Ouvrir le menu principal

XVIIIe congrès du Parti populaire
Image illustrative de l’article XVIIIe congrès du Parti populaire
Date 10 au
Lieu Caja Mágica, Madrid

Image illustrative de l’article XVIIIe congrès du Parti populaire

Président Mariano Rajoy
Limitation des mandats Contre : 51,3 %
Pour : 47.4 %
Élection du président Mariano Rajoy : 95,65 %
Autres : 4.35 %
Site internet www.18congreso.pp.es

Le XVIIIe congrès du Parti populaire (en espagnol : 18 Congreso Nacional del Partido Popular) s'est déroulé à la Caja Mágica de Madrid du 10 au dans le but d'élire une direction nationale et approuver de nouveaux statuts. À son terme, Mariano Rajoy est réélu président du parti.

Sommaire

ContexteModifier

Le XVIIIe congrès s'est célébré avec presque deux ans de retard à la durée inscrite dans les statuts du parti ; cela dû à l'instabilité politique et institutionnelle engendrée par les deux convocations électorales de décembre 2015 et juin 2016 au cours desquelles le parti a perdu la majorité absolue qu'il détenait alors depuis 2011.

La réélection de Mariano Rajoy à la présidence du Gouvernement national avait assuré sa continuité et unique candidature au poste de président du parti.

DéroulementModifier

Approbation des statutsModifier

Les délégués élus pour participer au congrès ont approuvé un système de vote à deux tours pour élire le président national du parti : les militants à jour de cotisation élisent dans un premier temps un des candidats puis ce choix est confirmé par les délégués lors d'un second tour parmi les candidats ayant obtenu au moins 10 % lors du premier tour[1]. La fédération madrilène obtient néanmoins que les fédérations régionales et provinciales puissent élire leur dirigeants au moyen de primaires[2].

Le congrès est marqué par la présentation d'un amendement visant à limiter le cumul entre fonctions institutionnelles et responsabilités internes. Surnommé « l'amendement anti-Cospedal », il est proposé par Francisco Risueño, conseiller municipal, et vise à empêcher la secrétaire générale María Dolores de Cospedal d'être simultanément ministre de la Défense. Il est rejeté par 328 voix contre et 303 pour, au terme d'un second vote[3].

Préparation du projetModifier

Le parti met en place cinq commissions chargés de l'élaboration du projet :

  • Politique et statuts
  • Sociale
  • Économique et administration
  • Éducation
  • Europe et dans le monde

Suite à un accord entre les délégués les plus conservateurs et ceux plus progressistes, le parti ouvre le débat sur la gestation pour autrui permettant ainsi la non adoption d'une position officielle immédiate[4].

Présence de personnalitésModifier

Lors du congrès assistent divers représentants politiques tels que Miguel Ángel Gutiérrez Vivas et Begoña Villacís pour Ciudadanos, parti nommé "partenaire préférentiel" de Rajoy, le ministre italien des Affaires étrangères Angelino Alfano et le président du Parlement européen Antonio Tajani[5].

Élection du présidentModifier

Le au soir, la présidente du congrès Cristina Cifuentes annonce les résultats de l'élection à la présidence du parti. Mariano Rajoy est sans surprise réélu avec le soutien de 95,65 % des délégués votants ; seul candidat à avoir présenté une liste. Il annonce alors qu'il maintient María Dolores de Cospedal au poste de secrétaire général mais promeut Fernando Martínez-Maíllo comme coordinateur général, présenté par la presse comme véritable contrepoids au pouvoir de Cospedal[6].

Candidat Voix %
Mariano Rajoy 2 530 95,65
Votes blancs 115 4,35
Votes valides 2 645 99,47
Votes invalides 14 0,53
TOTAL 2 659 100
Source : Expansion

Élection de la junte directrice nationaleModifier

Liste Voix %
Mariano Rajoy 2 529 95,76
Votes blancs 112 4,24
Votes valides 2 641 99,36
Votes invalides 17 0,64
TOTAL 2 658 100
Source : Expansion

Nomination de la nouvelle directionModifier

À la suite de sa victoire, Rajoy annonce le nom des membres qu'il a choisi pour entrer dans la direction nationale du parti[7]. Les derniers soutiens d'Aznar ne sont pas renouvelés au sein de la direction[6].

Direction nationale
Président Mariano Rajoy
Secrétaire générale María Dolores de Cospedal
Coordonnateur général
Responsable de l'Organisation et des Élections
Fernando Martínez-Maíllo
Vice-secrétaire général à la Politique sociale Javier Maroto
Vice-secrétaire général à la Politique autonomique et locale Javier Arenas
Vice-secrétaire à la Communication Pablo Casado
Vice-secrétaire aux Études et au Programme Andrea Levy Soler
Coordinateur à l'Organisation Juan Carlos Vera Pró
Secrétaire exécutif à la Politique autonomique Juan José Matarí Sáez
Secrétaire exécutif à la Politique locale Antonio Román
Secrétaire exécutif aux Relations internationales José Ramón García-Hernández
Secrétaire exécutif aux Élections Vicente Tirado
Secrétaire à l'Extérieur Ramón Moreno Bustos
Secrétaire exécutif à la Formation César Sánchez
Secrétaire sectoriel à l'Économie Álvaro Nadal
Secrétaire sectoriel à la Santé et Affaires sociales Dolors Montserrat
Secrétaire sectoriel à l'Agriculture et à l'Élevage Isabel García Tejerina
Secrétaire sectoriel à l'Éducation et à l'Égalité Sandra Moneo
Secrétaire sectoriel à la Culture et Participation sociale Emilio del Río Sanz
Secrétaire sectoriel aux Nouvelles technologies Víctor Calvo-Sotelo
Secrétaire sectoriel à la Justice et Libertés publiques María del Mar Blanco
Secrétaire sectoriel aux Femmes Yolanda Bel Blanca
Représentants de l'Immigration Joaquín Calvo Basaran
Alejandra Vilalta y Perdomo

