The Patriot : Le Chemin de la liberté

film sorti en 2000
(Redirigé depuis The Patriot (film, 2000))
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir The Patriot.
The Patriot :
Le Chemin de la liberté
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo original du film
Titre québécois Le Patriote
Titre original The Patriot
Réalisation Roland Emmerich
Scénario Robert Rodat
Acteurs principaux
Sociétés de production Centropolis Entertainment
Columbia Pictures
Mutual Film Company
Global Entertainment Productions GmbH & Company Medien KG
Pays d’origine Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Historique
Guerre
Durée 165 minutes
Sortie 2000

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

The Patriot : Le Chemin de la liberté ou Le Patriote au Québec (The Patriot) est un film historique germano-américain réalisé par Roland Emmerich, sorti en 2000.

L'histoire s'inspire des vies des révolutionnaires Andrew Pickens, Thomas Sumter, et Francis Marion dit « Le Renard des marais », pour le capitaine Benjamin Martin (Mel Gibson) dans le film, et du commandant de la British Legion Banastre Tarleton, qui est le colonel William Tavington (Jason Isaacs) dans le film.

The Patriot : Le Chemin de la liberté reconstitue, avec des libertés historiques, certains épisodes de la guerre d'indépendance américaine, dont des scènes de la victoire des révolutionnaires américains lors de la bataille de Cowpens, qui a eu lieu le 17 janvier 1781.

SynopsisModifier

Pendant la guerre d'Indépendance américaine en 1775, le capitaine Benjamin Martin, un vétéran de la guerre de France et des Indiens, veuf et père de sept enfants, est appelé à Charles Town pour voter à l'Assemblée générale de Caroline du Sud sur une taxe de soutien à l'Armée continentale. Craignant la guerre contre la Grande-Bretagne, Benjamin s'abstient ; le vote est néanmoins adopté et, contre la volonté de son père, le fils aîné de Benjamin, Gabriel, rejoint les Continentaux.

Deux ans plus tard, Charleston tombe aux mains des Britanniques et un Gabriel blessé rentre chez lui en portant des dépêches. Les Martins s'occupent des blessés britanniques et américains d'une bataille proche, avant que les Dragons britanniques, menés par le Colonel William Tavington, n'arrivent, capturent Gabriel avec l'intention de le pendre comme espion, et ne capturent les hommes et femmes afro-américains libres qui travaillent sur les terres de Benjamin. Lorsque le deuxième fils de Benjamin, Thomas, tente de libérer Gabriel, il est abattu par Tavington, qui ordonne alors que la maison des Martins soit brûlée et que les Américains blessés soient exécutés. Après le départ des Britanniques, Benjamin donne des fusils à ses deux fils aînés suivants, et ils tendent une embuscade à l'unité britannique qui escorte le captif Gabriel. Benjamin tue habilement, mais brutalement, de nombreux soldats avec son tomahawk. Un survivant britannique raconte l'attaque à Tavington, ce qui vaut à Benjamin le surnom de "Fantôme". Gabriel décide de rejoindre les Continentaux et Benjamin le suit bientôt, laissant les plus jeunes enfants à la garde de la belle-sœur de Benjamin, Charlotte. En route vers le camp de l'Armée Continentale, ils voient l'Armée Continentale du Sud sous les ordres du Général Horatio Gates engager l'Armée Britannique. Benjamin reconnaît la folie de l'action, ayant servi dans l'armée britannique ; il est certain que les Continentaux sont mis en déroute de manière décisive.

Benjamin rencontre son ancien commandant, le colonel Harry Burwell, qui le fait colonel de la milice coloniale locale en raison de son expérience du combat et place également Gabriel sous le commandement de Benjamin. Benjamin est chargé de maintenir les régiments de Lord Cornwallis bloqués au sud par la guérilla. Le major français Jean Villeneuve aide à former la milice et promet plus d'aide française.

Gabriel demande pourquoi Villeneuve et d'autres mentionnent souvent le rôle de Benjamin dans ce qu'on appelle "Fort Wilderness". Benjamin, ayant hésité à répondre à la question jusqu'à maintenant, finit par raconter l'histoire à son fils. Benjamin avait combattu dans l'armée britannique au cours d'une guerre précédente lorsque lui et plusieurs autres soldats ont découvert une atrocité française dans un fort que Benjamin et ses camarades avaient essayé de renforcer. Dans une rage teutonique, Benjamin et ses camarades ont rattrapé les Français au Fort Wilderness, où Benjamin et son unité ont littéralement coupé lentement les soldats français en défense. Benjamin révèle qu'il est hanté par la culpabilité depuis lors.

La milice de Benjamin harcèle les lignes de ravitaillement britanniques, allant même jusqu'à capturer certains des effets personnels de Cornwallis et de ses deux Grands Danois, et à brûler la moitié des ponts et des ferries menant à Charleston. Lord Cornwallis reproche à Tavington d'avoir créé cette réaction avec ses tactiques brutales. Cependant, irrité par l'absence de progrès et insulté par le stratagème astucieux de Benjamin pour libérer une partie de la milice capturée, Cornwallis permet à contrecœur à Tavington d'arrêter Benjamin par tous les moyens nécessaires.

Avec l'aide réticente du capitaine loyaliste Wilkins, Tavington apprend l'identité de certains membres de la milice et attaque leurs familles et brûle leurs maisons. La famille de Benjamin fuit la plantation de Charlotte qui est brûlée pour vivre dans un campement de Gullah avec d'anciens esclaves noirs. Là, Gabriel épouse sa fiancée Anne. La brigade de Tavington se rend dans la ville qui fournit la milice. Il rassemble tous les habitants de la ville, y compris Anne, dans l'église, promettant la liberté en échange de la localisation des rebelles. Une fois leur emplacement donné, il fait barricader les portes et ordonne que l'église soit brûlée, tuant tout le monde à l'intérieur. Lorsqu'ils découvrent la tragédie, Gabriel et plusieurs autres se précipitent pour attaquer le campement de Tavington. Dans la bataille qui s'ensuit, Gabriel tire sur Tavington, mais Tavington blesse mortellement Gabriel avant de s'enfuir. Benjamin arrive peu après, mais un autre de ses fils meurt dans ses bras.

Benjamin est en deuil et hésite dans son engagement à poursuivre le combat, mais il est résolu lorsqu'on lui rappelle le dévouement de son fils à la cause en trouvant un drapeau américain qu'il a réparé. La milice de Martin, avec un régiment plus important de l'Armée continentale, affronte le régiment de Cornwallis dans une bataille décisive à la bataille de Cowpens. Les Britanniques semblent avoir le dessus jusqu'à ce que Benjamin rallient les troupes en avant contre leurs lignes et que Tavington se précipite pour l'attaquer. Les deux se battent et Tavington prend l'avantage, infligeant plusieurs blessures à Benjamin. Benjamin s'écroule à genoux, et Tavington se prépare à délivrer le coup de grâce. A la dernière seconde, Benjamin esquive l'attaque et poignarde Tavington à mort, vengeant ainsi la mort de ses fils. La bataille est une victoire continentale, et Cornwallis sonne la retraite.

Après de nombreuses retraites, Cornwallis est assiégé à Yorktown, en Virginie, où il se rend à l'armée continentale environnante et à la force navale française tant attendue. Après la fin du conflit, Benjamin revient avec sa famille, Charlotte portant leur nouveau bébé, et découvre ses soldats de milice en train de reconstruire sa propriété sur la route de leur vieille ville.


Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

AccueilModifier

CritiquesModifier

Le film reçoit des critiques mitigées. Sur le site agrégateur de critiques Rotten Tomatoes, il obtient un score de 61 % de critiques positives, basé sur 134 critiques et avec une note moyenne de 6,1310, avec pour commentaire qu'il « peut être amusant à regarder, mais il repose trop sur la formule et le mélodrame ». The Patriot est l’un des deux seuls films d'Emmerich à se voir attribuer une bonne note par ce site web (l’autre est pour Independence Day). Le site note également que « Bien que son héros soit conscient de sa mort, Emmerich aime le servir avec générosité ». Sur le site Metacritic, le film obtient une note de 63100, basée sur les notes de 35 critiques, le commentaire du site indiquant « critiques généralement favorables ».[réf. souhaitée]

Box-officeModifier

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
  États-Unis
  Canada
113 330 342 $ - -
  France 1 157 651 entrées - -

  Total mondial 215 294 342 $ - -

Autour du filmModifier

Bien que le personnage de John Billings (Leon Rippy) se soit suicidé, il est néanmoins présent lors de la dernière confrontation entre Britanniques et révolutionnaires.

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier