Ouvrir le menu principal

Vignes (Yonne)

ancienne commune française du département de l'Yonne
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vignes.

Vignes
Vignes (Yonne)
L'église Saint-Pierre.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Yonne
Arrondissement Avallon
Canton Chablis
Intercommunalité Communauté de communes du Serein
Statut Commune déléguée
Maire délégué Jean-Louis Groguenin
2019-2020
Code postal 89420
Code commune 89448
Démographie
Population 83 hab. (2016 en diminution de 10,75 % par rapport à 2011)
Densité 7,1 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 31′ 28″ nord, 4° 07′ 07″ est
Altitude Min. 215 m
Max. 311 m
Superficie 11,77 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Guillon-Terre-Plaine
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Vignes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Vignes

Vignes est une ancienne commune française située dans le département de l'Yonne en région Bourgogne-Franche-Comté. Le , elle devient commune déléguée de Guillon-Terre-Plaine.

Sommaire

GéographieModifier

Communes limitrophesModifier

  Santigny Pisy  
Guillon N Corsaint
(Côte-d'Or)
O    Vignes    E
S
Toutry (Côte-d'Or) Époisses
(Côte-d'Or)

HistoireModifier

L'existence du village est attestée au XIIe siècle, sous le nom de Vineae.

En 1145, le village et son église furent donnés par l'évêque de Langres à l'abbaye de Moutiers-Saint-Jean (d'après Claude Courtépée).

L'écuyer Jehan Davout reçoit la seigneurie en 1422, pour le récompenser d'avoir su protéger l'abbaye. Ses descendants résideront dans leur fief jusqu'à la Révolution française. Il est l'ancêtre de Louis Nicolas Davout, maréchal d'Empire et prince d’Eckmühl.

Par un arrêté préfectoral du , la commune se regroupe avec Cisery, Guillon, Sceaux et Trévilly pour former la commune nouvelle de Guillon-Terre-Plaine au [1].

ÉconomieModifier

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001   Jean-Louis Groguenin[2]    

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[4].

En 2016, la commune comptait 83 habitants[Note 1], en diminution de 10,75 % par rapport à 2011 (Yonne : -0,56 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
320319328309332363352320380
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
280272271247237237246248234
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
243232227186180163144137134
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
12813280837868879093
2013 2016 - - - - - - -
8983-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Lieux et monumentsModifier

En 1145, l’évêque de Langres donna l’église de Vignes à l’abbaye de Moutiers-Saint-Jean : le chœur ainsi que la travée d’avant-chœur et ses chapelles sont les vestiges de cet édifice vraisemblablement construit au début du XIIe siècle. La nef fut reconstruite au XIIIe siècle : il n’en subsiste que le mur antérieur et sa porte car il fallut à nouveau reconstruire la nef au XVIe siècle ; l’ancien porche, datant lui aussi du XIIIe siècle, est également conservé. La sacristie date vraisemblablement de la première moitié du XIXe siècle.

La nef est couverte de voûtes d'ogives. La travée d’avant-chœur, sous clocher, est couverte d’un berceau plein cintre transversal et flanquée de deux chapelles couvertes d’un berceau plein-cintre également transversal mais beaucoup plus bas. Un berceau brisé couvre le chœur.

Personnalités liées à la communeModifier

Pour approfondirModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Patrice Latron, « Arrêté n°PREF/DCL/BCL/2018/2341 du 24-12-18 portant création de la commune nouvelle "Guillon-Terre-Plaine" », Recueil des actes administratifs spécial n°89-2018-122,‎ , p. 112-114 (lire en ligne [PDF])
  2. Conseil général de l’Yonne, Ma Commune, consulté le 3 janvier 2014.
  3. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.