Sur le plan localModifier

La tenue du congrès national du parti a permis de débloquer la tenue des congrès régionaux et provinciaux qui se déroule tout au long de l'année 2017.

Congrès régionauxModifier

Fédération Président sortant Secrétaire général sortant Président élu Secrétaire général élu
  Parti populaire d'Andalousie Juan Manuel Moreno María Dolores López Gabarro Juan Manuel Moreno María Dolores López Gabarro
  Parti populaire d'Aragon Luisa Fernanda Rudi Octavio López Rodríguez Luis María Beamonte Mar Vaquero
  Parti populaire des Asturies Mercedes Fernández Mercedes Fernández Luis Miguel Venta Cueli
  Parti populaire des îles Baléares Miquel Vidal Vidal Sebastán Sagreras Ballester Biel Company Antonio Francisco Fuster Zanoguera
  Parti populaire basque Alfonso Alonso Nerea Llanos Alfonso Alonso Amaya Fernández Angulo
  Parti populaire des Canaries Asier Antona María Australia Navarro de Paz Asier Antona María Australia Navarro de Paz
  Parti populaire de Cantabrie Ignacio Diego María José Sáenz de Buruaga Gómez María José Sáenz de Buruaga Gómez María José González Revuelta
  Parti populaire de Castille-La Manche María Dolores de Cospedal Vicente Tirado María Dolores de Cospedal Vicente Tirado
  Parti populaire de Castille-et-León Juan Vicente Herrera Alfonso Fernández Mañueco Alfonso Fernández Mañueco Francisco Vázquez Requero
  Parti populaire catalan Alicia Sánchez-Camacho Jordi Cornet i Serra Xavier García Albiol Santi Rodríguez
  Parti populaire d'Estrémadure José Antonio Monago Fernando Jesús Manzano Pedrera José Antonio Monago Fernando Jesús Manzano Pedrera
  Parti populaire de Galice Alberto Núñez Feijóo Miguel Tellado Filgueira Alberto Núñez Feijóo Miguel Tellado Filgueira
  Parti populaire de La Rioja Pedro Sanz Carlos Cuevas Villoslada José Ignacio Ceniceros María Martín Diez de Baldeón
  Parti populaire de la Communauté de Madrid Juan Carlos Vera Cristina Cifuentes Ángel Garrido
  Parti populaire de la Région de Murcie Ramón Luis Valcárcel Pedro Antonio Sánchez Pedro Antonio Sánchez María del Carmen Pelegrín
  Parti populaire de Navarre Pablo Zalba Bidegain Ana Beltrán Villalba José Suárez Benito
  Parti populaire de la Communauté valencienne Isabel Bonig Eva Ortíz Vilella Isabel Bonig Eva Ortíz Vilella
  Parti populaire de Ceuta Juan Jesús Vivas Yolanda Bel Blanca Juan Jesús Vivas Yolanda Bel Blanca
  Parti populaire de Melilla Juan José Imbroda María del Carmen Dueñas Juan José Imbroda Miguel Marín Cobos

Congrès provinciauxModifier

Notes et référencesModifier

  1. (es) Melilla Hoy, « El PP ajusta su sistema de doble vuelta de elección de líder », Melilla Hoy,‎ (lire en ligne, consulté le 12 février 2017)
  2. (es) « El PP permitirá a los militantes elegir a los líderes regionales del partido », ELMUNDO,‎ (lire en ligne, consulté le 12 février 2017)
  3. (es) Ediciones El País, « La enmienda anti-Cospedal pierde por solo 25 votos en el congreso del PP », EL PAÍS,‎ (lire en ligne, consulté le 12 février 2017)
  4. « El PP evita la fractura por la gestación subrogada con un texto ambiguo », La Vanguardia,‎ (lire en ligne, consulté le 12 février 2017)
  5. (es) « Villacís y Gutiérrez irán al Congreso del PP en representación de Ciudadanos », eldiario.es,‎ (lire en ligne, consulté le 12 février 2017)
  6. a et b (es) Ediciones El País, « Rajoy deja a Cospedal al frente del PP, pero refuerza a Maillo como contrapeso », EL PAÍS,‎ (lire en ligne, consulté le 12 février 2017)
  7. (es) « Nuevo Equipo de Dirección del PP », Partido Popular,‎ (lire en ligne, consulté le 12 février 2017)

Voir aussiModifier