Steven Plaut

économiste israélien

Steven Plaut ( - ) était un économiste, universitaire et écrivain israélien d'origine américaine.

Il a été chargé de cours en administration des affaires à l'Université de Haïfa et membre du comité de rédaction du Middle East Quarterly, une publication du groupe de réflexion du Forum du Moyen-Orient.

BiographieModifier

Steven Plaut est né à Philadelphie (USA). En 1981, Plaut a émigré en Israël avec sa famille.

Il est décédé le à Haïfa, en Israël, à l'âge de 65 ans, après avoir combattu un cancer pendant de nombreuses années[2],[3].

Carrière académiqueModifier

Plaut a obtenu son diplôme de premier cycle à l'Université Temple de Philadelphie et sa maîtrise à l'Université hébraïque de Jérusalem.

Il a obtenu un doctorat en économie de l’Université de Princeton[4] spécialisée en économie internationale et urbaine et plus tard en finance.

Plaut a travaillé à la Federal Reserve Bank[4].

Avant d'occuper son poste de professeur à l'Université de Haïfa, il a enseigné au Collège Oberlin, au Technion, à l'UC Berkeley, à l'UC Irvine, à l'Université d'Europe centrale, à l'Université de Tel Aviv, à l'Université de Nantes et au Laboratory for Business Administration d'Athènes[5].

Carrière littéraireModifier

Dans son livre de 1985 intitulé The Joy of Capitalism (La joie du capitalisme), Plaut plaide en faveur de l'économie de libre marché et compare le profit à la libido.

Dans le livre, il aborde les politiques de l'énergie, du logement, de la banque et de l'agriculture, ainsi que de l'égalité et de la répartition des revenus.

Dans son roman historique de 2002, The Scout, Steven Plaut décrit son expérience de mort imminente en tant que patient atteint d'un cancer du rein dans un service de soins intensifs.

Son livre compile une série d'histoires de vie échangées entre lui et un autre patient du service, un scout bédouin israélien.

Opinions politiquesModifier

Steven Plaut a critiqué ouvertement le processus de paix israélo-arabe et de la politique de retrait unilatéral d'Israël.

Depuis les accords d'Oslo, il a soutenu que les dirigeants arabes continueraient à chercher la destruction d'Israël par la violence et le terrorisme [6]. Certains de ses écrits politiques sont des critiques de la Journée de la Nakba[7],[8].

Plaut a critiqué de nombreuses personnalités de la gauche israéliennes[9], ainsi que certains Américains tels que Michael Lerner (en) et Norman Finkelstein, qu’il a décrits comme des juifs ayant la haine d'eux-mêmes et des apologistes du terrorisme qui encouragent la destruction d'Israël[10].

Plaut s'opposait à l'extrémisme de gauche des universités israéliennes et participait activement à Isracampus, une organisation qui rend publics les personnes et les groupes anti-israéliens[11],[12].

Dans le Canadian Jewish Tribune (Tribune juive canadienne), il a dénoncé les Anarchistes Anti-Mur (Anarchists Against the Wall), un groupe qui proteste contre la construction du mur israélien en Cisjordanie et qui, selon lui, était composé de "voyous violents et de voyous anarcho-fascistes"[13]:

« La leçon la plus importante de ces dernières années, comprise par tout le monde sauf les gauchistes universitaires et les journalistes anti-israéliens, est que rien ne mettra vraiment fin à la terreur et aux tirs de roquettes en provenance de Gaza, si ce n'est une bonne vieille R&D - Réoccupation et dénazification. Tout le reste n'est qu'illusion. Israël doit réoccuper la bande de Gaza, la soumettre à la loi martiale et mettre en œuvre un programme de dénazification qui durera des décennies. »

— FrontpageMag.com, 26 novembre 2012[14]

Affaire en diffamationModifier

Neve Gordon, un professeur du Département Politique et Gouvernement de l'Université Ben-Gourion du Néguev, a poursuivi Plaut en justice pour diffamation, alléguant que Plaut l'avait diffamé dans certains articles et de présumés courriels.

En , le tribunal de première instance de Nazareth a statué en faveur de Gordon et a ordonné à Plaut de verser à Gordon 80 000 shekels à titre d'indemnité et 15 000 shekels en frais juridiques[15].

Les deux parties ont interjeté en appel devant le tribunal de district de Nazareth, et en , le tribunal a annulé trois des quatre demandes de diffamation mais a confirmé un jugement portant sur la quatrième, une publication dans laquelle Plaut avait qualifié Gordon de "Judenrat Wannabe".

Il a réduit les dommages-intérêts à 10 000 shekels (environ 2 700 dollars) au motif que, de l'avis de la cour, Plaut avait le droit de critiquer Gordon[16],[17].

Lettre au Premier ministre turcModifier

En , une lettre de Plaut a été reçue au bureau de Recep Tayyip Erdoğan, Premier ministre de la Turquie.

La lettre condamnait l'occupation illégale par la Turquie du nord de Chypre et attaquait le Premier ministre turc, l'accusant d'être à l'origine de "l'attaque terroriste" contre des soldats israéliens par la Flottille pour Gaza en 2010.

Plaut s'est excusé qu'Israël n'ait pas tué un plus grand nombre de "terroristes" sur le navire de la flottille.

Il a affirmé qu'il était temps de rendre "Constantinople occupée" à son "véritable propriétaire", à savoir la Grèce[18],[19].

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

  1. Notice de la BnF
  2. Andy Gotlieb, « Former Philadelphian, University of Haifa Professor Steven Plaut Dies at 65 », Jewish Exponent,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. Hana Levi Julian, « Professor Steven Plaut, z’l », The Jewish Press,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. a et b « Steven Plaut, PhD », ProCon.org, (consulté le )
  5. Plaut, « Steven Plaut, CV attachment » [archive du ], Central European University (consulté le )
  6. Plaut, « The Oslo Final Solution » [archive du ], Conservative Truth, (consulté le )
  7. Plaut, « Op-Ed: Happy Nakba Day! », Israel National News, (consulté le )
  8. Steven Plaut, « The ‘Nakba’ Debunked », frontpagemag, (consulté le )
  9. Plaut, « Personal Blog » (consulté le )
  10. Plaut, « Stupid Left, Satanic Left » [archive du ], Jewish Press
  11. « Main Page », IsraCampus (consulté le )
  12. Nesher, « 10 percent of Israeli academics labeled 'anti-Zionist'by campus watchdogs », Haaretz (consulté le )
  13. Steven Plaut, « Pepe Le Pew makes aliyah and protects the Jews », The Jewish Tribune, (version du 27 juillet 2009 sur l'Internet Archive)
  14. Steven Plaut, « Why Netanyahu Blinked », FrontPage Magazine,‎ (lire en ligne, consulté le )
  15. Ira Moskowitz, « U.S.-born professor guilty of libeling colleague », Haaretz,‎ (lire en ligne, consulté le )
  16. Kalman, « Israeli Appeals Court Upholds Libel Judgment Against Academic but Reduces Damages », The Chronicle of Higher Education, (consulté le )
  17. ע"א (נצרת) 1184/06 - פרופ'סטיבן פלאוט נ'ד"ר ניב גורדון. תק-מח 2008(1), 11886. (Hebrew) 1184/06 Steven Plaut Vs. Dr.Neve Gordon, Takdin-District 2008(1) Full text of the District Court's decision is available here « https://web.archive.org/web/20110721140515/http://www.takdin.co.il/search/NetisUtils/srvrutil_getdoc.aspx?path=%2Fnepsdoc%2F1L3OtCJOtN34nE3HVONKkC3OkQ7HjR000%2F1184_au.06.html&ts=&cp=0 »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?),
  18. (tr) « Netanyahu'nun özrü İsrailli profesörü çılgına çevirdi », Cihan,‎ (lire en ligne [archive du ])
  19. (tr) Ferhan Köseoğlu, « Netanyahu'nun özrü İsrailli profesörü çılgına çevirdi », Cihan,‎ (lire en ligne, consulté le )

Liens externesModifier