Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gouvernement Rajoy.
Gouvernement Rajoy II
(es) Segundo Gobierno Rajoy

Royaume d'Espagne

Description de cette image, également commentée ci-après
Photo de famille du .
Roi Felipe VI
Président du gouvernement Mariano Rajoy
Élection
Législature XIIe
Formation
Fin
Durée 1 an, 7 mois et 3 jours
Composition initiale
Coalition politique PP
Ministres 13
Femmes 5
Hommes 8
Moyenne d'âge 52 ans et 6 mois
Représentation
Congrès des députés
134 / 350
Sénat
146 / 266
Drapeau de l'Espagne

Le gouvernement Rajoy II (en espagnol : Segundo Gobierno de Mariano Rajoy) est le gouvernement du royaume d’Espagne entre le et le durant la douzième législature des Cortes Generales.

Sommaire

Historique du mandatModifier

Dirigé par le président du gouvernement conservateur sortant Mariano Rajoy, ce gouvernement est constitué et soutenu par le Parti populaire (PP). Seul, il dispose de 134 députés sur 350, soit 38,4 % des sièges du Congrès des députés, et 146 sénateurs sur 266, soit 54,9 % des sièges du Sénat. Il bénéficie du soutien sans participation de l'Union du peuple navarrais (UPN), du Forum des Asturies (FAC) et du Parti aragonais (PAR), qui disposent ensemble de trois députés et quatre sénateurs.

Il est formé à la suite des élections générales anticipées du .

Il succède donc au gouvernement Rajoy I, dans la mesure où le Congrès des députés de la XIe législature élu en n'est pas parvenu à investir un président du gouvernement.

Le , Rajoy se soumet au vote d'investiture du Congrès des députés. Comptant sur le soutien de Ciudadanos et de la Coalition canarienne (CC) en supplément de l'UPN et du FAC, il remporte au cours des deux scrutins 170 voix « pour » et 180 voix « contre ». Il se représente le et obtient le même résultat. Toutefois, au cours du quatrième vote le , le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) s'abstient et Rajoy remporte l'investiture du Congrès par 170 voix « pour », 111 voix « contre » et 68 abstentions[1].

L'équipe ministérielle est présentée le et nommée le lendemain. Alors que le nombre de ministère est maintenu à 13, les compétences sont différemment réparties : pour la première fois le ministère de la Présidence gère les relations avec les communautés autonomes, tandis que le ministère de l'Industrie est scindé entre le ministère de l'Économie et le nouveau ministère de l'Énergie. Parmi les six nouveaux ministres, la secrétaire générale du PP María Dolores de Cospedal devient ministre de la Défense, l'ancien maire de Séville Juan Ignacio Zoido est nommé ministre de l'Intérieur et le maire de Santander Íñigo de la Serna prend le poste de ministre de l'Équipement. Avec une moyenne d'âge de 52 ans et 6 mois, ce cabinet est le deuxième plus vieux depuis la fin du franquisme. C'est cependant la première fois depuis que la moyenne d'âge diminue par rapport au précédent et qu'un président du gouvernement forme un nouvel exécutif plus jeune que celui d'avant.

Le , Rajoy est renversé après l'adoption d'une motion de censure par 180 voix contre 169 et une abstention. Il est ainsi le premier président du gouvernement destitué par une motion de censure depuis [2]. Le Bulletin officiel de l'État publie le lendemain le décret de cessation des fonctions du cabinet, qui assume la gestion des affaires courantes jusqu'à la formation du gouvernement Sánchez.

CompositionModifier

Notes et référencesModifier

  1. (es) Fernando Garea, « Rajoy gana y será presidente en minoría », sur elpais.com/, (consulté le 29 octobre 2016).
  2. (es) Gonzalo Cortizo, « El Congreso nombra a Pedro Sánchez presidente del Gobierno con más respaldo que el que obtuvo Rajoy », eldiario.es,‎ (lire en ligne, consulté le 1er juin 2018).

Voir aussiModifier