Ouvrir le menu principal

Monts du Tessala
Localisation des monts du Tessala en Algérie.
Géographie
Altitude 1 061 m, Djebel Tessala[1]
Massif Atlas tellien
Longueur 100 km
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Wilayas Oran, Sidi Bel Abbès, Aïn Témouchent

Les monts du Tessala sont une importante chaîne de montagnes de l'Atlas tellien située dans le Nord-Ouest de l'Algérie.

GéographieModifier

 
Aperçu des monts du Tessala depuis l'aéroport d'Oran.

Les monts du Tessala se dressent au sud et au sud-ouest d'Oran sur une centaine de kilomètres de longueur entre la basse Tafna et l'oued Tlelat. Ils s'allongent au-dessus des collines d'Aïn Témouchent et de la plaine de la Sebkha d'Oran au nord, dominant le cours du bas Issers et la plaine de Sidi Bel Abbès au sud[1].

Les monts, situés au Nord de l'Algérie occidentale, font partie de l’Atlas tellien et possèdent des caractéristiques particulières en matière d'isolement géographique, de conditions climatiques et de fragilité des écosystèmes. Ils sont connus pour la richesse floristique, celle-ci est particulièrement développée dans les forêts du djebel Tessala[2]. La végétation forestière est composée de : chênes verts localisés sur le versant nord, chênes kermès, garrigues et d'une forêt claire, essentiellement à base de pin d'Alep, mais aussi d'acacia et d'eucalyptus sur le versant sud[2].

Le massif est fortement cultivé et dénudé[3]. La hauteur des reliefs, relativement aplanis, s'établit entre 500 et 1 000 m d'altitude en culminant à 1 061 m au djebel Tessala[2]. Les monts sont allongés sud-ouest/nord-est et présentent une nette dissymétrie topographique, le versant sud apparaissant moins abrupt que le versant nord. Le climat est de type méditerranéen ; les précipitations sont concentrées en automne et en hiver, alors que la période de sécheresse couvre le reste de l'année d'avril à septembre[2].

HistoireModifier

Les populations locales y ont souvent trouvé refuge lorsqu'elles se sentaient menacées de l'époque romaine à la période coloniale[4]. L'occupation romaine de cette région habitée par des tribus berbères, a été presque exclusivement militaire. Des vestiges de fortifications romaines se trouvent à Aïn Zertita et Aïn Bent Soltane[4].

Le massif a perdu une partie de sa population pendant la guerre d’Algérie pour cause des zones interdites. Toutefois, aujourd'hui, il ourle d'un chapelet de villages sur tous les piémonts[3].

Jusqu’à la période coloniale, le massif a abrité des animaux sauvages tels que des lions, des hyènes et des panthères noires[5].

Notes et référencesModifier

  1. a et b J. Pouquet, Les Monts du Tessala (Chaînes sud-telliennes d'Oranie), p. 691, lire en ligne
  2. a b c et d Mohamed Ali Bouzidi, Ali Latrèche, Ilhem Attaoui, Zoheir Mehdadi et Mohamed Benyahia, « Caractérisation des matorrals et des garrigues à Urginea pancration Phil. dans le Djebel Tessala (Algérie occidentale) », Physio-Géo En ligne, Volume 3, 2009, mis en ligne le 1er novembre 2009, consulté le 27 août 2015.
  3. a et b Marc Côte, Guide d'Algérie : paysages et patrimoine, Média-Plus, , 319 p. (ISBN 9961-922-00-X), p. 65
  4. a et b Sidi Bel Abbes : La magie des monts Tessala, Info Soir du 25 juillet 2009.
  5. Un grand site touristique sur les monts de Tessala : Le projet est en voie de réalisation, Horizons du 20 février 2013.

Articles connexesModifier