Augustus Saint-Gaudens

artiste américain
Augustus Saint-Gaudens
Image dans Infobox.
Kenyon Cox, Portrait d’Augustus Saint-Gaudens (1908), New York, Metropolitan Museum of Art.
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Formation
Maître
Élève

Augustus Saint-Gaudens, né à Dublin le et mort à Cornish (New Hampshire) le , est un sculpteur et médailleur américain d'origine franco-irlandaise.

BiographieModifier

D’origine française par son père, Bernard Paul Ernest Saint-Gaudens, qui était cordonnier à Aspet tandis que sa mère, Mary McGuiness, était irlandaise, Augustus Saint-Gaudens arrive, à l’âge de 6 mois avec ses parents à New York où il grandit. Il devient apprenti chez un graveur de camées en prenant des cours d’art à la Cooper Union et la National Academy of Design[1]. Il se souviendra de son origine française en nommant sa maison du New Hampshire Aspet.

 
Maison familiale de l'artiste à Aspet.

En 1867, son premier apprentissage terminé, il se rend à Paris où il étudie aux Beaux-arts de Paris dans l’atelier de François Jouffroy[2]. En 1870, il quitte Paris pour Rome, pour étudier l’art et l’architecture. Là, il travaille sur ses premières commandes et rencontre une étudiante sourde américaine de l’art, Augusta Fisher Homer, qu’il épouse le [3].

En 1876, il obtient une commande pour le bronze du Monument à David Farragut (en) et loue un studio au 49, rue Notre-Dame-des-Champs à Paris[4]. Le monument est inauguré au Madison Square Park de New York le [5]. En 1892-1894, il crée Diana en girouette pour le deuxième bâtiment du Madison Square Garden[6]. Cette statue sommitale de la tour de 91 m de haut était alors le point le plus élevé de la ville. C’est également la première statue dans cette partie de Manhattan à être éclairée à l’électricité la nuit. La statue et sa tour ont constitué un point de repère jusqu’en 1925 lorsque le bâtiment a été démoli[7].

Il réalise de nombreux monuments glorifiant les héros de la guerre de Sécession, comme le Lincoln Monument (1887) et le Monument au général Logan (en) (1897) à Chicago, le Robert Gould Shaw Memorial de Boston (1897), et enfin le Monument au général Sherman (en) (1902) de Central Park à New York.

Membre de l'International Society of Sculptors, Painters and Gravers[8], il est l’un des sept membres fondateurs de l’Académie américaine des arts et des lettres à sa fondation en 1904[9]. Il est membre des Tilers, un groupe d’artistes et d’écrivains new-yorkais de premier plan, auquel appartenaient également Winslow Homer et William Merritt Chase. Il est également membre du Salmagundi Club new-yorkais.

Il dessine la pièce d'or de 20 dollars, dite Saint-Gaudens Double Eagle, en 1905-1907.

Notes et référencesModifier

  1. David McCullough, « Adventures in Paris », American Heritage, vol. 61, no 2,‎ fall 2011, p. 40 (lire en ligne).
  2. David McCullough, « Adventures in Paris », American Heritage, vol. 61, no 2,‎ fall 2011, p. 41 (lire en ligne).
  3. (en) Carrie F. Supple et Cynthia Walton, pubs. The Nichols Family Papers 1860–1960, 2007, Manuscript Collection, no 1.
  4. David McCullough, « Adventures in Paris », American Heritage, vol. 61, no 2,‎ fall 2011, p. 44 (lire en ligne).
  5. David McCullough, « Adventures in Paris », American Heritage, vol. 61, no 2,‎ fall 2011, p. 48 (lire en ligne).
  6. Une seconde version est conservée au Philadelphia Museum of Art, et plusieurs réductions sont conservées dans des musées, notamment à New York au Metropolitan Museum of Art.
  7. « Diana », Philadelphia Museum of Art (consulté le ).
  8. (en) « The International Society of Sculptors, Painters and Gravers », sur université de Glasgow (consulté le ).
  9. (en) The History of the Academy > The Academy sur le site de l’Académie américaine des arts et des lettres.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • (en) Craven Armstrong et al., 200 Years of American Sculpture, New York, Whitney Museum of Art, 1976.
  • (de) Paul Clemen, « Augustus Saint-Gaudens », in : Die Kunst, Munich, 1910.
  • (en) Royal Cortissoz, Augustus Saint-Gaudens, New York, 1907.
  • (en) Wayne Craven, Sculpture in America, New York, Thomas Y. Crowell Co., 1968.
  • (en) John H. Dryfhout, Augustus Saint-Gaudens: The Portrait Reliefs, New York, The National Portrait Gallery, Smithsonian Institution, Grossman Publishers, 1969.
  • (en) John H. Dryfhout, The 1907 United States Gold Coinage, Eastern National Park & Monument Association, 1996.
  • (en) John H. Dryfhout, The Works of Augustus Saint-Gaudens, Hanover, University Press of New England, 1982.
  • (en) Kathryn Greenthal, Augustus Saint-Gaudens: Master Sculptor, New York, The Metropolitan Museum of Art, 1985.
  • (en) Donald Martin Reynalds, Masters of American Sculpture: The Figurative Tradition From the American Renaissance to the Millennium, New York, Abbeville Press, 1993.
  • (en) Augustus Saint-Gaudens, The Reminiscences of Augustus Saint-Gaudens, édité et augmenté par Homer Saint-Gaudens, New York, The Century Co., 1913.
  • (en) Lorado Taft, The History of American Sculpture, New York, MacMillan Co., 1925.
  • (en) Burke Wilkinson, et David Finn, photographes, Uncommon Clay: The Life and Works of Augustus Saint-Gaudens, San Diego, Harcourt Brace Jovanovich Publishers, 1985.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :