Van Gogh (film, 1991)

film sorti en 1991
Van Gogh
Réalisation Maurice Pialat
Scénario Maurice Pialat
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre drame film biographique
Durée 158 minutes
Sortie 1991


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Van Gogh est un film français de Maurice Pialat sorti en 1991. Il s'agit d'un film biographique « romancé » sur les 67 derniers jours[Note 1] de la vie du peintre postimpressionniste Vincent van Gogh,[1].

Le film est présenté en compétition officielle au festival de Cannes 1991.

SynopsisModifier

 
Le Docteur Gachet, 1890, huile sur toile, 66 × 57 cm, collection privée[Note 2] (F753/JH2007).

En 1890, Vincent van Gogh, arrive en train à Auvers-sur-Oise. Il y est soigné et protégé par le docteur Gachet. Pourtant au sommet de son art[Note 3], le peintre va très mal : son état mental est en pleine détérioration. Il est souvent sous l'emprise de l'absinthe et ses rapports avec les femmes sont très compliqués. Il imagine une histoire d'amour avec Marguerite, la fille du docteur Gachet. Il réalise ainsi plusieurs tableaux mettant en scène la jeune femme, Marguerite Gachet au piano ou encore Mademoiselle Gachet dans son jardin à Auvers-sur-Oise.

Fiche techniqueModifier

  Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

DistributionModifier

ProductionModifier

Genèse et développementModifier

Van Gogh est un projet de longue date de Maurice Pialat, qui évoquait déjà le peintre dans les années 1960[2].

Choix des acteursModifier

Avant Jacques Dutronc, Lambert Wilson, Jean-Hugues Anglade et Daniel Auteuil[3] ont failli tenir le rôle-titre. Sandrine Bonnaire est initialement envisager pour incarner Marguerite. L'actrice refus le rôle, trouvant le personnage trop âgé pour elle. Alors que le nom d'Emmanuelle Béart sera évoqué, c'est finalement Alexandra London qui est choisie[1].

Comme souvent, Maurice Pialat a choisi à la fois des acteurs professionnels et des acteurs non professionnels. Par exemple, pour le rôle de Madame Ravoux, il a choisi la gardienne de son immeuble, Lise Lamétrie[4].

TournageModifier

Le tournage a lieu dans la VienneSaint-Rémy-sur-Creuse) ou en Indre-et-Loire (gare de Richelieu, Marigny-Marmande)[5],[6].

Comme souvent chez Maurice Pialat, le tournage est émaillé d'incidents et de brouilles. Ainsi, le directeur de la photographie Jacques Loiseleux quitte le film après trois semaines, tout comme le directeur de production quelques jours avant lui. Le réalisateur est également en conflit avec le producteur Daniel Toscan du Plantier. Il ne suit pas le plan de tournage établi et décide de multiples changements à sa guise, ce qui rallonge considérablement le budget[2].

Bande originaleModifier

  Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section proviennent du générique de fin de l'œuvre audiovisuelle présentée ici.   Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Musiques non mentionnées dans le générique

AccueilModifier

CritiqueModifier

Sur l'agrégateur américain Rotten Tomatoes, le film récolte 67 % d'opinions favorables pour 9 critiques[7].

À la sortie du film, le cinéaste et critique Olivier Assayas a envoyé une lettre à Maurice Pialat dans laquelle il parle d'un film d'une « immense beauté »[8]. Les Cahiers du cinéma le classe à la 1re place du Top 10 de 1991.

Louis Skorecki est plus ironique et lorsque le film passe à la télévision en 2000, il parle d'un « remords naturaliste de peintre raté »[9].

Box-officeModifier

Le film connait un joli succès en France avec 1 307 437 entrées[1],[10]. Il s'agit du 21e meilleur résultat au box-office annuel français.

Distinctions principalesModifier

RécompensesModifier

NominationsModifier

SélectionModifier

CommentairesModifier

  • Il s'agit d'une biographie romancée. Ainsi l'aventure avec Marguerite, fille du docteur Gachet ne s'appuie sur aucun document historique.
  • Il y a quelques anachronismes dans le film. Par exemple, la chanson La Butte rouge utilisée dans le film a été composée en 1919 et les wagons des trains datent de 1900 plutôt que de 1890[11].
  • Pour les gros plans où l'on voit Vincent van Gogh peindre, il s'agit en réalité du réalisateur Maurice Pialat, peintre à ses heures perdues[1].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Du 20 mai au 29 juillet 1890.
  2. Vendu 82,5 millions d'USD en 1990, ce tableau fut pendant un temps le plus cher du monde.
  3. Van Gogh peint pendant son séjour à Auvers-sur-Oise plus de 70 tableaux.

RéférencesModifier

  1. a b c et d Secrets de tournage - Allociné
  2. a et b Dominique de Saint Pern, « Sous le soleil de Van Gogh », sur L'Express, (consulté le 28 mai 2020)
  3. (en) Trivia sur l’Internet Movie Database
  4. Lise Lamétrie, « Gardienne, actrice : j'ai cru à une blague », Cahiers du cinéma, no 576,‎ , p. 50.
  5. (en) Locations sur l’Internet Movie Database
  6. « Quand Pialat tournait à Saint-Rémy », sur La Nouvelle République du Centre-Ouest, (consulté le 28 mai 2020)
  7. (en) « Van Gogh (1991) », sur Rotten Tomatoes, Fandango Media (consulté le 20 avril 2020).
  8. Olivier Assayas, « À l'égal de Renoir », [[Cahiers du cinéma|Cahiers du cinéma]], no 576,‎ , p. 38.
  9. Louis Skorecki, « La Vie passionnée de Vincent Van Gogh », Libération,‎ (lire en ligne).
  10. « Van Gogh », sur JP's Box-office (consulté le 28 mai 2020)
  11. Charles Tesson, « Pialat et Van Gogh », Cahiers du cinéma, no 576,‎ , p. 29-36.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier