Ouvrir le menu principal

Par le traité de Neuberg, conclu le à l'abbaye de Neuberg en Styrie, les frères du duc défunt Rodolphe IV d'Autriche se partagent les « territoires héréditaires » de la maison de Habsbourg. Il est souvent présenté comme le résultat de la confrontation permanente entre les jeunes ducs Albert III et Léopold III après le décès prématuré de leur frère aîné. La division entre les branches albertine et léopoldine de la dynastie durera jusqu'en 1490.

Contenu du traitéModifier

Albert reçoit l'archiduché d'Autriche au-dessous et au-dessus de l'Enns, et Léopold l'Autriche intérieure (les duchés de Styrie — incluant la ville de Wiener Neustadt —, Carniole et Carinthie, la marche windique et le comté de Goritz) ainsi que les possessions des Habsbourg dans le Frioul, le Tyrol et l'Autriche antérieure.

Conséquences historiquesModifier

Ce traité crée la séparation entre les lignées albertinienne et léopoldiniennes des Habsbourg et des territoires autrichiens. La lignée albertinienne s'éteint en 1457, et les territoires sont finalement réunifiés en 1490 quand Sigismond d'Autriche donne le contrôle du Tyrol à l'empereur Maximilien Ier du Saint-Empire.

SourcesModifier

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Treaty of Neuberg » (voir la liste des auteurs).

Voir aussiModifier