Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Viguier.

Le viguier était, en Andorre, le nom porté par un juge au Tribunal supérieur d'Andorre. Chaque cosuzerain de la principauté, l'évêque d'Urgell et le président de la République française, nommait un viguier, respectivement désignés sous le terme de « viguier épiscopal » et « viguier français ». La fonction a disparu en 1993.

Sommaire

HistoriqueModifier

Article détaillé : Cosuzeraineté d'Andorre.

Le terme de « viguier » provient de « vicaire »[1] et désigne un représentant du seigneur.

En 819, Louis le Pieux concéda aux habitants d’Andorre la Grande Charte (Magna Carta) qui accorde l’indépendance de la communauté des bergers et des agriculteurs des vallées andorranes[2].

En 1278, fut signé le traité de paréage instaurant la suzeraineté partagée de l'Andorre entre le comte de Foix, Roger-Bernard III de Foix, et l'évêque d'Urgell, Pere d'Urtx. Ceci donna à la petite principauté son territoire et sa forme politique. Les Andorrans s'engageaient à verser annuellement une prestation, la questia, fixée à quarante mille sous, à l'Évêque d'Urgell. En 1288 un nouveau traité de paréage est signé entre Roger-Bernard III et Pere d'Urtx pour sceller un accord sur la démolition d'un château (Saint Vincent) que le Comte de Foix avait fait bâtir contrairement aux accords du premier paréage garantissant la neutralité entre les deux coprinces.

Andorre est placée depuis 1278 sous l'autorité indivise de deux coprinces : l'évêque d'Urgel et le chef d'État français (le roi de France, l'empereur des Français puis le président de la République française). Chacun de ces deux coprinces délègue ses pouvoirs à un viguier :

  • le viguier épiscopal, choisi par les Andorrans et nommé pour trois années par l'évêque d'Urgel ;
  • le viguier français, initialement originaire du département français de l'Ariège, et nommé pour une durée illimitée par le gouvernement français.

À partir de 1981, le viguier français est remplacé systématiquement, dans ses fonctions judiciaires, par un magistrat français. De son côté, le viguier épiscopal se fait lui aussi remplacer par un magistrat espagnol à partir de 1988.

En 1993, la fonction de viguier disparaît avec l'entrée en vigueur de la Constitution d'Andorre[1].

Liste des viguiersModifier

Viguiers épiscopauxModifier

Viguiers françaisModifier

À partir de 1993, la fonction de viguier a disparu avec l'entrée en vigueur de la Constitution d'Andorre.

Notes et référencesModifier

  1. a et b « Andorre : de la double suzeraineté à l'indépendance », sur lemonde.fr, .
  2. « Création de l’Europe. Europe histoire: Andorre », sur all-andorra.com (consulté le 14 février 2017)
  3. a et b L'Andorre du IXe au XIVe siècle page 147
  4. De 1278 à 1479, la charge de viguier d'Andorre incombe aux comtes de Foix
  5. De 1479 à 1589 la charge de viguier d'Andorre incombe aux rois de Navarre
  6. Registre paroissial des baptêmes d'Ax-les-Thermes 1NUM2/220EDT/GG2 le 26/11/1615 baptême de Jean Tardieu (image 127)
  7. Registre paroissial des baptêmes d'Ax-les-Thermes 1NUM2/220EDT/GG2 le 05/09/1618 baptême de Guillaume Martin(image 152) baptême d'Arnaud (patronyme non cité)1NUM2/220EDT/GG2 le 27 janvier 1619 (image 156) ; baptême de Guillaume Pretiane fs Jean Pretiane Sieur de Fontfroide p Noble Guillaume Pretiane viguier d'Andorre 1NUM2/220EDT/GG3 (image 57) ; décès le 28 février 1626 de Pierre, fils de Guillaume de Prétiane, viguier d'Andorre ; décès le 30 avril 1628 de Dominus Guillaume de Prétiane, viguier des vallées d'Andorre, inhumé dans l'église Saint-Vincent d'Ax
  8. Registre paroissial d'Ax-les-Thermes baptême le 15/10/1628 Jean François Claverie parrain Jean Pretiane viguier d'Andorre 1NUM2/220EDT/GG3 image 112 Registre paroissial des mariages d'Ax-les-Thermes 1NUM2/220EDT/GG6 image 141 (mariage le 6 septembre 1629 Maitre Jean de Prétianne, viguier d'Andorre avec demoiselle Marguerite de Claverie), image 153 mariage le 29/04/1632 Pierre Antugnac et Esclarmonde de Munier ; baptême le 30/07/1632 de Jean Pretiane fs Noble Jean de Pretiane Sieur de Fontfroide viguier d'Andorre et Delle Marguerite de Claverie 1NUM2/220EDT/GG3 ; en 1637 ne porte plus que le titre de Sieur de Fontfroide
  9. Registre paroissial d'Ax-les-Thermes sépulture le 25/10/1650 Marguerite MARTIN veuve de Sr Guillaume PRETIANE viguier d’Andorre
  10. Registre paroissial d'Ax-les-Thermes baptême le 06/12/1667 Jérôme VAQUIÉ fs Jean Pierre VAQUIÉ et Marthe SERDA Parrain Noble Jérôme Fornié viguier d’Andorre Marraine Demoiselle Anne Françoise de Fornié femme de Mr de Claverie
  11. Inhumé le dans la nef de l'église Saint-Vincent à Ax-les-Thermes : archives départementales de l'Ariège, registre BMS de la paroisse d'Ax (années 1708-1748, vue 430), lire en ligne
  12. Registre paroissial d'Ax-les-Thermes mariage le 26/07/1682 François MOREAU avocat de Béziers Sainte Madeleine avec Catherine de Fornier D'Orlu 1NUM/220EDT/GG8 image 18
  13. Registre paroissial d'Ax-les-Thermes Mariage le 23/06/1698 François MORAU Avocat et Marguerite PRETIANE de FONTFREDE
  14. Registre paroissial d'Ax-les-Thermes 1NUM2/220EDT/GG10 (mariage le 27 septembre 1718 François de Mourau, viguier souverain des vallées d'Andorre, co-seigneur d'Orlu avec demoiselle Marguerite Perpère d'Ax
  15. Registre paroissial d'Ax-les-Thermes 1NUM2/220EDT/GG9 (Sépulture le 17/07/1702 de Jeanne MOREAU fille de Sr François MOREAU avocat et Delle Marguerite PRÉTIANE DE FONTFRÈDE sa femme en secondes noces). Ceci explique sûrement comment cette fonction héréditaire est passée de la famille DE PRÉTIANE à la famille (de) MOREAU
  16. Nommé par lettres patentes de Louis XV : Bulletin archéologique et historique de la Société archéologique de Tarn-et-Garonne, t. XXIII, année 1895, p. 308, lire en ligne
  17. « Lettres patentes du roi Louis XV, portant nomination de M. Jean Perpere, avocat en la cour du parlement de Toulouse, à l'office de « notre conseiller-viguier de la Vallée et souveraineté d'Andorre, en notre comté de Foix, que tenoit et exerçoit défunt François Moreau, dernier possesseur » (1735) » : Inventaire-sommaire des archives départementales antérieures à 1790. Pyrénées-Orientales : Archives civiles, tome second, série C, p. 467 (notice BnF no FRBNF34017274), lire en ligne
  18. « Nous trouvons aux archives nationales (H 720) des pièces qui indiquent une vacance, pour les viguiers français d'Andorre, depuis 1768 jusqu'en 1788. [...] Pendant vingt ans, il n'y eut pas de viguier français, parce que la charge avait été refusée plusieurs fois, faute de s'entendre sur certains frais et dépenses. [...] Précédemment, l'office de viguier français en Andorre avait été successivement rempli par les sieurs Foucier de Garanou, Moreau et Perpère. Ce dernier, décédé en 1768, n'était pas encore remplacé en 1788 » : Henri Duclos, Histoire des Ariégeois (comté de Foix et vicomté de Couserans). De l'esprit et de la force intellectuelle et morale dans l'Ariège et les Pyrénées centrales, t. V, p. 407 (notice BnF no FRBNF34101696).
  19. Registre paroissial des mariages des Cabannes 1NUM5/276EDT/GG3 le 01/07/1759 mariage de Messire noble Philippe Mathieu Marie Comte DE LONS de Pau en Béarn et Delle Marie Anne DE SALES
  20. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57903147/f430
  21.  [sic] pour Gomma-Montaud : Joseph Boniface Gomma Montaud, fils de Jean Joseph Gomma (dit Gomma Montaud) et de son épouse Anne Dorothée (de) Moreau (fille d'un précédent viguier français d'Andorre, François de Moreau), est né à Ax-les-Thermes le 10 mai 1760, et mort dans la même ville le 11 février 1833 (ses parents s'étaient mariés dans la même ville le 4 février 1755) : archives départementales de l'Ariège, registres BMS de la paroisse d'Ax (années 1749-1759 et 1760-1768), et registre des décès de la commune d'Ax (années 1825-1852), lire en ligne
  22. Bruno Labrousse, Les politiques ariégeois : 1789-2003, p. 159 (notice BnF no FRBNF39183790).
  23. Nommé par Napoléon Ier : décret du 11 juin 1806
  24. Personnalités de l'Ariège
  25. Auguste Teulière, La Constitution de l'Andorre, les pouvoirs législatif et exécutif, thèse pour le doctorat, p. 163 (notice BnF no FRBNF31447697), lire en ligne
  26. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9606320x/f16
  27. Sa mère, Margueritte Bonifacie Gomma, était la sœur de Boniface Gomma-Montaud, le viguier nommé par Louis XVI : archives départementales de l'Ariège, registres BMS de la paroisse d'Ax (années 1749-1759, vue 268, et 1780-1792, vues 33 et 161), lire en ligne
  28. Annuaire de la noblesse de France et des maisons souveraines de l'Europe, année 1875, p. 293 (notice BnF no FRBNF32696497) : lire en ligne
  29. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5719896d/f10
  30. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4243624/f594
  31. Revue des deux mondes, t. XII, (lire en ligne), p. 631.
  32. Henri Duclos, Histoire des Ariégeois (comté de Foix et vicomté de Couserans). De l'esprit et de la force intellectuelle et morale dans l'Ariège et les Pyrénées centrales, t. VII, p. 146 (notice BnF no FRBNF34101696).
  33. Nommé par ordonnance royale de Louis-Philippe Ier : Journal des débats, 14 février 1835, lire en ligne
  34. Charles Romeu était le grand-oncle de Claude Rostain, qui fut viguier de 1972 à 1977)
  35. Vida de Romeu, el veguer etern, Andrés Luengo, elperiodicdandorra.ad, 10 avril 2014.
  36. Andorra Chronology
  37. a et b INFORMES JURÍDICOS Y NOTAS POLÍTICAS SOBRE LA SITUACIÓN POLÍTICA Y JURÍDICA DE ANDORRA REMITIDOS AL PREFECTO DE LOS PIRINEOS ORIENTALES (1881-1965)
  38. Qui fut ambassadeur de France en Albanie de 1929 à 1934
  39. Décret du 30 juillet 1964 portant nomination d'un viguier français en Andorre, JORF no 178 du 1er août 1964, p. 6949.
  40. Qui sera nommé en 1970 ambassadeur de France au Liberia
  41. Décret du 14 août 1970 portant nomination d'un viguier français en Andorre, JORF no 194 du 22 août 1970, p. 7908.
  42. Qui sera par la suite ambassadeur de France au Cameroun et en Hongrie
  43. Michel Krempper, « Le Pont Valentré d'Andorre : un point d'histoire élucidé », sur timbresponts.fr, 29 août 2008
  44. Qui fut ambassadeur de France au Niger
  45. Décret du 17 mai 1977 portant nomination d'un viguier français en Andorre, JORF no 119 du 24 mai 1977, p. 2928.
  46. Décret du 13 mai 1980 portant nomination d'un viguier français en Andorre, JORF no 115 complémentaire du 17 mai 1980, p. 4349.
  47. qui fut ambassadeur de France au Guatemala
  48. Décret du 3 février 1982 portant nomination d'un viguier français en Andorre, JORF no 30 complémentaire du 5 février 1982, p. 1402.
  49. Décret du 21 novembre 1984 portant nomination d'un viguier français en Andorre, JORF no 274 complémentaire du 23 novembre 1984, p. 10710.
  50. Qui fut ambassadeur de France en Haïti et au Guatemala
  51. Décret du 7 juillet 1989 portant nomination d'un viguier français en Andorre, JORF no 158 du 8 juillet 1989, p. 8594, NOR MAEA8920198D.

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

  • Andorre sur le site worldstatesmen.org
  • Andorre sur le site geociti.es
  • Andorre sur le site portalestoria.net