Sophie-Hedwige de Brunswick-Wolfenbüttel (1561-1631)

princesse allemande

Sophie-Hedwige de Brunswick-Wolfenbüttel ( au château de Hessen – à Loitz) était une princesse de Brunswick-Wolfenbüttel par la naissance et par le mariage duchesse de Poméranie-Wolgast.

La vieModifier

Sophie-Hedwige était l'aîné des enfants du duc Jules de Brunswick-Wolfenbüttel (1528-1589) de son mariage avec Hedwige (1540-1602), la fille de l'électeur Joachim II Hector de Brandebourg. Ses parents lui ont donné une éducation globale et approfondie et ont commencé les négociations du mariage quand elle était jeune.

Elle a épousé le à Wolgast le duc Ernest-Louis de Poméranie (1545-1592). Son père a envoyé des théologiens luthériens à Wolgast, qui ont essayé d'amener la cour à accepter la Formule de Concorde ainsi que l'autorité de la formulation luthérienne du credo[1]. La cour n'a pas accepté cette formule. Ernest Louis a commandé des changements structurels au château de Wolgast, en remplacement de la forteresse médiévale, avec au nord-est une aile résidentielle[2]. à l'Instar de sa mère, Sophie-Hedwige était décrite comme un esprit élevé. Elle a pris soin des pauvres et des nécessiteux et n'a pas été dissuadée par le fléau de l'épidémie[3].

Ernest Louis est mort en 1592, après 15 ans de mariage. En plus du château et du quartier de Loitz, il lui a laissé Ludwigsbourg près de Greifswald et Jamitsow. Elle a changé le nom Zerpenzyn en Sophienhof ("la Cour de Sophie") en 1594[4]. Ses enfants ont déménagé avec elle à Loitz. Elle a écrit un hymne pour commémorer la mort de son mari. Il a été publié par Ambroise Lobwasser[5]. Entre 1597 et 1601, elle a accompagné son fils, qui a été introduit dans les affaires de l'État par son tuteur le duc régent Bogusław XIII de Poméranie.

Du vivant de son mari Sophie-Hedwige avait reconstruit le château à Loitz comme un château renaissance. Après sa mort, elle a embelli[6]. Elle a également rénové et agrandi l'Église sainte-Marie, à Loitz. Le château a depuis été démoli et aucune trace n'en subsiste. Certaines de ses contributions à l'église, cependant, sont toujours là, parmi eux, le siège ducal, un double portrait d'elle-même et son mari, et de nombreux blasons de leurs ancêtres[7]. Lors de l'inventaire de la cour en 1593, un Amtshauptmann était présent, ainsi qu'un trésorier, d'un contrôleur, un Précepteur, une gouvernante, une dame d'honneur et de plusieurs personnel de la chambre, personnel de cuisine, cave, personnel et stable mains[8].

Sophia, Hedwige était décrite comme intéressée aux processus économiques, mais aussi dépensière et autoritaire. Elle est considérée comme l'une des plus influentes duchesses en Poméranie. Son fils lui avait survécu près de six ans; il est mort dans la tourmente de la Guerre de Trente Ans. La guerre a retardé son enterrement de près de deux ans. Elle a été enterrée dans la cité ducale crypte de l'Église Saint-Pierre à Wolgast. Sa tombe a été restaurée il y a quelques années, comme l'ont été les tombes de son fils, son mari et ses beaux-parents.

DescendanceModifier

De son mariage, Sophie Hedwige a eu trois enfants:

BibliographieModifier

  • Dirk Schleinert: Duchesse Sophie Hedwig von Pommern-Wolgast - ein Lebensbild, dans: Dirk Schleinert et Ralf-Gunnar Werlich: Loitz - Stadt an der Peene. Beiträge zur Geschichte und zu ihren Bau - Kunstdenkmalen (Beiträge zur pommerschen Landes-, Kirchen - und Kunstgeschichte, Bd. 10), Schwerin, 2008, p. 101-114.
  • Dirk Schleinert: Das Amt Loitz von 1592 bis 1631. Zu den wirtschaftlichen und finanziellen Grundlagen eines fürstlichen Witwensitzes : Martina Schattkowsky (ed.): Witwenschaft in der frühen Neuzeit. Fürstliche und adlige Witwen zwischen Fremd - und Selbstbestimmung, Leipziger Universitätsverlag, 2003, p. 378-402.
  • Dirk Schleinert: Die Hochzeit des Herzogs Ernst Ludwig von Pommern mit Sophia Hedwig von Braunschweig-Wolfenbüttel im Jahre 1577, in: Pommern. Zeitschrift für Kultur und Geschichte, vol. 37, 1999, numéro 4, p. 7-15.
  • Albrecht Classen: Mein Seel fang un zu singen, Peeters Publishers, 2002, p. 363 ff.

RéférencesModifier

  1. Heinrich Heppe: Geschichte der lutherischen Concordienformel und Concordie, Elwert, 1858, p. 311
  2. Roderich Schmidt: Das historische Pommern, Böhlau Verlag, Cologne et de Weimar, 2009, p. 174
  3. Wilhelm Havemann: Geschichte der Lande de Brunswick et de Lunebourg, 1855, p. 418 en Ligne
  4. Dirk Schleinert: Das Amt Loitz von 1592 bis 1631. Zu den wirtschaftlichen und finanziellen Grundlagen eines fürstlichen Witwensitzes, dans: Martina Schattkowsky (ed.): Witwenschaft in der frühen Neuzeit. Fürstliche und adlige Witwen zwischen Fremd - und Selbstbestimmung, Leipziger Universitätsverlag, 2003, p. 378-402
  5. Linda Maria Koldau: Frauen-Musik-Kultur, Böhlau Verlag, Cologne et de Weimar, 2005, p. 393
  6. Dirk Schleinert, Zur Geschichte des Loitzer Schlosses, dans: Dirk Schleinert et Ralf-Gunnar Werlich: Loitz - Stadt an der Peene. Beiträge zur Geschichte und zu ihren Bau - Kunstdenkmalen, dans la série des Beiträge zur pommerschen Landes-, Kirchen - und Kunstgeschichte, vol. 10, Schwerin, 2008, p. 33-46
  7. Ralf-Gunnar Werlich: Die heraldische Ahnengalerie der Duchesse Sophie Hedwig von Pommern-Wolgast dans der Loitzer Pfarrkirche St Marien, dans: Dirk Schleinert et Ralf-Gunnar Werlich: Loitz - Stadt an der Peene. Beiträge zur Geschichte und zu ihren Bau - Kunstdenkmalen, dans la série des Beiträge zur pommerschen Landes-, Kirchen - und Kunstgeschichte, vol. 10, Schwerin, 2008, p. 127-166
  8. Ute Essegern: Fürstinnen suis kursächsischen Hof, Leipziger Universitätsverlag, 2007, p. 45
  9. Julius H. Biesner: Geschichte von Pommern und Rügen, Koch, 1839, p. 397