Wulmar

saint catholique
Wulmar
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Prêtre
Autres informations
Religion
Ordre religieux
Étape de canonisation

Saint Wulmar, ou Vulmarus, ou Vulmar, ou Wulmer, né en 620 dans le Boulonnais, et mort le , est un prêtre catholique français.

BiographieModifier

Il est le fils de Walbert et Dude. Son frère se nomme Wamer.

Après la dissolution de son mariage en 642 par le roi Sigebert III, fils de Dagobert Ier, d'avec Osterhilda, épouse déjà promise à un autre selon les lois franques, il se retire au monastère d'Haumont comme domestique. Le père abbé, le voyant désireux d'apprendre, lui permit de se consacrer à l'étude. Il est ordonné prêtre par l'évêque de Cambrai Aubert[1],[2].

Il quitta le monastère pour vivre en ermite à Eecke, en Flandre, dans le creux d'un chêne, selon la légende, pour évangéliser la région.

Près de Boulogne-sur-Mer et de sa terre natale, la Morinie, il fonda d'abord un monastère de femmes à Wierre-au-Bois qu'il confia à sa nièce, Bertane ou Heremberthe. Il fonda ensuite une abbaye à Samer, qui donna son nom actuel à la commune, qui n'est qu'une contraction de saint Wulmer.

Il y est mort le 20 juillet 697[3].

Arnoul Ier de Flandre fait transporter les reliques de saint Wulmar à Gand en 974[4].

Des églises dédiées à saint Wulmer sont présentes à Isques et Verlincthun.

 
Statue de saint Wulmer, église Saint-Martin de Samer.

Notes et référencesModifier

  1. « fêtes du mois de juillet », dans : La Vie des Saints, tome second, Paris, chez Louis Roulland, 1704, p. 333-335.
  2. Aubert de Cambrai fut évêque en 633, il est mort vers 669.
  3. Jean Baptiste Glaire, vicomte Joseph-Alexis Walsh, Joseph Chantrel, abbé Orse, Edouard Alletz, Encyclopédie catholique, répertoire universel et raisonné des sciences, des lettres, des arts et des métiers, formant une bibliothèque universelle, avec la biographie des hommes célèbres, P. Desbarres, 1848 (en ligne).
  4. Légendaire de la morinie ou Vie des saints de l'ancien diocèse de Thérouanne (Ypres, Saint-Omer, Boulogne), Berger frères, 1850 (en ligne).

Lien externeModifier