Ouvrir le menu principal

Tony Marsh (rugby à XV)

joueur de rugby néo-zélandais
(Redirigé depuis Tony Marsh (rugby))
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tony Marsh.
Tony Marsh

Pas d'image ? Cliquez ici

Fiche d'identité
Naissance 12 août 1972
à Rotorua (Nouvelle-Zélande)
Taille 1,85 m
Poste Centre
Carrière en senior
PériodeÉquipeM (Pts)a
 

1994-1998
1997
1998
1999-2007
Manurewa
Ardmore
Counties Manukau
Blues
Crusaders
ASM Clermont
? (?)
 ? (?)
57 (100)[1]
3 (10)[1]
9 (5)[1]
160 (190)[2]
Carrière en équipe nationale
PériodeÉquipeM (Pts)b
1998
2001-2004
Tino Rangatiratanga Maori sovereignty movement flag.svg Nouvelle-Zélande Māori
Drapeau : France France
2 (10)[1]
21 (35)

a Compétitions nationales et continentales officielles uniquement.
b Matchs officiels uniquement.

Tony Marsh, né le à Rotorua (Nouvelle-Zélande), est un joueur de rugby à XV néo-zélandais qui évolue au poste de centre. International français, il possède la double nationalité franco-néo-zélandaise. Pendant sa carrière en club, il joue notamment avec l'ASM Clermont.

BiographieModifier

Il arrive au club de Clermont-Ferrand pour la saison 1998-1999 où il évoluera durant neuf ans. Entre-temps, il joue pour l'équipe de France de 2001 à 2004.

Alors que le premier match de la tournée d'Automne 2001 se profile, face à l'Afrique du Sud, Bernard Laporte prévoit de faire jouer Xavier Garbajosa et Stéphane Glas au centre, comme contre l'Angleterre en clôture du Tournoi des Six Nations précédent, avec Damien Traille comme remplaçant. Confronté, quelques jours avant le match, au double forfait des titulaires prévus, le sélectionneur opte pour une paire Damien Traille-Tony Marsh qui durera toute la saison. La polémique quant à la sélection d'un joueur étranger au poste de centre est vite éteinte devant le niveau de jeu du joueur, son entente avec Damien Traille, et son essai face à l'Australie, championne du monde en titre, qui permet la victoire des tricolores.

En 2002, il remporte le grand chelem dans le Six Nations.

Combattant un cancer des testicules, et alors qu'il vient d'être opéré d'une double pubalgie[3] son année 2003, vierge de match, est un combat pour sa santé et accrocher une sélection pour la Coupe du Monde 2003.

En septembre 2003, il joue avec les Barbarians français à l'occasion d'un match opposant le XV de France, rebaptisé pour l'occasion XV du Président (afin de contourner le règlement qui interdit tout match international à moins d'un mois de la Coupe du monde), et les Barbarians français, composés essentiellement des joueurs tricolores non retenus dans ce XV présidentiel et mis à disposition des Baa-Baas par Bernard Laporte[4]. Ce match se déroule au Parc des sports et de l'amitié à Narbonne et voit le XV du président s'imposer 83 à 12 face aux Baa-Baas[5]. Ce match marque son retour à la compétition.

Il est titulaire, aux côtés de Yannick Jauzion, lors de la Coupe du Monde. Bien qu'il ait du mal à finir les matchs, il fait une compétition remarquable. Alors qu'il veut faire tourner son effectif pour le match de la 3° place contre la Nouvelle Zélande, Bernard Laporte l'aligne d'entrée. C'est contre cette même équipe, en automne 2004, qu'il jouera son dernier match international, aux côtés de Brian Liebenberg, un autre international affilié.

Il prend sa retraite à la fin de la saison 2006-2007 avant d'intégrer le staff de l'ASM Clermont comme préparateur physique pour la saison 2008-09. Il sera ensuite préparateur physique du club de netball d'Auckland avant de prendre en charge l'équipe néo-zélandaise de squash.

En 2016, le site Rugbyrama le classe huitième parmi les 10 meilleurs joueurs de l'histoire de l'ASM Clermont Auvergne[6].

CarrièreModifier

En clubModifier

En équipe nationaleModifier

Il a honoré sa première cape internationale en équipe de France le 10 novembre 2001 contre l'équipe d'Afrique du Sud (victoire 20 à 10). Sa dernière sera une défaite contre les All Blacks en 2004 (45 à 6).

PalmarèsModifier

En clubModifier

En équipe nationaleModifier

En coupe du monde :


Distinction personnelleModifier

Vie privéeModifier

Atteint d'un cancer (des testicules), il en sera définitivement guéri en 2003.

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d « Tony Marsh », sur www.rugbyhistory.co.nz (consulté le 4 février 2019)
  2. « Tony Marsh », sur itsrugby.fr.
  3. lefigaro.fr, « Tony Marsh se retire », Le Figaro, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne, consulté le 24 février 2017)
  4. « Un match pour quoi faire ? », sur www.leparisien.fr, Le Parisien, (consulté le 12 décembre 2016)
  5. « Barbarian Rugby Club vs XV du Président », sur www.barbarianrugbyclub.com, Barbarians français (consulté le 12 décembre 2016)
  6. « Top 14 - ASMCA : le Top 10 des meilleurs joueurs de l'histoire de Clermont », sur www.rugbyrama.fr, Rugbyrama, (consulté le 20 février 2017)

Liens externesModifier