Élection présidentielle iranienne de 2024

élection en Iran

L'élection présidentielle iranienne de 2024 se tient le et le afin d'élire le président de la république islamique d'Iran au scrutin uninominal majoritaire à deux tours.

Élection présidentielle iranienne de 2024
(1er tour)
(2d tour)
Corps électoral et résultats
Inscrits 61 452 321
Votants au 1er tour 24 535 185
39,93 % en diminution 8,9
Blancs et nuls au 1er tour 1 056 159
Votants au 2d tour 30 530 157
49,68 %
Blancs et nuls au 2d tour 607 575
Massoud Pezeshkian – Indépendant
Voix au 1er tour 10 415 991
44,36 %
Voix au 2e tour 16 384 403
54,76 %
Saïd Jalili – Indépendant
Voix au 1er tour 9 473 298
40,35 %
Voix au 2e tour 13 538 179
45,24 %
Mohammad Ghalibaf – Progrès et justice (en)
Voix au 1er tour 3 383 340
14,41 %
Président
Sortant Élu
Mohammad Mokhber (intérim)
Indépendant
Massoud Pezeshkian
Indépendant

Le décès du président Ebrahim Raïssi dans un accident d'hélicoptère le 19 mai 2024 provoque la tenue du scrutin de manière anticipée un an avant la date prévue.

Le réformateur Massoud Pezeshkian et l'ultraconservateur Saïd Jalili — tout deux indépendants — se qualifient pour le second tour, remporté par Massoud Pezeshkian avec 54,76 % des voix.

Contexte

modifier
 
Ebrahim Raïssi

Le président de la République islamique d'Iran est le plus haut fonctionnaire du pays élu au suffrage universel direct, le chef du pouvoir exécutif et le deuxième poste le plus important après le guide suprême. Ses prérogatives sont similaires à celles des chefs de gouvernement d'autres pays, à l'exception du contrôle des forces armées, du système judiciaire, de la télévision d'État et de plusieurs autres organisations gouvernementales clés qui sont sous le contrôle direct du Guide.

Élu président à une large majorité de 72 % des voix dès le premier tour de l'élection présidentielle de juin 2021, Ebrahim Raïssi succède au conservateur modéré Hassan Rohani, qui ne peut se représenter après deux mandats et dont le camp est affaibli par son échec à mettre en œuvre les améliorations économiques promises. La reprise des sanctions internationales contre le programme nucléaire ainsi que la crise sanitaire provoquée par la pandémie de Covid-19 accentuent alors depuis plusieurs années la crise économique à laquelle fait face l'Iran. Sa monnaie, le rial, voit sa valeur chuter, tandis que l'inflation et le déficit budgétaire connaissent une forte hausse[1]. La récession conduit au déclenchement d'importantes manifestations antigouvernementales courant 2019 lorsque le régime décide une augmentation du prix du carburant, dans le contexte de manifestations de grande ampleur dans les pays voisins en Irak et au Liban. Après une répression violente qui voit la mort d'environ 1 500 individus et un arrêt du mouvement, les mensonges des autorités iraniennes au sujet du crash du vol 752 Ukraine International Airlines déclenchent une nouvelle vague de manifestations anti-régime en janvier 2020, plus restreintes et mobilisant essentiellement le milieu étudiant, dans le contexte de la crise américano-iranienne de 2019-2020[2],[3].

Candidat ultraconservateur de l'Association du clergé militant, proche du guide suprême Ali Khamenei dont il est décrit comme un successeur potentiel, Raïssi l'emporte à l'issue d'un scrutin dont le Conseil des gardiens de la Constitution a exclu les candidats réformistes[4]. Attendue, sa victoire intervient malgré un taux de participation de seulement 49 %, soit le plus bas de l'histoire de la république islamique. Il s'agit alors d'un coup dur pour le régime, qui a toujours mis en avant des taux de participation élevés pour asseoir sa légitimité[5],[6],[7].

La réputation d'Ebrahim Raïssi est alors celle d'un « visage dur » du régime, autoritaire et ultra-conservateur. Surnommé le « boucher de Téhéran », il avait supervisé des exécutions de prisonniers politiques en 1988 et était accusé de « violations des droits humains » par plusieurs représentants des organisations des droits de l'homme en Iran[8]. Il faisait ainsi partie des personnalités iraniennes sanctionnées par les États-Unis[9],[10]. Les élections à l'Assemblée des experts organisées en mars 2024 le voient décrocher sans difficulté un troisième mandat consécutif à l'Assemblée des experts chargée d'élire le prochain Guide suprème, consolidant ainsi davantage sa position dans la succession[11].

Le cependant, Ebrahim Raïssi meurt dans l'accident de son hélicoptère avec l'ensemble des passagers, dont notamment le ministre des Affaires étrangères, Hossein Amir Abdollahian, le gouverneur de la province d'Azerbaïdjan oriental, Malek Rahmati, et le représentant du Guide suprême en Azerbaïdjan oriental, Mohammad Ali Ale-Hashem (en)[12],[13]. Après la confirmation de la mort du président le , le gouvernement annonce la tenue d'une élection présidentielle anticipée le . La période de campagne électorale est fixée du au [14],[12]. L'intérim est assuré par le vice-président Mohammad Mokhber[15].

Système électoral

modifier

Le président de la république islamique d'Iran est élu au scrutin uninominal majoritaire à deux tours pour un mandat de quatre ans renouvelable une seule fois de manière consécutive[16],[17].

Tout citoyen iranien né en Iran, croyant en Dieu et en la religion officielle de l'Iran — l'islam —, qui a toujours été fidèle à la Constitution et qui est âgé de plus de 21 ans peut s'inscrire comme candidat à la présidentielle. L'Agence de surveillance des élections (EMA), gérée par le Conseil des gardiens de la Constitution, examine les candidatures et sélectionne les candidats considérés comme aptes à se présenter aux élections. Le Conseil des gardiens n'annonce pas publiquement la raison du rejet de certains candidats, bien que ces raisons soient expliquées à chaque candidat individuellement. Les candidatures de femmes ont toujours été exclues par le Conseil[18],[19]. Cependant, avant l'élection présidentielle de 2021, le porte-parole du Conseil des gardiens a déclaré qu'il n'y pas d'obstacle juridique à ce qu'une femme soit présidente[20].

Candidats

modifier

Pour être effectives, les candidatures doivent être validées par le Conseil des Gardiens de la Constitution, préalablement les candidats déposent leur candidatures. Le dépôt officiel des candidatures est ouvert entre le 30 mai et le 3 juin, pour une publication des candidatures le 9 juin[21],[22].

80 candidats se sont enregistrés, dont 4 femmes. La majorité des candidats appartient aux courants des conservateurs et des ultra conservateurs, cependant le président sortant, par intérim, Mohammad Mokhber n'est pas candidat[22].

Retenus

modifier

Le 9 juin, le ministère de l'Intérieur publie la liste des six candidats dont la participation est validée par le Conseil des Gardiens[23].

Candidats en lice[24]
Nom Portrait Fonction actuelle Parti Famille politique
Mohammad-Bagher Ghalibaf   Président de l'Assemblée consultative islamique Association progrès et justice de l'Iran islamique (en) Principaliste
Saïd Jalili   Membre du Conseil de discernement de l'intérêt supérieur du régime

Secrétaire du Conseil stratégique des Relations étrangères (fa)

Indépendant Principaliste
Massoud Pezeshkian   Député Indépendant Réformiste
Mostafa Pourmohammadi   Dirigeant du Centre de documentation de la révolution islamique Association du clergé militant Principaliste
Amir Hossein Ghazizadeh Hashemi   Dirigeant de la Fondation des martyrs

Député et vice-président
Se désiste le 26 juin, apporte son soutien aux conservateurs Ghalibaf, Jalili et Zakani et appelle à l'union entre eux[25]

Front pour la stabilité de la révolution islamique Principaliste
Alireza Zakani   Maire de Téhéran
Se désiste le 27 juin en faveur d'une union des conservateurs Ghalibaf et Jalili[26]
Parti de la coalition islamique Principaliste

Rejetés

modifier

Campagne

modifier

Thèmes et retraits

modifier

La campagne se focalise sur les thèmes économiques, les candidats promettant d'améliorer les conditions de vie des Iraniens ainsi que de renforcer les aides sociales[27],[28].

Amir-Hossein Ghazizadeh Hashemi et Alireza Zakani retirent finalement leur candidature — respectivement le et le  —, une décision habituelle lors des élections présidentielles iraniennes. La précédente élection en 2021 avait ainsi vu trois des sept candidats se retirer avant le premier tour. Les deux candidats se désistent en faveur des autres candidats conservateurs, Jalili et Ghalibaf[25],[26]. Dans la nuit du au , une réunion aurait même eu lieu entre ces derniers, Mohsen Rezaï et Ismael Qaani (successeur de Qassem Soleimani à la tête de la Force Al-Qods) afin que le premier se désiste en faveur du second afin d'éviter qu'ils ne terminent tous les deux derrière le réformiste Pezeshkian, voire même d'éviter un second tour face à lui[29].

Débats et entretiens télévisés

modifier

Les interviews de campagne des candidats commencent le , sur l'IRINN pour Ghalibaf et Pezeshkian et sur Canal 1 (en) pour Ghazizadeh Hashemi[30]. Plutôt qu'une interview, Jalili décide de faire une allocution télévisée de 30 minutes sur Canal 1 le lendemain[31]. Il accorde finalement sa première interview à l'IRINN le [32].

La semaine suivante laisse place aux premiers débats télévisés entre les différents candidats[33],[34],[35],[36]. Au total, cinq confrontations audiovisuelles les opposent avant le premier tour[33],[34],[35],[37].

Sondages

modifier

Un sondage relayé par Press TV le donne Ghalibaf (22 %) et Jalili (19,2 %) largement en tête des intentions de vote au premier tour, devant Pezeshkian (9,8 %)[38]. Un sondage suivant donne une plus large avance à Ghalibaf[39], tandis qu'un autre le montre au coude à coude avec Jalili, qui gagnerait face à lui au second tour[40]. Le lendemain, un sondage de l'ISPA donne pour la première fois Jalili (26,2 %) en tête du premier tour et Pezeshkian (19,8 %) devant Ghalibaf (19 %)[41]. Un sondage rendu public quelques jours avant le premier tour donne néanmoins en tête l'unique candidat modéré, Massoud Pezeshkian, avec 33,1 %, devant Saïd Jalili, crédité de 28,8 %, dans ce qui est perçu comme une volonté de l'électorat de manifester son mécontentement envers le gouvernement ultra-conservateur[42].

Résultats

modifier
Résultats nationaux[43],[44],[45]
Candidats Partis Premier tour Second tour
Voix % Voix %
Massoud Pezeshkian Indépendant 10 415 991 44,36 16 384 403 54,76
Saïd Jalili Indépendant 9 473 298 40,35 13 538 179 45,24
Mohammad-Bagher Ghalibaf Progrès et justice (en) 3 383 340 14,41
Mostafa Pourmohammadi Association du clergé militant 206 397 0,88
Votes valides 23 479 026 95,70 29 922 582 98,01
Votes blancs et nuls 1 056 159 4,30 607 575 1,99
Total 24 535 185 100 30 350 157 100
Abstention 36 917 136 60,07 30 922 164 50,32
Inscrits / participation 61 452 321 39,93 61 452 321 49,68

Analyse

modifier
 
Taux de participation au 1er tour par province

Le premier tour voit arriver en tête le réformateur Massoud Pezeshkian et l'ultraconservateur Saïd Jalili, indépendant l'un comme l'autre, mais soutenant une vision différente de l'avenir de la république islamique, les deux candidats s'affrontent lors d'un second tour, aucun candidat n'ayant réuni la majorité absolue des suffrages au premier. C'est la première fois depuis l'élection présidentielle de 2005 qu'un second tour est rendu nécessaire. Le premier tour connait par ailleurs un taux de participation historiquement bas, avec seulement un peu moins de 40 % des inscrits s'étant rendu aux urnes. La forte abstention intervient en effet dans un contexte de mécontentement général de la population vis à vis de la mauvaise situation économique ainsi que de la répression des différents mouvement de contestation ayant secoué le pays au cours des années précédentes[46],[47],[48].

Saïd Jalili peut théoriquement compter sur les réserves de voix de ses anciens adversaires éliminés au premier tour, le camp conservateur ayant réuni un cumul de plus de 53 % des voix. Jalili reçoit ainsi le soutien de Mohammad Ghalibaf, arrivé troisième, ainsi que des ex-candidats Alireza Zakani et Amir-Hossein Ghazizadeh Hashemi, qui s'étaient retirés avant le premier tour[49]. La mobilisation des abstentionnistes est en conséquence jugée déterminante pour les réformateurs. Alors qu'il avait verrouillé les récents scrutins parlementaires, le régime iranien — dominé par le Guide et les ultraconservateurs — aurait ainsi permis à un réformateur de se présenter pour favoriser la participation, caution de longue date de la République islamique. Ce « déverrouillage » de facade pourrait aboutir à la présence d'un président réformateur ou modéré, comme l'était auparavant Hassan Rohani, sans que cela ne mette le régime en danger, le président iranien étant largement soumis au contrôle du Guide[46],[47].

Massoud Pezeshkian remporte le second tour de l'élection présidentielle avec 54 % des voix et une participation en hausse de 10 points, à près de 50 %[50]. L'annonce des résultats officiels le 6 juillet, est suivi le même jour d'une déclaration de Saïd Jalili reconnaissant sa défaite[51].

Pezeshkian annonce dans son discours de victoire vouloir adoucir les règles sur le port du Hidjab, mettre fin à la Police de la moralité et renouer le dialogue avec l'Occident, notamment sur le sujet du nucléaire, afin d’aboutir à une levée des sanctions économiques qui touchent le pays. Comme ses prédécesseurs, le nouveau président reste néanmoins soumis au pouvoir du Guide suprême, en plus de devoir composer avec un parlement dominé par les ultra-conservateurs. Pezeshkian avait notamment répété à de nombreuses reprises au cours de la campagne considérer l'opposition à la parole du Guide comme une ligne rouge à ne pas franchir[52],[53].

L'investiture du nouveau président est prévue pour le 4 ou 5 août[54].

Notes et références

modifier
  1. Yves Bourdillon, « Présidentielle : les Iraniens appelés aux urnes en pleine crise sociale », Les Échos, (consulté le ).
  2. Ghazal Golshiri et Allan Kaval, « En Iran, le régime accusé de mensonge tandis que la contestation reprend », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  3. Bruno Ripoche, « En Iran, colère contre le mensonge du régime », sur ouest-france.fr, (consulté le ).
  4. Marie-France Chatin, « Géopolitique, le débat - Iran: une présidentielle verrouillée entre conservateurs », RFI, (consulté le ).
  5. AFP, « Présidentielle en Iran : l'ultraconservateur Raïssi vainqueur au premier tour », Le Figaro (ISSN 0182-5852, consulté le ).
  6. Madjid Zerrouky et Ghazal Golshiri, « Ebrahim Raïssi, nouveau visage dur de l’Iran », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le ).
  7. « Présidentielle en Iran : l’élection d’Ebrahim Raïssi, une très mauvaise nouvelle pour la société civile iranienne », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  8. « "Boucher de Téhéran", "visage dur de l'Iran": qui était Ebrahim Raïssi, mort dans un crash d'hélicoptère? », sur BFMTV (consulté le )
  9. « Crash en Iran : qui était Ebrahim Raïssi, président ultra-conservateur et autoritaire ? », sur France 24, (consulté le )
  10. « Ebrahim Raïssi, le président iranien qui était pressenti pour succéder au Guide suprême, est mort », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  11. (so) « play », sur www.aljazeera.com (consulté le ).
  12. a et b « L'Iran en deuil après la mort du président Raïssi dans un crash d'hélicoptère », sur TV5MONDE, (consulté le )
  13. (en) « Who was on board the missing helicopter? », sur Al Jazeera, .
  14. (en) « Iran to hold presidential elections on June 28 after Raisi’s death », Al Arabiya (consulté le )
  15. RFI, « Iran: comment va s’organiser la succession du président Ebrahim Raïssi », sur RFI, RFI, (consulté le ).
  16. « Constitution de la République Islamique d’Iran », sur www.ebrahimemad.net (consulté le ).
  17. « constitution », sur www.wipo.int (consulté le ).
  18. « First female candidate registered for Iranian presidential elections - Trend.Az » [archive], sur en.trend.az, (consulté le ).
  19. (en) « Iran’s ban on female presidential candidates contradicts Constitution » [archive], Amnesty International, (consulté le ).
  20. (en-US) Holly Dagres, « Will Iran let a woman run for president in 2021? », (consulté le )
  21. « En Iran, ouverture des inscriptions pour les candidats à la présidentielle anticipée », sur France 24, (consulté le )
  22. a et b « En Iran, 80 candidats pour une élection présidentielle jouée d’avance », sur Courrier international, (consulté le )
  23. (en) « Iran OKs Final Six Presidential Candidates, Rejects 'Moderates' », sur Iran International (consulté le )
  24. « Iran : six candidats autorisés à se présenter à l’élection présidentielle fin juin », sur Le Figaro, (consulté le )
  25. a et b (en) « Ghazizadeh Hashemi Drops Out of Presidential Race in Favor of Fellow Conservatives », sur Iran International (consulté le )
  26. a et b (en) « Tehran Mayor Withdraws from Presidential Race to Support Other Conservative », sur Iran International (consulté le )
  27. « فیلم/ جهانگیری: اولویت من معیشت مردم است » [archive du ],‎ (consulté le )
  28. « Magiran | روزنامه اعتماد (1403/03/13): برای رفاه و معیشت مردم » [archive du ] (consulté le )
  29. (fa) Solmaz Ikdar, « شکست پروژه اجماع و بی‌اخلاقی‌های هواداران جبهه انقلاب », sur IranWire,‎ (consulté le )
  30. (fa) Zahra Alidadi, « سه نامزد انتخاباتی در صداوسیما برنامه تبلیغاتی دارند », Mehr News Agency,‎ (consulté le )
  31. (fa) « ویدیو/ اظهارات سعید جلیلی در برنامه با مردم از شبکه یک سیما », ISNA News Agency,‎ (consulté le )
  32. (fa) « ویدیو/ اظهارات سعید جلیلی در برنامه گفت و گوی ویژه خبری از شبکه خبر », ISNA News Agency,‎ (consulté le )
  33. a et b (fa) « جدول کامل زمان مناظره های تلویزیونی نامزدهای ریاست‌جمهوری + فیلم », sur rokna.net,‎ (consulté le )
  34. a et b (en) Mona Hojat Ansari, « Unpacking the first presidential debate », Tehran Times, (consulté le )
  35. a et b (en) Amir Vahdat, « Iran’s presidential candidates talk economic policies in 2nd live debate ahead of June 28 vote », Associated Press, (consulté le )
  36. (en) Mona Hojat Ansari, « Candidates address cultural and social concerns in 3rd debate », Tehran Times, (consulté le )
  37. (en) Mona Hojat Ansari, « Candidates attend last presidential debate after grilling on foreign policy », Tehran Times, (consulté le )
  38. (en) « Poll of Polls: How do candidates fare ahead of June 28 presidential vote », Press TV, (consulté le )
  39. (fa) « افکارسنجی - ۱۴۰۳/۰۳/۲۷ » [« Sondage d'opinion - 27/03/1403 »], Donya-e-Eqtesad (en),‎ (consulté le )
  40. (fa) « درانتخابات به کدام یک ازنامزدهارای خواهید داد » [« Pour quel candidat voterez-vous lors de l’élection ? »], sur akharinkhabar.ir,‎ (consulté le )
  41. (fa) « انتشار آخرین یافته‌های نظرسنجی انتخاباتی مرکز افکارسنجی جهاددانشگاهی », ISNA News Agency,‎ (consulté le )
  42. (en) Akhtar Makoii, « Iran’s only moderate presidential candidate takes surprise poll lead », sur The Telegraph (consulté le ).
  43. (fa) « نتایج انتخابات ریاست جمهوری چهاردهم به تفکیک استان‌ها », Fararu (en),‎ (consulté le )
  44. (en) « Final Figures Put Pezeshkian and Jalili in Run-off », sur iranpress.com, (ISSN http://iranpress.com/aliaspage/283164[à vérifier : ISSN invalide], consulté le ).
  45. (fa) « مسعود پزشکیان نهمین رئیس‌جمهور ایران شد », sur تجارت نیوز (consulté le ).
  46. a et b « Présidentielle en Iran: le réformateur Pezeshkian et l’ultraconservateur Jalili s'affronteront lors d'un second tour ».
  47. a et b « Présidentielle en Iran : le second tour opposera un réformateur et un ultraconservateur ».
  48. « Iran : qui sont Massoud Pezeshkian et Saïd Jalili, les deux candidats au second tour ? ».
  49. (en) « Iran heads to presidential run-off on July 5 amid record low turnout », Al-Jazeera,‎ (lire en ligne, consulté le )
  50. « En Iran, le réformateur Masoud Pezeshkian remporte la présidentielle », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  51. (so) « https://www.aljazeera.com/news/2024/7/6/irans-reformist-masoud-pezeshkian-wins-run-off-presidential-vote-reports », sur www.aljazeera.com (consulté le ).
  52. « Iran: le réformateur Massoud Pezeshkian vainqueur de l'élection présidentielle ».
  53. « Le réformateur Massoud Pezeshkian remporte la présidentielle en Iran », sur Franceinfo, (consulté le ).
  54. « Le président élu prêtera serment début août devant le Parlement ».