Ouvrir le menu principal

Les Églises de Réveil sont un mouvement d'églises chrétiennes évangéliques au sein du pentecôtisme. Elles sont présentes principalement en Amérique du Sud (surtout au Brésil) et en Afrique subsaharienne.

Sommaire

HistoireModifier

L’origine des églises de réveil se situe dans le réveil gallois de 1904-1905, dont l’un des principaux leaders est l’évangéliste Evan Roberts [1]. Des réunions organisées par les évangélistes George Jeffreys, Douglas Scott et Adolphe Hunziker dans divers pays d’Europe au cours des années 1930 ont favorisé le développement du mouvement [2]. La première église du mouvement en Suisse a été établie à Genève en 1935 par Adolphe Hunziker [3]. En 2011, il y avait plus de 15 églises en Suisse, en France et en Belgique[2].

Dans le mondeModifier

République démocratique du CongoModifier

Le développement des églises de réveil en République démocratique du Congo a commencé à la fin des années 1970 et 1980[4]. De nombreux pasteurs sont sortis de formations des missionnaires franco-américains[Lesquels ?] qui venaient évangéliser par des grandes campagnes en plein air, ou directement de formations catholiques, comme le Renouveau charismatique ou encore celles de dénominations chrétiennes pentecôtistes, comme les Assemblées de Dieu. Nombre d'entre eux ne prêchent d'abord qu'auprès de leur famille ou de leurs voisins, mais d'autres remplissent des stades et des megachurches [5].

FranceModifier

L'Union des Églises Evangéliques de Réveil (UEER) de France est rattachée à la Fédération protestante de France[6]. Elle entretient des relations fraternelles avec les UEER de Belgique et de Suisse et n'a pas de lien avec les Églises de Réveil d'origine africaine[réf. nécessaire].

Elle regroupe des Églises évangéliques de sensibilité pentecôtisante[réf. nécessaire].

BelgiqueModifier

L'Union des Églises Evangéliques de Réveil (UEER) de Belgique est rattachée au Synode fédéral des Églises protestantes et évangéliques de Belgique[7]. Elle entretient des relations fraternelles avec les UEER de France et de Suisse et n'a pas de lien avec les Églises de Réveil d'origine africaine[réf. nécessaire].

Elle regroupe des Églises évangéliques de sensibilité pentecôtisante[réf. nécessaire].

RéférencesModifier

  1. Allan Anderson, An Introduction to Pentecostalism: Global Charismatic Christianity, Cambridge University Press, UK, 2013, p. 99
  2. a et b William Kay, Anne Dyer, "European Pentecostalism", BRILL, UK, 2011, p. 129
  3. Olivier Favre, Les églises évangéliques de Suisse: origines et identités, Labor et Fides, Suisse, 2006 , p. 336
  4. Muriel Gomez-Perez et Marie Nathalie LeBlanc, L'Afrique des générations: entre tensions et négociations, KARTHALA Editions, France, 2012, p. 501
  5. Les églises de réveil dans l’histoire des religions en République Démocratique du Congo. David Nomanyath Mwan-a-Mongo
  6. « Union des Églises Évangéliques de Réveil », sur www.ueer.fr (consulté le 20 décembre 2016)
  7. « Dénominations | Synode Fédéral », sur synfed.be (consulté le 20 décembre 2016)