Ouvrir le menu principal

Soumeylou Boubèye Maïga

homme politique malien
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maïga.

Soumeylou Boubèye Maïga
Illustration.
Soumeylou Boubèye Maïga en mars 2019
Fonctions
Premier ministre du Mali

(1 an, 3 mois et 23 jours)
Président Ibrahim Boubacar Keïta
Prédécesseur Abdoulaye Idrissa Maïga
Successeur Boubou Cissé
Biographie
Nom de naissance Soumeylou Boubèye Maïga
Date de naissance (65 ans)
Lieu de naissance Gao
Nationalité Malienne
Parti politique ASMA-CFP
Père Soumeylou Maïga
Mère Fadi Maïga
Fratrie Arrière-arrière-grand-père
Conjoint Binta Yatassaye Maïga
Enfants 8 enfants
Diplômé de Université Paris-Sud
Institut d'administration
Profession Journaliste
Religion Musulman

Soumeylou Boubèye Maïga
Premiers ministres du Mali

Soumeylou Boubèye Maïga, né le à Gao, est un homme d'État malien. Soumeylou Boubèye Maïga a notamment servi comme chef des services de renseignements, ministre des Affaires étrangères et secrétaire général de la présidence du Mali. Il est le Premier Ministre du Mali du au .

BiographieModifier

Soumeylou Boubèye Maïga a fait des études de journalisme au Centre d’études des sciences et techniques de l’information (CESTI) de l’Université Cheikh Anta Diop à Dakar au Sénégal, ainsi qu’en France où il obtient un diplôme d'études supérieures spécialisées (DESS) de diplomatie et administration des organisations internationales en 1987 à l’université de Paris-Sud et un diplôme de relations économiques internationales à l’Institut d’administration de Paris. Il exerce le métier de journaliste d’abord à L’Essor, quotidien d’État, puis au journal Sunjata[1].

Militant au sein du Parti malien du travail, il a été l’un des principaux artisans de la chute du régime de Moussa Traoré en 1991. Il entre au cabinet d’Amadou Toumani Touré, alors président du Comité de transition pour le salut du peuple (CTSP), en qualité de conseiller spécial d’avril 1991 à juin 1992[1].

Vice-président et membre fondateur de l’Alliance pour la démocratie au Mali-Parti africain pour la solidarité et la justice (ADEMA/PASJ), il devient en 1992 chef de cabinet du président de la République Alpha Oumar Konaré[1].

En , il a été nommé directeur général des services maliens[1], période pendant laquelle il a empêché plusieurs coups d'État[réf. souhaitée] avant d’entrer au gouvernement de Mandé Sidibé en tant que ministre des Forces armées et des Anciens Combattants[1].

En 2002, Soumeylou Boubèye Maïga est candidat à la candidature de l’Adéma/Pasj pour l’élection présidentielle de 2002, qui choisit Soumaïla Cissé.

Candidat à l’élection présidentielle de 2007Modifier

En 2006, son parti, l'Alliance pour la démocratie au Mali (ADEMA) décide de soutenir la candidature probable du président sortant Amadou Toumani Touré à l’élection présidentielle malienne de 2007. Soumeylou Boubèye Maïga est contre cette décision et annonce son souhait de se présenter ; il fonde à cet effet l’association « Convergence 2007 »[2]. Suite à cela, il se fait exclure de l'ADEMA. Lors de la conférence nationale des 24 et 25 février 2007 de l’Alliance pour la démocratie au Mali (ADEMA), les délégués votent l’exclusion de Soumeylou Boubèye Maïga et de plusieurs de ses sympathisants : Issa Diarra, Ibrahima Kantao, Binta Yattassaye et Oumar Ag El Méhidi[3].

Au premier tour de l’élection présidentielle, le 29 avril 2007, il arrive en 6e position. Le président sortant Amadou Toumani Touré est réélu[4].

Avec les autres candidats de l’opposition regroupés au sein du Front pour la démocratie et la république (FDR) - Ibrahim Boubacar Keïta, Mamadou Bakary Sangaré et Tiébilé Dramé - il conteste les résultats d’un scrutin qu'il estime entaché de fraudes et dépose un recours devant la Cour constitutionnelle ; ce recours est rejeté le 12 mai 2007[4],[5].

Ministre des Affaires étrangèresModifier

 
Maïga (à gauche) avec son homologue mauritanien, Hamadi Ould Hamadi, en juillet 2012.

Le , Soumeylou Boubèye Maïga est nommé ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale dans le gouvernement de Cissé Mariam Kaïdama Sidibé[6].

Lors du coup d'Etat du 22 mars 2012 d'Amadou Sanogo, Soumeylou Boubèye Maïga est fait prisonnier[7]. Il entame une grève de la faim avec plusieurs hauts officiels[7].

Ministre de la Défense et des Anciens combattantsModifier

Le , Soumeylou Boubèye Maïga est nommé ministre de la Défense et des Anciens combattants dans le gouvernement d'Oumar Tatam Ly. Dès le premier tour de la présidentielle, il avait soutenu le futur président Ibrahim Boubacar Keïta, malgré des inimités passées[8].

Il démissionne de ce poste le en réaction à la défaite de l'armée malienne à Kidal, face à des groupes rebelles[9].

Secrétaire général de la PrésidenceModifier

Premier ministre du MaliModifier

 
Maïga (à l'avant gauche) en compagnie d'Antonio Guterres, secrétaire général de l'ONU, le 29 mai 2018 à Bamako.

Soumeylou Boubèye Maïga est nommé Premier ministre du Mali le par le président Ibrahim Boubacar Keïta[10]. Il est alors le cinquième Premier ministre nommé par Keïta depuis son élection en 2013[11]. Il est reconduit à ce poste lors de la réélection – après des élections présidentielles qui évitent au pays un vide constitutionnel[12],[13] d'Ibrahim Boubacar Keïta en août 2018[14].

Sous le coup d'une motion de censure[15], Soumeylou Boubèye Maïgal démissionne avec son gouvernement le 18 avril 2019[16],[17]. Le premier ministre était très critiqué depuis le massacre de 160 Peuls à Ogossagou, le 23 mars 2019[17],[18]. Dann contexte d'insécurité et de malaise social, une très grande manifestation, le 5 avril 2019, avait demandé un changement de gouvernance[18].

Notes et référencesModifier

  1. a b c d et e « Biographie Soumeylou Boubèye MAÏGA », sur primature.gov.ml,
  2. L’Indépendant du 26 décembre 2006.
  3. « Adema/Pasj : La conférence nationale exclut plusieurs responsables du parti », L’Essor du 27 février 2007.
  4. a et b Résultats définitifs de l’élection présidentielle, L’Essor nº 15950 du 14 mai 2007.
  5. « Le FDR prend acte », L’Indépendant du 14 mai 2007.
  6. décret n° 2011-176/PRM du 6 avril 2011 portant nomination des membres du gouvernement - « Le nouveau gouvernement de Mme Cissé Mariam Kaidama Sidibé », L’Essor,‎ (lire en ligne)
  7. a et b (en) « Mali officials stage hunger strike to protest coup », sur https://www.cbc.ca, CBC news,
  8. « Qui est Soumeylou Boubèye Maïga, le nouveau Premier ministre du Mali? - RFI », RFI Afrique (consulté le 20 avril 2019)
  9. « Mali: démission du ministre de la Défense Soumeïlou Boubeye Maïga », RFI,
  10. Mali: Soumeylou Boubèye Maiga nommé Premier ministre, BBC Afrique, 30 décembre 2017
  11. (en) « Mali: Soumeylou Boubèye Maiga nommé Premier ministre », BBC, (consulté le 20 avril 2019)
  12. Justine Benoit, « L’insécurité au Mali mine le second tour de la présidentielle », La Croix,‎ (lire en ligne)
  13. « Le bras-de-fer continue entre «IBK» et son rival », VQH,‎ (ISSN 1424-4039, lire en ligne, consulté le 20 avril 2019)
  14. Mahamadou Kane, « Le Mali dans l'attente du nouveau gouvernement », Deutsche Welle,
  15. « Mali: le Premier ministre sur la sellette », RFI Afrique (consulté le 20 avril 2019)
  16. Salif Sakhanokho, « Urgent-Mali: le Premier ministre Soumeylou Boubeye Maiga a démissionné », sur pressafrik.com (consulté le 18 avril 2019)
  17. a et b Après le massacre de Peuls, le premier ministre malien démissionne, Le Monde avec AFP, 19 avril 2019.
  18. a et b « Mali: les raisons de la démission du Premier ministre Soumeylou Boubèye Maïga », RFI Afrique (consulté le 20 avril 2019)