Ouvrir le menu principal

Speed Art Museum

musée américain
Speed Art Museum
Louisville Speed Museum.jpg
Vue de l'entrée du musée.
Informations générales
Type
Ouverture
1927
Site web
Localisation
Pays
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte du Kentucky
voir sur la carte du Kentucky
Red pog.svg
Localisation sur la carte des États-Unis
voir sur la carte des États-Unis
Red pog.svg

Le Speed Art Museum, surnommé The Speed[1] est le plus vieux et le plus grand musée d'art de l'État du Kentucky. Il est situé dans la ville de Louisville, près du campus Belknap de l'université de Louisville. Ce musée abrite art ancien, classique et moderne. Ses collections se concentrent sur l'art occidental, de l'antiquité à nos jours : peintures des Pays-Bas, de la France et d'Italie, ainsi que des œuvres d'art contemporain[2].

HistoriqueModifier

Le musée, construit par Arthur Loomis (en) dans le style néo-classique, ouvrit ses portes en 1927. Loomis était déjà connu à Louisville pour ses monuments, comme la Medical School[3]. Le bâtiment d'origine a été conçu avec une sobre façade de calcaire.

Ce musée fut nommé en hommage à James Breckenridge Speed (en) - un éminent homme d’affaires, collectionneur d'art et philanthrope de Louisville[4]. Sa femme Hattie Bishop Speed (en) a créé le fonds de dotation, pour financer le musée. Elle spécifia que l'entrée devrait toujours rester gratuite. De 2012 au 2016, le musée a été rénové et agrandi, par l'architecte Kulapat Yantrasast (en)[5]. Le Speed Art Museum, avec une donation de 60 millions de dollars, créa un espace pour des grandes expositions spéciales, de nouvelles galeries d'art contemporain, un centre d'accueil pour l'éducation familiale, un théâtre de 150 places, un café, une boutique et un pavillon multifonctionnel, pour des spectacles, des conférences et des divertissements[6],[7].

L'entrée est toujours gratuite, bien qu'il soit de bon ton d'offrir un don de quatre dollars. Le musée accueille environ 180 000 visiteurs chaque année[8].

CollectionsModifier

GalerieModifier

Notes et référencesModifier

  1. (en) Toya Richards Hill, « Speed show expected to bolster local economy », Louisville Business First,‎ (lire en ligne).
  2. (en) Speed Art Museum, « After Hours at the Speed Art Museum », speedmuseum.org, (consulté le 4 mars 2019).
  3. Gregory Luhan, Dennis Domer, David Mohoney, The Louisville Guide, Princeton Architectural Press, 2004, p. 212 lire sur Google Livres
  4. (en)Leary, James. Ghosts, Raspberries, and the Legacy of Hattie Speed, The Speed Member Magazine Fall, 2009 p.  3
  5. (en)History of the Speed Art Museum. Louisville, KY: The Speed Art Museum, 2002.
  6. (en) Ted Loos, « Speed Museum Turns to a Spreadsheet to Increase Diversity », The New York Times,‎ (lire en ligne).
  7. (en) « History », sur speedmuseum.org (consulté le 20 mars 2016).
  8. (en) « The Speed Art Museum », Charity Navigator,‎ (lire en ligne).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier