Violaceae

famille de plantes

La famille des Violaceae (Violacées) est constituée de plantes dicotylédones ; elle comprend 800 espèces réparties en 16 à 23 genres[1]. C'est le botaniste August Batsch qui crée cette famille sous le nom de Violariae dans son ouvrage Tabula affinitatum regni vegetabilis en 1802, d'après le nom classique latin du genre type Viola[2].

Diagramme floral du genre Viola :
Male and female sign.svg .

DénominationsModifier

ÉtymologieModifier

Le nom vient du genre type Viola, nom latin de plusieurs fleurs, de diverses couleurs : la « Violette » (Viola alba, Viola lutea, Viola purpurea, pallens viola, leucoïn – du grec leuco, blanc, et ion, violette, la Matthiole, la Giroflée[3].

La fleur nommée leucoïn devait son nom à ses feuilles couvertes de duvet blanc plutôt qu'à la couleur de ses fleurs qui est variable[4].

Nom vernaculaires anciensModifier

Pline l'Ancien (23-79) distingue cinq « espèces » de viola : le purpurea, le lutea, l’alba, le marina et le calathiana, mais « elles semblent se réduire à deux espèces, qui se trouvent décrites dans les auteurs grecs, savoir : le viola purpurea sauvage, et les viola cultivés viola alba et lutea... ».

  • Le viola purpurea sauvage ou viola martia est l’ion de Dioscoride (~ - ~), qu’il nomma aussi ionia, cybelion, dasypodion et priapeion,
  • L’ion pophyrion ou ion melan est le melanion (viola nigra) de Théophraste (~). Les épithètes pophyrion et melan faisant allusion aux couleurs, respectivement rouge et rouge foncé (noir).

Le poète latin Virgile ( - ), compara la violette à la jacinthe, dans ces vers :

« Qualem virgineo demessum pollice florem
Seu mollis Violae, seu languentis Hyacinthi.

Qu’importe la fleur coupée par le doigt d’une vierge
Qu'elle soit douce Violette, ou Jacinthe étiolée.
Virgile , Énéide, XI.69[5] »

« Et nigrae Violae sunt, et Vaccinia nigra

Brune est la Violette, et brun le Vacciet (Jacinthe).
Virgile, Bucolique 10, v39 [4],[6]. »

Caractères biologiques et diagnosticsModifier

Ce sont des plantes herbacées, rarement annuelles, ou des arbres, arbustes, sous-arbrisseaux pérennes. Les plantes herbacées sont parfois acaulescentes et rhizomateuses. Les Violaceae sont à feuilles alternes ou basales (chez certains ligneux comme Rinorea, elles sont opposées et anisophylles), stipulées et à limbe entier (plus rarement feuilles palmées), denté ou crénelé. Ces plantes sont souvent en touffes basales et sont parfois munies de deux bractées à la base ou vers le milieu de chaque pédoncule. Leurs fleurs sont en général tétracycliques, hermaphrodites (à l'exception des petites fleurs unisexuée du genre Melicytus), pentamères, parfois cléistogames, zygomorphes (actinomorphes chez Rinorea), solitaires, en grappe, thyrses, panicules ou glomérules. Le calice est composé de 5 sépales imbriqués libres (ou soudés légèrement à leur base) et inégaux persistant après la floraison, la corolle de 5 pétales libres imbriqués à confortés, parfois l'abaxial formant un large labelle ou éperon nectarifère à l'arrière, ce qui favorise la pollinisation par entomophilie. L'androcée isostémone à développement centrifuge est constitué de 5 (les deux étamines inférieurs prolongés en un appendice nectarifère qui s’enfonce dans l’éperon), parfois 3 étamines connivents conniventes, à anthères à déhiscence longitudinale, à filet court et qui forment un anneau autour du gynécée, lui-même formé de trois carpelles (parfois deux ou cinq) soudés en un ovaire supère uniloculaire à style unique et à placentation pariétale, contenant de nombreux ovules anatropes bitégumentés. Le fruit est une capsule à trois valves coriaces étalées en étoile et parfois à déhiscence explosive, quelques fois une baie, plus rarement un akène (genre Leonia) avec des graines à embryon droit et albumen abondant et qui, lorsqu'elles sont grosses, sont souvent arillées[7].

C'est une famille cosmopolite des régions froides à tropicales mais seul le genre Viola (400 espèces) est largement réparti[8].

En France, elle n'est représentée que par les genres suivants :

Liste des genresModifier

 
Pensée, variété horticole
 
Pensée, variété sauvage


Selon "The Plant List"[9] () :

Selon Angiosperm Phylogeny Website (11 décembre 2016)[10] :

Selon NCBI (11 décembre 2016)[11] :

Selon DELTA Angio (11 décembre 2016)[12] :

Selon ITIS (11 décembre 2016)[13] :

Notes et référencesModifier

  1. Rodolphe-Edouard Spichiger, Vincent V. Savolainen, Murielle Figeat et Daniel Jeanmonod, Botanique systématique des plantes à fleurs, PPUR, , p. 256
  2. (en) J. McNeill, International code of botanical nomenclature, A.R.G. Ganter Verlag, , p. 157
  3. P. Fournier, Les quatre flores de France, Paris, Lechevalier, 1990, p. 444
  4. a et b Collectif, Nouveau dictionnaire d’histoire naturelle : Appliqué aux arts, etc., vol. VIN-ZYZ, t. XXXVI, Paris, Detterville, , 544 p. (lire en ligne), p. 67-78
  5. Latin library-Lire en ligne
  6. Evandre-Lire en ligne
  7. Jean-Claude Rameau, G. Dumé, Flore forestière française, Forêt privée française, , p. 795
  8. Violaceae, Université Joseph Fourier
  9. http://www.theplantlist.org/browse/A/Violaceae
  10. Angiosperm Phylogeny Website, consulté le 11 décembre 2016
  11. NCBI, consulté le 11 décembre 2016
  12. DELTA Angio, consulté le 11 décembre 2016
  13. ITIS, consulté le 11 décembre 2016

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :