Agnès de Brandebourg (1584-1629)

princesse allemande

Agnès de Brandebourg ( à Berlin - à l'Amt Neuhaus) est une princesse de Brandebourg par la naissance et par mariage successivement duchesse de Poméranie et de Saxe-Lauenbourg.

BiographieModifier

Agnès est une membre de la Maison de Hohenzollern, fille de l'électeur Jean II Georges de Brandebourg (1525-1598) de son troisième mariage avec Élisabeth d'Anhalt-Zerbst (1563-1607), fille du prince Joachim-Ernest d'Anhalt (1536-1586).

Le à Berlin, elle épouse son premier mari, le duc Philippe-Julius de Poméranie duc de Poméranie-Wolgast (1584-1625). Le couple réside au château de Wolgast (en). Un folwark à Udars sur l'île de Rügen est nommé en son honneur : Agnisenhof. En 1615, Élisabeth participe, à la demande de son mari, au financement de la monnaie à Franzburg[1]. Après la mort de Philippe Jules, Agnès vit sur son douaire, le district de Barth. Dubslaff Christoph von Eickstedt auf Rothenklempenow, qui a été conseiller à son mari, est son chancelier[2].

Élisabeth se marie à nouveau le , au château de Barth avec le duc François-Charles de Saxe-Lauenbourg (1594-1660), qui est un général de l'armée impériale. Avec ce second mariage, elle perd ses droits sur Barth. Cependant, François Charles persuade Wallenstein de forcer le duc Bogislaw XIV de lui permettre de garder Barth, jusqu'à sa mort[3].

Ses deux mariages n'ont pas d'enfant.

Notes de bas de pageModifier

  1. Joachim Krüger: Zwischen dem Reich und Schweden: die landesherrliche Münzprägung im Herzogtum Pommern und in Schwedisch-Pommern in der frühen Neuzeit (ca. 1580-1715), LIT Verlag, Berlin, Hamburg and Münster, 2006, p. 120 ff
  2. Julius von Bohlen: Die Erwerbung Pommerns durch die Hohenzollern: zur Erinnerung an die vor 50 Jahren erfolgte Wiedervereinigung des ganzen Pommern unter die Herrschaft seines erlauchten Königshauses, Decker, 1865, p. 56
  3. Johann Samuel Ersch: Allgemeine Encyclopädie der Wissenschaften und Künste in alphabetischer Folge, vol. 48, J. f. Gleditsch, 1848, p. 95

RéférencesModifier

  • Samuel Buchholtz: Versuch einer Geschichte der Churmark Brandebourg, 1767, p. 490, en Ligne

Liens externesModifier