Ouvrir le menu principal

Libéralisme classique

branche du libéralisme qui se veut plus laissez-fairiste

Le libéralisme classique[1] est un courant de pensée politique et moderne qui apparait au XVIe siècle et se développe progressivement jusqu'au XXIe siècle. Pour ses partisans, ce n'est pas une idéologie politique, mais une philosophie politique, puisqu'il s'agit de promouvoir un développement pacifique de la société et des individus basé sur un équilibre des différentes acteurs en présence avec le minimum d'intervention de l'État pour garantir le respect des règles minimales pour le fonctionnement de cette liberté. Il s'oppose donc à tous les étatismes. Il évolue au fur et à mesure de la confrontation de la théorie à la pratique / à la réalité historique (par opposition à une idéologie). Le libéralisme classique a pensé l'État moderne. Il est donc son plus fervent défenseur.

Le libéralisme classique est sceptique quant aux prétentions de l'État à servir l'intérêt général s'il n'y a pas séparation des pouvoirs[2]. En même temps, l'État de droit est nécessaire afin de garantir les libertés individuelles[3]. Les représentants de ce courant sont John Locke et Charles de Montesquieu. Le libéralisme classique est aujourd'hui représenté par le centre politique.

Le libéralisme classique peut être vu comme plus laissez-fairiste qu'un courant du libéralisme plus proche des conservateurs[4],[5], généralement plus étatistes. Les principaux adversaires de cette philosophie politique, fondée sur le droit naturel, sont les "philosophes de l'Histoire", les positivistes et à certains égard les utilitaristes malgré leurs origines classiques. Les classiques, tels Leo Strauss, considèrent que ces libéraux politiques sont des nihilistes[6]. Ceux-ci seraient coupables d'avoir préparé le terrain pour le totalitarisme[7]. Cette distinction est nécessaire pour comprendre l'histoire du libéralisme et la réception de la modernité.

Les penseurs de ce mouvement se basent sur l'idée d'une auto-régulation de l'organisation sociale et de l'économie à partir d'une réflexion historique. Cette réflexion suppose un certain « optimisme » quant à la capacité de la société à s'auto-réguler pour limiter les conséquences négatives. Ainsi, les détracteurs assimilent la progression de la pauvreté (ou de la misère) comme la difficulté d'accès à certains biens (médicaments…) ou services par une partie de la population à une conséquence du libéralisme du fait d'une régulation par l'État très limitée et d'une redistribution (« État providence ») interdite. Les libéraux classiques ne nient pas ces faits mais pensent qu'ils sont issus d'autres facteurs historiques et montrent que les principes « libéraux » favorisent les sorties de crise et limitent ces périodes par un développement économique plus fort.

Il s'oppose également aux libéraux radicaux défendant la liberté comme un absolu, tel le socialisme (ou libéralisme social) défendu par certains jacobins français et les révolutionnaires du XVIIIe et XIXe siecle[8]. Un courant progressiste est présent aux États-Unis, nommé « social-libéralisme » ou « libéralisme américain moderne », par opposition au libéralisme classique. Ce courant s'est développé à la fin du XIXe siècle : c'est ce courant auquel le pape Léon XIII s'oppose dans son encyclique "Libertas Præstantissimum" [9]. Ce courant refuse toute intervention de l'État et même de tout corps intermédiaire et de toute structure sociale (ou religieuse) : la liberté est alors un absolu souvent associé à une tolérance sans limite. À l'opposé, les libéraux classiques insistent sur l'importance des courants religieux pour contribuer aux équilibres (dont Benjamin Constant, Alexis de Tocqueville, Frédéric Bastiat).

RéférencesModifier

  1. « Qu’est-ce que le libéralisme classique ? », sur Contrepoints, (consulté le 19 février 2019)
  2. esprit des lois, J.-M. Tremblay, coll. « Classiques des sciences sociales. », (ISBN 1554422280, lire en ligne)
  3. Rapin de Thoyras, Paul., Dissertation sur les Whigs & les Torys, Printed for E. Curll, (OCLC 220008226, lire en ligne)
  4. Daniel Tourre, « Ron Paul, la revanche du libéralisme classique », sur Le Monde, (consulté le 27 juillet 2018).
  5. « Les philosophes libéraux », sur https://la-philosophie.com/ (consulté le 27 juillet 2018).
  6. Strauss, Leo., Droit naturel et histoire., Flammarion, (ISBN 9782081218901 et 2081218909, OCLC 423562376, lire en ligne)
  7. Strauss, Leo, (1899-1973), Auteur., [Commentaire] ; Le nihilisme allemand ..., Plon, (ISBN 2259190472 et 9782259190473, OCLC 496667082, lire en ligne)
  8. "Pas de liberté pour les ennemis de la liberté!" Louis Antoine de Saint-Just Les ennemis de la liberté politique et économique sont les partisans de l'absolutisme: les contre-révolutionnaires. Saint-Just justifie la Terreur.
  9. (la) pape Léon XIII, Libertas Præstantissimum,