien — avant tout honorifiques — ne lui permettant pas de s'y opposer dans la durée[17].

Nikol Pachinian finit le 1er mars par proposer des législatives anticipées, à la condition que celles ci soient soutenues avant le 18 mars par l'opposition parlementaire présente à l'Assemblée nationale, pour un scrutin fixé au 20 juin suivant[18],[19]. Pachinian annonce fin mars sa démission — effective le 25 avril —, de manière à provoquer la convocation du scrutin via un échec répété à investir un successeur, le Premier ministre et son gouvernement étant alors chargés des affaires courantes[20],[21]. Les 3 et 10 mai, le gouvernement et l'opposition organisent l'échec d'un vote de ré-investiture de Pachinian par l'assemblée, réunissant ainsi les conditions pour une dissolution anticipée[22],[23].

Système électoralModifier

 
Le siège de l'Assemblée nationale à Erevan.

L'Assemblée nationale est le parlement unicaméral de l'Arménie. Elle est composée d'un minimum de 101 à 105 sièges pourvus pour cinq ans au scrutin proportionnel plurinominal, avec un seuil électoral de 5 % pour les partis et 7 % pour les alliances de partis. Un minimum de trois partis sont cependant représentés au parlement, ce qui permet aux trois partis ou alliances arrivés en tête d'avoir des sièges même si l'un ou plusieurs d'entre eux n'atteignent pas les seuils électoraux[24].

Jusqu'à quatre sièges réservés aux minorités (Yézidis, Russes, Assyriens, Kurdes) peuvent s'ajouter aux 101 sièges de base. Les listes nationales présentées par les partis comportent ainsi une section distincte pour chacune de ces minorités, comportant jusqu'à quatre candidats. Si la liste ayant obtenu le plus de voix ne comporte pas de candidats d'une minorité, le siège est attribué à la liste suivante en comportant un[25]. Les listes présentées par les partis sont fermées, sans possibilité d'effectuer un vote préférentiel. Elles ne peuvent inclure plus de 70 % de l'un ou l'autre sexe, et doivent alterner au minimum tous les quatre noms le sexe des candidats.

Plusieurs éléments de la loi électorale visent à assurer à la fois une majorité gouvernementale stable et une représentation proportionnelle représentatives des différents courants politiques du pays. Ainsi, un parti ou une coalition ayant obtenu la majorité absolue des voix mais moins de 54 % des sièges se verra attribuer des sièges supplémentaires pour atteindre ce seuil[25]. Inversement, si au cours du premier tour un parti ou une alliance remporte seul plus de deux tiers des suffrages, le seuil électoral est abaissé à 2 % de manière à faire entrer davantage de partis au parlement, de telle sorte qu'un tiers des sièges de l'assemblée peuvent finalement être acquis à d'autres partis que celui majoritaire.

La possibilité d'un second tour est prévue. Celui-ci n'a lieu que si aucun parti ne remporte une « majorité parlementaire stable » en atteignant un seuil de 54 % des sièges. Dans ce cas, si aucune coalition composée au maximum de trois[26] partis ou alliances n'est formée de manière à atteindre ce seuil dans les six jours suivant l'élection, il est procédé dans un délai de 28 jours à un second tour entre les deux partis ou alliances arrivés en tête lors du premier tour. Des alliances sont permises avec les partis exclus du ballotage. Les 105 sièges auparavant répartis ne sont pas remis en cause, le parti arrivé en tête du second tour recevant des sièges supplémentaires de manière à atteindre le seuil de 54 % du total des sièges[27]. Le vote n'est pas obligatoire.

Changements récentsModifier

La loi électorale fait l'objet de changements courant 2021. Opposé à une modification du texte si proche de l'échéance électorale, le président de la République Armen Sarkissian annonce le 17 avril son intention de ne pas signer la loi. Il ne renvoie cependant pas le texte devant la Cour constitutionnelle dans les 21 jours suivants son adoption, permettant au président de l'Assemblée nationale de le signer une fois passé ce délai, comme l'y autorise la Constitution[28],[29],[30].

Auparavant, sur le total de sièges, la moitié était attribuée selon les résultats des listes au niveau d'une unique circonscription nationale, tandis que la moitié restante était attribuée selon leurs résultats dans treize circonscriptions. Les électeurs votaient sur un bulletin à double colonne, l'une nationale à liste fermée et l'autre pour les circonscriptions à liste ouverte avec possibilité d'effectuer un vote préférentiel, dit « ratingayine », pour l'un des candidats de la liste. La réforme met fin à ce système, longtemps accusé de favoriser le clientélisme et l'achat de voix au niveau local, et y substitue la proportionnelle intégrale avec listes fermées au niveau national[24],[28].

Également, si au cours du premier tour un parti ou une alliance remportait seul plus de deux tiers des suffrages, des sièges supplémentaires étaient répartis aux autres partis de manière à ce qu'au moins un tiers des sièges de l'assemblée soient acquis à d'autres partis que celui majoritaire. La nouvelle loi y substitue un abaissement de seuil électoral à 2 %[28].

Ce dernier est par ailleurs modifié, mais pour une entrée en vigueur seulement au scrutin suivant les législatives de 2021. Le seuil électoral pour les partis passera ainsi de 5 à 4 %, celui pour les alliances de trois partis ou moins de 7 à 8 %, et un nouveau seuil est instauré pour les alliances de plus de trois partis, qui s'établit à 10 %. La nouvelle loi électorale autorise ainsi les alliances de plus de trois partis, auparavant interdites, une modification qui prend effet dés le scrutin de 2021[28].

CampagneModifier

Accroissement de l'offre politiqueModifier

Un total de 22 partis et 4 alliances prennent part au scrutin, ces dernières étant soumises aux seuil électoral relevé à 7 %, contre 5 % pour les premiers. Il s'agit d'une nette hausse du nombre de formations en lice, seuls 9 partis et 2 alliances ayant concourues lors des élections législatives organisées deux ans plus tôt[31]. Bien que multipartite avec un total de 2 605 candidats dont 947 femmes[32], la campagne est dominée par un duel entre Contrat civil et l'Alliance arménienne[33].

Le parti Contrat civil de Nikol Pachinian connait un fort recul dans les sondages par rapport aux résultats en 2018 de l'Alliance « Mon pas » conclue avec le parti de la mission, qui n'est pas renouvelée à l’occasion du scrutin de 2021. Contrat civil fait notamment l'objet de critique au cours de la campagne pour l'inclusion dans ses listes de deux riches entrepreneurs, Gurgen Arsenyan et Khachatur Sukiasyan, ce qui amène l'opposition à l'accuser de renier ses promesses passées de séparer les mondes des affaires et de la politique[34]. Pachinian fait cependant surtout l'objet de critiques très dures quant à son rôle dans l'échec catastrophique de la guerre en Artsakh, qui voit une importante partie de l'opposition appelant collectivement à sa démission faire voix commune au sein du Mouvement pour le salut de la mère patrie, une alliance informelle[31].

L'Alliance arménienne est quant à elle menée par Robert Kotcharian. Ancien président de la République de l'Artsakh de 1994 à 1997 avant son passage en Arménie où il occupe successivement les postes de Premier ministre de 1997 à 1998 puis de président de la république de 2000 à 2008, Kotcharian procède à un retour sur la scène politique en se positionnant en principal opposant à Pachinian, ce qui permet à l'alliance de percer dans les sondages. L'ancien président avait auparavant été mis en accusation pour « renversement de l'ordre constitutionnel » en juin 2018 pour son rôle dans la répression sanglante des manifestations de protestations consécutives à la réélection de Serge Sarkissian à la présidentielle de 2008 lors d'un scrutin entaché d’irrégularité qui avait été suivi de manifestations entre autres organisées par Nikol Pachinian[35],[31]. Après deux ans de procès, Robert Kotcharian est finalement acquitté à temps pour les législatives, la cour jugeant invalide les articles utilisés pour la mise en accusation[36]. L'Alliance arménienne réunit ainsi la Fédération révolutionnaire arménienne de Kotcharian, Arménie unie et le parti Renaissance arménienne de l'ancien gouverneur de Syunik, Vahe Hakobyan[31].

Un autre ancien président de 1991 à 1998, Levon Ter-Petrossian, tente également un retour, après celui infructueux de 2008. Alors candidat malheureux à l'élection présidentielle, Ter-Petrossian était arrivé deuxième face à Serge Sarkissian. Après avoir soutenu l'Alliance « Mon pas » en 2018, le Congrès national arménien dirigé par Ter-Petrossian se montre très critique de la gestion de la guerre en Artsakh, allant jusqu'à proposer à Sarkissian et Kotcharian de s'allier pour faire battre le Premier ministre sortant[37]. Cibles de longue date des critiques de Ter-Petrossian pour n'avoir selon lui pas su tirer profits de plusieurs opportunités de régler pacifiquement la question Artsakhtsiote par un compromis, ses deux successeurs déclinent la proposition. Le Congrès national arménien fait alors ouvertement campagne pour empêcher tout retour au pouvoir de Pachinian comme de Sarkissian[31],[38].

Tout nouvellement créé courant janvier 2021, le parti Arménie intègre mène campagne sur la lutte contre la corruption. Particulièrement critique des administrations ayant précédées l'arrivée au pouvoir de Pachinian, dont celles de Ter-Petrossian, Kotcharian et Sarkissian, le parti n'épargne pas pour autant le Premier ministre sortant, accusé d'avoir failli à ses promesses sur cette question[31].

L'ancien parti de Sarkissian, le Parti républicain d'Arménie (HHK), se présente quant à lui au sein de l'Alliance « J'ai de l'honneur » avec le Parti de la mère patrie, sous l'égide de son dirigeant Artur Vanetsyan[39]. Ancien chef de la sécurité nationale sous Sarkissian, Vanetsyan est brièvement arrêté en novembre 2020 pour avoir organisé des « désordres de masses illégaux » ainsi que sur la base de soupçon de participation à une tentative d'assassinat de Pachinian[40]. L'alliance voit également le retour en politique de Taron Margarian, membre du HHK et maire d'Erevan de 2011 à 2018, date à laquelle la révolution arménienne ainsi que la révélation d'affaires de corruption le conduisent à la démission, provoquant des élections municipales anticipées remportées par l'Alliance « Mon pas »[31].

Arrivé deuxième au précédent scrutin, Arménie prospère voit son dirigeant Gagik Tsarukyan arrété en septembre 2020 pour suspicion d'achats de votes, fraudes et appropriation illégale de terrains. Ancien champion de bras de fer reconverti en homme d'affaire avant de devenir l'homme le plus riche d'Arménie, Tsarukyan est liberée sous caution un mois plus tard du fait de l'instauration de la loi martiale consécutive au déclenchement de la guerre. Après la fin de celle ci, Arménie prospère rejoint le Mouvement pour le salut de la mère patrie[31],[41].

Troisième force politique du parlement sortant, le parti Arménie lumineuse se présente à nouveau sous la conduite de son fondateur Edmon Marukyan. Ancien allié de Contrat civil au sein de l'Alliance « La sortie » lors des Élections législatives arméniennes de 2017, Arménie lumineuse voit ses relations avec le parti au pouvoir se détériorer au cours des années suivant la victoire de l'Alliance « Mon pas » aux élections de 2018, une dégradation qui culmine en mai 2020 lorsque le député de Contrat civil Sasun Mikayelyan gifle publiquement Marukyan lors d'une session du parlement. Si Arménie lumineuse appelle également à la démission de Pachinian à l'issue de la guerre, le parti prend cependant ses distances avec le Mouvement pour le salut de la mère patrie[31].

Politique extérieureModifier

Les thèmes de la redistribution équitable des richesses et de la lutte contre la concentration du pouvoir des élites, qui dominaient les législatives de 2018, sont cette fois ci quasiment absents des débats[42]. Dans le contexte immédiat de la guerre en Artsakh, la campagne est largement dominée par les questions de sécurité nationale et des négociations futures avec l'Azerbaïdjan, en particulier la démarcation de la frontière entre les deux pays. Les mois qui précèdent sont ainsi marquées par des regains de tension frontalière entre les deux voisins[43],[44].

Si le parti Contrat civil de Nikol Pachinian bénéficiait jusque là d'une importante popularité quant à sa politique intérieure, l'irruption de ces nouvelles questions profite largement à l'Alliance arménienne, Robert Kotcharian ayant réussi à construire une image de chef d'État expérimenté — appuyé par son passé de « Chef de guerre » à la tête de l'Artsakh lors des victoires des années 90 —, en opposition au manque d'expérience de Pachinian en matière d'affaires internationales et de sécurité nationale. Ses opposants ne manquent cependant pas de pointer du doigt son manque d'initiative pour une résolution négociée du conflit au cours de sa décennie au pouvoir, ainsi surtout que son rôle dans la violente répression de 2008[43],[42].

