XVIIe dynastie égyptienne

dynastie de la Deuxième Période intermédiaire

La XVIIe dynastie est une dynastie de la fin de la Deuxième Période intermédiaire. Elle ne contrôle que la Haute-Égypte. La vision longue de la XVIIe dynastie est la suite de la XIIIe dynastie, tandis que la vision courte de la XVIIe dynastie est la suite de la XVIe dynastie, elle-même suite de la XIIIe dynastie. Elle couvre la période de vers -1648 (Ryholt) ou -1625 (Franke, Krauss) à -1569 (Redford) ou -1549 (Dodson, Murnane, Ryholt) ou -1539/30 (Franke).

Sarcophage royal du pharaon Antef VI de la XVIIe dynastie - Musée du Louvre

Souverains de la XVIIe dynastieModifier

Il existe deux principales visions de la XVIIe dynastie : une vision longue, la plus ancienne, défendue par exemple par Jürgen von Beckerath, et une vision courte, plus récente, définie par Kim S.B. Ryholt. Malgré tout, chaque auteur a sa propre chronologie : ainsi, Daniel Polz, Claude Vandersleyen et Julien Siesse, également partisans d'une vision courte de la XVIIe dynastie, ont proposé chacun de nouvelles chronologies. Les différentes chronologies sont présentées ci-dessous.

von Beckerath (1964 et 1997) [1] Ryholt (1997) [2] Polz (2007) [3] Vandersleyen (2010)[4] et Siesse (2015)[5]
Noubkheperrê Antef V
Sekhemrê-Ouahkhâou Râhotep
Sekhemrê-Ouadjkhâou Sobekemsaf Ier
Sekhemrê-Sementaouy Djehouty
Sânkhenrê Montouhotep VII
Souadjenrê Nebiryraou Ier Nebmaâtrê (non classé)
Nebiryraou II Sekhemrê-Ouahkhâou Râhotep Sekhemrê-Ouahkhâou Râhotep
Semenrê Sekhemrê-Shedtaouy Sobekemsaf Ier Sekhemrê-Ouadjkhâou Sobekemsaf Ier
Souserenrê Bebiânkh Sekhemrê-Oupmaât Antef-Âa VI Sekhemrê-Shedtaouy Sobekemsaf II Sekhemrê-Shedtaouy Sobekemsaf II
Sekhemrê-Shedtaouy Sobekemsaf II Noubkheperrê Antef VII Sekhemrê-Oupmaât Antef-Âa V Sekhemrê-Oupmaât Antef-Âa V
Sekhemrê-Oupmaât Antef-Âa VI Sekhemrê-Herouhermaât Antef VIII Noubkheperrê Antef VI Sekhemrê-Herouhermaât Antef VI
Sekhemrê-Herouhermaât Antef VII Sekhemrê-Ouadjkhâou Sobekemsaf II Sekhemrê-Herouhermaât Antef VII Noubkheperrê Antef VII
Senakhtenrê Iâhmes (ou Âhmes) Senakhtenrê Iâhmes (ou Âhmes) Senakhtenrê Iâhmes (ou Âhmes) Senakhtenrê Iâhmes (ou Âhmes)
Seqenenrê Tâa Seqenenrê Tâa Seqenenrê Tâa Seqenenrê Tâa
Ouadjkheperrê Kames Ouadjkheperrê Kames Ouadjkheperrê Kames Ouadjkheperrê Kames

Les rois présents dans la liste de von Beckerath et absents dans les autres listes sont placés dans la XVIe dynastie, voire la XIIIe dynastie, par ces auteurs. Quant à Nebmaâtrê, Ryholt l'attribue à la XVIIe dynastie mais sans le classer ; von Beckerath l'attribue à la XVIe dynastie tandis que Siesse suggère la XIIIe dynastie sans être catégorique.

