Ouvrir le menu principal

Ambassade de France en Haïti
Drapeau de la France
France
Vue de la mission diplomatique
La Maison Laroche, détruite le 12 janvier 2010

Lieu 51, rue Capois
Port-au-Prince
Coordonnées 18° 32′ 21″ nord, 72° 20′ 06″ ouest
Ambassadeur José Gomez
Nomination
Site web http://www.ambafrance-ht.org/

Géolocalisation sur la carte : Haïti

(Voir situation sur carte : Haïti)
Ambassade de France en Haïti

Voir aussi : Ambassade d'Haïti en France
Ambassadeurs françaisConsuls français

L'ambassade de France en Haïti est la représentation diplomatique de la République française auprès de la République d’Haïti. Elle est située à Port-au-Prince, la capitale du pays, et son ambassadeur est, depuis juillet 2018, José Gomez.

AmbassadeModifier

L'ambassade est située au 51, rue Capois, dans une emprise donnant sur le Champ-de-Mars de Port-au-Prince. Elle est la dernière représentation diplomatique encore installée dans le quartier historique de la capitale haïtienne. Elle accueille une section consulaire.

HistoireModifier

L'ambassade de France est installée depuis 1960 sur un terrain donnant sur le Champ de Mars de la capitale. Son siège a longtemps été la maison Laroche, construite sous le mandat du président Cincinnatus Leconte (1911-1912).

La maison Laroche, du nom du ministre du Commerce qui la fait construire en 1911-1912, sert brièvement de palais national, après l'explosion de celui-ci, en 1912. Quatre présidents haïtiens s'y succèdent de 1914 à 1919. Puis, jusqu'en 1934, sous l'occupation américaine, elle abrite le quartier général du corps des Marines des États-Unis. En 1936, elle devient le cercle des officiers des forces armées d'Haïti, avant d'accueillir pour quelques années, une première fois, la légation de France. Celle-ci avait déménagé plusieurs fois, entre la villa Gosseline, la rue Bonne Foi (à l'emplacement de l'actuel rectorat de l'université d'État d'Haïti) et Turgeau. Avec le début de la Seconde Guerre mondiale, la légation, abandonnée, est confiée à la garde du ministre de France en République dominicaine.

En 1942, le bâtiment est occupé par l'ambassade des États-Unis, tandis que la légation française se replie vers le quartier de Turgeau. Le , alors que les États-Unis inaugurent leur nouvelle ambassade sur le front de mer, l'ambassadeur de France, M. Le Genissel, réintègre la maison Laroche.

La France achète ce bâtiment et ses dépendances en 1968, pour la somme de 107 000 dollars américains. Par la suite, deux constructions nouvelles sont érigées sur ce campus - l’une, en 1973, pour accueillir le service (alors « mission ») de coopération et d’action culturelle (SCAC) ; l’autre, en 2008, pour héberger le service des visas.

Le tremblement de terre du , qui frappe avec une violence toute particulière la vieille ville de Port-au-Prince, endommage très fortement la maison Laroche, qui est finalement rasée en octobre de la même année. Dans l'intervalle, les services de l'ambassade de France sont installés dans des bâtiments provisoires, sur la même emprise.

La procédure de reconstruction de l'ambassade de France, au même endroit, commence en 2010, avec le lancement d'un appel à manifestation d'intérêt auprès des cabinets d'architecture et des bureaux d'études, candidats à la maîtrise d'œuvre de ce projet. Le programme vainqueur est rendu public le par le ministre des Affaires étrangères et européennes Alain Juppé : il a été réalisé par le cabinet français Explorations Architecture, associé au bureau d'études britannique Buro Happold. L'édifice qui associe le bois, le verre et le métal, répond aux normes parasismiques, anticyclonique et bioclimatiques, se veut compatible avec des techniques de construction rapide[1]. La nouvelle ambassade a été achevée fin 2014[2].

La Résidence de FranceModifier

La Résidence de France à Port-au-Prince était installée entre 1946 et le au Manoir des Lauriers. Ce vaste bâtiment avait été construit vers 1927 pour un homme d’affaires américain, M. Edgar Elliott, sur le terrain de l'ancienne "Habitation" (plantation) Bourdon. Le Président Élie Lescot s'en était ensuite porté acquéreur en novembre 1941. Après en avoir été locataire pendant cinq ans, la France a acheté le Manoir des Lauriers le , pour 100 000 dollars américains.

La résidence de France a été totalement détruite par le tremblement de terre du . Elle s'est provisoirement installée, depuis le 1er juillet 2010, dans la Résidence "Les Orangers", située dans le quartier des Hauts de Turgeau, toujours dans le centre historique de Port-au-Prince.

Le lycée français Alexandre Dumas de Port-au-Prince est installé depuis 1978 sur le terrain du Manoir des Lauriers, d'une superficie de plus de 8 hectares.

Ambassadeurs de France en HaïtiModifier

De A Ambassadeur
1943 1945 Marc Milon de Peillon[3]
1945 1950 Maurice Chayet[4]
1950 1952 Ludovic Chancel[5]
1952 1956 Roger de Bercegol de Lile
1956 1960 Lucien Félix
1960 1967 Charles Le Genissel
1967 1972 Philippe Koenig
1972 1974 Bernard Dorin
1974 1980 Louis Deblé[6]
1980 1981 Jean Peyronnet
1981 1983 Marcel Barthélemy
1983 1986 François-Claude Michel
1986 1988 Michel de La Fournière
1988 1992 Jean-Raphaël Dufour
1992 1995 Philippe Selz[7]
1995 1999 Patrick Roussel
1999 2003 Yves Gaudeul
2003 2005 Thierry Burkard
2005 2009 Christian Connan
2009 2012 Didier Le Bret
2013 2015 Patrick Nicoloso
2015 2018 Élisabeth Beton-Delègue[8]
2018 auj. José Gomez[9]

Relations diplomatiquesModifier

La France a reconnu la République d'Haïti par l'ordonnance du , par laquelle Charles X renonçait à ses droits de souveraineté sur Saint-Domingue en échange, notamment, du versement d’une indemnité de 150 millions aux anciens colons, payable en cinq termes égaux (dette dite "de l'indépendance" finalement réduite en à 90 millions payables en trente ans).

Le premier Chargé d'affaires français dans la capitale haïtienne fut Maler, qui prit son poste à Port-au-Prince le , en compagnie de deux agents consulaires. Molien le remplace en 1828 avec le titre de consul général. C'est le baron Louis-André Pichon qui lui succéda en 1828, puis Levasseur.

La légation de France en Haïti est devenue ambassade de plein droit en 1950.

ConsulatsModifier

Outre le service consulaire de l'ambassade de France à Port-au-Prince, deux consuls honoraires exerçant respectivement à :

Communauté françaiseModifier

Au 31 décembre 2016, 1 799 Français sont inscrits sur les registres consulaires en Haïti[10].

Population française inscrite au registre mondial
2001 2002 2003 2004
1 4091 4071 4311 402
2005 2006 2007 2008
1 4531 4631 4321 419
2009 2010 2011 2012
1 3621 3441 5511 566
2013 2014 2015 2016
1 6541 6421 7151 799
Personnes inscrites au registre des Français établis hors de France au 31 décembre de chaque année.
(Sources : données publiques sur data.gouv.fr et ministère français des Affaires étrangères, dont 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016)

Circonscriptions électoralesModifier

Depuis la loi du [11] réformant la représentation des Français établis hors de France avec la mise en place de Conseils consulaires au sein des missions diplomatiques, les ressortissants français d'Haïti élisent pour six ans un conseiller consulaire. Ce dernier a trois rôles :

  1. il est un élu de proximité pour les Français de l'étranger ;
  2. il appartient à l'une des quinze circonscriptions qui élisent en leur sein les membres de l'Assemblée des Français de l'étranger ;
  3. il intègre le collège électoral qui élit les sénateurs représentant les Français établis hors de France.

Pour l'élection à l'Assemblée des Français de l'étranger, Haïti appartenait jusqu'en 2014 à la circonscription électorale de Port-au-Prince[12], comprenant aussi Antigua-et-Barbuda, les Bahamas, la Barbade, la Cuba, République dominicaine, la Dominique, la Grenade, la Jamaïque, Saint-Christophe-et-Niévès, Sainte-Lucie, Saint-Vincent-et-les-Grenadines et Trinité-et-Tobago, et désignant un siège. Haïti appartient désormais à la circonscription électorale « Amérique Latine et Caraïbes » dont le chef-lieu est São Paulo et qui désigne sept de ses 49 conseillers consulaires pour siéger parmi les 90 membres de l'Assemblée des Français de l'étranger[13].

Pour l'élection des députés des Français de l’étranger, Haïti dépend de la 2e circonscription.

Voir aussiModifier

RéférencesModifier