William Wentworth (2e comte de Strafford, 1722-1791)

noble britannique

William Wentworth, 2e comte de Strafford ( - ), titré vicomte Wentworth jusqu'en 1739, est un pair et membre de la Chambre des lords de Grande-Bretagne.

William Wentworth
Portrait of William Wentworth, 2nd Earl of Strafford (1722-1791).jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 68 ans)
Nationalité
Activité
AristocrateVoir et modifier les données sur Wikidata
Père
Mère
Anne Johnson (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Lady Anne Wentworth (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Anne Campbell, Countess of Strafford (d) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata

BiographieModifier

Il est le fils unique de Thomas Wentworth (1er comte de Strafford). Son arrière-grand-père paternel est Sir William Wentworth d'Ashby Puerorum, un frère cadet de Thomas Wentworth, premier comte de Strafford de la première création. Son père est un cousin de William Wentworth (2e comte de Strafford), décédé sans enfant. À sa mort en 1695, il devient le troisième baron de Raby. Cependant, la fortune de Strafford, avec la grande maison jacobéenne de Wentworth Woodhouse, est allée chez un neveu du deuxième comte. Sa mère est Anne Johnson, fille du riche homme politique et armateur Sir Henry Johnson (1661-1719) et de sa première épouse Anne Smithson. Bien que sa mère ait apporté une fortune à son père, il est généralement convenu que le mariage a été très heureux.

Le titre de comte de Strafford est créé pour la troisième fois en 1711 pour le père de Strafford. Il lui est donc attribué à la mort de son père en 1739 [1]. Il est également le 2e duc de Strafford dans la pairie jacobite. Il joue un rôle moins politique que son père, bien qu'il ait été nommé lieutenant adjoint de la West Riding of Yorkshire le [2].

ConstructeurModifier

 
Château de Wentworth, près de Barnsley dans le Yorkshire
 
À gauche: Wentworth House, 5, St James's Square, Londres, maison de ville construite entre 1748 et 1715 par le 2e comte selon les plans de Matthew Brettingham The Elder [3]

Il ajoute une aile néo-palladienne à Wentworth Castle, sa maison de campagne située dans le Yorkshire, un projet commencé en 1759 et achevé en 1764. En tant que concepteur principal, il obtient une entrée dans le Dictionnaire biographique des architectes britanniques de Colvin[4],[5],[6]. Horace Walpole, un ami de Strafford, a décrit ce front sud le comme montrant "le goût le plus parfait en architecture" [7]

Entre 1748 et 1741, il construit également comme maison de ville, Wentworth House, 5, St James's Square, à Londres, sur les plans de Matthew Brettingham l'aîné [3]. Cette résidence londonienne est restée la propriété de ses descendants jusqu'en 1968[8], et en 1984 le site est occupé par le « Bureau des peuples libyen » où a eu lieu le Meurtre d'Yvonne Fletcher.

MariageModifier

 
Anne, comtesse de Strafford, par Joshua Reynolds ( Minneapolis Institute of Arts )

En 1741, il épouse Lady Anne Campbell (née vers 1715, décédée en 1785), la deuxième des cinq filles de John Campbell (2e duc d'Argyll). Les deux font partie d'un ensemble social fréquentant Horace Walpole, qui considère la comtesse comme une "vaste beauté" et l'immortalise dans un poème publié en 1765 [9].

Lorsque Strafford devient veuf en 1785, les rumeurs associent rapidement son nom à celui de Lady Louisa Stuart (1757–1851)[10]. Cependant, Stuart considérait Strafford simplement comme un oncle âgé et non comme un prétendant, et pour sa part, il ne fait rien pour promouvoir une telle union [11].

Strafford est mort sans descendance en 1791[12]. Il est remplacé par le fils de son cousin germain, Frederick Wentworth (3e comte de Strafford).

RéférencesModifier

  1. « Earl of Strafford », rotherhamweb.co.uk (consulté le 5 mars 2008)
  2. James William Edmund Doyle, The Official Baronage of England, v. 3, Londres, Longmans, Green, (lire en ligne), p. 416
  3. a et b (en) « The building », sur 5stjamesssquare.com/.
  4. Colvin, Howard, A Biographical Dictionary of British Architects 1600–1840 (Yale University Press, 1954, now in 4th edition, (ISBN 0-300-12508-9))
  5. Hewlings, Richard, Ripon's Forum Populi in Architectural History, Vol. 24 (1981), pp. 39–52 and 150–152
  6. Wentworth Castle and Stainborough Park estate online at rotherhamweb.co.uk (accessed 5 March 2008)
  7. Walpole, Horace, Anecdotes of painting in England, with some account of the principal artists (new edition, London, Henry G. Bohn, 1849) page 813 online at google.co.uk (accessed 5 March 2008)
  8. Montague-Smith, P.W. (ed.), Debrett's Peerage, Baronetage, Knightage and Companionage, Kelly's Directories Ltd, Kingston-upon-Thames, 1968, p.1060, residence of Julian Byng (born Lafone), son and heir of Lady Elizabeth Byng, eldest daughter and co-heiress of the 6th Earl of Strafford.
  9. « Anne, Countess of Strafford (c. 1715–1785) », artsmia.org (consulté le 5 mars 2008)
  10. Memoirs of the Argylls in the Journal of Lady Mary Coke, vol. 1, p. xlix
  11. Graham, Harry, [Jocelyn Henry C. Graham], A Group of Scottish Women (New York, Duffield & Co., 1908) Chapter XVIII « Lady Louisa Stuart (1757–1851) » (consulté le 29 février 2008)
  12. De Ruvigny, Marquis, The Jacobite Peerage, Baronetage, Knightage, and Grants of Honour (Edinburgh: T.C. & C.E. Jack, 1904, new edition by Genealogical Publishing Company, 2003, (ISBN 0-8063-1716-7)) p. 171