Stéphane François

politologue français

Stéphane François, né le , est un historien des idées et politologue français.

Stéphane François
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (47 ans)
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Observatoire des radicalités politiques (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Directeur de thèse
Christian-Marie Wallon-Leducq (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web

Il travaille sur les droites radicales et les sous-cultures « jeunes ».

BiographieModifier

Historien des idées, il est spécialiste de l’Antiquité et du XXe siècle, docteur en science politique de l'Université Lille II avec une thèse portant sur « Les paganismes de la Nouvelle Droite »[1],[2]. Ses travaux sont rattachés au Groupe de Sociologie des religions et de la Laïcité fondé par Jean Baubérot.

Ses principaux axes thématiques sont : l’étude politico-historique des droites radicales, en particulier la Nouvelle Droite, courant issu de la droite radicale qui a théorisé la métapolitique (également appelée « gramscisme de droite »), ainsi que l'étude de la mise en pratique de cette stratégie culturelle, lors de tentatives de séduction ou d’entrisme, au sein des sous-cultures notamment. Enfin, ses recherches portent sur les relations entre les sous-cultures comme les skinheads, ou en particulier les sous-cultures musicales, comme la culture gabber, le néo-paganisme, l'ésotérisme et les droites radicales européennes, dont la Nouvelle Droite et ses dissidences, ainsi que sur le milieu culturel dans lequel baignent les sous-cultures politiques occidentales d’extrême droite, un milieu constitué d’éléments disparates — dont l’ésotérisme est l'un des plus importants — qui forment une protestation contre les savoirs « officiels ». Depuis peu, il s'intéresse aussi à l'écologie politique[réf. souhaitée].

Il écrit dans diverses revues spécialisées et, ou universitaires telles que Religioscope, Journal for the Studies of Radicalism, Le Banquet, Zénon, Politica hermetica, Sociétés et Raisons politiques. Il est devenu un collaborateur régulier du site Fragments sur les temps présents[réf. souhaitée].

Chercheur associé au Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL) du CNRS, il enseigne l'histoire contemporaine et la science politique[3] ; il a notamment été enseignant à l'Université catholique de l'Ouest[4].

Depuis 2014, il est membre de l'Observatoire des radicalités politiques de la fondation Jean Jaurès[5],[6] et du programme du Centrum für interkulturelle und europäische Studien (CINTEUS), lancé à Fulda, sur le développement des mouvements identitaires en Allemagne et en France.

En , en réponse au manifeste contre le nouvel antisémitisme, il signe la tribune « La lutte contre l'antisémitisme doit être l'affaire de tous » qui paraît dans Le Parisien[7].

En , il est entendu par la Commission d'enquête sur la lutte contre les groupuscules d'extrême droite[8].

En mars 2019, il explique dans un entretien au journal Le Soir qu'il doute fortement que la déconstruction des « théories » comme celle du "Grand remplacement" puisse empêcher leur diffusion[9].

En août 2019, Stéphane François signe une tribune dans le journal Le Monde dans laquelle il analyse comment « l’écologie est devenue un enjeu de l’extrême droite occidentale depuis les années 2000 »[10].

En mai 2020, il publie une note[11] pour la chaire « citoyenneté » de Sciences-Po Saint-Germain-en-Laye dans laquelle il décrit comment « l'extrême droite rêve d'un "monde d’après" raciste » afin de profiter de la pandémie liée au Coronavirus[12].

OuvragesModifier

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier