Sekhemrê-Ouahkhâou Râhotep

pharaon égyptien

Sekhemrê-Ouahkhâou Râhotep
Image illustrative de l’article Sekhemrê-Ouahkhâou Râhotep
Reproduction d'une stèle de Rahotep dans « Hieroglyphic texts from Egyptian stelae, &c. », in the British Museum, Part IV de Wallis Budge, 1913.
Période Deuxième Période intermédiaire
Dynastie XVIe ou XVIIe dynastie
Fonction roi
Successeur Sekhemrê-Ouadjkhâou Sobekemsaf ?
Famille
Conjoint Haânkhès ?

Sekhemrê-Ouahkhâou Râhotep est un roi de la XVIe ou de la XVIIe dynastie.

AttestationsModifier

Râhotep est attesté par deux stèles : la première à Coptos concerne la restauration du temple de Min et se trouve aujourd'hui au Musée Petrie (UC 14327)[1],[2] ; la seconde, en calcaire, aujourd'hui au British Museum (BM EA 833), le montre faisant une offrande à Osiris pour deux défunts, un officier et un prêtre[3]. Râhotep est également mentionné sur un arc d'un fils d'un roi et dédié au service de Min dans toutes ses fêtes[4],[5]. Il est également mentionné sur plusieurs documents plus tardifs : la liste de Karnak, à la position 48[4], ainsi que dans le conte de la fin du Nouvel Empire, Khonsouemheb et le fantôme, dans lequel le protagoniste rencontre un fantôme qui prétend avoir été dans sa vie Superviseur des trésors du roi Râhotep[6].

Position chronologiqueModifier

Alors que Kim Ryholt et Darrell Baker proposent que Râhotep ait été le premier roi de la XVIIe dynastie[4],[7], Jürgen von Beckerath le considère comme le deuxième roi de cette dynastie[8]. Par ailleurs, Claude Vandersleyen a tenté de dater Râhotep de la fin de la XIIIe dynastie au motif qu'il pense que Râhotep est lié à Sekhemrê-Ouadjkhâou Sobekemsaf Ier, que Vandersleyen date également de cette dynastie en raison de la qualité et du nombre de statues qui lui sont attribuées[9]. Baker estime que ces arguments sont minces et rejetés par la plupart des chercheurs[7]. Julien Siesse et Daniel Poltz, quant à eux, le placent à la fin de la XVIe dynastie, ne faisant commencer la XVIIe dynastie qu'avec Sekhemrê-Shedtaouy Sobekemsaf II[10],[11].

RègneModifier

S'il était effectivement un souverain du début de la XVIIe dynastie, Râhotep aurait contrôlé la Haute-Égypte jusqu'à Abydos[7]. Selon la reconstruction de la Deuxième Période intermédiaire de Ryholt, le règne de Râhotep aurait eu lieu peu après l'effondrement de la XVIe dynastie avec la conquête de Thèbes par les Hyksôs et leur retrait ultérieur de la région. Au lendemain du conflit, les Hyksôs auraient pillé et détruit les temples et les palais[7], Râhotep se vante donc des restaurations [qu'il a effectuées] dans les temples d'Abydos et de Coptos. À Abydos, il a fait refaire les murs d'enceinte du temple d'Osiris, tandis qu'à Coptos, il a restauré le temple de Min dont les portes et les portails étaient tombés en ruines[7]. Cette chronologie des événements est débattue et certains spécialistes contestent que Thèbes ait jamais été conquise par les Hyksôs. Ils pensent plutôt que les rois de Haute-Égypte auraient pu être les vassaux des Hyksôs.

TitulatureModifier

Notes et référencesModifier

  1. H.M. Stewart, Egyptian Stelae, Reliefs and Paintings from the Petrie Collection. Part Two: Archaic to Second Intermediate Period, Warminster 1979, 17-18, no 78.
  2. Stele on the Petrie Museum catalogue
  3. Stele on the British Museum catalogue
  4. a b et c (en) K. S. B. Ryholt, The Political Situation in Egypt during the Second Intermediate Period, c. 1800–1550 BC, Copenhague, Museum Tusculanum Press, , 463 p. (ISBN 87-7289-421-0, lire en ligne)
  5. O. D. Berlev, Un don du roi Rahotep, OLP 6-7 (1975/1976), p. 31-41 pl II.
  6. William K. Simpson, The Literature of Ancient Egypt, New Haven and London, Yale University Press, (ISBN 0-300-01711-1), p. 139–140.
  7. a b c d et e Darrell D. Baker, The Encyclopedia of the Pharaohs: Volume I - Predynastic to the Twentieth Dynasty 3300–1069 BC, Stacey International, (ISBN 978-1-905299-37-9), 2008, p. 341-342.
  8. Jürgen von Beckerath, Chronologie des Pharaonischen Ägypten, Mayence, Éditions Philipp von Zabern, , 244 p. (ISBN 3-8053-2310-7)
  9. Claude Vandersleyen, Rahotep, Sébekemsaf Ier et Djéhouty, rois de la 13e dynastie, Revue d'égyptologie
  10. Daniel Polz, Der Beginn des Neuen Reiches. Zur Vorgeschichte einer Zeitenwende. Sonderschriften des Deutschen Archäologischen Instituts, Abteilung Kairo, 31. Berlin/New York: Walter de Gruyter, 2007
  11. Julien Siesse, Throne Names Patterns as a Clue for the Internal Chronology of the 13th to 17th Dynasties (Late Middle Kingdom and Second Intermediate Period), GM 246, 2015, p. 75-98.

Liens externesModifier