Très scrutée, les réactions du voisin russe semblent indiquer une absence de prise de position du Kremlin entre les deux principaux concurrents, ni Pachinian ni Kotcharian ne bénéficiant ouvertement des faveurs du président Vladimir Poutine, dont la présence de troupes au sol en Artsakh en tant que forces de maintien de la paix lui permet de devenir le garant de facto de la sécurité du pays. L'importance du scrutin législatif est ainsi releguée au second plan, la Russie ayant assurée ses intérêt stratégiques dans la région quel que soit le vainqueur[43].

Principales forces politiquesModifier

Parti Idéologie Chef de file Résultat en 2018
Contrat civil
K'aghak'atsiakan paymanagir, (KP)
Centre
Démocratie libérale, réformisme
Nikol Pachinian En coalition avec le Parti de la mission
70,42 % des voix
88 députés
Arménie prospère
Bargavadj Hayastani Kusaktsutyun, (BHK)
Centre droit
Conservatisme libéral, russophilie
Gagik Tsarukian 8,26 % des voix
26 députés
Arménie lumineuse Centre droit
Libéralisme classique, europhilie
Edmon Marukian 6,37 % des voix
18 députés
Alliance « J'ai de l'honneur » Centre droit à droite
National-conservatisme, russophilie
Artur Vanetsyan Nouveau
HHK : 4,70 % des voix
0 députés
Alliance arménienne Centre gauche
Nationalisme, russophilie
Robert Kotcharian Nouveau
FRA : 3,88 % des voix
0 députés

RésultatsModifier

Les résultats définitifs sont attendus le 28[45].

Résultats préliminaires des législatives arméniennes de 2021[46],[47],[48]
 
Parti ou coalition Voix % +/- Sièges +/-
Contrat civil 687 251 53,92 -[a] 72
Fédération révolutionnaire arménienne 268 165 21,04 Nv.
Renaissance arménienne
Arménie unie
Total Alliance arménienne 27
Parti républicain d'Arménie 66 633 5,23 Nv.
Parti de la mère patrie
Total Alliance « J'ai de l'honneur » 6
Arménie prospère 50 416 3,96 0
République -[b] 0
Congrès national arménien 0
Arménie lumineuse 0
Arménie intègre Nv. 0
Décision citoyenne 0
Parti démocrate chrétien de la renaissance 0
Autres partis - 0
Suffrages exprimés
Votes blancs et nuls
Total 100 - 105   27
Abstention
Inscrits / participation 2 583 823

AnalyseModifier

Malgré des sondages qui donnaient l'Alliance arménienne au coude à coude avec Contrat civil, ce dernier remporte largement le scrutin, accusant seulement un léger recul par rapport à 2018. Le parti du Premier ministre parvient même à renouveler la majorité des deux tiers remportée aux précédentes législatives. Le scrutin se révèle une victoire surprise pour Nikol Pachinian, qui conserve une confortable majorité à l'assemblée nationale et qualifie le résultat inespéré de « révolution d’acier » en référence à la « révolution de velour » de 2018. Avec près de 54 % des suffrages exprimés et 72 sièges sur 107, Contrat civil détient ainsi seul la majorité absolue lui permettant de gouverner sans recourir à un gouvernement de coalition[49],[50],[51].

Arrivée deuxième avec 21 % des voix, l'Alliance arménienne réunie quant à elle 27 sièges tandis que l'Alliance « J'ai de l'honneur » obtient 5 % et 6 sièges. Bien que n'ayant pas franchie le seuil électoral de 7 % reservé aux alliance, cette dernière obtient ainsi des sièges en arrivant troisième du scrutin, aucun autre parti ou alliance ne parvenant à franchir leurs seuils respectifs[48]

Au lendemain du scrutin, Robert Kotcharian dénonce dans un communiqué une fraude électorale, refusant de reconnaitre les résultats[52]. L'OSCE qualifie pour sa part le scrutin de « transparent » et « hautement démocratique »[53].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. En alliance en 2018 au sein de l'alliance Mon pas avec le Parti de la mission, qui ne participe pas au scrutin de 2021
  2. En alliance avec le Parti Démocrates libres en 2018 au sein de l'alliance « Nous »

RéférencesModifier

  1. « Élections en Arménie : victoire de la coalition du premier ministre », sur lefigaro.fr, .
  2. « Arménie : le bloc électoral du premier ministre en tête des élections législatives anticipées », sur Le Monde, .
  3. a et b « Elections en Arménie: le Premier ministre a largement remporté son pari », sur Lalibre, .
  4. (en) « Pashinian Alliance Scores 'Revolutionary Majority' In Armenia », sur RadioFreeEurope/RadioLiberty, .
  5. « À Erevan, des milliers d'opposants exigent toujours la démission du Premier ministre Nikol Pachinian », sur France 24, FRANCE24, (consulté le 11 janvier 2021).
  6. Vadim Kamenka, « Caucase. Encore sous le coup de la défaite, les Arméniens vont aux urnes », sur L'Humanité,
  7. « L’Arménie s’oriente vers des élections anticipées », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le 11 janvier 2021).
  8. (en) « Armenian ruling party backtracks on early vote », sur Eurasianet (consulté le 8 février 2021).
  9. Գայանե Սարիբեկյան, « «Իմ քայլը» Սահմանադրության փոփոխության հարցով այսօր ԱԺ-ում նիստ է հրավիրել », sur «Ազատ Եվրոպա/Ազատություն» ռադիոկայան, azatutyun (consulté le 9 février 2021).
  10. AFP, « Le Premier ministre dénonce une tentative de coup d'Etat militaire », sur lorientlejour.com, L'Orient-Le Jour, (consulté le 25 février 2021)
  11. Le Parisien avec AFP, « Arménie : le Premier ministre dénonce une tentative de coup d’Etat et limoge le chef de l’état-major de l’armée », sur leparisien.fr, Le Parisien, (consulté le 25 février 2021)
  12. ATS, « Le premier ministre arménien dénonce une «tentative de coup d'Etat militaire» », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le 25 février 2021)
  13. Isabelle Mandraud, « Arménie : l’armée entre en scène, le pays au bord de l’implosion », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 26 février 2021)
  14. « Arménie: le Premier ministre Nikol Pachinian affaibli par la fronde des militaires », sur RFI, RFI, (consulté le 26 février 2021).
  15. « Arménie : ce que l'on sait sur la tentative de coup d'État », sur LExpress.fr, lexpress, (consulté le 26 février 2021).
  16. « Des milliers de manifestants d'opposition de nouveau dans la rue en Arménie », sur TV5MONDE, (consulté le 26 février 2021).
  17. « Arménie : le président refuse de limoger le chef de l'armée », sur Le Point, lepoint.fr, (consulté le 28 février 2021).
  18. « Arménie : face aux protestations, le Premier ministre envisage des élections », sur Le Point, lepoint.fr, (consulté le 2 mars 2021).
  19. « Arménie: élections législatives anticipées le 20 juin pour mettre fin à la crise », sur LEFIGARO, lefigaro (ISSN 0182-5852, consulté le 18 mars 2021).
  20. « Stratégie. Le Premier ministre arménien Pachinian démissionne pour rester au pouvoir », sur Courrier international, (consulté le 1er avril 2021).
  21. « Le Premier ministre arménien démissionne avant les législatives anticipées », sur Libération, Libération (consulté le 2 mai 2021).
  22. (en) RFE/RL's Armenian Service, « In Step Toward Snap Polls, Armenian Lawmakers Reject Pashinian's Candidacy As New PM », sur RadioFreeEurope/RadioLiberty, rferl (consulté le 7 mai 2021).
  23. Armenia's Parliament Takes Step to Trigger Snap Election - Report
  24. a et b « L'Arménie passe au régime parlementaire », sur sputniknews.com, (consulté le 4 avril 2017).
  25. a et b (en) « REPUBLIC OF ARMENIA – PARLIAMENTARY ELECTIONS 2 APRIL 2017 – OSCE/ODIHR Election Observation Mission Final Report », sur osce.org (consulté le 11 juillet 2018).
  26. « ՀԱՅԱՍՏԱՆԻ ՀԱՆՐԱՊԵՏՈՒԹՅԱՆ ԸՆՏՐԱԿԱՆ ՕՐԵՆՍԳԻՐՔ », sur www.arlis.am (consulté le 8 juin 2021) : « Article 97 (1) »
  27. « IPU PARLINE database: ARMENIE (Azgayin Zhoghov), Système électoral », sur ipu.org (consulté le 4 avril 2017).
  28. a b c et d « Réforme du mode de scrutin : exit les « seigneurs » locaux ».
  29. (en) « National Assembly debating electoral reforms ahead of snap elections », sur The Armenian Weekly, ArmenianWeekly, (consulté le 19 juin 2021).
  30. (en) « Electoral Code changed in Armenia in run up to snap elections », sur English Jamnews, JAMnewsInEnglish, (consulté le 19 juin 2021).
  31. a b c d e f g h et i (en) « A guide to Armenia's June 2021 parliamentary election », sur The Armenian Weekly, ArmenianWeekly, (consulté le 19 juin 2021).
  32. « Ընտրություններին մասնակցող թեկնածուների 36․3%-ը կանայք են․ ցուցակների վերլուծություն ».
  33. « Législatives en Arménie: remontée de l'Alliance de l'ancien président Kotcharian », sur RFI, RFI, (consulté le 19 juin 2021).
  34. (en) « ‘Next time, there will be a parliament full of business owners, which is what was criticized and rejected, but the system is being revived as a result of erosion’: Marukyan », sur www.aravot-en.am (consulté le 19 juin 2021).
  35. (en) « Armenia: Violence at Polling Stations Mars Elections », sur Human Rights Watch, HumanRightsWatch, (consulté le 19 juin 2021).
  36. « ՍԴ-ն ՔՕ 300.1 հոդվածը ճանաչեց հակասահմանադրական և անվավեր. «Մարտի 1»-ի գործով ամբաստանյալների՝ Քոչարյանի, Խաչատուրովի, Օհանյանի և Գևորգյանի նկատմամբ քրեական հետապնդումը դադարեցվելու է (տեսանյութ) », sur www.tert.am (consulté le 19 juin 2021).
  37. « Լեւոն Տեր-Պետրոսյան. Հրապարակավ կրկնում եմ իմ առաջարկը ՀՀ երկրորդ եւ երրորդ նախագահներին ».
  38. (en) Gayane Saribekian, « Ter-Petrosian Set To Join Parliamentary Race », sur «Ազատ Եվրոպա/Ազատություն» ռադիոկայան, azatutyun (consulté le 19 juin 2021).
  39. (sw) « Ուղղի՜ր մեջքդ։ Կպնե՜նք գործին։ Որ ապրե՜նք։ », sur pativunem.am (consulté le 19 juin 2021).
  40. « L’Arménie dit avoir empêché une tentative d’assassinat de son Premier ministre Nikol », sur vannes.maville.com (consulté le 19 juin 2021).
  41. (en) Reuters Staff, « Armenian court releases opposition leader on bail », sur U.S., Reuters, (consulté le 19 juin 2021).
  42. a et b (en) « Armenia’s ex-president seeks to lead again », sur Eurasianet (consulté le 19 juin 2021).
  43. a b et c (en) « search », sur www.aljazeera.com (consulté le 19 juin 2021).
  44. Stephane Hamalian, « Arménie : la sécurité des frontières est au cœur de la campagne des législatives », sur euronews, (consulté le 19 juin 2021).
  45. https://factor.am/385179.html
  46. « Nombre d'inscrits par districts », sur Commission électorale centrale d'Arménie.
  47. (hu) « ԱԺ Ընտրություններ », sur www.elections.am (consulté le 20 juin 2021).
  48. a et b « WITH 100% OF VOTES COUNTED, CIVIL CONTRACT LEADS WITH 53.92%, HAYASTAN DASHINQ 2ND – 21.04% & ‘I HAVE HONOR’ BLOC 3RD – 5.23%. », sur Zartonk Media.
  49. « Arménie: La coalition de Pachinian reconduite en Arménie », sur usinenouvelle.com, (consulté le 21 juin 2021).
  50. L'Obs avec AFP, « Arménie: Pachinian conforté par une large victoire aux législatives », sur L'Obs, (consulté le 21 juin 2021).
  51. « En Arménie, Nikol Pachinian se félicite d’une « révolution d’acier » aux législatives », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le 21 juin 2021).
  52. « Législatives en Arménie : Nikol Pachinian largement vainqueur, son adversaire conteste les résultats », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le 21 juin 2021).
  53. « Arménie. Les législatives jugées « démocratiques » par les observateurs européens ».

Articles connexesModifier