Taxon Lazare

Taxon Lazare
Image illustrative de l’article Taxon Lazare
Le Takahé est une espèce que l'on a cru disparue. C'est aussi l'un des taxon Lazare les plus connu par le public avec le Coelacanthe.

Un taxon Lazare est un taxon, en pratique généralement une espèce ou un groupe animale (mais aussi une espèce ou groupe végétale), que l'on a cru éteint (naturellement ou à cause de l'homme), ou un taxon qui n'est pas retrouvé dans le registre fossile pendant une période significative de l'histoire de la Terre à partir d'un certains point, et qui semble « réapparaître » à un moment donné. Ce sont des espèces redécouvertes, vivantes alors qu'on les pensaient éteintes. Ces organismes sont souvent lié au domaine de la cryptozoologie suivant les cas.

Cette appellation est donnée en référence au personnage de Lazare, ressuscité par Jésus dans le Nouveau Testament.

Description et type de Taxon LazareModifier

Il s'agit d'un terme qui s'applique à toute espèce animale ou végétale considérée comme éteinte à la fois dans la nature et en captivité mais qui est redécouverte et se révèle être en vie de façon miraculeuse. Les populations d'animaux considérés comme n'existant plus qu'en captivité (comme l'Ara de Spix ou le Cerf du Père David) mais qui sont redécouvertes dans la nature pourraient techniquement compter comme tel, et ce, dans une zone plus large de la définition du terme, mais ce dernier est officiellement et universellement accepté comme n'étant exclusif qu'aux espèces "disparues" de manière totales.

Il existe deux types de taxon Lazare :

  • Celui où il est question d'un organisme déjà une fois découvert, décrit ou non, par l'homme du vivant de l'organisme en question puis qui disparaît d'une manière ou d'une autre, et est redécouvert de nouveau une seconde fois par l'homme qui l'a cru disparut. À savoir que les espèces disparues depuis un certain temps (au moins depuis 50 ou 30 ans environ selon les standards, période de temps où l'on considère que, faute d'observation confirmées et officielles de l'espèce, elle n'existe plus) et considérées officiellement comme espèces éteintes au niveau mondial sont techniquement les seuls à pouvoir être éligibles. Les autres espèces disparues en apparences et redécouvertes après un laps de temps relativement courts ne sont généralement pas accepté ou considérées comme pouvant en faire parties.
  • Et celui où il est question d'un organisme découvert tout d'abord à partir de fossiles ou subfossiles (pouvant datés de plusieurs milliers ou millions d'années suivant les cas) par l'homme, qui le classifie par voie logique comme éteint puisqu'aucune preuve ne vient collaborer la possibilité de la survie de l'espèce, mais qui est plus tard découverte comme étant vivante malgré qu'on ai crue d'abord à son extinction (extinction d'origine humaine lointaine ou extinction naturelle). Dans ce cas là, les organismes se voient aussi le plus souvent attribués le terme de fossiles vivants, qu'ils aient beaucoup ou très peu évolués entre la date des ossements premièrement découverts et la découverte de l'espèces en vie.

Les taxon lazare sont très importants tant dans le domaine scientifique, de la biologie, de la nature, de l'écologie et de la conservation puisqu'ils rendent compte de l'importances des conséquences et l'impact de l'homme sur terre et sur l'environnement, de l'évolution des populations animales et végétales à travers le temps, ainsi que de rappeler au public l'importance de la sauvegarde des espèces menacés, qu'elles soient vulnérables ou en danger (critique ou non) d'extinction et de la diversité génétique et biologique.

Caractérisation des périodes d'absenceModifier

Espèces fossilesModifier

Le terme est à la base utilisé en paléontologie. La période d'absence se traduit par un manque dans les enregistrements fossiles de l'espèce, c'est-à-dire qu'on ne connaît que des preuves de vie ancienne et des preuves de vie récente, mais qu'il n'en existe aucune pour les périodes intermédiaires. Comme il est impossible qu'une espèce puisse réapparaître après avoir disparu, ce phénomène s'explique le plus souvent par le fait qu'aucun fossile intermédiaire n'a été retrouvé[1]. La période d'absence se traduit aussi par le manque, voire la quasi absence, d'individus observés dans la nature.

Espèces éteintesModifier

Par extension de sens, le terme peut aussi s'appliquer à des espèces considérées comme « éteintes», faute d'individus observés pendant plusieurs années ou décennies, voire siècles, mais redécouvertes vivantes, tels le Petaurus gracilis, le Takahé du Sud ou le Fuligule de Madagascar, ou encore le Rat-chinchilla du Machu-Picchu. Cependant, il faut que la redécouverte et l'existence des créatures impliquées soit prouvée. En effet, certaines espèces, comme le Pic à bec ivoire, peuvent soi-disant avoir été vues par des personnes et ces témoignages en question, non confirmés, ne peuvent pas suffire à prouver l’existence d'animaux disparus vivant encore aujourd'hui. Certaines espèces classées comme éteintes peuvent cependant être reclassées comme espèces en « danger critique » suite à certains de ces témoignages, suivant les conditions, comme la Nette à cou rose.

Espèces menacéesModifier

Cependant, malgré la redécouverte d'animaux, qui implique que des individus vivants de ces espèces existent, les grands organismes de conservation comme l'UICN considèrent que ces espèces sont le plus souvent toujours menacées de disparaître, le nombre d'individus observés étant faible, ou à un stade proche de l'incapacité de renouveler les générations. Malgré cela, certaines espèces ont pu vivre sans être observées pendant plusieurs décennies, tel le Potoroo de Gilbert, présumé éteint pendant 120 ans.

Le plus souvent, ces espèces « ré-apparues » sont pour la majorité des animaux de petite taille, qui nécessitent moins de place et de nourriture pour survivre, et qui peuvent de fait passer inaperçues durant plusieurs années, au contraire des animaux de taille moyenne ou grande, qui peuvent difficilement ne pas laisser de traces de leur présence et survivre avec peu de ressources. Les mœurs et habitudes de certains animaux, souvent très discrets et craintifs de nature, peuvent aussi favoriser et inciter les organismes à les considérer comme éteints.

Le plus souvent, les espèces disparues redécouvertes sont localisées et ne subsistent que dans des lieux isolés où l'homme ne met presque jamais les pieds, là où leurs aires de répartitions, pour les espèces non endémiques des îles, étaient autrefois grandes pour la plupart, mais chassés jusqu'à l'extinction dans ces zones. Les espèces redécouvertes sont donc aussi le plus souvent des espèces dite "relique". Au vu des recherches et expéditions scientifiques un peu partout dans le monde, surtout depuis la fin du XIXe siècle et de nos jours, de nombreuses espèces qu'on pensait éteintes sont redécouvertes et peuvent la plupart du temps bénéficier d'une protection ainsi que des efforts de sauvegarde afin de les mettre hors de danger.

Réapparition d'espècesModifier

Réapparition d'espèces présentes sur la liste rouge de l'UICNModifier

Autres espèces redécouvertesModifier

Réapparition de taxons fossilesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Cnrs.fr- Glossaire
  2. (en) George A. Feldhamer, Lee C. Drickamer, Stephen H. Vessey, Joseph F. Merritt et Carey Krajewski, Mammalogy : Adaptation, Diversity, Ecology [« Mammalogie : adaptation, diversité et écologie »], Baltimore, JHU Press, , 4e éd., 747 p. (ISBN 978-1-4214-1588-8 et 1421415887, OCLC 927405350, notice BnF no FRBNF44285915, lire en ligne), p. 266.
  3. (en) Karen McGhee, « Back from the dead: Gilbert's potoroo », Australian Geographic (en), (consulté le 15 juin 2018).

Voir aussiModifier