Ouvrir le menu principal

Trévilly

ancienne commune française du département de l'Yonne

Trévilly
Trévilly
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Yonne
Arrondissement Avallon
Canton Chablis
Intercommunalité CC du Serein
Statut Commune déléguée
Maire délégué Denis Rappeneau
2019-2020
Code postal 89420
Code commune 89421
Démographie
Population 72 hab. (2016 en augmentation de 18,03 % par rapport à 2011)
Densité 10 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 31′ 49″ nord, 4° 03′ 36″ est
Altitude Min. 202 m
Max. 275 m
Superficie 6,86 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Guillon-Terre-Plaine
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Trévilly

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Trévilly

Trévilly est une ancienne commune française située dans le département de l'Yonne en région Bourgogne-Franche-Comté. Le , elle devient commune déléguée de Guillon-Terre-Plaine.

Sommaire

GéographieModifier

Sur un finage de 686 hectares voué à l'élevage charolais, sis à 13 km au nord-est d'Avallon, le village de Trévilly est situé sur une légère éminence de la plaine liasique au pied d'un tertre assez élevé que couronnent les calcaires à Ostrea Cymbium.

Il est l'un des villages les mieux bâtis de la vallée du Serein - point géodésique à 205 mètres - qu'il domine du haut de sa butte à 274,9 mètres.

Communes limitrophesModifier

  Montréal Guillon  
Sceaux N
O    Trévilly    E
S
Saint-André-en-Terre-Plaine Cisery

HistoireModifier

Trevilliacum au XIIIe siècle

La racine étymologique de Trévilly vient soit d'un nom d'homme gallo-romain Talucius ou Trebellius augmenté du suffixe -acum qui signifie "domaine de", soit de "talu", racine gauloise probablement comme dans le français talus sous une forme diminutive avec un r non étymologique (théorie Taverdet)[pas clair].

Talucium > talus, est un terme bas-latin à l'origine de nombreux lieux bâtis au pied d'une colline où l'on retrouve parfois les traces d'un oppidum, fortification gauloise.

La tradition veut que le lieu-dit la Boucherasse soit la villa gallo-romaine Brocarica, du pagus Avalensis près de Montréal, où St Colomban de Luxeuil refusa de bénir les enfants adultérins de Thierry II, roi d'Austrasie et de Neustrie de l'an 595 à l'an 613, que lui présentait la reine Brunehilde.

Le village constituait la paroisse de Saint-Symphorien, archiprêtré d'Avallon dépendant de l'archidiaconé d'Autun, rattaché à la métropole de la Première Lyonnaise.

Simon, chevalier, était seigneur de Trévilly en 1110 ; son successeur fut en 1164 Gibaut, chevalier bienfaiteur du chapitre Sainte-Marie de Montréal fondé par Anséric II en 1068.

En 1501, cette terre appartenait à Claude de Ragny, chambellan du roi Louis XII.

Les habitants de Trévilly furent affranchis en 1646.

Plusieurs hameaux de Trévilly ont disparu, détruits par les guerres, ravagés par la peste ou tout simplement abandonnés : Varenne, Chaumot, La Rue, Le Moulin.

Par un arrêté préfectoral du , la commune se regroupe avec Cisery, Guillon, Sceaux et Vignes pour former la commune nouvelle de Guillon-Terre-Plaine au [1].

ÉconomieModifier

Politique et administrationModifier

Liste des maires depuis la Libération
Période Identité Étiquette Qualité
mai 1945   Eugène Goureaux    
juin 1955   Samuel Guichard    
mars 1959   Henri Germain    
mars 1982   Roger Lambert    
mars 2001 mars 2008 Pierre Guichard    
mars 2008   Denis Rappeneau[2]    

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[4].

En 2016, la commune comptait 72 habitants[Note 1], en augmentation de 18,03 % par rapport à 2011 (Yonne : -0,56 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
219234195204170154155152164
1856 1861 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
151144171172170154155152164
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
15114411187901008010278
1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 2016 -
7573597462627072-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Lieux et monumentsModifier

  • Église Saint-Symphorien

L’église communale dépendait, d’après l'historien Claude Courtépée, du chapitre de Montréal : elle fut vraisemblablement édifiée à la fin du XIIe siècle ou au début du XIIIe siècle.

L'église est précédée du cimetière avec un porche à arcades cintrées rustiques du XVIIIe siècle.

Elle est constituée d’une nef plafonnée d’une travée flanquée de deux bas-côtés, d’un transept non saillant, et d’un chœur d’une travée à chevet plat : seuls les bas-côtés de la nef sont couverts d’un berceau brisé aplati transversal, et la sacristie d’une voûte en berceau plein cintre.

La sacristie pourrait dater du XVIIIe siècle. La partie supérieure du clocher (étage des cloches) date semble-t-il du milieu du XIXe siècle, d’après Maximilien Quantin qui écrivait à son propos en 1868 : "tour carrée neuve".

L’église fut restaurée dans la seconde moitié du XIXe siècle.

Statue en pierre de la Vierge assise fin XVIe siècle.

  • Une croix en pierre fut érigée dans le cimetière en 1638 après l'épidémie de peste de 1636-1637.
  • Quatre calvaires : croix Blaisot - croix Bobelin - croix Marchand - croix du pâtis.
  • Pompe communale et abreuvoir semi-circulaire.

Personnalités liées à la communeModifier

Pour approfondirModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Patrice Latron, « Arrêté n°PREF/DCL/BCL/2018/2341 du 24-12-18 portant création de la commune nouvelle "Guillon-Terre-Plaine" », Recueil des actes administratifs spécial n°89-2018-122,‎ , p. 112-114 (lire en ligne [PDF])
  2. Conseil général de l’Yonne, Ma Commune, consulté le 3 janvier 2014.
  3. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.