Thomas Wentworth (1er comte de Strafford)

noble anglais

Le lieutenant-général Thomas Wentworth, 1er comte de Strafford (de la 2e création), KG (baptisé le -), connu sous le nom de Thomas Wentworth, 3e baron Raby de 1695 à 1711, était un pair, diplomate et homme d'État anglais ayant servi en tant que Premier Lord de l'Amirauté.

Thomas Wentworth
Thomas Wentworth, 1st Earl of Strafford (1672-1739) Diplomat.jpg
Fonction
Ambassadeur du Royaume-Uni (d)
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Père
William Wentworth (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Isabella Apsley (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Anne Johnson (d) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
William Wentworth
Lady Anne Wentworth (d)
Lady Henrietta Wentworth (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Arme
Grade militaire
Distinction

BiographieModifier

Thomas était le fils aîné de Sir William Wentworth de Northgatehead (qui était le shérif principal du Yorkshire) et de son épouse Isabella Apsley, fille de l'éminent commandant royaliste Sir Allen Apsley (en) et de son épouse Frances Petre. Son grand-père paternel, Sir William Wentworth d'Ashby Puerorum, était un frère cadet de Thomas Wentworth, premier comte de Strafford.

Son éducation semble avoir été déficiente; les critiques ont dit qu'il était presque analphabète et que son orthographe était épouvantable. Ceci, combiné à sa réputation de très piètre orateur et à son ignorance de toute langue étrangère, amènerait beaucoup de personnes à remettre en question sa qualification de diplomate. Jonathan Swift a déclaré que s'il était vif et animé, il avait « l'orgueil du diable. »

Carrière militaireModifier

Vers 1687, il fut page d’honneur de la reine Marie de Modène. Le , il a été commissionné comme cornette dans le régiment de cheval de Colchester [1]. Thomas Wentworth a passé beaucoup de temps aux Pays-Bas et était parfois employé à faire des courses diplomatiques [2]. Il a combattu à la Bataille de Steinkerque et a été blessé. Pour son service, il fut nommé aide de camp de Guillaume III d'Orange-Nassau en , puis devint premier major dans la 1re troupe de Horse Guards le , et cornet et premier major dans le même régiment le . Le , Wentworth fut nommé valet de la chambre à coucher du roi [1].

Lorsque son cousin William Wentworth mourut sans descendance le , il lui succéda en tant que 3e baron Raby. Il n'a pas hérité de la fortune de Strafford ni de la maison jacobéenne, Wentworth Woodhouse, qui est passée au neveu du deuxième comte, Thomas Watson-Wentworth, fils de sa sœur Anne.

Il fut nommé colonel du Royal Regiment of Dragoons en 1697 et lieutenant-adjoint du Lincolnshire le . Il fut nommé ambassadeur extraordinaire à Berlin en , la première de plusieurs missions qu'il entreprit en Prusse. Sous la reine Anne, il devint brigadier à cheval le et major général le [1].

DiplomateModifier

De 1703 à 1704 et de 1705 à 1711, il fut ambassadeur de la reine Anne à Berlin. Là, il obtint les services de Johann von Bodt pour concevoir le château de Wentworth, à Stainborough, dans le Yorkshire, construit environ 1710-1720. Il fut nommé Lieutenant général. De mars 1711 à 1714, il fut ambassadeur de Grande-Bretagne à La Haye [2]. Le , il fut admis au Conseil privé et le , il est créé vicomte Wentworth de Wentworth-Woodhouse et de Stainborough et comte de Strafford. De 1712 à 1714, il fut le premier Lord de l'amirauté et en , il fut fait chevalier de la Jarretière. Après la mort d'Anne, il était l'un des Lords qui représentaient George Ier jusqu'à l'arrivée du nouveau roi en Grande-Bretagne [1].

Il était un représentant de la Grande-Bretagne au Congrès d'Utrecht, et en 1715 a été mis en accusation pour sa part à la conclusion du traité, mais les charges retenues contre lui n'ont rien amené [2] (bien qu'il ait perdu son grade de colonel).

Conspirateur jacobiteModifier

Il se retira au château de Wentworth. Il fut l'un des principaux conspirateurs dans le complot d'Atterbury de 1720 à 1722 pour rétablir les Stuarts sur le trône et participa également au complot de Cornbury de 1731-1735. Le prétendant le nomma l'un de ses «régents» en Angleterre et commandant des forces jacobites au nord de Humber [3]. Pour son rôle dans l'avancement de la cause jacobite, il fut créé le "duc de Strafford" dans la pairie jacobite d'Angleterre par l'Ancien prétendant [4]. Lors de l’effondrement du complot, le gouvernement, tout en étant pleinement conscient de sa profonde implication, décida de ne prendre aucune mesure contre lui et il passa ses dernières années en paix. Il assistait parfois encore aux débats de la Chambre des lords, bien qu'il fût un très mauvais orateur.

FamilleModifier

Le , il épousa Anne Johnson, fille de Sir Henry Johnson, député d'Aldeburgh, et sa première femme, Anne Smithson [5]. Le mariage a été décrit comme étant à la fois avantageux et heureux: alors qu'Anne lui apportait une dot estimée à 600 000 £, ses lettres témoignent de leur profonde affection mutuelle. Ensemble, ils ont eu trois filles, Anne (qui a épousé William James Conolly), Lucy et Henrietta; et un fils, William Wentworth. Thomas Wentworth est décédé des suites de calculs rénaux le , après des années de mauvaise santé. Son fils unique, William, devenu 2e comte de Strafford, lui a succédé.

RéférencesModifier

  1. a b c et d James William Edmund Doyle, The Official Baronage of England, v. 3, Londres, Longmans, Green, , 415–416 p. (lire en ligne)
  2. a b et c Chisholm 1911.
  3. Smith, Ruth, "Handel's English librettists" in The Cambridge Companion to Handel, edited by Burrows, Donald, (Cambridge University Press, 1997), page 97 online at books.google.co.uk (accessed 5 March 2008)
  4. De Ruvigny, Marquis, The Jacobite Peerage, Baronetage, Knightage, and Grants of Honour (Édimbourg, T.C. & C.E. Jack, 1904, new edition by Genealogical Publishing Company, 2003, (ISBN 0-8063-1716-7)) p. 171
  5. « Strafford, Earl of (GB, 1711 – 1799) », Cracroftspeerage.co.uk, (consulté le 7 octobre 2017)