HistoireModifier

Ce royaume de Thèbes comprend les huit premiers nomes entre Éléphantine et Abydos et une partie de la Moyenne-Égypte jusqu'à Cusae, par des alliances avec des potentats qui lui vouent allégeance. Le reste du pays appartient aux chefferies asiatiques vassales des Hyksôs et aux petits royaumes dirigés par des Égyptiens collaborateurs (XVIe dynastie) ou aux Hyksôs eux-mêmes (XVe dynastie).

Les rois ou gouverneurs de cette dynastie doivent verser un tribut aux pharaons Hyksôs et tolérer leurs garnisons installées aux endroits stratégiques. Cependant, du fait de son origine indigène, la XVIIe dynastie va être à la tête de la lutte contre la domination étrangère. Ses souverains vont affronter les Hyksôs et assurer une nouvelle réunification du pays. En Nubie, le roi de Kouch Nedjeh prend le pouvoir et installe sa capitale à Bouhen ; il règne d'Éléphantine à la deuxième cataracte. Son alliance avec les Hyksôs a pour but d'encercler les Thébains. Elle va durer jusqu'à ce que le pharaon Ouadjkheperrê Kames s'empare de Bouhen. La victoire de Bouhen va donner naissance à l'exploitation d'un sentiment nationaliste par les princes Thébains déchus, qui assimileront la lutte contre les Hyksôs à une guerre de libération. Le successeur de Ouadjkheperrê Kames, Ahmes, vers -1540, prendra Avaris, la rasera et poursuivra les Hyksôs jusqu'en Palestine. La victoire finale sur ces derniers et leur expulsion marquera la fin de la XVIIe dynastie et constituera la fondation du Nouvel Empire.

Les pharaons de la XVIIe dynastie prennent résidence à Ballas (Ombos) mais règnent bien sur Thèbes. Ils sont enterrés à Dra Abou el-Naga dans des tombes surmontées de pyramides en briques. Plusieurs tombes ont été retrouvées : celle de Noubkheperrê Antef, celle de Sekhemrê-Oupmaât Antef-Âa et Sekhemrê-Herouhermaât Antef, celle de Ouadjkheperrê Kames. Celle de Sekhemrê-Shedtaouy Sobekemsaf et celle de Séqénenrê Taâ se trouvent probablement dans cette nécropole également, mais elles ont été pillées : celle de Sekhemrê-Shedtaouy Sobekemsaf a été pillée sous le règne de Ramsès IX, une description du procès a été retrouvée sur plusieurs papyrii (Abbott, Ambras et Amherst-Léopold II) ; tandis que la momie de Séqénenrê Taâ a été retrouvée dans la cache royale TT320 à Deir el-Bahari.

Notes et référencesModifier

  1. Jürgen von Beckerath, Chronologie des Pharaonischen Ägypten, Mayence, Éditions Philipp von Zabern, (ISBN 3805323107)
  2. K. S. B. Ryholt, The Political Situation in Egypt during the Second Intermediate Period, c. 1800–1550 BC, Copenhague, Museum Tusculanum Press, (ISBN 8772894210, lire en ligne)
  3. Daniel Polz, Der Beginn des Neuen Reiches. Zur Vorgeschichte einer Zeitenwende. Sonderschriften des Deutschen Archäologischen Instituts, Abteilung Kairo, 31. Berlin/New York: Walter de Gruyter, 2007
  4. Claude Vandersleyen, Nouvelles lumières sur la nécropole de la 17e dynastie à Dra Aboul Naga, sur la rive gauche de Thèbes. Chronique d'Egypte, 85(169-170), 2010, 108-125.
  5. Julien Siesse, Throne Names Patterns as a Clue for the Internal Chronology of the 13th to 17th Dynasties (Late Middle Kingdom and Second Intermediate Period), GM 246, 2015, p 75-98

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Damien Agut et Juan Carlos Morena-Garcia, L'Egypte des pharaons : De Narmer à Dioclétien, Paris, Belin, coll. « Mondes anciens », (ISBN 2701164915)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :