Ouvrir le menu principal

Van Gogh (film, 1991)

film sorti en 1991
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Van Gogh (homonymie).
Van Gogh
Réalisation Maurice Pialat
Scénario Maurice Pialat
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Drame, Biographie romancée
Durée 158 minutes
Sortie 1991

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Van Gogh est un film français de Maurice Pialat sorti en 1991.

Sommaire

SynopsisModifier

Le film se déroule en 1890 et présente les 67 derniers jours[1] de la vie du peintre postimpressionniste Vincent van Gogh, depuis son arrivée en train à Auvers-sur-Oise, où il est soigné et protégé par le docteur Gachet, à sa mort consécutive à sa tentative de suicide.

Pialat nous présente un Van Gogh au sommet de son art, à l'activité artistique intense[2], mais aussi la détérioration lente de son état mental, l'emprise de l'absinthe et ses rapports avec les femmes. Il imagine une histoire d'amour avec Marguerite, la fille du docteur Gachet.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

Genèse du filmModifier

Choix des acteursModifier

Comme souvent, Maurice Pialat a choisi à la fois des acteurs professionnels et des acteurs non professionnels. Par exemple, pour le rôle de Madame Ravoux, il a choisi la gardienne de son immeuble, Lise Lamétrie[3].

Daniel Auteuil était le choix initial de Maurice Pialat pour jouer le rôle de Van Gogh, mais il se désista en dernier moment, car il préférait jouer « à domicile » au festival d'Avignon. Le rôle fut ensuite proposé à Jean-Hugues Anglade.

Nominations et récompensesModifier

Réception critiqueModifier

À la sortie du film, le cinéaste et critique Olivier Assayas a envoyé une lettre à Maurice Pialat dans laquelle il parle d'un film d'une « immense beauté »[4].

Louis Skorecki est plus ironique et lorsque le film passe à la télévision en 2000, il parle d'un « remords naturaliste de peintre raté »[5].

Autour du filmModifier

  • Il s'agit d'une biographie romancée. Ainsi l'aventure avec Marguerite, fille du docteur Gachet ne s'appuie sur aucun document historique.
  • Il y a quelques anachronismes dans le film. Par exemple, la chanson La Butte rouge utilisée dans le film a été composée en 1919 et les wagons des trains datent de 1900 plutôt que de 1890[6].

Notes et référencesModifier

  1. Du 20 mai au 29 juillet 1890.
  2. Van Gogh peint pendant son séjour à Auvers-sur-Oise plus de 70 tableaux.
  3. Lise Lamétrie, « Gardienne, actrice : j'ai cru à une blague », Cahiers du cinéma, no 576,‎ , p. 50.
  4. Olivier Assayas, « À l'égal de Renoir », Cahiers du cinéma, no 576,‎ , p. 38.
  5. Louis Skorecki, « La Vie passionnée de Vincent Van Gogh », Libération,‎ (lire en ligne).
  6. Charles Tesson, « Pialat et Van Gogh », Cahiers du cinéma, no 576,‎ , p. 29-36.

Voir aussiModifier